Sous-traitance aéronautique et spatiale en Midi-Pyrénées : conjoncture favorable mais dépendance accrue

De
Publié par

Ces dernières années, la situation des établissements liés à la construction aéronautique et spatiale, soutenus par le grand dynamisme du marché du transport aérien, n'a cessé de s'améliorer. Cette conjoncture favorable s'accompagne d'une dépendance accrue envers les constructeurs : en 2000, les commandes aéronautiques et spatiales représentent plus de 38 % du chiffre d'affaires total des établissements liés, soit le taux le plus élevé depuis quinze ans.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 56
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 51 : septembre 2001
Sous-traitance aéronautique et spatiale en Midi-Pyrénées :
conjoncture favorable mais dépendance accrue
Poids des commandes aéronautiques et spatiales
% dans le chiffre d'affaires des établissements liés
40
35
30
25
20
1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Source : Insee Midi-Pyrénées, enquêtes sous-traitance aéronautique et spatiale
Ces dernières années, la situation des établissements liés INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION REGIONALEà la construction aéronautique et spatiale, soutenus par le
DE MIDI-PYRENEES
Téléphone : 05 61 36 61 36grand dynamisme du marché du transport aérien,
Télécopie : 05 61 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
31054 TOULOUSE CEDEX 4n'a cessé de s'améliorer. Cette conjoncture favorable
Directeur de la publication :
Benjamin Camuss'accompagne d'une dépendance accrue envers
Rédacteur en chef :
Bruno Mura
les constructeurs : en 2000, les commandes Maquettiste :
Monique Galou
aéronautiques et spatiales représentent plus de 38 % Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770 Colomiers
Dépôt légal : septembre 2001
ISSN : 1262-442Xdu chiffre d'affaires total des établissements liés, CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG5176
soit le taux le plus élevé depuis quinze ans. Prix : 2,29 - 15 F
1Sous-traitance aéronautique et spatiale en Midi-Pyrénées :
conjoncture favorable mais dépendance accrue
l’instar de beaucoup d'industries L'emploi dépendant de la construction aéronautique
d’équipement, la construction et spatiale en Midi-Pyrénées en 2000A aéronautique et spatiale s’appuie
Aéronautique Espace Total dontsur des réseaux de compétences très
Midi-Pyrénées Haute-Garonne
divers, relevant de milieux professionnels
Constructeurs 13 960 4 090 18 050 15 830
variés. Organismes associés 2 990 2 590 5 580 5 470
Emplois dédiés dans 10 630 2 290 12 920 10 400
les établissements liésPlus de cinq cents
Total des emplois directs 27 580 8 970 36 550 31 700établissements liés
Enseignement - recherche et 3 440 1 660 5 100 5 090
En Midi-Pyrénées, un peu plus autres activités aérospatiales
de 530 établissements sont ainsi Autres emplois induits 25 010 8 820 33 830 30 280
fournisseurs, sous-traitants ou presta- Total des emplois induits 28 450 10 480 38 930 35 370
taires de services pour le secteur Total 56 030 19 450 75 480 67 070
aéronautique et spatial. Près de 50 % Source : Insee Midi-Pyrénées, estimation 2000
d’entre eux sont des établissements
industriels, travaillant pour la plupart
dans le domaine de la métallurgie, de
Pour évaluer l’impact direct des travaux procurés par le secteur aéronau-la transformation des métaux ou de la
tique et spatial, la convention suivante a été adoptée : tout établissementmécanique. Les prestataires de services,
qui réalise plus de 50 % de son chiffre d’affaires avec la constructionessentiellement des sociétés informa-
aéronautique et spatiale est considéré comme totalement dépendant de ce
tiques et des bureaux d’études, sont débouché. L?emploi d?di? est donc égal à la totalité de son effectif salarié.
un peu moins nombreux (30 % des En dessous du seuil de 50 %, ?emploi d?di? est proportionnel au poids des
établissements). On compte aussi des ventes aéronautiques et spatiales dans le chiffre d’affaires total.
