Tableaux Économiques Régionaux de Guadeloupe 2007 : Environnement

De
Publié par

La variété des climats, des reliefs et de la végétation constituent une des richesses de la Guadeloupe. La préservation de cet environnement est un enjeu de développement économique majeur. L'amélioration de la conservation des milieux naturels passe par un renforcement du réseau d'aires naturelles protégées, notamment par acquisition foncière d'espaces littoraux et forestiers et par la mise en œuvre d'outils de protection stricts.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 95
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

2. Environnement
Présentation Définitions
La variété des climats, des reliefs et de ZNIEFF : Zone naturelle d’intérêt écologique,
faunistique et floristique. Ce sont des zonesla végétation constituent une des
répertoriées afin de permettre la programmationrichesses de la Guadeloupe. La
d’une politique de gestion et de protection du
préservation de cet environnement est milieu naturel. Les zones de type I correspondent
un enjeu de développement à des sites précis d'intérêt biologique remarquable
économique majeur. L'amélioration de avec la présence d’espèces ou d’habitats de
grande valeur écologique. Les zones de type IIla conservation des milieux naturels
recouvrent de grands ensembles naturels etpasse par un renforcement du réseau
peuvent contenir des zones de type I.
d'aires naturelles protégées, notamment
par acquisition foncière d'espaces Réserve naturelle : Territoire classé lorsque la
littoraux et forestiers et par la mise en conservation de la faune, de la flore, du sol, des
eaux, de gisements de minéraux et de fouilles et,œuvre d'outils de protection stricts.
en général, du milieu naturel présente une
importance particulière ou qu’il convient de les
L'inventaire guadeloupéen de la soustraire à toute intervention artificielle
biodiversité a été réalisé sur un peu susceptible de les dégrader.
plus de 10 % du territoire. Au total,
Biotope : milieu biologique déterminé offrant à un21 500 hectares (dont 1 250 ha en
ensemble d’êtres vivants des conditions d’habitatmilieu marin) sont concernés par
relativement stables.
l’inventaire ZNIEFF. Les protections par
la maîtrise foncière ou réglementaire Arrêté préfectoral de conservation de biotopes :
cohabitent pour préserver la Arrêté permettant au préfet de fixer les mesures
tendant à favoriser, sur tout ou partie du territoire,biodiversité et la qualité des sites et
la conservation des biotopes nécessaires àpaysages dans des espaces naturels
l’alimentation, à la reproduction, au repos ou à la
remarquables. Environ le quart de la survie d’espèces animales ou végétales protégées.
région bénéficie de protections plus ou
moins fortes. Site classé, site inscrit : La loi du 2 mai 1930
modifiée, relative à la protection des monuments
naturels et des sites, comporte deux niveaux deLe Parc National de la Guadeloupe
protection :
couvre 29 500 hectares de milieux - une protection rigoureuse de l’espace qui
forestiers variés, dont 17 200 pour la s’applique aux sites classés ;
Zone Centrale. Il abrite environ 300 - une surveillance dans les sites inscrits.
espèces d'arbres. Les réserves
naturelles, marines et littorales
concernent aussi bien la Guadeloupe
« continentale » que les Voir aussi
« dépendances » (Saint-Barthélemy,
Saint-Martin, les îles de Petite Terre - www.environnement.gouv.fr
dans la commune de La Désirade).
24 Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe
Milieu naturel 2.1
Les ZNIEFF par zone géographique La forêt en 2007
en 2006
Nombre Surface (ha) Surface (ha)
Grande-Terre 20 12 677 Forêt départementalo-domaniale (FDD) 27 765
Basse-Terre 27 4 992 Forêt domaniale du littoral (FDL) 1 796
Iles du Nord 9 845 Forêt départementale (FD) 1 415
Marie-Galante 4 1 613 Domaine public maritime
Les Saintes 5 380 lacustre et terrestre (DPML) 7 455
La Désirade 4 740 Source : Office National des Forêts
Ensemble 69 21 247
Source : DIrection Régionale de l'ENvironnement
Espaces naturels faisant l'objet d'une protection réglementaire en 2006
Nombre Surface (ha)
Au titre de la protection de la biodiversité
Zones centrales de Parc national 1 17 223
Réserves naturelles nationales 4 9 305
Arrêtés de protection du biotope 11 1 179
Réserves naturelles régionales 1 11
Ensemble 27 718
Au titre de la protection des espaces naturels remarquables
Sites classés 5 2 530
Sites inscrits 5 1 614
Ensemble 4 145
Source : DIrection Régionale de l'ENvironnement
Espaces naturels protégés par des mesures contractuelles nationales en 2006
Nombre Surface (ha)
Zones périphériques de Parc national 1 12 291
Espaces gérés par le CELRL* nd 2 115
Ensemble 14 406
* : Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres
Source : DIrection Régionale de l'ENvironnement
Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe 252. Environnement
Présentation Définitions
Les activités humaines engendrent une Déchets ménagers et assimilés : déchets produits
par les ménages et par l’activité économique etpollution qui menace les espaces
collective qui ne sont ni dangereux ni inertes pournaturels.
