SCAES Nord-du-Lot - Aménager le territoire et accueillir de nouveaux actifs

De
Publié par

Attirer des actifs et anticiper l'émergence de nouveaux espaces résidentiels constituent les deux principaux enjeux du territoire de projet du Nord-du-Lot. Équilibré autour de quatre pôles d'emploi, bien situé sur l'axe Paris-Toulouse, proche de Brive, le Nord-du-Lot possède sa propre dynamique portée par un certain nombre d'atouts : une solide tradition industrielle, un fort attrait touristique et une grande accessibilité aux principaux équipements et services pour la majeure partie de ses habitants. Reste à affirmer une plus grande solidarité territoriale et à développer des coopérations, notamment avec les territoires voisins.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 136 : juillet 2011
SCAES Nord-du-Lot
Aménager le territoire et accueillir de
nouveaux actifs
Attirer des actifs et anticiper l'émergence de nouveaux
espaces résidentiels constituent les deux principaux
enjeux du territoire de projet du Nord-du-Lot. Equilibré
autour de quatre pôles d'emploi, bien situé sur l'axe
Paris-Toulouse, proche de Brive, le Nord-du-Lot possède
sa propre dynamique portée par un certain nombre
d'atouts : une solide tradition industrielle, un fort attrait
touristique et une grande accessibilité aux principaux
équipements et services pour la majeure partie de ses
habitants. Reste à affirmer une plus grande solidarité
territoriale et à développer des coopérations, notamment
avec les territoires voisins.
Philippe Duprat,
avec la collaboration de Géraldine Labarthe, Romuald Le Lan, Claire Poissone territoire de projet Nord-du-Lot urbains voisins mais plus éloignésDes accès facilités par uneLregroupe huit communautés de (Aurillac, Figeac, Cahors, Sarlat-la-solide armature territoriale
communes, avec lesquelles le Con- Canéda) sont d'une ampleur nette-
seil général du Lot met en place un Ce territoire rural a la particularité ment moindre.
d'être animé par quatre pôles d'em-Schéma de Cohérence des Aména-
ploi équilibrés, constitués autour desgements, Equipements et Services Grâce à l'organisation polycentrique
(SCAES). Cet ensemble de 75 com- agglomérations de Saint-Céré, Biars- du territoire, les habitants accèdent
sur-Cère, Gramat et Souillac. Cesmunes, peuplé de 43 000 habitants, facilement à leur lieu de travail ainsi
quatre pôles, bien répartis sur le ter-est limitrophe de trois départements qu'aux équipements et services dont
appartenant à trois régions différen- ritoire, sont de taille équivalente, en ils ont besoin. La moitié des habi-
termes d'emplois comme de popula-tes : la Dordogne, la Corrèze et le tants résidant dans le territoire et ne
tion : de 3 500 à 4 500 habitants, etCantal. La variété des paysages de ce travaillant pas dans la même com-
territoire constitue un atout pour son de 2 500 à 3 200 emplois. Celui de mune mettent moins de 12 minutes
Saint-Céré est le plus peuplé, celuiéconomie : vallée de la Dordogne, pour aller travailler, contre 20 minutes
de Biars-sur-Cère le plus gros pôleCausses de Martel et de Gramat, en moyenne dans l'espace rural de
bande vallonnée et fertile de la employeur. Abritant à eux quatre Midi-Pyrénées. Un quart seulement
38 % de la population du territoire etLimargue et pentes abruptes du mettent plus de 23 minutes : ils rési-
concentrant 60 % des emplois, cha-Ségala du Quercy qui adossent le dent principalement dans le canton
territoire au Massif central. À cette cun de ces pôles attire de 1 100 à de Sousceyrac, relativement encla-
1 600 actifs qui résident alentour etvariété s'ajoutent des sites touristi- vé, et dans le canton de Martel, da-
viennent y travailler.ques remarquables (Rocamadour, vantage tourné vers Brive.
