Un riche patrimoine historique et naturel

Publié par

Des traces des civilisations du paléolithique aux cathédrales et abbayes construites au Moyen-Age, la Picardie est dotée d'un riche patrimoine historique marqué par les invasions et les guerres. La variété des paysages, l'importance des étendues d'eau et de l'espace disponible constituent l'essentiel du patrimoine naturel qui a inspiré de grands écrivains et artistes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
DYNAMIQUES TERRITORIALES
Un riche patrimoine historique et naturel
Des traces des civilisations du paléolithique aux cathédrales et abbayes construites au Moyen Âge, la Picardie est dotée d’un riche patrimoine historique marqué par les invasions et les guerres. La variété des paysages, l’importance des étendues d’eau et de l’espace disponible constituent l’essentiel du patrimoine naturel qui a inspiré de grands écrivains et artistes.
U 1 n ouvrage récenta réussi à prouver que la Picardie est belle pour qui sait la regarder. Cette beauté discrète, ne relève ni du sensationnel ni de l’esbroufe et mérite une attention toute particu lière.
La terre de nos aïeux
En 1987, tout le pays fêta, en Picardie, le millième anniversaire de la naissance de la France, Hu gues Capet ayant été élu roi à Senlis en 987 puis couronné à Noyon comme Charlemagne (encore un Picard !) l’avait été en 768. Le duché de France comprenait alors les territoires situés entre la Seine et la Somme. Le patrimoine historique est consi
1 Sophie de Paillette « Picardie. Corps et âme », Pharos, 94 pages, 2006.
dérable mais nos contemporains pensent plus souvent à la terre des invasions qu’à la terre des cathédrales !
Dès l’arrivée des premiers hommes, la Picardie se distingue. Les civilisations du Paléolithique se manifestent sur les terrasses alluviales, le long des cours d’eau et les stratotypes de cette ère (acheu léen, abbevillien, etc.) sont connus dans le monde entier. Dès le Néolithique, la Picardie est large ment défrichée et relativement peuplée.
Les invasions celtes se succèdent et les Gaulois « belges » défont les Celtes « bretons ». Des fer mes gauloises à enceintes circulaires, détectées par le père de l’archéologie aérienne, Roger Agache, montrent une occupation agricole assez
PICARDIE: DIAGNOSTICETPERSPECTIVES 143
3
3
dense avec un habitat dispersé. La production est suffisante pour inciter Jules César à hiverner près de Samarobriva, le passage sur la Somme gardé par les Ambiani (Amiens). La paix galloromaine permet à des milliers de villas rectangulaires à double cour de se disperser sur le territoire et à des villes de prospérer. Le drame est que tout cela, construit en bois et en torchis, n’a pas résisté au temps. Il faut aller dans les musées admirer les vestiges de ces temps anciens !
Très tôt l’agriculture fournit des matières premiè res à une industrie ellemême tournée très vite
DYNAMIQUES TERRITORIALES
vers les marchés extérieurs. Associées aux villes drapantes de Flandre et d’Angleterre, les villes picardes attirent marchands et artisans, se spé cialisent dans des produits textiles renommés (ser ges et draps de laine, batistes et toiles de lin) et dans des plantes tinctoriales comme la guède (waide) ou pastel qui enrichissent ses transforma teurs et négociants. Cette bourgeoisie, fidèle aux rois de France, fidèle à l’Église, peut contribuer à édifier de puissants édifices gothiques, dont les six cathédrales et les abbatiales, églises et cha pelles constituent des bijoux irremplaçables aujourd’hui, enfin, mis en valeur...