établissements liés dans les domaines
?emploi induit par le pôle aéronautique et spatial sur l’ensemble des
de la construction et du commerce activités de construction, de commerce et de services est estimé au prorata
de gros. du poids de l’emploi directement lié à l’aéronautique et à l’espace en Midi-
Pyrénées. Il s’agit évidemment d’une approximation dont on ne peut tirer
que des ordres de grandeur.Depuis 1993, année qui a
marqué la fin de la récession dans la
salariés des établissements liés ont induits dans les commerces, laconstruction aéronautique, les effectifs
augmenté à un rythme plus soutenu construction ou les services aux
que chez les constructeurs eux-mêmes. personnes).
Evolution de l'emploi
Au total, les établissements liéssalarié
comptent 25 000 emplois salariés, dont Des établissements
Base 100 en 1986
170 environ 13 000 sont complètement très dépendants
160 dédiés aux travaux aéronautiques et
Etablissements liés150 spatiaux. Depuis 1995, année de la reprise
140 dans la construction aéronautique et
130 Au-delà de ces cinq cents établis- spatiale, les établissements liés
sements liés et des constructeurs régionaux n’ont cessé d’accroître leur120
eux-mêmes, la construction aéronauti- dépendance vis-à-vis des donneurs110 Constructeurs
que et spatiale a, en 2000, un impact d’ordres de ce secteur. De façon évi-100
global estimé à environ 75 000 emplois dente, à court terme, la vigueur de cette90
1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 salariés en Midi-Pyrénées dont 67 000 reprise entraîne nécessairement une
en Haute-Garonne (services de plus forte dépendance des sous-traitantsSource : Insee Midi-Pyrénées, enquêtes
sous-traitance aéronautique et spatiale recherche, commercialisation, emplois qui vont privilégier leurs principaux
2
lEL
mploi d?di? et emploi induitPoids du chiffre d'affaires aéronautique et spatial Poids des ventes
dans le chiffre d'affaires total aéronautiques et spatiales
Mécanique générale dans le chiffre d'affaires total
Métallurgie, transformation
des métaux Part du Nombre Salariés
Equipements électriques CA (en %) d'établissements au
et électroniques
31.12.2000
Services aux entreprises
Moins de 10 159 7 096
Activités informatiques
de 10 à 24 101 3 169
Ensemble de 25 à 49 82 4 505
Aéronautique de 50 à 74 66 4 120Autres activités secondaires
de 75 à 89 37 1 167
Equipements mécaniques 90 et plus 88 5 167
Espace
Ensemble 533 25 224Autres activités tertiaires
%
0 1020304050607080 Source : Insee Midi-Pyrénées, enquête sous-traitance
Source : Insee Midi-Pyrénées, enquête sous-traitance aéronautique et spatiale 2001 aéronautique et spatiale 2001
donneurs d'ordre. Il est remarquable représente plus de 32 % de leur chiffre notamment Boeing aux Etats-Unis,
que cette dépendance se soit aussi d’affaires. Ils le sont beaucoup moins Embraer au Brésil ou Bombardier au
accentuée sur le long terme. En effet, de la construction spatiale (6 % de leur Canada.
elle est aujourd’hui bien au-dessus du chiffre d’affaires).
En 2000, la part des travauxniveau constaté dans les années 80. En
2000, les établissements liés réalisent Une relative aéronautiques et spatiaux destinés à
ainsi plus de 38 % de leurs ventes en diversification l’étranger est particulièrement forte
direction de ce secteur. géographique dans les équipements électriques et élec-
troniques (46 %), les équipements
mécaniques (38 %) et la métallurgie et La dépendance vis-à-vis du sec- Si la diversification sectorielle a
la transformation des métaux (34 %).teur aéronautique et spatial est plus ou plutôt diminué, à l’opposé, une rela-
moins forte selon le domaine d'activité tive diversification géographique se Chez les prestataires de services, l’acti-
des sous-traitants. Les unités travaillant ferait sentir. En un an, le poids des vité répond essentiellement à une
dans la construction ou le commerce ventes à l’étranger passe de 18 % en demande locale. A plus de 80 % dans
les sociétés informatiques et de 68 %de gros sont peu liées à l’aéronautique 1999 à 23 % en 2000 ; si la part des
dans les services aux entreprises, leset l’espace : elles ne réalisent que 13 % ventes dans l’Union européenne reste
de leur chiffre d’affaires avec ce secteur. stable (10 %), la part des ventes hors travaux aéronautiques et spatiaux sont
