Transports : Un trafic record de conteneurs pour le port du Havre

De
Publié par

En 2000, le port du havre enregistre une hausse de 6% de son activité, due essentiellement aux produits pétroliers raffinés et aux marchandises diverses. L'activité "conteneurs" continue à progresser et s'établit à 14 millions de tonnes. Suite à une nouvelle chute des exportations de céréales, le port de Rouen connaît une baisse globale de 5% de son activité. En revanche, le trafic hors céréales croît et atteint un niveau record de 16 millions de tonnes. La situation du port de Dieppe demeure préoccupante et réclame de lourds investissements pour le rendre vraiment opérationnel.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

TRANSPORTS
Un trafic record de conteneurs pour le port du Havre
Francis COUVOUT
jamais atteint auparavant. Le trafic desTRAFIC DU PORT AUTONOME DU HAVREEn 2000, le port du Havre
(HORS AVITAILLEMENT) conteneurs progresse de 2% et dépasse
enregistre une hausse de 6% de 70 les 1,1 MT. Les produits forestiers sont enTotal
son activité, due essentiellement 60 repli de 7%. En revanche, les produits en-
sachés, sucre, farine et autres, sont en50aux produits pétroliers raffinés
Entrées hausse de 10%. Le trafic fluvial redescend
40et aux marchandises diverses. à 3,6 MT, un chiffre qui reste cependant
30
nettement supérieur à ceux de la périodeL’activité «conteneurs» continue
20 1995 à 1998. L’évolution négative est uneSortiesà progresser et s’établit à 14
10 fois de plus imputable aux produits pétro-
millions de tonnes. Suite à une 0 liers en recul sensible tant pour les entrées
1990 1992 1994 1996 1998 2000 que pour les sorties.nouvelle chute des exportations
Source : Port autonome du Havre Unité : million de tonnes Au terme de l’année 2000, la situation
de céréales, le port de Rouen
du port de Dieppe reste très préoccu-
connaît une baisse globale de à celui de Zeebrugge, son tonnage reste pante. Le trafic total diminue encore de
néanmois bien modeste par rapport à 15% et ne s’élève plus qu’à 600 0005% de son activité. En revanche,
ceux de ses deux autres principaux tonnes contre plus de 2 MT en 1995. Le
le trafic hors céréales croît et concurrents de la Mer du Nord, Anvers et tonnage de la Gare Maritime ne cesse de
Rotterdam. Si ce dernier marque une s’effondrer ; il est tombé cette année àatteint un niveau record de 16
pause en 2000, Anvers et Zeebrugge ont 75 000 tonnes. En outre, la liaison quoti-millions de tonnes. La situation
réalisé une progression du double de dienne avec Newhaven n’a pas été as-
du port de Dieppe demeure celle du Havre. Il importe donc de prépa surée pendant toute l’année. Le taux de-
rer l’avenir en développant les infrastruc remplissage était insuffisant pour encou- -préoccupante et réclame de
tures portuaires comme le projet Port rager l’armateur à persister au-delà du
lourds investissements pour le
2000 vise à le faire. Par ailleurs, le trafic 30 octobre 2000. Le nombre de passa-
rendre vraiment opérationnel. fluvial continue à augmenter et approche gers diminue ainsi de 4% après une
les 3 MT, le double du tonnage de 1995. chute de moitié en 1999. De son côté, le
L’accroissement provient des produits port de commerce recule de 9%. La plu-près une pause en 1999, le port
pétroliers mais aussi des matériaux de part des postes sont en baisse : huiles,Adu Havre renoue avec la crois-
construction et des objets manufacturés. fruits et légumes, sables et carbonatessance (+5,6%) et atteint les 67,5 millions
Le trafic du port de Rouen recule de perdent 20% et plus de leurs tonnages.de tonnes (MT). Cette progression est lé-
