Un maillage du territoire français

De
Publié par

12 aires métropolitaines, 29 grandes aires urbaines En France métropolitaine, 41 aires urbaines structurent le territoire. Elles sont réparties en 12 aires dites « métropolitaines » et 29 qualifiées de « grandes aires ». Les aires métropolitaines sont localisées sur les contours du territoire, les grandes aires dans le bassin parisien ou à proximité des aires métropolitaines. Ces 41 aires reflètent les zones d’influence nationale et régionale du territoire. En effet, elles regroupent les emplois à fort potentiel de développement économique et à contenu décisionnel élevé. Ces villes entretiennent entre elles des relations mesurées par les déplacements domicile-travail des actifs. Outre la position centrale et particulière de Paris, ces aires urbaines sont liées entre elles sous des formes variables : relations bipolaires ou multipolaires. Les actifs qui se déplacent entre ces aires pour rejoindre leur lieu de travail sont principalement des cadres occupant des emplois des fonctions logistiques ou liées au commerce inter-entreprises. Ils ont plus fréquemment que les autres changé d’aire de résidence au cours des cinq dernières années. 12 aires métropolitaines et 29 grandes aires structurent le territoire Les aires métropolitaines, essentiellement en périphérie du territoire Concentration des fonctions liées au rayonnement économique dans les aires métropolitaines La polarisation vers Paris pour l’ensemble du territoire Des réseaux de proximité bipolaires ou multipolaires Des déplacements domicile-travail fréquents après une migration résidentielle Encadré Déterminer des aires urbaines métropolitaines et des grandes aires : la loi « rang-taille »
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 56
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 1333 - JANVIER 2011
Un maillage du territoire français
12 aires métropolitaines, 29 grandes aires urbaines
Chantal Brutel, division Statistiques régionales, locales et urbaines, Insee
n France métropolitaine, 41 aires D’autres aires urbaines de taille importante
sont qualifiées de grandes aires : elles ont plusurbaines structurent le territoire.
de 200 000 habitants. Toulon, Douai et Rouen,EElles sont réparties en 12 aires dites
bien qu’importantes en termes de population,
« métropolitaines » et 29 qualifiées de
se trouvent classées en grandes aires et non
« grandes aires ». Les aires métropolitaines en aires métropolitaines car leur nombre de
sont localisées sur les contours du territoire, cadres des fonctions métropolitaines est infé-
les grandes aires dans le bassin parisien ou rieur au seuil de 20 000.
à proximité des aires métropolitaines.
Ces 41 aires reflètent les zones d’influence
Les aires métropolitaines,
nationale et régionale du territoire. En
essentiellement en périphérie
effet, elles regroupent les emplois à fort
du territoire
potentiel de développement économique
et à contenu décisionnel élevé. Les aires métropolitaines de province sont
essentiellement localisées en périphérie duCes villes entretiennent entre elles des
territoire national, que ce soit au Sud, à l’Ouestrelations mesurées par les déplacements
ou encore aux frontières du Nord et de l’Est, à
domicile-travail des actifs. Outre la posi-
proximité de la Belgique, de la Suisse ou de
tion centrale et particulière de Paris, ces l’Allemagne.
aires urbaines sont liées entre elles sous Huit des 29 grandes aires se situent autour de
des formes variables : relations bipolaires l’aire de Paris, dans un large bassin parisien.
Les autres sont soit au voisinage des airesou multipolaires.
métropolitaines, comme dans le sud-est ou leLes actifs qui se déplacent entre ces aires
nord de la France, ou entre les aires métropoli-
pour rejoindre leur lieu de travail sont
taines, par exemple le long des axes
principalement des cadres occupant des Paris-Nantes ou Paris-Strasbourg. Les aires
emplois des fonctions logistiques ou de Poitiers, Clermont-Ferrand, Limoges, Dijon
liées au commerce inter-entreprises. Ils ou encore Besançon comblent un espace
dépourvu d’aires métropolitaines (carte 1).ont plus fréquemment que les autres
changé d’aire de résidence au cours des
Les aires urbaines métropolitainescinq dernières années.
et lesgrandesaires
DunkerqueLe territoire de la France métropolitaine est
Lille
composé de 354 aires urbaines (définitions). ValenciennesDouai-Lens
Havre AmiensLes plus grandes d’entre elles concentrent la
Metz
population, plus encore les emplois et davan- Rouen StrasbourgReimsCaen Paris
tage encore les cadres des fonctions métropoli- Brest
Mans NancyRennes
Mulhousetaines (définitions). La prise en compte de ces Orléans
Nantes
trois paramètres via la loi « rang-taille » (enca-
Angers Tours Dijon Besançondré) permet de distinguer 41 aires importantes.
