Une construction dynamique dans un contexte industriel morose

De
Publié par

En France, la croissance s’est accélérée au 3e trimestre grâce au soutien de la consommation des ménages. En Franche-Comté, l’activité progresse à un rythme plus modéré. La production industrielle n’a pas retrouvé à l’été ses niveaux d’activité de la fin 2004. La construction reste dynamique, tandis que le secteur tertiaire connaît une évolution mitigée. L’emploi salarié recule de 0,2% sur un an à la fin juin 2005. Le nombre de demandeurs d’emploi reste stable sur un an alors qu’il diminue nettement au niveau national.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
CONJONCTURE
En France, la croissance sest accélérée au 3etrimestre grâce au soutien de la consommation des ménages. En Franche-Comté, lactivité progresse à un rythme plus modéré. La production industrielle na pas retrouvé à lété ses niveaux dactivité de la fin 2004. La construction reste dynamique, tandis que le secteur tertiaire connaît une évolution mitigée. Lemploi salarié recule de 0,2% sur un an à la fin juin 2005. Le nombre de demandeurs demploi reste stable sur un an alors quil diminue nettement au niveau national.
En Franche-Comté, la croissance de lactivité se poursuit à un rythme plus modéré, en 2005, quau niveau national. Le profil
plus industriel de la région est défavorable dans un contexte où la croissance est essentiellement portée
par les branches non indus- permettre un renversement trielles. De plus, le recul de de tendance. lemploi salarié dans la ré- Dans lautomobile, après gion a un impact négatif une nette accélération au sur le pouvoir dachat des printemps, la production ménages. subit une baisse E n F r a n c h e -Reéindeielledllpivitiatcs a i s o n n i è r e à Comté, la pro-ustrlété. Le rebond duction industrielle na pas de lactivité au 4etrimestre retrouvé, au 3e est moins marqué que lan- trimestre, les niveaux dactivité at- née précédente. Sur len-teints avant le fort repli du semble de lannée 2005, 1er 2005. La lé- trimestre 500 véhicules ont été 412 gère croissance anticipée assemblés sur les chaînes pour le 4etrimestre par les du site de Sochaux, en re-industriels ne devrait pas pli de 2,7% en un an. La
Nº 11 - Janvier 2006
progression des ventes de 3 0 7 n a p a s p e r m i s d e compenser larrêt en 2004 de la production de 406. Lannée 2006 devrait rester une année de transition en attendant larrivée de la 308. Certains équipementiers, connaissant une charge in-suffisante, devraient réduire
leurs effectifs. Dans les biens de consom-mation, lactivité est stable. Dans la lunetterie, la fai-blesse de la demande inté-rieure nest pas totalement
c o m p e n s é e p a r l a d e -mande étrangère. La situa-tion de lhorlogerie reste difficile. La demande est soutenue dans le meuble. Dans les biens intermédiai-res, la situation est mitigée. La demande faiblit et les capacités de production sont en général sous-em-ployées. Les prévisions des industriels du secteur res-tent prudentes. Dans les biens déquipe-ment, la situation est plus favorable. Le redressement
info web
dAlstom se confirme. Le Lagriculture franc-comtoise carnet de commandes se na pas souffert de la séche-remplit dans un contexte de resse de lété. Le maïs con-restauration des marges et naît ainsi un bon rendement de repli de lendettement. à 81q/ha. En revanche, les Il existe cependant encore prix sont toujours en recul : dpeosurincqeuritéatiundeessLactivité agricolecelui du blé perd épargnée parainsi 4,1% en un an. La collecte daectiBveitlféosrtd.uDasintesla sécheressede lait croît de les équipements électriques 3,2%, cependant que les prix et mécaniques, la demande est élevée et les perspecti-ves paraissent favorables. Lindustrie agroalimentaire connaît un léger repli, par-ticulièrement dans le sec-teur de la viande. Les réac-tions possibles des consom-mateurs à la grippe aviaire rendent les prévisions incer-
taines. La production de c o m t é e s t r e p a r t i e à l a hausse durant lété, ce qui a contribué à gonfler les stocks. Le Mont dOr voit sa production redémarrer à un rythme bien supérieur à celui de 2004.
