Un déficit d'emplois en zone franche urbaine

Publié par

En 1997, 37 000 emplois sont offerts dans les zones franches urbaines d'Ile-de-France. Dans ces quartiers, on compte un emploi pour deux actifs occupés résidents. En outre, ces emplois sont en général plus qualifiés que ne le sont les résidents. L'emploi en ZFU se caractérise surtout par une part importante des emplois publics (plus de 40 %). En moyenne, un emploi sur quatre est occupé par un habitant du quartier
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
INSEE ILEDEFRANCE
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES
ILEDEFRANCE
er u 1janvier 1997, 44 zones franches urbaines (ZFU) ont été fautAa été engagée et asavoir que depuis 2002, une relance du dispositif créées en France, dont 38 en métropole et 9 en IledeFrance (Figure 1). La présente étude porte sur ces neufquartiers, mais il abouti en août 2003 à la création de 41 nouvelles ZFU, dont 14 en IledeFrance (voir La relance du dispositifZFU). Ces quartiers bénéficient de mesures fiscales et sociales destinées à favo riser l’emploi, développer l’activité économique et implanter ou mainte En 1999, 37 000 nir des commerces et des services. Dans la région, ces quartiers emplois sont offerts prioritaires sont situés dans treize communes de petite ou grande cou dans les zones ronne. Si l’on considère la population résidente, les ZFU franciliennes franches urbaines apparaissent en « décrochage » par rapport à leur commune d’implanta d’IledeFrance. Dansreste de la région : les habitants de ces quartion et surtout par rapport au tiers prioritaires sont nettement plus menacés de précarité, le niveau de ces quartiers, on formation y est nettement plus faible, le chômage beaucoup plus pré compte un emploi pour gnant (Figure 2). deux actifs occupés résidents. En outre, ces Parmi les neufquartiers étudiés, le plus peuplé est celui de « DameBlanche emplois sont enNord et Ouest… » implanté à GargeslèsGonesse/Sarcelles (67 000 habi tants). A l’opposé, la ZUP de Surville à MontereauFaultYonne et le Quartier général plus qualifiés Nord de Bondy accueillent environ chacun 10 000 habitants. La population de que ne le sont les ces quartiers prioritaires est jeune : près d’un habitant sur deux est âgé de résidents. L’emploi en moins de 25 ans. L’habitat est caractérisé par la prédominance du parc social et ZFU se caractérise des logements collectifs, saufau Grand Ensemble de Clichy/Montfermeil. surtout par une part Dans ces territoires urbainst importante des emplois 1999 ( 5,7 %), la populats publics (plus de 40 %). qu’elle a augmenté danss En moyenne, un emploi actifs occupés a décrsur quatre est occupé mage. A cette mr par un habitant duune professio quartier.tion est de
MENSUEL N° 23 5,2 22 0 0 4V R IL A
Figure 1  Les 9 zones franches urbaines de la première génération
Le ValFourré ManteslaJolie
Cinq Quartiers Les Mureaux
Les 9 zones franches urbaines
périmètre ZFU
Les zones urbaines sensibles périmètre ZUS
Commune des ZFU commune d'implantation des ZFU
Source : Insee, recensement de la population 1999
Figure 2  Profil des habitants des ZFU
Beauval, La PierreCollinet Meaux ZUP de Surville MontereauFaultYonne Le ValFourré ManteslaJolie Cinq Quartiers Les Mureaux La Grande Borne* Grigny, ViryChâtillon Quartier Nord Bondy Grand Ensemble* Clichy, Montfermeil Le Boisl'Abbé*, Les Mordacs Champigny, Chennevières DameBlanche Nord et Ouest, La Muette... GargeslèsGonesse, Sarcelles ZFU franciliennes Communes ZFU IledeFrance