5% mais réalise tout de même 22,8 MT, un Les seules satisfactions proviennent degèrement supérieure à celle de Marseille
chiffre supérieur à ceux des années 1994 la pêche, en augmentation de 13% etmais nettement inférieure à celle de Dun-
à 1998. La baisse est due aux exportations de la plaisance. La relance repose main-kerque. Les importations de pétrole brut
de céréales qui chutent de 25%. Hors cé tenant sur le rachat du port privé de New- -restent de loin le poste le plus important
réales, le tonnage augmente de 6% et haven par le Conseil général deavec trois quarts des importations. Leur
s’élève à 16,2 MT, son plus haut niveau Seine-Maritime. L’investissement est trèsfaible accroissement en tonnage annuel
onéreux et les travaux de modernisation(+0,3%) explique l’augmentation mo-
demanderont du temps.TRAFIC MARITIME DU PORT DE ROUENdérée des importations (+4%). Hors pé-
25trole brut, la progression des
Total
importations est nettement plus vigou-
20 AÉROPORTS : LES SUPPRESSIONSreuse avec une hausse de 11%, équiva-
DE LIGNES RÉGULIÈRES FONT CHUTERlente à celle des exportations.
15 LE TRAFIC AU HAVREL’amélioration de l’ensemble du trafic est
Sortiesimputable aux produits pétroliers raffinés
La reprise par Air France ou ses filia10 -et aux marchandises diverses. Avec un
les des deux aéroports haut-normandstonnage de 14 MT, en progression de Entrées
s’est traduite par une suppression de58%, Le Havre est de loin le premier port
1990 1992 1994 1996 1998 2000 lignes régulières. Depuis novembre, Octe-français en matière de marchandises
Source : Port autonome du Rouen Unité : million de tonnes ville n’assure plus qu’une seule ligne régu-conteneurisées. D’un niveau comparable
CAHIER D’AVAL n° 59 - Juillet 2001 23
ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUESAGRICULTURElière avec l’étranger, celle de Londres. Le
trafic global a donc chuté de 15% et ne
s’élève plus qu’à 118 500 passagers com Une année peu favorable-
merciaux sur l’année. Pour sa part l’aéro- aux cultures végétalesport de Boos est obligé de se limiter à une
seule ligne régulière, celle de Lyon qui est
commune avec celle du Havre-Octeville et Max DUBOIS - Direction départementale de l’agriculture et de la forêt de l’Eure
permet ainsi au trafic passager de l’aéro Francis COUVOUT-
port rouennais de remonter à 29 000 pas-
sagers commerciaux.
Avec des résultats mitigés pour grâce aux compléments de prix.
TRANSPORT FERROVIAIRE : Les productions de blé enregistrentl’agriculture, l’an 2000 n’apporte
FORTE BAISSE des rendements moins élevés que ceux
guère de satisfaction auxDU TRAFIC AU 2E SEMESTRE des deux années précédentes. Les résul-
agriculteurs de la région. tats sont cependant meilleurs dans
Après un premier semestre 2000 pro- l’Eure qu’en Seine-Maritime avec 81L’année restera marquée par desmetteur, le trafic ferroviaire de marchan- quintaux par hectare (qx/ha) contre
dises s’effondre au second semestre et cours de viande bovine en chute 77 qx/ha. Les bons résultats de 1998 et
ne s’élève, sur un an, qu’à 12 MT, soit 1999 ont sans doute incité les agriculmais de meilleurs résultats pour -
une baisse de 6% par rapport à 1999. Ce teurs à semer davantage de blé. Les sur-le porc et des rendements enmauvais résultat s’explique en partie par faces ensemencées progressent en effet
les mauvaises conditions climatiques qui baisse pour le blé, comme pour de 2%, soit près de 5 000 hectares. Les
ont nui à la récolte de céréales dont le rendements de l’orge-escourgeon dimi-la plupart des autres cultures.
trafic est en chute de 24%. Les matériaux nuent légèrement (71 qx/ha après 74
En matière de biocarburants, lade construction, deuxième poste par qx/ha) ; en revanche, les surfaces culti-