En revanche, ce pourcentage atteint 50 % Union européenne augmente nette- effectués pour des donneurs d’ordres
chez les sous-traitants industriels et les ment (13 % en 2000, contre 8 % en de la région. Les possibilités d’accéder
à des marchés plus vastes augmententprestataires de services. Il dépasse les 1999). Ce mouvement concerne essen-
avec la taille des établissements. Ainsi,60 % en mécanique et en métallurgie tiellement les grands sous-traitants
et transformation des métaux. Dans les industriels qui sont en relation avec ceux de plus de 100 salariés réalisent
sociétés informatiques et les bureaux
Répartition du chiffre d'affaires d’études, la part des ventes avec l’aéro-
selon l'origine géographique des commandesnautique et l’espace représente plus de
50 % du chiffre d’affaires total. Contrai-
Equipements mécaniques rement aux sous-traitants industriels,
Equipements électriques
ces prestataires de services travaillent et électroniques
Métallurgie, transformation pour une part importante avec le sec-
des métaux
teur spatial ; dans les sociétés informa- Mécanique générale
tiques, la part des ventes au secteur Autres activités secondaires
spatial (23 % du chiffre d’affaires
Activités tertiaires
total) est proche de la part des ventes
Ensembleau secteur aéronautique (27 %). (%)
0 20406080 100
Midi-Pyrénées Union européenne hors FranceGlobalement, les établissements
Autres régions françaises Reste du monde
liés sont toujours aussi dépendants de
Source : Insee Midi-Pyrénées, enquête sous-traitance aéronautique et spatiale 2001la construction aéronautique, qui
348 % de leurs travaux aéronautiques et l’unité. Il passe ainsi de 8 % dans les
spatiaux en dehors de Midi-Pyrénées, structures de moins de 10 salariés à
contre 28 % pour ceux de moins de 79 % dans les unités de plus de 100
10 salariés. salariés.
Midi-Pyrénées est, après l’Ile-de-France, la
première région d’implantation des indus-
La moitié du chiffre Au total, 64 % des salariés des tries aéronautiques et spatiales en France.
Le secteur rassemble en 2000 un peu moinsd’affaires réalisé par établissements liés de Midi-Pyrénées
de 20 000 salariés, soit 13 % de l’ensem-une quinzaine dépendent d’entreprises contrôlées
ble des effectifs de l’industrie. Deuxièmed’établissements majoritairement par un groupe. Ce
employeur industriel de Midi-Pyrénées,
taux est très variable selon l’activité des après l’agroalimentaire, il est surtout
En 2000, plus du tiers des unités. Il est très faible en mécanique orienté vers la fabrication d’avions civils
et de satellites. Dans cet ensemble, le pôleétablissements régionaux travaillant générale et proche de 70 % dans les
aéronautique formé autour de EADS tientpour la construction aéronautique et équipements électriques et électroni-
une grande place. Il emploie plus de 10 000
spatiale ont moins de 10 salariés. Le ques et en métallurgie et transforma- salariés, près de l’aéroport de Blagnac. Mais
poids de ces établissements de taille tion des métaux. Il dépasse 78 % dans le secteur compte aussi dans le domaine
artisanale est relativement faible. En les activités informatiques. Les spatial deux unités d’importance,
Astrium et Alcatel Space Industries. Horseffet, ils ne réalisent que 5 % du groupes implantés en Midi-Pyrénées
agglomération toulousaine, deux sociétésmontant des ventes aéronautiques et sont très majoritairement français : plus d’envergure sont installées l’une dans les
spatiales régionales. A l’opposé, une de 80 % des salariés dépendant Hautes-Pyrénées et l’autre dans le Lot. Il
quinzaine d’établissements concentrent d’entreprises contrôlées par un groupe s’agit de la SOciété de Constructions
d’Avions de Tourisme de TArbesprès de la moitié des travaux régionaux. le sont par un groupe français.
(SOCATA) et de Ratier-Figeac, principalCes gros établissements, qui emploient
hélicier français. L’industrie aéronautique
au total plus de 5 000 salariés, sont Forte concentration et spatiale est sans conteste la clef de voûte
toujours très dépendants des construc- dans l’agglomération de l’économie midi-pyrénéenne. Le secteur
teurs. En 2000, leurs ventes aéronau- toulousaine. est de loin le premier exportateur régional.