LyonPoitiers Clermont-FerrandCelles-ci jouent un rôle particulier dans la struc-
Limoges Annecyturation du territoire et caractérisent le rayon-
Bordeaux Saint-Etiennenement économique des espaces. Grenoble
Parmi ces 41 aires, 12 sont qualifiées d’aires Nîmes Avignon
MontpellierBayonne Nicemétropolitaines : Paris, Lyon, Marseille, Lille, Pau
Marseille-Aix-en-Provence
Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes, Stras- PerpignanToulouse Toulon
bourg, Rennes, Grenoble et Montpellier. Elles
Grandes aires urbaines
accueillent chacune plus de 500 000 habitants Aires urbaines métropolitaines
Source : Insee, recensement de la population 2006.et 20 000 cadres des fonctions métropolitaines.
© IGN - Insee 2011
INSEE
PREMIERErecherche, aux prestations intellectuelles, de ces 41 villes et travailler dans uneConcentration des fonctions
à la gestion, mais aussi aux éléments de autre. 1,8 % des emplois des 41 airesliées au rayonnement
rayonnement international comme le sont ainsi occupés par une personne quiéconomique dans les aires
commerce inter-entreprises ou la culture ne vit pas dans l’aire où elle travaille.
métropolitaines
et les loisirs. Elles ont toutefois chacune Ces déplacements esquissent des
Ces 41 aires regroupent 70 % de la popu- leur spécificité (tableau 2). Ainsi, Toulouse réseaux entre les villes, au sein desquels
lation et de l’emploi des villes, 77% des et Grenoble se distinguent par une l’aire urbaine de Paris joue un rôle central.
emplois des fonctions métropolitaines et présence très élevée d’emplois relevant Toutes les aires métropolitaines de
85 % des emplois de cadres des fonctions des fonctions conception-recherche et province ou les grandes aires envoient en
métropolitaines (tableau 1). L’armature prestations intellectuelles ; Lyon, Lille, effet des actifs vers l’aire urbaine capitale
urbaine, composée de ces 12 aires Bordeaux et Nantes par une présence et les échanges sont plus importants de la et 29 grandes aires, plus élevée qu’ailleurs de la fonction province vers Paris que l’inverse. 70 000
reflète l’importante concentration sur le commerce inter-entreprises ; alors que les actifs résidant dans les aires métropolitai-
territoire national des activités à fort emplois liés à la fonction culture et aux nes et les grandes aires travaillent dans
potentiel de développement écono- loisirs sont davantage implantés à Paris. l’aire parisienne, soit 0,9 % de l’emploi
mique et à contenu décisionnel élevé. total des 41 aires (carte 2).
Dans ces activités, les emplois sont Si les flux domicile-travail vers Paris les
La polarisation vers Parisoccupés principalement par des cadres. plus importants en termes d’effectifs
37 % des emplois de l’aire urbaine de viennent de Lyon, Marseille et Lille,pour l’ensemble du territoire
Paris sont des emplois des fonctions l’intensité des échanges (définitions) est
métropolitaines ; cette proportion passe Les 12 aires métropolitaines et les 29 gran- la plus élevée pour Rouen, Orléans,
à 22 % pour les grandes aires. des aires sont reliées entre elles par un Lille, Lyon, Tours, Marseille, Bordeaux,
Plus précisément, les 12 aires métropoli- important réseau routier ou ferré qui favo- Toulouse et Amiens (les indices d’inten-
taines concentrent les fonctions métropo- rise les déplacements domicile-travail. sité sont proches de 0,10).