gouffre de Padirac, Souillac, Saint-
Chacun de ces pôles a par ailleursCéré), une qualité de vie appré- L'accès aux équipements et aux ser-
un fonctionnement relativement au-ciable et une gastronomie réputée, vices est également plus rapide dans
constituant un attrait touristique in- tonome : rares sont les échanges le Nord-du-Lot qu'en moyenne dans
entre eux, hormis entre Biars-sur-déniable. Cette zone rurale est de les zones de référence que sont le
Cère et Saint-Céré, très proches l'unplus remarquablement desservie en département et l'espace rural régio-
infrastructures de transport. L’auto- de l'autre. De par sa proximité, l'aire nal. Et ce, quelle que soit la gamme
urbaine de Brive, en Corrèze, attireroute A20 ainsi qu’une ligne ferro- d'équipement : de proximité, inter-
aussi 800 actifs du territoire. Maisviaire la relient à Cahors et Brive et, médiaire ou supérieure. C'est le ré-
au-delà, à Toulouse et Paris. L’aéro- cette attraction est moindre que celle sultat d'un taux d'équipement plus
qu'exerce chacun des pôles du terri-port de Brive-Souillac, ouvert en élevé dans le territoire, ainsi que de
toire, et ces échanges ne sont pas à2010, permet un accès direct à Paris la présence d'un pôle de service su-
et à Londres. S'y ajoutent deux liai- sens unique : le territoire offre aussi périeur à Saint-Céré et de trois pôles
des emplois à 300 Brivistes. Lessons ferroviaires d'intérêt local, vers de services intermédiaires : Souillac
échanges avec les autres pôlesAurillac et Figeac. et Biars-sur-Cère, auxquels s'ajoute
2
6pages n° 136 - Insee Midi-PyrénéesVayrac. Le pôle de proximité de Mar- (contre 39,3 % dans l'espace rural chaines années, elle devrait com-
tel, moins étoffé mais qui dispose régional). mencer à baisser avant 2030. C'est
d'un certain nombre d'équipements ce que montrent les dernières pro-
de la gamme intermédiaire, renforce Comme dans les zones de réfé- jections de population active qui
l'offre. De même, la proximité de rence, les nouveaux arrivants sont prennent en compte l'impact de la
trois pôles extérieurs au territoire, majoritairement des actifs, avec des récente réforme du système de re-
Brive, Cahors et Figeac, complètent enfants, plus qualifiés en moyenne traite. Il n'en reste pas moins que le
l'offre apportée par Saint-Céré en que la population déjà présente. territoire du Nord-du-Lot est sus-
équipements et services supérieurs. Mais plus qu'ailleurs, le territoire at- ceptible de connaître avant d'autres
tire également des seniors entre 55 des difficultés de renouvellement
et 70 ans, et 23 % des nouveaux arri- d'une main-d'œuvre vieillissante.L'attractivité assure la
vants sont retraités (contre 19 % Deux secteurs-clés du territoire ontcroissance démographique
dans l'espace rural régional). Parmi déjà atteint un niveau de vieillisse-
Le territoire attire de nombreux habi- les plus de 60 ans, 1 sur 6 est natif du ment plus élevé que dans les zones
tants. Cette attraction s'est amorcée territoire et revient au pays pour la de référence :la santé et l'hébergement-
depuis la fin des années 70, alors retraite. Mais on quitte le territoire aus- restauration. Dans le premier sec-
que l'espace rural régional perdait si : 4 800 personnes ont fait ce choix teur, les actifs de plus de 50 ans sont
encore des habitants. Elle s'est in- en cinq ans (hors départs vers l'é- quatre fois plus nombreux que les ac-
tensifiée depuis le début des années tranger), principalement pour s'éta- tifs de moins de 30 ans, comme dans
90 et garantit la croissance démo- blir dans le reste de la région (40 %) le secteur agricole, le plus âgé du
graphique du territoire. Entre 1962 et et en Corrèze (20 %). Comme dans territoire. Dans l'hébergement et la
2006, la population du territoire a les autres territoires ruraux, ce sont restauration, traditionnellement jeu-
augmenté de 11 %, alors qu'elle s'est surtout des jeunes qui partent afin de nes, on compte 2 actifs de 50 ans et
réduite de 6 % dans l'ensemble de poursuivre leurs études ou occuper plus pour 1 actif de moins de 30 ans.
l'espace rural de Midi-Pyrénées. un premier emploi. Un tiers des émi- Ces secteurs s'ajoutent à d'autres
Seul l'est du territoire perd des habi- grants ont entre 15 et 24 ans. où, ici comme ailleurs, les seniors
tants, et ce de manière continue Au-delà de 25 ans, l'excédent des ar- sont largement plus nombreux que
depuis trente ans. rivées sur les départs contribue à les jeunes : les transports et l'entre-
l'augmentation de la population ac- posage, l'administration publique,
Près de 7 000 nouveaux habitants se tive. l'enseignement, l'hébergement mé-
sont installés dans le territoire entre dico-social et l'action sociale.