DameBlanche Nord et Ouest  La Muette... GargeslèsGonesse/Sarcelles
La Grande Borne Grigny/ViryChâtillon
Quartier Nord Bondy
Poids duPart quartier dansdes moins Population la populationde communale 20ans
26 400 49 300 10 000 17 600 25 400 43 600 13 500 31 700 14 200 54 700 10 200 46 800 29 900 52 300 22 800 92 000 66 800 97 900 219 800 486 200 10 951 100
* parmi la population de plus de 15 ans qui n'est pas en cours d'études. Source : Insee, recensement de la population 1999
53,6
56,9
58,4
42,9
26,1
22,0
57,2
24,8
68,3
45,2
36,1 30,8 36,9 30,2 41,6 33,5 41,4 33,9 39,0 30,5 33,5 28,2 41,0 35,0 33,2 26,7 36,6 35,0 37,7 31,4 25,2
Grand Ensemble du Haut et du Bas Clichy/Montfermeil
Part des non diplômés*
31,5 24,8 38,3 31,3 35,9 29,2 41,8 30,2 32,6 21,1 37,3 23,9 37,6 30,0 30,2 20,0 31,6 30,1 33,9 25,8 16,7
Taux d'activité des 1559 ans
70,4 73,8 60,3 67,2 58,0 66,6 59,7 67,8 68,1 74,4 67,2 73,1 63,4 68,0 72,4 76,3 67,5 68,7 65,9 71,4 75,8
Beauval  La PierreCollinet Meaux
Le Boisl’Abbé  Les Mordacs Champigny/Chennevières
Zup de Surville MontereauFaultYonne
Taux d'activité des femmes de 1559 ans
63,5 68,5 47,3 56,6 46,3 56,8 50,0 59,2 61,0 68,1 60,2 67,4 52,5 59,5 65,7 71,2 59,6 61,6 57,2 64,5 71,2
Taux de chômage
20,3 14,7 31,2 21,7 25,7 20,2 23,8 16,6 26,2 15,6 24,2 17,1 27,9 20,7 21,0 14,7 25,7 22,4 24,8 17,9 11,5
Taux de chômage des jeunes
30,7 23,6 43,5 32,8 37,7 32,4 39,2 29,8 40,8 27,1 36,2 27,1 37,1 31,1 33,3 23,7 34,6 31,3 35,9 28,4 19,7
Localisation précise de la population active au lieu de travail
Le recensement de la population de 1999, après îlotage du fichier, permet de localiser les emplois, à un niveau infracommunal. En effet, les person nes recensées indiquent lorsqu’elles occupent un emploi la raison sociale et l’adresse de l’établissement où elles travaillent.
Le fichier du recensement au lieu de travail îloté est issu de l’exploitation complémentaire (sondage au quart) : il regroupe les actifs occupés ayant déclaré travailler dans une aire urbaine. Certains actifs occupés ne sont pas décomptés, notamment les actifs qui travaillent dans le secteur d’activité de la Défense Nationale et les personnes qui ont déclaré travailler chez des particuliers ou en des lieux variables. Les emplois correspondent dans cet article au nombre d'actifs occupés au lieu de travail, quel que soit leur statut et leur temps de travail.
Précision :les territoires des zones franches urbaines retenus pour les cal culs de l’INSEE regroupent des îlots entiers. Ils sont les plus proches possible des contours officiels du Pacte de relance pour la ville.La composition en îlots des nouvelles ZFU n’étant pas disponible au moment de la rédac tion, aucun indicateur statistique sur ces quartiers n’est produit dans cet article.
La localisation précise de la population active au lieu de travail permet de décrire l’activité économique dans les zones fran ches à travers les emplois qui y sont localisés (voir cidessus).
n déficit d'emplois U Les zones franches de la région totalisent 37 000 emplois en 1999 ré partis de façon très inégale. Avec 11 800 actifs travaillant sur son ter ritoire, la ZFU de GargeslèsGonesse/Sarcelles (95) se classe très largement en tête. A l’opposé, les deux zones franches les moins peuplées de la région, la ZUP de Surville à MontereauFaultYonne (77) et la ZFU de Bondy (93), comptent moins de 2 000 emplois lo calisés chacune (Figure 3).