litaines supérieures liées à la conception- 260 000 actifs déclarent résider dans une L’aire urbaine de Paris polarise les cinq
fonctions métropolitaines, et plus particu-
lièrement, celles du commerce inter-entre-
Part de la population et de l’emploi selon le type d’aires urbaines prises, de la conception-recherche et de la
logistique. La part des migrants alternantsEmploi Emplois de cadres
Population (définitions) travaillant dans la fonctionEmploi total des fonctions des fonctions
résidante
métropolitaines métropolitaines commerce inter-entreprises est trois plus
Effectif Effectif Effectif Effectif élevée que celle de l’ensemble des actifs
% % % %
(en milliers) (en milliers) (en milliers) (en milliers) occupant cette fonction. Pour les fonctions
Aires urbaines conception-recherche et logistique, le
métropolitaines (12) 22 393 47,5 10 214 49,4 3 431 61,2 1 528 72,0 rapport est de 1,5. Mais l’aire capitale est
Grandes aires urbaines (29) 9 726 20,6 4 011 19,4 905 16,2 264 12,4
également attractive pour des fonctions
Autres aires urbaines (313) 15 056 31,9 6 455 31,2 1 263 22,6 330 15,6
non métropolitaines et notamment la fonc-Ensemble 47 175 100,0 20 680 100,0 5 599 100,0 2 122 100,0
tion administration publique (1,4 fois).
Note : l’emploi est mesuré au lieu de travail.
Source : Insee, recensement de la population 2006.
Indice de spécificité des fonctions métropolitaines dans chacune des aires urbaines métropolitaines
1Indice de spécificité de chacune des fonctions métropolitainesPart des CFM Part de l’emploi
Aires Emploi total
dans l’emploi total des fonctions métropolitaines Conception Prestations Commerce Culturemétropolitaines (en milliers) Gestion(en %) dans l’emploi total (en %) Recherche intellectuelles inter-entreprises Loisirs
Paris 5 562 18,3 37,3 0,99 0,99 1,01 0,96 1,13
Lyon 811 12,1 31,7 1,00 1,01 0,99 1,20 0,70
Marseille 621 9,5 27,5 1,09 0,77 1,00 0,97 0,86
Lille 499 9,9 28,5 1,13 0,71 0,88 1,11 0,73
Toulouse 505 13,7 31,4 0,87 1,63 1,07 0,95 0,73
Nice 385 9,7 26,3 1,04 0,98 0,97 0,90 0,99
Bordeaux 449 9,5 27,4 1,07 0,82 0,93 1,13 0,78
Nantes 352 10,5 29,4 1,04 0,87 0,99 1,15 0,74
Strasbourg 294 10,1 28,5 1,07 0,82 0,95 1,09 0,81
Rennes 274 10,0 27,1 1,00 1,00 1,02 1,09 0,82
Grenoble 250 14,0 32,1 0,84 1,87 1,01 0,88 0,76
Montpellier 212 11,0 29,1 0,99 1,03 1,09 0,93 1,00
1. Rapport entre la part de chacune des fonctions dans l’emploi de l’aire métropolitaine et cette même part dans l’ensemble des aires urbaines métropolitaines.
Lecture : à Paris, la fonction gestion est moins représentée que dans l’ensemble des aires métropolitaines.
Source : Insee, recensement de la population 2006.
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE Déplacements domicile-travail vers l'aire urbaine Déplacements domicile-travail entre aires
de Paris métropolitaines et grandes aires de province domicile-travail déclarés
(en effectifs)*
Déplacements domicile-travail entre aires5 690
1 900 Aires métropolitaines
Aires métropolitaines ou grandes aires urbaines
ou grandes aires urbaines
© IGN - Insee 2011© IGN - Insee 2011
*Les deux effectifs (5 690 et 1 900) correspondent aux flux le plus important et le moins Note : l'épaisseur des traits est proportionnelle à l'importance du flux.
important ; l'épaisseur des flèches est proportionnelle à l'importance des flux. Source : Insee, recensement de la population 2006.
Source : Insee, recensement de la population 2006.