2001 et 2006. Ils arrivent principale- Attirer des actifs
ment du reste de la région (23 %), de Attirer des actifs représente donc undevient vital
Corrèze (12 %), d'Île-de-France (18 %) enjeu majeur car le taux d'activité
et de l'étranger (9 %). Cet apport migratoire pourrait néan- déjà élevé ne laisse guère de mar-
moins s'avérer insuffisant : même si ges de manœuvre. Les efforts doi-
Ce dynamisme démographique, le la population active continuerait à vent donc porter sur les conditions
territoire le doit exclusivement aux augmenter grâce à lui dans les 15 pro- d'accueil, d'autant que la concur-
apports migratoires. Les décès sont
plus nombreux que les naissances
et, conséquence directe, la popula-
tion vieillit. Malgré son attractivité , le
territoire est même, plus que d'au-
tres, menacé par un vieillissement
accentué de sa population. Aujour-
d'hui comparable à celui des zones
de référence, il s'accentuerait au cours
des 25 prochaines années. À l'hori-
zon 2030, si les dernières tendances
démographiques se poursuivaient, la
population continuerait à augmenter mais
moins fortement que dans les zones
de référence. L'évolution annuelle
moyenne passerait de + 0,75 % entre
1999 et 2007 à seulement + 0,60 %
par la suite. Le territoire compterait
alors 49 000 habitants en 2030. Et, la
part des plus de 60 ans passerait de
31,3 % en 2006 à 42,3 % en 2030
3
6pages n° 136 - Insee Midi-Pyrénéesrence entre les territoires est sus-
ceptible de s'accentuer. À cet égard,
le territoire dispose d'atouts : la diver-
sité de son parc de logements, en
particulier l'existence d'un parc loca-
tif HLM et privé conséquent, un taux
d'équipement relativement élevé ain-
si que la qualité de vie. Mais il
convient d'investir dans des équipe-
ments et services susceptibles d'atti-
rer davantage de jeunes ménages :
garde d'enfants, offre culturelle et
sportive notamment.
Anticiper l'émergence de
nouveaux territoires
résidentiels
Ces apports de population font
émerger de nouveaux territoires ré-
sidentiels. Si les quatre pôles en bé-
néficient, ils se localisent aussi au
nord du territoire, dans la zone d'in-
fluence de Brive et en périphérie des
pôles.
Un enjeu pour le territoire est, tout en alimentaire, la métallurgie et la méca- caractère industriel. La présence du
renforçant sa fonction d'accueil, de nique, sont deux fois plus présentes groupe Andros, et de son siège, ain-
maîtriser le phénomène de mitage que dans le rural en Midi-Pyrénées, si que de plusieurs entreprises affi-
de l'habitat qui accompagne l'émer- marquant ainsi le caractère très liées au système productif local
gence de ces nouveaux territoires industriel du territoire. Fait remar- (SPL) de la Mécanic Vallée contri-
résidentiels. Laisser faire comporte quable, entre 1975 et 2006, dans l'en- buent au dynamisme industriel local.
le risque d'alourdir les investisse- semble des activités industrielles, Moins concentrées que les activités
ments publics, d'amplifier les émis- l'emploi progresse de 44 %, pour at- industrielles, localisées à 70 % dans
sions de gaz à effet de serre provo- teindre 3 800 emplois, soit plus d'un les pôles, les activités tertiaires sont
quées par les déplacements et enfin emploi sur cinq. Bien qu'ayant perdu réparties sur l'ensemble de la zone.
de grignoter inutilement les espaces la moitié de ses emplois en 30 ans,
agricoles et naturels. L'étalement ré- l'agriculture reste encore très pré- Au total, en 2006, le territoire compte
sidentiel autour des pôles ne doit par sente, avec 1 700 emplois, derrière 17 600 emplois pour 18 800 actifs.
ailleurs pas compromettre le devenir la santé et l'action sociale (2 000 em- D'un point de vue comptable, le mar-
de l'habitat des centres bourgs, déjà plois) et devant la construction (1 500 ché de l'emploi est équilibré et 82 %
affecté par un fort taux de vacance emplois). des actifs occupés du Nord-du-Lot
(12,4 % à Souillac, 11,9 % à Saint- occupent un emploi dans le territoire.
