Un espace rural aux multiples facettes

De
Publié par

Un Franc-Comtois sur trois vit à la campagne. Mais la campagne n'est plus ce monde homogène dont l'identité était fortement liée à l'agriculture. Désormais, les villes et les campagnes sont imbriquées. De nouveaux concepts, comme l'espace à dominante rurale ou les pôles ruraux, permettent une description plus précise de la compagne franc-comtoise d'aujourd'hui.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Territoire
i la Franche-Comté ne Saône, où cela concerne laUn Franc-Comtois sur trois vit à la
peut être qualifiée de moitié des habitants. campagne. Mais la campagne n’est
La campagne n’est plus cerégion urbaine, elle ne
plus ce monde homogène dont fait pas non plus partie monde homogène dont l’iden-
des régions les plus rurales tité tenait toute entière à son l’identité était fortement liée à
activité principale, l’agricul-de France telles la Corse, Poi- l’agriculture. Désormais, les villes
tou-Charentes, le Limousin ture. Il faut distingueret les campagnes sont imbriquées. ou la Bourgogne voisine. La aujourd’hui plusieurs «cam-
De nouveaux concepts, comme Franche-Comté se classe au pagnes», plus ou moins urba-
treizième rang des régions se- nisées (3), plus ou moins iso-l’espace à dominante rurale
lon la part de la population lées. Les villes avec lesquel-ou les pôles ruraux, permettent
vivant dans l’espace à domi- les elles sont en relation sont,
une description plus précise de nante rurale (1). Une distinc- elles aussi, différentes. Il
tion très nette existe dans la s’agit d’abord des grands pô-la campagne franc-comtoise
région entre le Doubs et le les urbains. En concentrantd’aujourd’hui.
Territoire de Belfort où un de plus en plus les emplois,
quart seulement de la popu- ceux-ci structurent le terri-
lation vit dans l’espace ru- toire et étendent leur in-
ral (2), et le Jura et la Haute- fluence bien au-delà de leurNº 20 - JUiN 1998
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 20
ESS982018 Prix : 15FQUELLES UNITÉS URBAINES ?
Vingt-deux unités urbaines sur quarante-quatre appar-
tiennent à l’espace à dominante rurale. Elles se répartis-
sent ainsi :
Rural sous faible influence urbaine :: Delle, Pont-de-Roide,
Melisey, Ronchamp, Plancher-les-Mines, Port-sur-Saône.
Pôles ruraux ::::: Lure, Morez, Morteau, Tavaux, Baume-les-
Dames, Saint-Loup-sur-Semouse, Poligny, Arbois, Maîche.
Rural isolé : Villers-le-Lac, Fougerolles, Ornans, Salins-
les-Bains, Valdahon, Saint-Amour, Charquemont.
munes environnantes. Un munes de l’espace rural, re-
nouveau zonage consacre ces présentant 140 000 habitants,
périphérie immédiate, à tel imbrications. Il permet de dis- sont sous l’influence, bien
point qu’ils sont devenus le tinguer quatre sous-ensem- que faible, des pôles urbains.
lieu de travail d’une grande bles dans l’espace rural : les Elles constituent en quelque
partie de ceux qui habitent pôles ruraux, la périphérie sorte un «troisième cercle» à
les campagnes. La ville pré- des pôles ruraux, le rural sous la périphérie des principales
sente également une autre fi- faible influence des pôles villes.
gure pour les campagnes : urbains et le rural isolé. Le rural est aussi structuré
celle d’agglomérations moins L’espace rural est défini par 9 pôles ruraux, des peti-
tentaculaires, les «pôles ru- comme étant à l’écart de tes villes comptant de 2 000 à
raux», qui entretiennent une l’aire d’attraction des pôles 5 000 emplois et une popula-
plus forte complémentarité urbains. Pour autant, en Fran- tion moyenne de 6 700 habi-
avec le tissu des petites com- che-Comté, près de 500 com- tants. Maîche, Morteau et
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 20LA CAMPAGNE FRANÇAISE bitants vivent dans un es-
pace sous faible influence
L’espace à dominante ru- urbaine. Ensuite, les pôles
rale regroupe en France ruraux animent un tissu
13,4 millions d’habitants, rural peu dense. Ils forment
dont les deux tiers vivent avec leur périphérie un
dans des communes rura- ensemble de 3,3 millions
les. Avec une densité de d’habitants. Enfin, loin des
35 habitants au km2, il est influences urbaines et de
faiblement peuplé. Il n’est celles des pôles ruraux, le
cependant pas homogène. rural isolé s’étend sur plus
Il comprend des zones pla- du tiers du territoire mé-
cées sous l’influence des tropolitain où vivent 5 mil-
villes comme des campa- lions de personnes. La
gnes isolées de toute in- densité de population y est
fluence. Cinq millions d’ha- très faible.
Morez dans le massif du Jura. plées d’environ 30 000 habi-
Arbois et Poligny dans le tants, qui y trouvent des em-
Revermont. Salins-les-Bains plois, ainsi que des commer-
offre moins de 2 000 emplois ces et services.
et n’est donc pas considéré Enfin, hors de l’influence des ral isolé franc-comtois est as-
comme pôle rural. Lure et pôles urbains et ruraux, le sez dense et ne chute pas.
