Un bilan pour 1998

De
Publié par

L'effectif salarié des plus grandes entreprises industrielles stagne alors que leur chiffre d'affaires et leur valeur ajoutée augmentent. L'industrie agroalimentaire garde une position prépondérante. Les entreprises sucrières conservent un fort potentiel d'emplois et réalisent 12,5% du chiffre d'affaires total du secteur.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 4
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

éco nomie
Industrie
Un bi lan pour 1998
mé diai res pour ob te nir une pro gres sionL’effectif salarié des plus grandes entreprises industrielles
de leur va leur ajoutée de 3,4 %, avec unstagne alors que leur chiffre d’affaires et leur valeur ajoutée
chiffre d’af fai res en qua si stagnation
augmente. L’in dustrie agroali men taire garde une po si tion (+ 0,8 %).
pré pon dé rante. Les en tre pri ses su criè res conser vent un fort
Les quatre en tre pri ses de l’in dustrie su -po ten tiel d’em plois et réa li sent 12,5 % du chiffre d’af fai res to tal crière main tien nent leur ac ti vi té de fa çon
du sec teur. ré gu lière de puis quel ques an nées. Elles
re grou pent des ac ti vi tés de pro duc tion,
raf fi nage et condi tion ne ment du sucre.
’en quête an nuelle d’en tre pri ses du res tent sta bles. Les in dus tries ma nu fac - Leur chiffre d’af fai res a pro gres sé de
sec teur in dus triel réu nion nais a tu riè res ont tiré qua si ment à el les seu les 25 % entre 1994 et 1998, mal gré un l é g er
-L per mis sur l’exer cice 1998 de re la crois sance du chiffre d’af fai res (+ 9 % flé chis se ment la der nière année (- 3 %).
grou per les in for ma tions de 322 en tre - tou tes ac ti vi tés confon dues), leurs gains Cette ac ti vi té gé nère la plus pe tite va leur
pri ses d’au moins six sa la riés. L’in - en terme de va leur ajoutée ont été moin - ajoutée (en com pa rai son du chiffre d’af -
dustrie ma nu fac tu rière re pré sente un peu dres (+ 5,6 %). Les in dus tries agroa li - fai res) du sec teur in dus triel. n
plus de 75 % des en tre pri ses en quê tées, men tai res ont, quant à el les, com pres sé
-le der nier quart dé ve lop pant une ac ti vi té la va leur de leurs consom ma tions in ter Claire GRANGÉ
-dans l’agroali men taire. Le nombre d’en
tre pri ses est en lé gère ré gres sion en Les chif fres-clés de l’in dustrie en 1998 ( en tre pri ses de 6 sa la riés ou plus)
com pa rai son de l’année pré cé dente.
Mon tants en Industrie IAA hors Industrie ma -Il s’agit pour la to ta li té de pe ti tes struc - Ensemble
mil lions de francs su crière sucre nu fac tu rière
tu res, non com pa ra bles avec les uni tés
concen trées de France mé tro po li taine. 247 Nombre d’en tre pri ses 4 71 322
5 269 Ces PMI ont tou tes moins de 350 sa la - Nombre de sa la riés au 31/12/1998 467 2 812 8 548
4 225,2Chiffre d’af fai res 1 077,3 3 336,9 8 639,4riés, et près des deux tiers ont entre 6 et
Va leur Ajoutée 122,1 905,3 1 312,5 2 339,920 sa la riés. Le sec teur agroali men taire Frais de per son nel (*) 120,9 460,9 880,7 1 462,5
Inves tis se ments cor po rels 17,4 215,6 370,2se dis tingue tou te fois par une taille d’en - 137,2
tre prise plus im por tante, réa li sant en
source : Enquête an nuelle d’en tre pri ses in dustrie - Exer cice 1998 - (*) Sa lai res + char gesmoyenne un chiffre d’af fai res beau coup
s o cia les plus éle vé. La pro duc ti vi té par per sonne
oc cupée y est éga le ment plus élevée.
On peut no ter une re la tive sta bi li té des Les dix plus gran des en tre pri ses in dus triel les
ef fec tifs sa la riés sur les deux an nées (en - réu nion nai ses en 1998 (se lon l’ef fec tif sa la rié)
vi ron 8 500 per son nes sont s a la riées dans
les en tre pri ses en quê tées en 1998) ; la
Acti vi té prin ci pale de Tranche
Rai son so ciale de l’entreprisemasse sa la riale res tant cons tante aux l’en tre prise d’ef fec tif
alen tours de 1,5 mil liards de francs. La
ré mu né ra tion an nuelle brute par sa la rié BOUR BON PLAS TI QUES S.A. ......................................... Pa pier, car ton, plas tique T1
est as sez ho mo gène pour chaque grand BRAS SERIE DE BOUR BON ............................................ Bois sons, al co ols T2
sec teur d’ac ti vi té, aux alen tours de CE GE LEC RÉU NION ....................................................... Tra vail des mé taux T1
135 000 francs. Les sa la riés du tex tile- CHANE-HIVE S.A. ............................................................ T1
ha bil le ment et de la bou lan gerie in dus - COM PAGNIE LAI TIÈRE DES MAS CA REI GNES ............. Industrie lai tière T2
trielle, sec teurs qui em ploient une main- CRÊTE D’OR EN TRE PRISE ............................................ Industrie de la viande T1
d’oeuvre moins qua lifiée, sont tou te fois JOUR NAL DE L’ILE DE LA REU NION “JIR” ..................... Impri merie, presse, édi tion T1
plus fai ble ment ré mu né rés, aux alen -
SOC CONCAS SAGE PRÉ FA BRI CA TION RÉU NION ...... Ma té riaux de cons truc tion T1
tours de 100 000 francs. L’in dustrie su -
SU CRERIE DE BOIS ROUGE .......................................... Industrie su crière T1
crière gé nère les ré mu n é ra tions moyen nes crière T2SU CRIÈRE DE LA RÉU NION ...........................................
les plus éle vées du sec teur, aux alen tours
de 180 000 francs par sa la rié. (*) T1 = 100 à 200 sa la riés - T2 = plus de 200 sa la riés
A champ cons tant (254 en tre pri ses ayant Source = Enquête an nuelle d’en tre pri ses in dustrie - Exer cice 1998
fait partie des ré sul tats de l’en quête en
1997 et 1998), s’il n’y a pas d’évo lu tion On peut no ter la pré sence de six en tre pri ses de l’agroali men taire dans le TOP TEN
de l’em ploi, la va leur ajoutée et le in dus triel réu nion nais. Au cune n’a moins de cinq ans, et on n’en re gistre pas de
chiffre d’af fai res en re gis trent une pro - chan ge ments fon da men taux dans cette liste de puis plu sieurs an nées. Huit d’entre
el les réa li sent un chiffre d’af fai res su pé rieur à 100 mil lions de francs.gres sion de 4,5 %. Les in ves tis se ments
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.