Les coopérations internationales, de plustiques et spatiales représentent 70 %
en plus fréquentes dans ce domaine, sont
de leur chiffre d’affaires total. Plus de 72 % des établissements par ailleurs source de connaissance accrue
liés régionaux et de leurs salariés sont des marchés étrangers et des dernières nou-
Plus largement, l’autonomie installés dans l’agglomération toulou- veautés techniques. Le contexte est favo-
rable pour la construction d’avions civils.financière des établissements liés reste saine. Ils n’étaient qu’un peu plus de
Elle bénéficie de la percée accrue deslimitée, puisqu’ils appartiennent très 60 % au début des années 1990. La
avions européens de la gamme Airbus sur
souvent à des structures de groupes répartition géographique des salariés le marché avec, pour la première fois en
d’entreprises. Plus de 23 % des établis- suit la même évolution : 73 % d’entre 1999, un nombre de commandes
sements liés régionaux sont rattachés à eux travaillent dans l’agglomération, d’Airbus supérieur à celui des Boeing. Le
lancement par le constructeur européen duun groupe, alors qu’ils ne sont que 9 % contre 59 % au début de la décennie.
programme d’avion gros porteur A380,dans l’ensemble de l’industrie régionale. En 2000, les établissements situés dans
dont Toulouse est chargé de réaliser
Le pourcentage s’élève avec la taille de l’agglomération toulousaine ont reçu l’assemblage, conforte par ailleurs la place
de l’industrie aéronautique en Midi-Pyrénées.
De son côté, la construction spatiale quiPoids du chiffre d'affairesPoids des établissements
rassemble 20 % de l’emploi du secteuraéronautique et spatialsous contrôle majoritaire
bénéficie de l’essor récent de la téléphoniedans le chiffre d'affaires totaldans les établissements liés
des établissements liés mobile et d’Internet à l’origine de program-
Tranche Nombre Poids dans le total
mes spécifiques en matière de satellites.
d'effectif des établissements
Toulouse
liés (%) Evolution des commandes et
des livraisons d'avions AirbusEtablis- Salariés Agglomération nombre d'avions
sements 600toulousaine
0 à 9 salariés 14 8 9 Midi-Pyrénées 500
Commandes 10 à 49 salariés 37 16 18 hors agglomération
40050 à 99 salariés 23 44 47 toulousaine
100 salariés 49 79 88 300Midi-Pyrénées et plus
% 200
0 1020304050
Ensemble 123 23 64
100
Aéronautique Espace Livraisons
Sources : Insee Midi-Pyrénées, enquête sous-
0
traitance aéronautique et spatiale 2001- Enquête Source : Insee Midi-Pyrénées, enquête sous-traitance 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000
Liaisons Financières 1998 aéronautique et spatiale 2001 Source : Airbus
4
l??conomie midi-pyr?n?enne
et spatiale, clef de vo?te de
La construction a?r onautiqueSecteurs d'activité des établissements liés en 2000
Evolution 1999-2000 Poids du CA * Effectifs dédiés
aéronautique à la Nombre Salariés au effectifs CA*
et spatial sous-traitance31.12.2000 salariés aéronautique
dans le aéronautique (%) et spatial (%)
CA* total (%) et spatiale
Equipements mécaniques 49 2 944 + 1,6 + 15,4 26,8 880
Equipements électriques et électroniques 45 2 072 + 9,9 + 27,0 54,1 1 380
Métallurgie, transformation des métaux 32 2 661 + 3,9 - 4,0 63,4 1 930
Mécanique générale 59 1 547 + 2,3 + 2,5 67,9 1 260
Autres activités secondaires 95 5 739 + 5,4 + 27,1 27,7 1 740
Activités informatiques 45 3 747 + 9,7 + 20,8 50,5 2 610
Services aux entreprises 119 4 747 + 8,2 + 7,9 52,8 2 790
Autres activités tertiaires 89 1 767 + 17,3 + 25,4 15,4 330
Ensemble 533 25 224 + 6,8 + 13,3 38,4 12 920
* Chiffre d'affaires hors taxes
Source : Insee Midi-Pyrénées, enquêtes sous-traitance aéronautique et spatiale 2000 et 2001
près des deux tiers des commandes
Evolution du chiffre d'affaires*
aéronautiques régionales et la quasi- Base 100 en 1986400
totalité des commandes spatiales. Les
350
prestataires de services, qui travaillent
Constructeurs
300beaucoup avec le secteur spatial,
250sont pratiquement tous situés dans
l’agglomération toulousaine. Les 200 Etablissements liés
établissements situés en dehors de cette
150
agglomération, sous-traitants indus- CA dû à l'aéronautique et l'espace
100 des établissements liés
triels pour la moitié d’entre eux, sont
50nettement plus dépendants des
1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000
constructeurs aéronautiques et spatiaux *chiffre d'affaires hors taxes
Source : Insee Midi-Pyrénées, enquêtes sous-traitance aéronautique et spatialeque les établissements toulousains qui
ont une clientèle plus diversifiée.