Céré). L'orientation industrielle du territoire Plus nombreux sont les actifs qui ré-
explique la présence de gros établis- sident hors du territoire et viennent y
sements : cinq des six établisse- travailler que ceux qui en sortent. LeDynamisme industriel et
ments de plus de 200 salariés sont à chômage sur la période 1999-2010développement du tertiaire
Au cours des trente dernières an-
nées, le rythme de développement
économique dans le Nord-du-Lot est
soutenu, avec une hausse du
nombre d'emplois de 30 %, quand
celui-ci reste stable dans le rural de
Midi-Pyrénées. Comme ailleurs, le
secteur tertiaire contribue fortement
à cette hausse, avec un doublement
des effectifs entre 1975 et 2006 pour
atteindre 10 600 emplois. Les activités
industrielles, spécialisées dans l'agro-
4
6pages n° 136 - Insee Midi-Pyrénéesreste inférieur à celui des zones de
référence, tout en ayant des évolu-
tions conjoncturelles comparables.
Développer les services à la
population
Le tourisme, véritable atout pour le
Nord-du-Lot, représente 5 % de l'em-
ploi, soit 2 points de plus que dans
l'espace rural régional. À côté des ré-
sidences secondaires (58 % des ca-
pacités d'hébergement), l'offre tou-
ristique est largement portée par
l'hôtellerie et les campings, notam-
ment de haut de gamme. Cependant
la densité de l'offre (94 lits touristi-
ques pour 100 habitants) reste sen-
siblement inférieure à celle du Sarla-
dais voisin. Le secteur semble donc
disposer d'un potentiel de dévelop-
pement encore inexploité. D'autant Midi-Pyrénées, constitue un soutien sur le territoire (14 % de la popula-
que la desserte privilégiée du terri- au développement de ces services. tion), les plus de 75 ans devraient re-
toire par le rail, l'autoroute A20 et les En 2008, le revenu médian par unité présenter 18 % de la population en
liaisons aériennes depuis Paris et de consommation (UC) s'élève à 2030.
Londres sont autant d'atouts sup- 16 400 €, contre 15 800 € dans l'en-
plémentaires. Le Nord-du-Lot, en tant semble de l'espace rural en Midi-Py- Une solidarité territoriale
que porte d'entrée vers les hauts-lieux rénées. Cette différence profite à et des coopérations à
touristiques du territoire, comme toutes les catégories de ménages,
développervers ceux du Sarladais, doit pouvoir des plus modestes aux plus riches.
accueillir et retenir davantage de tou- Avec la présence de nombreux ca- Par sa position géographique moins
ristes. dres à la retraite sur le territoire, l'é- favorable, le canton de Sousceyrac
échappe à la dynamique du reste ducart de revenu entre le territoire et le
Activités touristiques, hausse de la rural de Midi-Pyrénées est plus élevé territoire. Il cumule plusieurs difficul-
population, vieillissement prononcé, encore chez les 60-74 ans, dont le tés : déprise démographique et de
nécessité d'attirer de nouveaux ac- l'emploi, population âgée, revenusrevenu médian par UC atteint 18 300€.
tifs sont autant de facteurs qui mili- plus faibles, accès aux équipementsC'est là une opportunité de dévelop-
tent pour que s'amplifie le dévelop- pement de services et de loisirs en plus longs. Des solidarités à l'inté-
pement des services à la population : rieur du territoire sont à développerdirection de ces seniors. D'autre
c'est là un enjeu important pour le pour tenter de réduire les effets depart, les besoins des plus de 75 ans,
territoire. Le niveau de revenu des davantage exposés à des problèmes l'enclavement géographique de ce
ménages dans le territoire, plus éle- canton : c'est l'une des clés pourde dépendance, sont prioritaires et
vé que dans l'espace rural de freiner son déclin.vont aller croissant. Déjà nombreux
D éfinitions
Population active : population résidante qui occupe un emploi, où que soit cet emploi, et chômeurs.
Pôle rural : agglomération (unité urbaine) offrant entre 1 500 et 5 000 emplois et qui n'est pas située dans la zone d'in-
fluence (couronne périurbaine) d'un pôle urbain (unité urbaine de plus de 5 000 emplois).