éducation-formation est identiquementintenses lient Nîmes et Montpellier etDes réseaux de proximité
implantée dans ces deux aires urbaines.Nîmes et Avignon (indices d’intensitébipolaires ou multipolaires
Les autres échanges entre aires métro-respectifs de 1 et 0,5). Entre Marseille et
politaines et grandes aires sont beau-Parmi les 40 aires de province, 190 000 Toulon, les déplacements d’actifs sont
coup moins intenses que dans les troispersonnes déclarent ne pas travailler symétriques. Ces migrants alternants
grands ensemble précédents. Les rela-dans leur aire de résidence à la date du sont plus présents dans les deux fonc-
tions sont essentiellement bipolairesrecensement, soit 2,5 % de l’emploi de tions métropolitaines commerce inter-
entre Metz et Nancy, Rouen et Le Havre,ces aires (carte 3). entreprises et conception-recherche, bien
Pau et Bayonne, Strasbourg et Mulhouse,Au nord de la France, un premier que celles-ci ne représentent pas plus
Besançon et Dijon, Tours et Orléans ouensemble constitué des aires de Lille, de 5 % des emplois.
encore Nantes et Rennes. Les échan-Douai, Valenciennes et Dunkerque est Un troisième ensemble multipolaire
ges entre, d’une part, Angers et Nantes,particulièrement propice aux échanges regroupe Lyon, Grenoble, Saint-Étienne
et d’autre part entre et Le Mansdomicile-travail. Les indices d’intensité et Annecy. Il a la particularité de contenir
lient ces trois villes entre elles.des déplacements entre ces villes sont deux aires métropolitaines. Si les dépla-
particulièrement élevés : 6,2 entre Lille cements domicile-travail sont importants
et Douai, 4,2 entre Douai et Valencien- en termes d’effectifs entre Lyon et
Des déplacementsnes et 3,3 entre Valenciennes et Lille. Grenoble, ils sont néanmoins d’intensité
domicile-travail fréquentsAu sein de cet espace, les déplace- plus faible (0,4) que les groupes précé-
ments domicile-travail sont assez dents. Par ailleurs, les échanges sont après une migration résidentielle
typés. En effet, Lille polarise, en prove- dissymétriques, les fonctions échan-
Un quart des actifs migrants alternantsnance de Douai et Valenciennes, les gées n’étant pas de même nature. En
entre les 41 plus grandes aires ontemplois des fonctions éducation- effet, plus du quart des actifs résidant à
changé d’aire urbaine de résidence auformation, conception-recherche et Lyon et travaillant à Grenoble occupent
cours des cinq dernières années. C’estsanté-action sociale. Alors que Douai des fonctions de conception-recherche
deux fois plus que pour l’ensemble deset Valenciennes accueillent principale- et d’éducation-formation, alors que le
actifs des aires métropolitaines et desment les migrants alternants des profil des échanges de Grenoble vers
grandes aires. De plus, 40 % desfonctions prestations intellectuelles, Lyon est plus proche de l’ensemble des
migrants alternants ayant changé d’aireconception-recherche et commerce déplacements entre aires métropolitai-
de résidence habitaient avant dans leurinter-entreprises. nes (commerce inter-entreprises et
actuelle aire urbaine de travail, soitAu Sud, un second ensemble plus gestion). La spécificité de Grenoble
27 000 personnes. Cette part dépasseétendu est constitué des aires de dans la fonction conception-recherche
même 45 % pour les actifs de Lille, ParisMarseille, Toulon, Nîmes, Montpellier, explique l'asymétrie de ses échanges
et Marseille. Toutes choses égales parAvignon et Nice. Les échanges les plus avec Lyon. En revanche, la fonction
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREbasé sur les données du recensement de laailleurs, être migrant alternant au sein quitté Lille ou Marseille choisissent majo-
population de 1999.des grandes aires ou aires métropolitai- ritairement un nouveau domicile proche :
Une nouvelle grille d’analyse fonction-
nes est plus fréquent pour un cadre, Douai ou Valenciennes au Nord, Toulon
nelle des emplois décrit le système
travaillant à Lille, Paris ou Marseille, ou Avignon au Sud. productifàpartirdeladéfinitiondequinze
occupant un emploi dans les fonctions fonctions, par regroupement des profes-
sions et catégories socioprofessionnelles.de commerce inter-entreprises ou de Source
Cinq fonctions sont qualifiées de « métro-logistique et ayant déménagé au cours
politaines », parce qu’elles sont plus parti-
des cinq dernières années.
culièrement présentes dans les grandesLes résultats présentés pour l’année 2006
Les actifs se déplaçant régulièrement agglomérations, à savoir : conception-proviennent du recensement de la popu-
pour travailler dans une grande aire ou recherche, prestations intellectuelles,lation, cumul des cinq enquêtes annuelles
commerce inter-entreprises, gestion etune aire métropolitaine semblent donc de recensement réalisées de 2004 à 2008
culture-loisirs. Les cadres des fonctionsen métropole. Elles décrivent une situationdissocier leur choix de lieu de résidence
métropolitaines (CFM) correspondent auxmoyenne au début 2006.et de lieu de travail. Les actifs qui rési-
cadres et chefs d’entreprise de plus de dix
daient cinq ans plus tôt dans leur salariés des cinq fonctions métropolitaines.