l’environnement et qui peuvent prendre les
De nombreuses lacunes apparaissent mêmes circuits de traitement et d’élimination que
dans le domaine du traitement et de les ordures ménagères.
l’élimination des déchets. Installation classée pour la protection de
l’environnement soumise à autorisation :Une gestion peu efficace des
installation qui entre dans le champ d’application dedécharges, favorise l’apparition des
la loi du 19 juillet 1976 et pour laquelle le régime de
décharges sauvages ainsi que classement au titre de décret de nomenclature du 20
l’infiltration de lixiviats (eaux ressortant mai 1953 est celui de l’autorisation préfectorale.
des déchets). Installation classée SEVESO : installation qui
entre dans le champ de la directive européenne
actualisée en février 1999 dite « SEVESO2 »En 2005, le tonnage de déchets atteint
concernant les risques majeurs de certaines
en Guadeloupe plus de 240 000 tonnes activités ou dans celui de législations
soit 10 % de plus qu’en 1999. particulières. 2 catégories d’établissements sont à
La quasi-totalité des déchets est distinguer : les établissements à Servitude d’Utilité
Publique (SUP ou SEVESO2 à hauts risques) etorientée vers des décharges dont peu
ceux à seuil bas (SEVESO2 à moindres risques).sont équipées d’incinérateur avec ou
TGAP : taxe générale sur les activités polluantes.
sans valorisation thermique. Cyclone : perturbation, au sens météorologique
Cependant, le volume de déchets triés du terme, des zones tropicales. La force du vent
augmente fortement. détermine son intensité (définie par rapport au
vent maximum soutenu sur une minute).
Dépression tropicale (D) : vents inférieurs à 63 km/hFin 2005, une centaine d’installations
Tempête tropicale : vents entre 63 et 118 km/h. Le
est classée comme comportant un cyclone est alors « baptisé ».
risque industriel ou technologique pour Si le vent dépasse 118 km/h c’est un ouragan. Les
l’environnement. Parmi elles, 4 relèvent dégâts occasionnés par le vent sont fonction de
l’intensité de cet ouragan.de la directive SEVESO2 de février
Classification selon Saffir-Simpson :1999 et sont identifiées comme
Classe 1 : vents entre 118 et 153 km/h
établissements à hauts risques. Classe 2 : vents entre 154 et 177 km/h
Classe 3 : vents entre 178 et 209 km/h
Même si la période 2005-2006 a été Classe 4 : vents entre 210 et 249 km/h
Classe 5 : vents dépassant 249 km/h.marquée par de nombreux cyclones,
aucun n’a affecté la Guadeloupe.
Voir aussi
- www.environnement.gouv.fr.ademe.fr
- www.météo-france.fr
26 Tableaux Économiques Régionaux GuadeloupeDéchets et risques 2.2
Déchets ménagers et assimilés traités dans des installations autorisées
Unités : millier de tonnes et %
Guadeloupe France
1999 2005 2004
Quantités totales traitées 216,8 241,8 45 827,0
dont : Incinérées sans récupération d'énergie 4,3 0,0 678,2
Mises en décharges autorisées 212,3 234,5 21 275,4
Triées 0,1 7,3 6 315,9
Taux de traitement en %
dont : Taux d'incinération sans récupération d'énergie 2,0 0,0 1,5
Taux de mise en décharge 97,9 97,0 46,4
Taux de tri 0,1 3,0 28,0
Source : Agence de l'Environnement de la Maîtrise de l'Energie
Installations classées pour la protection de l'environnement au 31 décembre
2005 2006
Nombre d'établissements soumis à autorisation 116 123
dont : Elevages 15 15
Etablissements soumis à servitude d'utilité publique 2 2
SEVESO seuil bas 0 2
Carrières 32 *15
Nombre d'établissements soumis à TGAP d'exploitation 54 51
* en activité
Source : DRIRE A-G
Principaux cyclones en Guadeloupe (y compris îles du Nord) depuis 1996 *
Date Nom Classe Date Nom Classe
Guadeloupe Saint-Barthélemy
8/09/96 Hortense T 8/07/96 Bertha 1
20/09/98 Georges 3 21/09/98 Georges 2
20/10/99 José 1 20/10/99 José 2
19/11/99 Lenny T 18/11/99 Lenny 4
21/08/00 Debby T 23/08/00 Debby 1
17/09/00 Hélène T 14/09/04 Jeanne T
13/09/04 Jeanne T 2/08/06 Chris T
* ayant approché la Guadeloupe ou Saint-Barthélemy à moins de 100 miles
Source : Météo France
Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe 272. Environnement
Présentation
La consommation d’eau potable en baignade constitue un programme
Guadeloupe s’établit en 2006 à 31,9 d'envergure dont le coût annuel dépasse
3millions de m soit 0,9 % de moins qu’en les 3,8 millions d'euros, financé
2004. En terme de consommation par pratiquement à part égale par l'Etat et les
abonné, la baisse est significative communes.
puisqu’elle atteint 6,1 %. Dans Deux catégories d'indicateurs sont
l’ensemble, on ne peut que constater le utilisées pour mesurer la qualité des eaux
comportement responsable des de baignade : des paramètres
guadeloupéens : l’évolution du volume microbiologiques et des paramètres
consommé est toujours moins importante physico-chimiques.
que celle de la consommation par La qualité des points d’eau douce soumis
habitant. Les baisses les plus à contrôle a progressé : 3 points sur 12
spectaculaires sont à mettre à l’actif de sont classés de bonne qualité alors qu’en
communes de l’arrondissement de Basse- 2005, un seul point sur 14 avait été
Terre : les consommations par habitant de labellisé. Les autres sont de qualité
Capesterre-Belle-Eau et de Vieux moyenne.