Revenu médian : Le revenu médian est le revenu qui sépare la population en deux groupes égaux : la moitié de la po-
pulation dispose d'un inférieur (ou supérieur) à ce revenu. Il est déclaré par les contribuables sur la déclaration
de revenus, avant abattement et redistribution. Il est calculé par unité de consommation afin de permettre des compa-
raisons entre territoires, indépendamment des différences de structure des ménages.
Richesse fiscale : Produit théorique que recevraient les communes et leurs groupements s'ils appliquaient les taux
moyens nationaux modulés selon la taille de la commune pour chacune des quatre taxes directes, à leurs propres bases.
Coefficient de mobilisation : produit des quatre taxes divisé par la richesse fiscale.
5
6pages n° 136 - Insee Midi-PyrénéesLes divers enjeux auxquels est con- intercommunalités à fiscalité propre, comptent moins de 5 000 habitants.
fronté l'ensemble du territoire appel- contre seulement 22 % dans l'espace D'autant que dans son ensemble, le
lent un renforcement des coopéra- rural régional. Mais la mutualisation territoire dispose de marges de ma-
tions internes. Le degré d'intégration de moyens à l'échelle du territoire nœuvre financières. Sa richesse fis-
intercommunale y est déjà plus élevé s'impose pour gagner en efficacité et cale, supérieure à celle de l'espace
que dans les zones de référence : en financer des projets structurants. rural régional, apparaît moins mobi-
2008, 29 % des dépenses d'équipe- L'intercommunalité est en effet au- lisée que dans les zones de réfé-
ment des communes et de leurs jourd'hui très morcelée : la moitié rence, en particulier dans les com-
groupements sont réalisées par les des communautés de communes munautés de communes les plus
riches. La mise en place du SCAES,
concomitante avec la réforme de l'in-
tercommunalité, apporte un cadre de
réflexion adapté.
Des coopérations sont aussi à déve-
lopper avec les territoires limitro-
phes. Avec la communauté d'agglo-
mération de Brive, elles mériteraient
de porter sur les modes de transport
doux (transport en commun, covoitu-
rage) et sur l'anticipation du dévelop-
pement de Brive, pour prévoir l'ac-
cueil des populations dans sa zone
d'influence. Le développement tou-
ristique du Nord-du-Lot semble aussi
passer par une coordination accrue
avec le territoire voisin du Sarladais,
pour tenter de valoriser de façon plus
équilibrée un large territoire, particu-
lièrement riche en attraits.U n diagnostic pour un territoire
Ce diagnostic de territoire a été réalisé dans le cadre d'un partenariat entre
le Conseil général du Lot et l'Insee Midi-Pyrénées. Il vise à décrire les évolu-
tions sociodémographiques et économiques en cours pour aider les acteurs
locaux à la mise en œuvre d'un Schéma de Cohérence des Aménage-
ments, Equipements et Services (SCAES) dans le Nord-du-Lot. L'étude
met en perspective le territoire avec deux zones de référence : l'ensemble
du département du Lot et la région Midi-Pyrénées en dehors des aires
urbaines, appelé ici espace rural de Midi-Pyrénées.
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION RÉGIONALE
DE MIDI-PYRÉNÉES
Téléphone : 05 61 36 61 36P our en savoir plus Télécopie : 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six Ponts
BP 94217
- « Population de Midi-Pyrénées en 2040. Une croissance toujours forte, 31054 TOULOUSE CEDEX 4
mais qui se ralentit », Insee Midi-Pyrénées, 6 Pages n° 130, décembre 2010.
Directeur de la publication :
- « SCAES de Cahors - Sud du Lot, une dynamique économique à relancer », Jean-Philippe Grouthier
Rédacteur en chef : Bernard NozièresInsee Midi-Pyrénées, 6 pages n° 129, octobre 2010.
Maquettiste : Évelyne De Mas
- « Équipements dans le Lot : un réseau équilibré de pôles de services »,
Imprimeur : EscourbiacInsee Midi-Pyrénées, 6 Pages n° 127, juin 2010.
Dépôt légal : juillet 2011
ISSN : 1262-442X- « Population du Lot - Les nouveaux arrivants portent la croissance », Insee
CPPAP : 183ADMidi-Pyrénées, 6 pages n° 122-46, novembre 2009.
6
6pages n° 136 - Insee Midi-Pyrénées

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.