Revue économie de La Réunion N° 4 Hors série - juillet 2008 (format html et pdf)

De
Publié par

Cours du baril (en€ par baril) E Énergie Le prix des carburants monte la consommation ne faiblit pas Consommation de carburants hors production électrique tonnes 700 000 Les prix de l’essence et du gazole à La reprend et s’intensifie. Au cours du pre- Réunion ont considérablement augmenté mier semestre, l’essence sans plomb a 600 000 ces dix dernières années, respectivement augmenté de 4,3 % et le gazole de 10,6 %. + 41 % et + 68 %. En métropole, les évolu- À l’inverse de la métropole où les prix des tions sont comparables : + 38 % pour le Autres (fioul, essence avion, pétrole) 500 000 carburants sont libres, les prix maxima sans plomb (98) et + 62 % pour le gazole. gaz butane sont réglementés à La Réunion par arrêté Les prix des carburants sont liés à ceux du 400 000 préfectoral trimestriel. Les ménages réu- Brent, dont le cours du baril a triplé, sur la carburéacteur nionnais disposent donc d’un mécanisme période, passant de 17 à 53€. de lissage de prix, commun à tous les essence auto 300 000 Dom, qui amortit les contrecoups des fluc- Sur la période récente, les prix des carbu- gazole (routier et non routier) rants à la consommation ont augmenté de tuations pétrolières. Le système trouve 200 000 9,7 % en 2005, puis de 10,2 % en 2006 cependant sa limite lorsque les hausses se avant de se replier de 1,8 % en 2007. succèdent d’année en année.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 4
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Cours du baril (en€ par baril)
E
Énergie
Le prix des carburants monte
la consommation ne faiblit pas
Consommation de carburants hors production électrique
tonnes
700 000
Les prix de l’essence et du gazole à La reprend et s’intensifie. Au cours du pre-
Réunion ont considérablement augmenté mier semestre, l’essence sans plomb a
600 000
ces dix dernières années, respectivement augmenté de 4,3 % et le gazole de 10,6 %.
+ 41 % et + 68 %. En métropole, les évolu-
À l’inverse de la métropole où les prix des
tions sont comparables : + 38 % pour le Autres (fioul, essence avion, pétrole)
500 000
carburants sont libres, les prix maxima
sans plomb (98) et + 62 % pour le gazole.
gaz butane
sont réglementés à La Réunion par arrêté
Les prix des carburants sont liés à ceux du
400 000
préfectoral trimestriel. Les ménages réu-
Brent, dont le cours du baril a triplé, sur la
carburéacteur
nionnais disposent donc d’un mécanisme
période, passant de 17 à 53€.
de lissage de prix, commun à tous les
essence auto
300 000
Dom, qui amortit les contrecoups des fluc-
Sur la période récente, les prix des carbu-
gazole (routier et non routier)
rants à la consommation ont augmenté de tuations pétrolières. Le système trouve
200 000
9,7 % en 2005, puis de 10,2 % en 2006 cependant sa limite lorsque les hausses se
avant de se replier de 1,8 % en 2007. succèdent d’année en année.
Depuis le début de l’année 2008, la hausse
100 000
Une certaine modération de la
-
part des automobilistes
Prix des carburants
Malgré les hausses de prix successives, la
Prix moyens annuels
Source : Comité des importateurs d'hydrocabures.
quantité de carburant consommée, hors
1,50 60
carburants destinés à la production élec-
trique, a augmenté de 23 % depuis dix ans
mes de carburants à usage routier n’ont
pour atteindre 616 000 tonnes en 2007.
50
augmenté que de 1,3 % en 2005 et à peine
1,25
Plus de la moitié des carburants consom- 1 % en 2006. Parmi les carburants, le gazole
Le transport, premier poste
40
més est destinée à la circulation routière, gagne du terrain et se substitue à l’essence.
du budget des ménages
dont près des deux tiers sous forme de La consommation d’essence recule depuis
gazole. Un peu moins d’un quart des car- 2005. Elle a chuté de 8 % entre 2005 et 2007.