Les ZFU franciliennes remplissent davantage une fonction résidentielle qu’une fonction économique. En effet, les quar tiers franciliens classés en ZFU offrent généralement peu d’emplois par rapport à leur population : on en compte envi ron un pour six habitants en moyenne, ce qui est faible. En comparaison, la région compte 5 millions d'emplois, soit un emploi pour deux résidents environ. Pourtant, le dispositif des zones franches a incontestablement permis de renforcer le tissu productifet d’attirer des entreprises dans ces quar tiers prioritaires. Toutefois, les établissements existants ou
La relance du dispositif ZFU
Le dispositif des zones franches vise à favoriser la revitalisation économique et sociale des villes et des quartiers en difficulté. Les entreprises implantées ou qui s’installent en ZFU bénéficient d’exonérations de charges fiscales et sociales sous certaines conditions. Aux 9 ZFU de la région créées fin 1996, s’ajoutent désormais 14 nouvelles zones franches.
La loi de finances rectificative pour 2002 avait prévu la réouverture pour 5 ans des ZFU existantes, au 1er janvier 2003. Dans un second temps, 41 nouvelles ZFU, dont 14 en IledeFrance, ont été créées dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine du 1er août 2003. Les périmètres de ces nouvelles ZFU viennent tout juste d’être validés par le Conseil d’Etat, et sont donc exclus de l’étude.
Certains quartiers classés en ZFUsont concernés par d’autres dispositifs de la « politique de la ville », tels les grands projets de ville et le programme européen PIC Urban II.
Figure 3  Travailleurs en ZFU et résidents ayant un emploi
0 500010000 15000 2000025000 ZUP de Surville MontereauFaultYonne Quartier Nord Bondy La Grande Borne Grigny/ViryChâtillon Grand Ensemble Clichy/Montfermeil Beauval, La PierreCollinet Meaux Le Boisl’Abbé, Les Mordacs Champigny/Chennevières Le ValFourré ManteslaJolie Cinq Quartiers Les Mureaux DameBlanche Nord et Ouest, La Muette, Lochères … Garges/Sarcelles Emplois (actifs occupés travaillant dans le quartier) Actifs occupés résidant dans le quartier
Source : Insee, recensement de la population 1999
qui s’y sont installés sont majoritairement petits voire très er petits. Ils emploient peu ou pas de personnel : au 1janvier 2000, 85 % des unités implantées en ZFU comprennent moins de 5 salariés.
L’attractivité des zones franches en termes d’emplois est ainsi très modérée. On dénombre deux fois moins de personnes qui travaillent en ZFU que d’actifs occupés qui y résident. De ce point de vue, la ZFU des Mureaux se démarque nettement des autres : c’est le seul quartier où le nombre de postes offerts localement dépasse le nombre de résidents actifs occupés. A l’inverse, les ZFU de Meaux (77), de Clichy/Montfermeil (93) et de Champigny/Chennevières (94) affichent les taux d’em ploi les plus faibles.
n emploi sur quatre occupé par un résident U Si le nombre d'emplois localisés en zone franche est relative ment faible, la part des emplois détenus par les habitants du quartier est, en revanche, assez élevée. Parmi les actifs qui tra vaillent en ZFU, près d'un sur quatre habite le quartier où il exerce son activité. Cette proportion varie selon les sites : les ZFU de Meaux et de MontereauFaultYonne, qui n’appartien nent pas à l’agglomération parisienne, sont logiquement les quartiers où la part des actifs locaux est la plus élevée. La zone franche des Mureaux se distingue car près de neuftravailleurs de la ZFU sur dix ne résident pas aux « Cinq Quartiers ».