Définitionsactuelle aire de travail ont pour la plupart L’indice d’intensité des échanges entre
deux aires urbaines (A et B) se définit par lequitté une aire métropolitaine : 33 % ont
rapport (en %) entre le flux d’actifs sequitté l’aire urbaine de Paris, 20 % celle Une aire urbaine est un ensemble de
déplaçant de A vers B et de B vers A et la
de Lille et 9 % celle de Marseille. Les communes d’un seul tenant et sans
somme des emplois offerts dans A et B. Un
enclave, constitué par un pôle urbain et paractifs de l’aire urbaine de Paris ayant indice de 2 signifie que les flux d’actifs entre
des communes rurales ou unités urbaines,changé d’aire de résidence s’installent à A et B représentent 2 % des emplois offerts
dont au moins 40 % de la population rési-
dans ces aires.parts égales entre aires métropolitaines
dante ayant un emploi travaille dans le pôle
Un migrant alternant est un actif ayant unet grandes aires et ce, à divers endroits ou dans des communes attirées par
emploi et travaillant en dehors de sa
du territoire. En revanche, les actifs ayant celui-ci. Le zonage en aires urbaines est
commune de résidence. On parle de migra-
tion alternante pour désigner le déplace-
ment effectué pour se rendre au travail.
C’est un trajet régulier, où le terme « migra-
tion » indique la sortie de la commune deDéterminer des aires urbaines métropolitaines et des grandes aires :
résidence et le terme « alternante » qu’il y ala loi « rang-taille »
un trajet retour. On emploie aussi parfois le
terme de navette domicile-travail.La dynamique économique d’une ville est de déterminer 12 aires métropolitaines
fortement liée à l’effectif de sa population, (Paris, Lyon, Marseille, Lille, Toulouse,
à son nombre d’emplois et, plus particu- Bordeaux, Nice, Nantes, Strasbourg, Bibliographie
lièrement, au nombre d’emplois de cadres Rennes, Grenoble et Montpellier) et
des fonctions métropolitaines (CFM) (dé- 29 grandes aires (Toulon, Douai, Rouen,
Van Puymbroeck C., Reynard R., « Répar-finitions). La relation entre la taille de la Metz, Clermont-Ferrand, Nancy, Valen-
tition géographique des emplois - Les gran-ville (pour chacune des trois variables) et ciennes, Tours, Caen, Orléans, Angers,
des villes concentrent les fonctions
son rang de classement est appelée loi Dijon, Saint-Étienne, Avignon, Brest,
intellectuelles, de gestion et de décision »,
« rang-taille ». Les courbes représentant la Mans, Reims, Havre, Mulhouse, Per-
Insee Première n° 1278, février 2010.
loi « rang-taille » pour la population, le pignan, Amiens, Dunkerque, Limoges,
« Des aires urbaines... aux systèmes
nombre d’emplois et de CFM mettent en évi- Nîmes, Besançon, Pau, Bayonne, Poitiers métropolitains, une première approche »,
dence des ruptures, lesquelles permettent et Annecy). Fédération nationale des agences d’urba-
nisme, septembre 2006.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Pour vous abonner aux avis de parution : http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/default.asp?page=abonnements/liste-abonnements.htm
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Philippe Cotis
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2011 Rédacteur en chef :
Gilles RotmanAbonnement annuel : 81€ (France) 101€ (Étranger)
Rédacteurs :
L. Bellin, A.-C. Morin,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
C. Perrel, C. Pfister
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : É. Houël
______________________________________ Tél : _______________________________ Impression : Jouve
Code Sage IP111333Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
ISSN 0997 - 3192
Date : __________________________________ Signature
© INSEE 2011
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.