Habitants ont chuté respectivement de Sur les 114 plages contrôlées, 89 ont été
24,5 % et 21,1 %. En revanche, c’est là considérées de bonne qualité et 23 de
aussi que l’on enregistre les hausses les qualité moyenne, en nette progression par
plus importantes avec Pointe Noire rapport à 2005.
(+11,1 %) et surtout Sainte Rose
(+28,8 %). Définitions
S’agissant de l’arrondissement de Grande-
Point de baignade contrôlé : les points retenus etTerre, il faut relever le bon comportement
contrôlés sont ceux fréquentés habituellement par le
de l’ensemble des communes avec une public à des fins de baignade proprement dite, ou de
mention spéciale pour Baie-Mahault dont loisirs mettant les individus en contact avec l’eau.
le volume de consommation augmente Qualité de l'eau :
A : bonne qualité ;certes (+5,3 %) mais avec une diminution
B : qualité moyenne ;3du nombre de m consommé par abonnés
C : polluée momentanément ;
(-3,6 %). D : mauvaise qualité.
Enfin, dans les « dépendances », leurs Les eaux de qualité A et B sont conformes aux
ressortissants figurent parmi les plus normes microbiologiques européennes, les eaux de
qualité C et D, non.économes de l’archipel à l’exception de
ceux de Saint-Barthélemy où le volume
d’eau potable et la consommation par
Voir aussi
abonné ont tous les deux augmenté.
Le contrôle sanitaire des eaux de - www.sante.gouv.fr
28 Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe
L’eau 2.3
Consommation d'eau
Unité : m3, m3/an
Consommation Volume Consommation Volume
d'eau par consommé par d'eau par consommé par
commune en 2004 abonné en 2004 commune en 2006 abonné en 2006
Grande-Terre
Les Abymes 4 640 022 195 4 404 993 177
Anse Bertrand 247 607 118 258 281 121
Baie-Mahault 2 466 024 220 2 597 034 212
Le Gosier 2 368 360 204 2 389 334 194
Le Moule 1 266 435 140 1 283 924 136
Morne-à-l'Eau 956 358 142 995 285 143
Petit Canal 392 353 128 387 479 121
Pointe-à-Pitre 2 234 475 246 2 077 478 212
Port Louis 237 558 104 232 049 98
Sainte-Anne 1 575 482 181 1 574 292 172
Saint-François 1 484 160 214 1 462 549 190
Ensemble 17 868 834 189 17 662 698 176
Basse-Terre
Baillif 481 687 205 459 957 195
Basse Terre 1 040 376 178 1 053 828 174
Bouillante 645 032 202 570 017 171
Capesterre-Belle-Eau 1 578 433 220 1 233 870 166
Deshaies 386 054 206 358 571 182
Gourbeyre 666 689 205 654 961 195
Goyave 416 095 145 391 286 123
Lamentin 1 060 533 181 1 056 914 173
Petit Bourg 1 397 142 170 1 359 060 155
Pointe Noire 467 986 154 523 692 171
Saint Claude 885 365 242 882 557 229
Sainte Rose 1 267 859 181 1 741 179 232
Trois Rivières 874 173 248 821 008 226
Vieux Fort 200 032 274 158 024 216
Vieux Habitants 495 024 169 541 638 181
Ensemble 12 024 727 195 11 946 542 186
La Désirade 98 943 116 96 086 106
Marie-Galante Capesterre 162 247 119 139 980 99
Marie-Galante Grand Bourg 279 677 121 265 895 113
Marie-Galante Saint-Louis 109 734 92 101 175 81
Les Saintes 160 426 115 147 841 106
Saint-Barthélemy 346 162 125 401 900 137
Saint-Martin 1 051 323 97 1 028 639 87
Ensemble Guadeloupe 31 939 826 181 31 650 776 170
Source : Communes et syndicats intercommunaux
Qualité des eaux de baignade en 2006
Unité : nombre de points de baignade
A B C Total
Eau douce
Basse-Terre 3 9 0 12
Eau de mer -- - -
Basse-Terre 12 9 1 22
Grande-Terre 24 4 0 28
Les Saintes 5 0 0 5
Marie-Galante 15 1 1 17
La Désirade 3 0 03
Saint-Barthélemy 13 0 0 13
Saint-Martin 14 0 0 14
Ensemble 86 14 2 102
Source : Direction de la Santé et du Développement social
Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe 29

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.