1,00 30
Les dépenses en transport (achats et
burants consommés sont des carburéac- Parmi les 18 000 nouvelles voitures de tou-
1
teurs, et 14 % du gazole non routier. Du risme immatriculées chaque année, la part frais d’utilisation de véhicules, trans-
20
fait de son insularité et de sa géographie, des moteurs essence se réduit, au profit des
port aérien...) constituent un poste
La Réunion est très fortement dépendante
motorisations gazole, plus économiques à
0,75 important des achats des ménages à La
du secteur des transports (routier, mari-
l’usage, en lien avec la modernisation des
Réunion : 18 % en 2005. Elles se situent
10
time, aérien).
moteurs diesel de dernière génération.
en tête du budget des ménages devant
Depuis 2004, la part des véhicules essence
l’alimentation (17 %) et le logement
Sur les dernières années, la forte hausse
0,50 0 parmi les nouvelles voitures immatriculées
(15 %). Près de la moitié des dépenses
des prix à la pompe a cependant incité les
a chuté de 42 % à 30 %.
automobilistes à la modération et influen- de transport est consacrée aux achats de
Cours du Brent
Stéphanie GAUDINOT
cé leur comportement d’achat. Les volu- véhicule et un tiers aux frais d’utilisa-
Prix du gazole à La Réunion Prix sans plomb à La Réunion
VCAT - division "comptes économiques et
tion (carburant, entretien...).
Prix sans plomb (98) en métropole
Prix du gazole en métropole
analyses macro-économiques"
1
Source : Insee, indice des prix à la consommation
En 2006, donnée non disponible pour 2007. INSEE Réunion
18 19
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
Prix des carburants (en

par litre)E
Énergie
Trois scénarios de comportement des ménages
Face à la hausse du prix des carburants, le (selon l’élasticité-prix estimée en 2006).
Et si le prix des carburants
comportement des ménages joue un rôle Le budget carburant des ménages aug-
central. Les ménages vont-ils stabiliser mente alors de 3,5 %.
leur dépense consacrée au carburant et
D'autres hypothèses sont communes aux
augmentait de 10 % en 2008 ? pour cela abaisser leurs quantités con-
trois scénarios. En ce qui concerne les
sommées ? Ou bien vont-ils laisser déra-
finances publiques, il est retenu que les
per leur dépense en carburant ?
recettes supplémentaires attendues de la
Un premier scénario suppose que les fiscalité pétrolière ne sont pas redis-
tribuées par les collectivités territoriales.
ménages réduisent les quantités de
Quel serait l’impact d’une nouvelle flam- comportements sont alors envisageables.
carburants qu’ils consomment afin de La dépense publique est considérée
bée des prix des carburants sur l’éco- Soit ils maintiennent ce budget constant
maintenir leur budget carburant constant. constante, la hausse des prix est com-
nomie réunionnaise en 2008 ? Quel com- en réduisant les quantités consommées,
Pour compenser totalement la hausse de pensée par une baisse en volume. À la
portement adopteraient les ménages face soit leur budget consacré aux carburants
hausse des prix des carburants, s’ajoute
prix, le volume consommé baisse de 9 %.
à cette situation ? Et quel en serait l'impact augmente. Cette dernière situation les
donc un autre élément récessif : une
C’est le comportement qui pénalise le
sur la facture pétrolière de La Réunion ? pousse à réduire leur budget consacré aux
moins l’économie réunionnaise. baisse des dépenses publiques affectées
autres dépenses. La hausse des prix des
aux autres achats courants.
Des simulations ont été réalisées pour
carburants modifie a priori le panier de Un autre scénario envisage le com-
mesurer l’impact d'une hausse des prix
consommation des ménages. portement contraire. La consommation Les entreprises ne réalisent pas d’écono-
des carburants à La Réunion. Elles repo-
mie de carburant, à production identi-
de carburant des ménages, en volume,
sent sur la maquette de l’économie réu-
que. Les investissements sont considérés
demeure inchangée. Les ménages ne
Deuxième effet, les entreprises sont con-
nionnaise à la base des comptes économi-
réalisent pas d’économie d’énergie. Leur stables en volume, seuls leurs prix aug-
frontées à une hausse des intrants néces-
ques rapides. Cette maquette permet
budget carburant augmente alors de 10 %. mentent. En conséquence, la production
saires à la production. Elles sont alors con-
d’évaluer l’impact d’une hausse des prix
du secteur du BTP n’est pas affectée en
traintes soit d’augmenter leur prix de
La réalité se situant probablement entre
des carburants sur différents agrégats
volume.