es emplois plus qualifiés D que ne le sont les résidents
Le déséquilibre entre emplois sur place et actifs occupés rési dents est accentué pour certaines catégories de population car le profil des postes offerts ne correspond pas à celui des per sonnes qui y vivent. Par exemple, les ouvriers représentent près de 40 % des actifs occupés qui résident en ZFU contre 19 % de ceux qui y travaillent. De son côté, la ZFU des Mu reaux offre des emplois très qualifiés : le déséquilibre entre ré sidents et travailleurs y est particulièrement marqué. A
Figure 4  Répartition comparée par PCS des actifs occupés résidents en ZFU et des actifs travaillant en ZFU
IledeFrance  travail
IledeFrance  résidents
ZFU franciliennes  travail
ZFU franciliennes  résidents
Clichy/Montfermeil  travail Clichy/Montfermeil  résidents
Grigny/Viry  travail
Grigny/Viry  résidents
Les Mureaux  travail
Les Mureaux  résidents
Mantes  travail
Mantes  résidents
Montereau  travail
Montereau  résidents
0 1020 30 40 50 60 70 80 90100% agriculteurs exploitantsartisans, commerçants, chefs d'entrepriseouvriers professsions intermédiairesemployés cadreset prof. intellectuelles supérieures
Source : Insee, recensement de la population 1999
l’inverse, les ZFU de Clichy/Montfermeil, de Bondy et de plus en adéqua
Pour en savoir plus « Tableau de bord des zones franches urbaines  Les rapports de syn thèse »,Iaurif,Bilan annuel. « Atlas des Franciliens, tome 4  Activité et emploi »,InseeIaurif,décembre 2003. « Les Zones franches urbaines d’IledeFrance », L’IledeFrance au futur, novembredécembre 2003. « Des acteurs, des projets : à la découverte des 9 programmes français », L’Initiative communautaire Urban II 2000/2006,Les Publications du Réseau Urban 2,septembre 2003. Cadenel N. :« Les zones franches urbaines : un bilan économique fragile » , Insee IledeFrance Regards, n° 42, décembre 1998, pp. 1416.
ET D Direct 7, rue Stephe 78188 Saint
commerçants et chefs d’entreprise représentent près de 5 % des personnes qui travaillent en ZFU, soit la moyenne régio nale, alors qu’ils forment 3,6 % des habitants de ces quartiers. Les cadres sont proportionnellement un peu moins nom breux à travailler en ZFU (15 % contre 23 %).
Les emplois proposés dans les zones franches franciliennes sont un peu plus souvent occupés par des femmes. Par ailleurs, ils sont un peu moins qualifiés. Ainsi, les personnes travaillant en ZFU sont moins diplômées : 15 % d'entre elles n’ont aucun diplôme contre 11 % en IledeFrance, et 31 % sont titulaires d’un diplôme supérieur au baccalauréat (contre 36 % des actifs occupés de la région).
’emploi public : 42 % de l’emploi total L Les activités tertiaires prédominent en ZFU et occupent 82 % des actifs occupés comme dans l’ensemble de l’IledeFrance. En revanche, la part des emplois du secteur non marchand y est beaucoup plus importante. Ainsi, les secteurs de l’administration, de l’éducation, de la santé et de l’action sociale y représentent plus de quatre emplois sur dix contre moins de trois dans la région.
L’emploi public, en incluant les salariés des entreprises publi ques et de la sécurité sociale, atteint 42 % de l’emploi total dans les zones franches urbaines contre 28 % en IledeFrance. Les agents de l’Etat d'une part, et les salariés des collectivités locales, des hôpitaux et offices HLM d'autre part sont surreprésentés, respectivement 18 % et 16 % contre 12 % et 10 % dans la région. Le maintien et l’implantation des services publics dans les quartiers prioritaires figurent parmi les objectifs de la politique de la ville.
Cette forte présence de l’emploi public est à rapprocher du profil sociodémographique de la population qui y vit. En ef lus forte précarité des habitants entraî spécifiques, notamment en termes s fort recours aux services publics. Les on publique et les professions intermé ent et de la santé (travailleurs sociaux et rices) sont particulièrement surrepré i travaillent en zone franche.
rs du tertiaire, notamment le rts ainsi que les services aux faible que dans l’ensemble alisés en ZFU sont dans La présence d’un éta e EADS implanté la construction es emplois lo
Virginie ANDRIEUX et Eric BONNEFOI Service études et diffusion
ur de la publication: Alain Charraud Comité de rédaction: Brigitte Belloc hef: JeanFrançois Moreaux Secrétaire de rédaction: Françoise Beaufils France Maquette: Vincent Bocquet  Laure Omont Impression: Comelli Tarif: Le numéro : 2,2 Abonnement : France : 30 Etranger : 36onnements: Agnès Vavasseur Tél. : 01 30 96 90 75 Fax: 01 30 96 90 67 : 01 30 96 90 56 Fax: 01 30 96 90 27 Internet: www.insee.fr/iledefrance e Bercy  75582 Paris cedex 12 Tél. : 01 53 17 89 39 Fax: 01 53 17 88 09 semestre 2004 Commission paritairen° 2133 AD Code SageI0423552
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.