ordre d’importance, accusent également France, longtemps en avance vées augmentent de 18%, mais restent
un recul de 5%. Il s’agirait plutôt cette fois en dessous du niveau de 1998. Oléagi-dans ce domaine, estd’une déficience des matériels de trac- neux et protéagineux déçoivent. Les ren-
tion qui obligent à restreindre le nombre progressivement rattrapée par dements du colza chutent à 30 qx/ha, en
de wagons par train. Au niveau départe- baisse continue depuis trois ans. Les surd’autres pays européens. -
mental, le trafic de l’Eure diminue plus faces de colza alimentaire diminuent lé-
nettement que celui de la Seine-Maritime gèrement alors que celles de colza
et se trouve ainsi réduit au douzième du industriel sont à peu près stables. CelaL’année 2000 ne restera pas dans latotal régional peut s’expliquer par une décote du pre-mémoire comme un bon millésime : crise
mier par rapport au second. Après deuxde la “vache folle” et conditions climatiques
campagnes favorables, les rendementstrop humides n’ont guère apporté de satis-
des pois protéagineux baissent à nou-faction. Les cours de la viande bovine ont
veau (50 qx/ha). La forte diminution desLES IMMATRICULATIONS chuté au 2ème semestre. La décote est de
surfaces (15%) conduit à une productionDE VOITURES plus de 30% sur un an pour les vaches.
de protéagineux en chute libre, de prèsEN 2000 Les cours du bœuf résistent un peu mieux.
de 40%. Les conditions climatiques n’ontEn revanche, les cours du porc se sontEn 2000, les immatriculations de véhicules parti-
pas facilité la récolte des betteraves dontculiers neufs régressent davantage en ressaisis et terminent l’année en hausse,
Haute-Normandie qu’au niveau national (-2% le rendement redescend en dessous desde plus de 20% par rapport à 1999. Les
contre -1%). Elles dépassent juste les 55 300 70 tonnes/ha.cours du lait sont en augmentationmais ce résultat demeure encore nettement su-
périeur à ceux de 1997 et 1998. Le taux de péné- continue au 2ème semestre, en partie
tration des marques étrangères recule d’un demi
point et reste nettement au-dessous de la LA FRANCE PERD DE SON AVANCE
COTATION BOEUF TOURVILLE LA RIVIÈREmoyenne nationale (36% contre 41%). La part
EN MATIÈRE DE BIOCARBURANTSdes véhicules au gazole représente 53% des im- 24
matriculations neuves régionales. Elle fait un
22bond de +5 points comme dans le reste de la
Boeufs qualité R Longtemps en avance en matière de
France. L’écart demeure ainsi de 4 points en 20
biocarburants, ETBE (éthanol) et diesterfaveur de la région. L’évolution des cours du brut
Boeufs qualité O18et la sous taxation relative du gazole par rapport (colza EMC), la France est progressive-
au super peuvent expliquer ce phénomène. Au
16 ment rattrapée par la Suède et l’Espagneniveau infrarégional, les immatriculations totales
14fléchissent davantage dans l’Eure qu’en et peut-être bientôt par d’autres pays de
VachesSeine-Maritime (-4% contre -1%). Le taux de pé- l’Union européenne. En effet, l’Union eu12 -
nétration des marques étrangères est légère-
ropéenne a fait du respect des accordsment plus faible dans l’Eure qu’en 10
Janvier Juillet Janvier Juillet Janvier Juillet Janvier MaiSeine-Maritime. En revanche, la part de véhicules de Kyoto une de ses priorités afin de ré-1998 1999 2000 2001
au gazole est sensiblement plus élevé dans duire les émissions de gaz à effet de
Source : Ministère de l’agriculture - Agreste - Unité : francs/kilogrammel’Eure qu’en Seine-Maritime.
La statistique agricole serre. Pour le moment, à défaut d’une vo-
24 CAHIER D’AVAL n° 59 - Juillet 2001

ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUES

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.