vente soit de réduire leur taux de valeur
les deux,un scénarioenvisageune situa-
macro-économiques, toutes choses éga-
ajoutée. Si les entreprises répercutent ces
Le prix de l’électricité facturée aux
tion intermédiaire. Les ménages rédui-
les par ailleurs.
hausses, ce qui à long terme est le plus
ménages et aux entreprises est supposé
sent les volumes consommés sans tou-
probable, les prix des produits fabriqués
stable, il ne subit pas de répercussion de
tefois parvenir à stabiliser leur budget
augmentent. Les hausses se propagent
La flambée des prix des
la hausse du coût de production. De
carburant. C’est la situation qui a été
alors à l'ensemble des produits.
même, dans les simulations réalisées, le
observée en 2006. Sous l’effet d’une
carburants provoque des
prix du fret à l’import et à l’export ne subit
hausse de prix de 10 %, la baisse des
Moins de demande de la part des ména-
pas de hausse liée aux prix du carburant.
volumes consommés est évaluée à 6 %
effets en cascade
ges induit un repli en volume des produc-
tions concernées. Sous l’effet de la hausse
Les scénarios testés envisagent que les
des coûts de production et de la baisse des
Le surcoût direct et indirect des consomma-
prix des carburants consommés à La Réu-
Mécaniquement, l’effet
volumes produits, les entreprises rédui-
tions intermédiaires s’élèverait de 0,9 % en
nion augmentent uniformément de 10 %
sent la masse salariale distribuée, ce qui
inflationniste est de 0,8 % moyenne. Il frapperait surtout les secteurs
sur l’année 2008.
accentue encore le repli de la consomma-
eau/électricité (+ 3,7 %), la pêche (+ 3,3 %), les
tion en volume.
Premier effet, les ménages subissent transports (+ 2,8 %), le commerce (+ 1,9 %),
Un renchérissement de 10 % des prix à la
directement la hausse des prix des carbu- l’agriculture (+ 1,4 %). Conséquence de la
pompe sur l’année provoquerait une hausse
Un autre effet possible, non envisagé, hausse des prix des consommations inter-
rants qu’ils consomment. Ces hausses de
du niveau moyen des prix du panier des
serait que la hausse des prix suscite des
prix réduisent leur pouvoir d’achat en médiaires, les prix à la production de l’en-
ménages de 0,8 %. Concernant l’ensemble
augmentations de salaires qui alimente-
monnaie constante. En supposant qu’ils semble des branches seraient impactés,
des biens et services composant le PIB, la
raient elles-mêmes l’effet inflationniste.
ne puisent pas dans leur épargne et que + 0,5 % en moyenne. La construction, élé-
hausse de prix serait de 0,2 % toutes choses
les salaires sont stables, les ménages sont Tous ces effets cumulés ralentissent l’acti- ment moteur de la croissance réunionnaise,
égales par ailleurs.
alors contraints de ralentir leur consom- vité économique du territoire toutes cho- subirait une hausse de ses prix à la produc-
mation en monnaie constante. Plusieurs ses égales par ailleurs. tion de 0,3 %.
20 21E
Énergie
En réaction aux baisses de production, les
Impact d’une hausse de 10 % du prix des carburants en 2008
consommations intermédiaires nécessaires
diminueraient en volume dans les mêmes
proportions.
Répercussion sur les volumes
Pour les administrations publiques le main-
Les simulations d’impact sont effectuées à l’aide
Scénario 1 : Scénario 2 : Scénario 3 :
Répercussion
tien de leur budget en valeur, les contrain-
d’un modèle qui constitue une "maquette" de si le budget si le budget si le budget
sur les
drait à une diminution de 0,2 % (en volume)
l’économie réunionnaise. Ce modèle repose des ménages des ménages des ménages
prix*
des dépenses de fonctionnement. Compte
sur le compte économique régional. en carburant en carburant en carburant
tenu du poids de la dépense publique à La
demeure augmente de augmente de
Réunion, cette contrainte explique 0,1 point
3,5 % 10 %
constant
de l’effet récessif.