devraient se répartir les commandes nautique et spatiale. Ainsi, après le
La concentration géographique d’outillage de l’A380. grand dynamisme des années 1997 et
des établissements liés devrait encore 1998, la croissance conserve en 2000
s’accentuer dans les années à venir avec Enfin, le Conseil Régional et le rythme plus modéré adopté en 1999.
la création de zones industrielles l’Etat ont lancé le plan « ADER » d’aide En hausse de plus de 20 % en 1997 et
dédiées à l’aéronautique. Ainsi, à proxi- à la sous-traitance pour accompagner 1998, les ventes destinées au secteur
mité de l’aéroport de Blagnac, le programme A380. L’un des objec- aéronautique et spatial ont augmenté
« Aéroconstellation » s’étendra, d’ici tifs de ce plan est une forte incitation de 11 % en 1999 et 13 % en 2000. Si
trois ans, sur plus de deux cents au regroupement d’entreprises pour la hausse du chiffre d’affaires aéronau-
hectares. Cet espace ne sera pas réservé atteindre une taille suffisante et tique des établissements liés est stable
uniquement à l’assemblage de l’A380, améliorer ainsi leur compétitivité et leur par rapport à 1999 (+ 14 %), les ventes
il accueillera également tous les sous- productivité. en direction du secteur spatial, en baisse
traitants de l’avionneur européen qui l’an passé, repartent en 2000 (+ 12 %).
souhaitent se rapprocher de leur Une conjoncture
donneur d’ordres. Des regroupements toujours favorable Les unités à caractère industriel,
industriels se créent également hors qui regroupent un peu plus de la
agglomération de Toulouse. Ainsi, dans Les établissements liés bénéficient moitié des établissements considérés,
le Tarn, une vingtaine d’entreprises de d’une conjoncture favorable depuis profitent inégalement du dynamisme
la métallurgie et de la mécanique ont plusieurs années dans le sillage de la de la construction aéronautique et
fondé l’association « Eole 381 » et forte activité de la construction aéro- spatiale. En 2000, les ventes destinées
5
P
our en sav oir plusà ce secteur augmentent fortement
pour les entreprises productrices
Depuis 1983, l’Insee Midi-Pyrénées réalise chaque année une enquête auprès des d’équipements électriques et électroni-
établissements régionaux susceptibles de travailler pour la construction aéronautique et ques, et, de façon plus modérée pour
spatiale.
celles qui fabriquent des équipements
En avril 2001, un questionnaire a été envoyé à 1 500 établissements. Sur 900 réponses, mécaniques. Dans la métallurgie et
556 ont été exploitées : 23 concernent des établissements aéronautiques
la mécanique générale, en revanche, laet spatiaux qualifiés ici de "constructeurs" et 533 des unités appartenant à d’autres
croissance marque le pas ; la pressionsecteurs d’activité. Ces dernières constituent ce que l’on appelle les « ??tablissements li?s? ».Les
réponses non exploitées correspondent pour l’essentiel à des établissements hors champ de sur les prix est telle que, malgré un
l’enquête ou nouvellement créés ou encore ayant cessé toute activité. Les non-réponses volume de travaux en hausse, le chiffre
concernent généralement des unités peu liées à la construction aéronautique et spatiale, ou
d’affaires aéronautique et spatial stagne.
encore en restructuration. En raison de différences des taux de réponses, les résultats de cette
En 2000, la demande aéronautique etenquête ne sont pas directement comparables à ceux de l’enquête 2000.
spatiale auprès des sociétés informati-L’Insee Aquitaine réalise depuis deux ans la même enquête ; les résultats de l’enquête
ques reste très active, mais se ralentit2000 sont publiés dans « Le dossier Insee Aquitaine » n° 36 de février 2001.
auprès des bureaux d’études.