5    ,    22= -  , ;3< -I  4U  # ;-(< > ;J0< -)  # ;-(<  0(I J " ;7<  JI "0  '= ;7< ;'31M<   4 ; ")< "0  *   4  ' ;'#)< J  9. ;")?< J, ;'#)< "   ) ;'7I< 4 " "0 ;'#)<-, &;! J1!, ;4A< ,  9. J ' 0 J  J 40  J  ;2(,<  ;-< ' ;2 "01 ;4*< ' - # ( 0 9-A   & ( ;< ;'J01M<  U # =  ,/ & ;&< "05 * ;7< 1 I ( -   A' 2 #  "*  H(I ;4)'< J- 2) ;=< # ( "%=   A( ;'3< #   ' ;>)< J  J    9 ;"<J  1  '  / ;J< ;-)!)<  I    ;1(< ",   , ( J  ;A<   J 0(I " * ")4I ;2< ;2< J ", ;!)< "05< J  !) J   "M * " !>  ;4< # ( 4, "   "0 '  A(-  9 I  9- ;2( -< I ;4,<;"0,(< ;"0< J    *( 0I",  ( J*    "05  J ;.0<   J  9-      /(< ) 'U  ; '< JJ  4  J J ,( ;'< J '2( 4 ;' ?<=2 ;J< 5 , ;'< J &U ;"< ;*< J    ;J< J      ;#AM< J  #   90 ;")#M< 4  2 ;' 2 9=< !  ,J 9  90( ;'< J   , ;'<   J ,,  0,J  '0 ;'< -) )  J UI - ;"0< "05  J " "0    UU 7 (    ;=,< J U  2  ;"M10)<  -?   2 J  ' ;=,< "05;"  4<
  >,     U  I    
PICARDIE: DIAGNOSTICETPERSPECTIVES 144
U ;#J<
$ %&!  %    &: ,  A
DYNAMIQUES TERRITORIALES
Aristocratie et bourgeoisie urbaines gardent du e e XVII auXIX sièclesdes attaches rurales d’où cette dualité des hôtels citadins et des résidences d’été, châteaux, bagatelles ou folies que des per sonnalités parisiennes ou étrangères se disputent aujourd’hui.
Si les invasions et les guerres nous ont laissé les « muches » (cachettes pour les récoltes, le chep tel et parfois les hommes en cas de danger), les forteresses (Coucy) et les citadelles, l’essentiel des sites est constitué par des lieux de souvenirs de la guerre 191418 où les pèlerins, principalement originaires du Commonwealth britannique, vien nent, régulièrement nous montrer que l’Entente cordiale n’est pas qu’un accord de responsables politiques.
Les reconstitutions d’aprèsguerres offrent encore de quoi nous émouvoir ou nous documenter, le patrimoine historique picard étant décidément de toutes les époques.
La terre de nos enfants
Le patrimoine naturel picard n’est pas moins riche mais il ne se prête pas à une exploitation touristi que intensive et concentrée comme sur certains littoraux, domaines montagneux ou îles tropica les...
La Picardie est d’abord riche de ses milieux humi des intérieurs: tourbières, étangs, lacs, plans d’eau géométriques créés par l’ancienne exploi tation de la tourbe, par l’extraction des carrières de granulats ou encore par la construction de pe tits barrages (plan d’eau de l’Ailette), espaces ma raîchers (hortillonnages, hardines…), mares des centres de village...
Bien que relativement restreint, le littoral maritime offre la quasi totalité des entités morphologiques : falaises vives ou mortes, cordons de galets, pla ges de sable et dunes plantées ou non, fixées ou en évolution, avec de larges estuaires fonction nant comme des deltas, notamment les baies de
Somme et d’Authie. Magnifiques espaces de ren contre entre terre ciel et eau comme l’ont souligné le grand écrivain Colette avec ses mots et le grand peintre Manessier avec ses toiles. Lieux où l’ima ginaire se déploie comme celui de Jules Verne rédigeant au Crotoy, l’essentiel de son « Vingt mille lieues sous les mers ».
Les bas plateaux intérieurs sont loin d’être unifor mes, malgré l’image, ressassée, des champs de betteraves : coupés de vallons secs dont les flancs sont étagés en «rideaux », deversants de val lées drainées où la partie haute peut évoluer en larris secs, fronts de côte où poussent encore la vigne ou des vergers.