Saint-Loup-sur-Semouse en rural isolé regroupe près de Elle croît même entre 1982 et
Haute-Saône, 150 000 personnes 1995. En effet, le solde natu-
Baume-les-Dames Les plateaux soit 13% de la po- rel est positif signe d’une
dans le Doubs et jurassiens pulation. Une com- zone plutôt jeune ce qui est
Tavaux dans l’orbite sans pôle mune sur trois fait très rarement le cas du rural
de Dole complètent partie de cet espace isolé. Ce territoire comprend
la liste. Les plateaux juras- qui recouvre un tiers du terri- dans le Doubs et le Jura, à
siens ne possèdent ni pôles toire de la région. La densité proximité de la frontière, des
urbains ni pôles ruraux, mais de population (28 hab/km²) y zones jeunes, voire très jeu-
Ornans et Valdahon comptent est un peu inférieure à celle nes si on les compare au rural
à peine moins de 2 000 em- de la périphérie des pôles ru- isolé de France. Un avantage
plois. Ces pôles ruraux re- raux (33 hab/km²). qui devrait perdurer même si
groupent 60 000 habitants. Ils Contrairement à ce que l’on l’attraction est moindre et dé-
exercent leur influence sur observe dans de nombreuses pend du travail frontalier.
plus de 100 communes, peu- régions, la population du ru- Au total, avec une popula-
tion de 385 000 habitants,
l’espace rural franc-comtois
présente une densité (34 hab/
km²) très proche de la
moyenne nationale. La popu-
lation y a augmenté entre
1975 et 1995. Son rythme de
progression est plus rapide
dans la région qu’en France.
Sa croissance est aussi forte
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 20que celle de l’espace urbain
QU’EST CE QUE L’ESPACE À DOMINANTE RURALE ?régional, pas très dynamique
il est vrai. Un résultat qui L’espace à dominante rurale est défini comme le complé-
s’explique par la spécificité ment de l’espace à dominante urbaine (voir l’Essentiel
du rural isolé en Franche- n°15). Il rassemble différentes catégories de communes :
des communes qui sont sous une influence urbaine limi-Comté.
tée ; des communes ou unités urbaines qui n’atteignent pas
le seuil de 5 000 emplois pour être qualifiées de pôlesRural et industriel
urbains, mais qui sont localement attractives vis-à-vis de
leur environnement ; des communes sous influence de ces
Représentant 35% de la popu- dernières ; et enfin, des communes qui constituent un rural
lation, l’espace rural comtois isolé de toute influence.
ne concentre que 30% des em-
Les pôles ruraux sont des unités urbaines ou des commu-plois soit 125 000 emplois en
nes rurales appartenant à l’espace à dominante rurale,1990. À peine 30 000 sont si-
offrant de 2 000 à moins de 5 000 emplois et dont le
tués dans les pôles ruraux. De nombre d’emplois offerts est supérieur ou égal au nombre
1982 à 1990, l’emploi a pro- d’actifs résidents.
gressé dans le rural en Fran-
Le rural sous faible influence urbaine est l’ensemble desche-Comté alors qu’il dimi-
communes rurales et des unités urbaines appartenant ànuait dans l’espace urbain en
l’espace à dominante rurale, qui ne sont pas pôle rural etgrande partie à cause des sup-
dont 20% ou plus des actifs travaillent dans les aires urbai-
pressions d’emploi dans l’in- nes.
dustrie. En France, l’emploi a
diminué en zone rurale, no- La périphérie des pôles ruraux est constituée par l’ensemble
des communes rurales et des unités urbaines de l’espacetamment à cause des pertes dans
à dominante rurale, n’étant ni pôle rural, ni sous faiblel’agriculture et l’industrie alors
influence urbaine, et dont 20% ou plus des actifs travaillentque la progression du tertiaire
dans les pôles ruraux.
permettait une croissance de
l’emploi dans les pôles urbains. Le rural isolé est formé de l’ensemble des communes
Certes, l’agriculture comtoise rurales et des unités urbaines appartenant à l’espace à
dominante rurale et n’étant ni pôle rural, ni sous faibleà perdu des emplois, mais le
influence urbaine, ni périphérie des pôles ruraux.caractère agricole du monde
rural est nettement moins mar-
qué dans la région qu’au plan
national. À peine plus de 13% sienne sont bien représentées.
d’emploi dans ce secteur con- Le travail des métaux et celui
tre près de 20% pour la France. du bois le sont aussi.Par contre, INSEE Franche-Comté
Le bâtiment et le secteur ter- les industries agroalimentaires "le Major" 83, rue de Dole
BP 1997 25020 BESANÇON Cedextiaire sont un peu moins pré- ne sont pas particulièrement
Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99
sents qu’en France. L’indus- présentes.
Directeur de la publication : Jacques Jacobtrie, elle, occupe une part très L’agricole ne fait plus le rural.
Rédacteur en chef : Jean-Éric Placeimportante dans le rural C’est particulièrement vrai en Composition, mise en page :
Maurice Boguet, Sylvie Cudeycomtois. Les emplois sont in- Franche-Comté. La spécificité
Imprimerie : Éblé Besançon
dustriels à 39%, soit trois fois industrielle de la région se re-
Abonnement annuel (4 numérosplus que les emplois agricoles. trouve dans ses campagnes. +3 numéros de INSEE Franche-Comté
LE MAGAZiNE + lettres d'information) :(1) cf. encadré méthodologique.Cette industrie est plutôt di- Durant les années 80 et 90,
France : 150F(2) Dans la suite, on emploiera
Étranger (normal) : 188Fversifiée. L’horlogerie, la lu- dans l’espace rural, l’industrie indistinctement les expressions Étranger (urgent) : 240F
«espace à dominante rurale» etnetterie et la fabrication des a mieux résisté en Franche- Nº de CPPAP : 3 021 AD
ISSN : 1248-2544«espace rural».matières plastiques, activités Comté qu’au niveau national. © INSEE 1998(3) cf. l’Essentiel n°15 «Un nouveau
dépôt légal : juin 1998typiques de la montagne juras- Robert Viatte regard sur l’urbanisation», Mars 1997.
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 20
?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.