Après le ralentissement observé en
1999 dans les établissements liés
(+ 3,5 %), la croissance des effectifs
ucteurs et ?tablissements li?s : sont considérés comme constructeurs des unités comme s’accélère à nouveau (+ 6,8 %). Les
EADS évidemment, mais aussi de grands sous-traitants de premier rang comme Latécoère et prestataires de services, en particulier,
Ratier-Figeac car ils relèvent du secteur de la construction aéronautique. Parmi les établisse-
ont considérablement embauché au
ments liés, on trouve des unités industrielles et de services dont l’activité principale exercée est
cours de l’année 2000 ; certainshors construction aéronautique, comme par exemple Fortech, Blanc Aéro Industries, Labinal,
Cap Gemini… bureaux d’études et sociétés de services
informatiques ont procédé à des recru- : établissement qui réalise pour le compte d’un ou plusieurs industriels des secteurs
aéronautique et spatial, selon un cahier des charges préétabli, la fabrication de pièces, de tements importants dans la perspective
produits, d’éléments d’ensembles ou de sous-ensembles. On parle de de la construction de l’A380 à Toulouse.
lorsque l’établissement offre une capacité de travail supplémentaire aux industriels qui font
appel à lui. On parle de lorsque l’établissement offre une technique
Le dynamisme de l’activité devraitqui fait défaut aux entreprises qui font appel à lui.
se confirmer largement en 2001. En
ournisseur : établissement dont le lien avec l’industrie aéronautique et spatiale est essentielle-
début d’année en effet, près de cinqment commercial et ne donne lieu à aucune intervention technique de la part du client.
Les produits offerts sont immédiatement identifiables sur catalogues et disponibles en stock. établissements sur dix estiment que le
volume des travaux confiés par les: établissement qui prend en charge une partie des activités non indus-
trielles (études techniques, informatiques ...) d’un ou plusieurs industriels des secteurs aéronau- constructeurs augmente, alors qu’ils ne
tique et spatial. sont qu’un sur dix à signaler une baisse
des commandes. L’optimisme est
cependant plus mesuré chez les presta-
taires de services que chez les sous-
traitants industriels.
: chaudronnerie, fabrication de structures métalliques,
fabrication de machines et d’équipements professionnels, fabrication d’armes et de munitions.
Françoise BOUESSE
: fabrication de machines de bureau et de
matériels informatiques, fabrication de moteurs, générateurs et transformateurs électriques,
fabrication d’appareils d’émission et de transmission, de matériel de mesure et de contrôle.
: métallurgie, transformation de métaux et récupération.
ale : usinage de pièces mécaniques, entretien, réparation. « L’industrie en Midi-Pyrénées ». Insee et
Drire Midi-Pyrénées, dossier n° 104, juillet
: autres activités manufacturières et de construction.
2001.
« Aéronautique, espace et sous-traitance ».ctivit?s infor matiques : conseil en informatique, réalisation de logiciels, traitements de
Insee Midi-Pyrénées, dossier n° 100,données, banques de données.
novembre 2000.
: ingénierie et études techniques, autre conseil « 15 ans d’aéronautique et d’espace en Midi-
et assistance aux entreprises, sélection et fourniture de personnel, publicité. Pyrénées ». Insee Midi-Pyrénées, dossier
n° 85, septembre 1997. : commerce de gros et activités tertiaires non détaillées par ailleurs.
6
rAPrPPAFAIIQ
utr es activit?s ter tiair es
Sevices fournis principalement aux entr eprises
utr es activit?s industrielles
M?canique g?n?r
M?tallurgie et tr ansformation des m?taux
our en sav oir plus
ndustries des ?quipements ?lectriques et ?lectroniques
ndustries des ?quipements m?caniques
Regr oupement des activit?s
estatair e de services
sous-tr aitance de sp?cialit?
sous-tr aitance de capacit?
Sous-tr aitant
Constr
uelques d?finitions
our compr endr e ces r?sultats

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.