Tôt défrichée, la Picardie n’a gardé, pratiquement, que ses forêts royales ou princières, réserves de chasse et de bois d’œuvre pour la marine. Mais, cultivées depuis toujours, elles sont ordonnées « à la française » avec leurs allées cavalières et leurs laies rectilignes : Compiègne, Crécy, Retz, Halatte, Laigle, autant de lieux de promenades où jadis rêvaient La Fontaine, le jeune Racine ou Jean Jacques Rousseau.
Dominée par la craie et les roches calcaires de l’ère tertiaire, la Picardie recèle de la terre à bri que, des grès et de belles pierres de taille (voir cathédrales et châteaux). Elle offre aussi une grande variété de profils géologiques et d’aptitu des agronomiques. Son soussol retient d’impor tantes nappes phréatiques, notamment celle de la craie, malheureusement pas à l’abri de la pollu tion, notamment par les nitrates. Cette eau sou terraine, l’espace disponible et la grande variété des paysages sont les principaux éléments du patrimoine naturel de la Picardie.
Ce patrimoine historique et naturel a besoin d’être mis en valeur. Il a surtout besoin de notoriété auprès d’un public informé, soucieux de culture et de détente lors de courts séjours, qu’il réside en Picardie ou ailleurs.
PICARDIE: DIAGNOSTICETPERSPECTIVES 145
3
3
=  E 4  '  9-0
La préservation des sites naturels
: * 222 D A E!,F
J /? 
+(       '
J) #  G. Q  E "/( 2( . Q  E *   *Q    7
W   ' ;W'< B  W'
J 9%
Q  100 E A  'J0
J   '0
Q  E *  '&
+,  48*  6 : !#
DYNAMIQUES TERRITORIALES
Dans le cadre du programme européen Natura 2000, 37 sites ont été proposés au début des années 2000, au titre de la directive « habitats », pour une surface d’environ 47 000 ha (2,4 % de la surface régionale). Ils ont été validés par la commission européenne fin décembre 2004. Les 3 sites initialement proposés au titre de la directive « oiseaux » (Estuaires picards : baie de Somme et d’Authie ; Moyenne vallée de l’Oise ; Marais d’Isle) ont été désignés en Zones de Protection Spéciale (ZPS) en novembre 2004. Ils représentent environ 20 000 ha, en partie superposés aux sites de la directive Habitats. D’autres sites ont été proposés début 2006. Ces nouvelles propositions représentent un total de plus de 64 000 ha, ce qui double les surfaces concernées en Picardie. Elles portent principalement sur les forêts de Compiègne, Laigue et Ourscamps, les marais arrièrelittoraux, la vallée de la Somme et les marais de la Souche.
: * 222 D A E8#F   E #   E =  9-0      E J / ;4  ' ?   E J* *  9-0<  20?   E J* *  ")0   E 7  ?  0    E 7?  ?   E J     0   J"   E J*   E 4 #  * 9A   E J)  E J* '  7) : 4) ,   '*  7(,   E J   ) '  -  "   E #   4   E 1/    9-,   E 4(   4   E 7?  ?  ,     '   E 2  E J  #()  '0   E  ,  9.   / : '()   E J* *  ' &   E J* *   E 7  ? )?  A 4)  9.    9. , ;4,<  E 1/  ?   E "  "/J,   E 2  *Q 2    E J* * 0   4)  9.   E J* *   "/( 2( AH   J "   E J  ')&   E ",     E J*  E "?  J : ' J!V   E "*  7H 1   #   E "?  4)   ,  9-   E "?  9.   "  E J* * 9A  "0)  9=,   E >  #)
' G " B G?   G "
PICARDIE: DIAGNOSTICETPERSPECTIVES 146
+,  48*  6 : !#
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.