PIB 0,2 % - 0,38 % - 0,42 % - 0,49 %
Les ménages réduiraient leurs
Consommation des ménages 0,8 % - 0,86 % - 0,90 % - 0,99 %
Les diminutions de dépenses des ménages concerneraient
achats sur les autres produits
surtout les produits agricoles et les transports.
Consommation des administrations publiques 0,2 % - 0,20 % - 0,18 % - 0,18 %
La moindre production entraînerait une
Production 0,5 % - 0,38 % - 0,43 % - 0,53 %
perte de masse salariale distribuée aux
ménages comprise entre - 0,3 % et - 0,4 %.
les ménages diminueraient leur demande
Consommations intermédiaires 0,9 % - 0,43 % - 0,48 % - 0,59 %
Sous l’hypothèse d’absence de revalorisa-
de transport. La consommation de services
tion salariale et de maintien de leur taux
Investissement 0,3 % 0,00 % 0,00 % 0,00 % de transport accuserait une baisse pro-
d’épargne, les ménages seraient contraints
noncée comprise entre - 2,1 % et - 2,4 % en
Exports 0,6 % 0,00 % 0,00 % 0,00 % d’ajuster à la baisse leur consommation des
volume. Par ailleurs, la consommation des
autres produits.
ménages en biens manufacturés fléchirait
Imports 1,4 % - 0,79 % - 0,74 % - 0,65 %
de - 0,5 % à - 0,9 % en monnaie constante.
Si les ménages limitaient leur consomma-
Masse salariale 0,0 % - 0,33 % - 0,36 % - 0,43 % tion de carburants pour garder leurs dépen-
Quels que soient les scénarios, la facture en
ses constantes, alors le repli de leur panier
carburants et combustibles de La Réunion
de consommation (hors carburants) se chif- s’alourdirait. En valeur courante la hausse
* Les évolutions de prix sont identiques dans les trois scénarios.
frerait à - 0,7 %. Si les ménages mainte- serait comprise entre + 5,1 % et + 9,1 %, soit
Lecture : Une hausse des prix de 10 % des carburants produit mécaniquement une hausse de 0,8 %
naient leur consommation de carburants,
entre 28 millions d’euros et 49 millions d’eu-
des prix à la consommation.
alors leur panier de consommation (hors
ros, si les ménages maintenaient leur bud-
carburants) baisserait de 1,1 % en volume.
get carburants constant et s'ils ne rédui-
saient pas leur consommation.
Les diminutions de dépenses des ménages
concerneraient principalement le secteur
D'autres scénarios pourraient être envisa-
Sans économies d’énergie,
agricole et les services marchands (incluant
gés, les ménages tout comme les entrepri-
l'effet récessif est plus marqué notamment les transports). L’accroissement
ses, peuvent en effet réduire ou augmenter
des prix à la production du secteur agricole
Comme le PIB, les pertes de production en leur consommation de carburants.
Un accroissement du prix des carburants se répercuterait directement sur le panier de
volume varieraient de 0,4 % à 0,5 % d’un
aurait un effet récessif sur la croissance. consommation des ménages. La baisse, en
scénario à l’autre. La perte de production
Stéphanie GAUDINOT
En effet, une hausse de 10 % du prix à la volume, de ce secteur se chiffrerait entre
serait comprise entre 82 millions d’euros
VCAT - division "comptes économiques et
pompe coûterait 0,4 point de croissance - 1,1 %, et - 1,4 %, selon que les ménages
et 114 millions d’euros (en monnaie cons-
analyses macro-économiques"
au PIB de La Réunion, si les ménages sta-
réduisent ou non leur consommation en
tante).
INSEE Réunion
bilisaient leur budget carburant, et 0,5
carburants. Le panier de
La baisse de production en volume con-
point si les ménages ne réduisaient pas concernant les services marchands recule-
cernerait en premier lieu les transports
leur consommation de carburants. La rait de - 0,8 % à - 1,3 %. Cette diminution est
(entre - 1,4 % et - 1,7 %), le secteur primaire
perte de PIB serait comprise entre 52 mil- due au secteur des transports, en première
(entre - 0,7 et - 1,1 %) et les industries agro-
lions d’euros et 68 millions d’euros (en ligne face à une augmentation des prix du
alimentaires (entre - 0,6 % et - 0,9 %).
monnaie constante). carburant. En réaction à la hausse des prix,
22 23

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.