baissent de 2,8%. Le prix de la vache de type montbéliarde reste, quant à lui, en augmen-tation de 5,6% sur un an. La récolte viticole est de très grande qualité, mais avec des rendements plus faibles quen 2004. Dans le bâtiment, la crois-sance régionale saccélère encore. 8 120 logements ont été mis en chantier de décembre 2004 à novem-bre 2005, en hausse de 20,8% sur un an. La cons-truction dappartements est particulièrement dynami-que (+53,2%), tandis que
les mises en chantier de pa-v i l l o n s s  a c c r o i s s e n t d e 7,8%. Les mises en chantiers pro-gressent de 13 % dans le Jura, environ 20%, dans le Doubs et en Haute-Saône et 29% dans le Territoire de B e l f o r t . La construction dappartements progresse
Retour vers la croissance tendancielle
Nº 11
En France, la croissance sest accélérée au troisième trimestre grâce au soutien de la consommation des ménages et à un environnement international plus porteur. Le dynamisme de la construction ne se dément pas et lactivité a été soutenue dans le commerce et les services aux particuliers. Lindustrie est restée en retrait du reste de léconomie. Les importations ont progressé presque deux fois plus rapidement que les exportations, ce qui fait perdre 0,8 point de croissance en 2005. Néanmoins, la baisse de leuro et laccalmie concernant les prix du pétrole commencent à avoir un impact favorable sur la compétitivité des entreprises et les carnets de commande se remplissent. Malgré la morosité industrielle, linvestissement des entreprises a accéléré au deuxième semestre pour atteindre 3,3% sur lensemble de lannée. Les effectifs salariés dans le secteur marchand progressent modérément (60 000). Le taux de chômage atteindrait 9,5% fin décembre, en baisse de 0,5 point sur un an. Ce recul est surtout dû à la relance des emplois aidés et à une moindre augmentation
de la population active.  Daprès la note de conjoncture de décembre 2005
de plus de 50% dans tous les un rythme plus modéré. Les départements, à lexception autorisations de construire de la Haute-Saône où la s o n t e n p r o g r e s s i o n d e croissance est plus modérée 4,9% sur un an. Cette crois-(+14%). En revan-Bâtiment :étropsulptsenencsa che, cest dans ce ar les de-dernier départe-un secteurpeamsednedrmpeis ment que la cons-en expansionde construire con-
truction pavillonnaire est la cernant des appartements, plus dynamique (+19,2%). en recul de 7,6%. En revan-La croissance dans le sec- che, le marché pavillon-teur de la construction de- naire devrait être dynami-vrait se poursuivre mais à que au cours des prochains
info web
mois, avec une hausse de déré. Un léger ralentisse-12,6% des autorisations. ment de lactivité sobserve Signe de la reprise de lin- dans le commerce automo-vestissement des entrepri- bile. Les immatriculations ses, les surfaces de bâti- de véhicules neufs reculent ments à usage profession- de 1,5% au cours des onze nel mises en chantier aug- premiers mois de lannée. mentent de 12,5%. Cette En France métropolitaine, progression concerne aussi les immatriculations pro-bien le secteur industriel gressent de 3,2%. Dans le que le tertiaire. transport, les hausses de La concurrence reste vive prix des carburants ont pu dans la demande de cré- être répercutées sur les ta-dits, les marges des établis- rifs. Néanmoins, les volu-sements se réduisant da- mes transportés restent en v a n t a g e e n c o r e . La d e - repli, et les trésoreries de-mande des entreprises se meurent tendues. situe toujours à des niveaux En Franche-Comté, 4 356 f a i b l e s . La d e - :T rtaireeprientrdeséécrééttnolatotuases mande des parti-sesioogrepnréced40àmerbe02 c u l i e r s e n c r é d i t immobilier est dy-modéréen o v e m b r e 2 0 0 5 , namique. En revanche, le en hausse de 1,5% sur un crédit à la consommation an. Au niveau national, les marque le pas. Selon le créations dentreprises di-Centre Régional de Gestion minuent de 1,3% sur cette Agréée (CRGA), lactivité période. Les créations pu-d a n s l e c o m m e r c e p r o - res augmentent de 3,6% gresse à un rythme mo dans la région alors quel--
Bâtiment : toujours plus haut
N 11 º
Logements commencés entre novembre 2004 et novembre 2005 Individuels Collectifs Ensemble Nombre de Nombre de Nombre de logements Évolution logements Évolution logements Évolution mis en 2004-2005 mis en 2004-2005 mis en 2004-2005 chantier (%) chantier (%) chantier (%) Doubs 2 242 +7,6 1 649 +55,0 3 891 +23,6 Jura 1 181 +1,2 496 +56,5 1 677 +13,0 Haute-Saône 1 339 +19,2 294 +14,0 1 633 +18,2 Territoire de Belfort 421  3,0 500 +79,2 921 +29,2 Franche-Comté 5 183 +7,8 2 939 +53,2 8 122 +20,8 Source : direction régionale de lÉquipement - SITADEL
Progression de lactivité touristique
Avec 1 697 579 nuitées vendues au cours des trois premiers trimestres de 2005, lactivité dans lhôtellerie franc-comtoise est en progression de 4% par rapport à la même période de 2004. Cette progression est d u e à u n e x c e l l e n t p r e m i e r t r i m e s t r e l i é à u n e n n e i g e m e n t d u r a b l e e t à l a b o n n e t e n u e d e l a clientèle daffaires. Les hôtels situés en zone urbaine ont connu un remplissage plus important cette année alors que la fréquentation des hôtels des zones rurales a diminué. Dans les campings, la fréquentation augmente de 4,3% par rapport à lannée 2004 pour atteindre 1 243 000 nuitées de mai à septembre 2005. La fréquentation revient autour de ses niveaux de 2002. La croissance est très forte en Haute -Saône et dans le Territoire de Belfort (+78,4%), modérée dans le Jura (+2,7%) et en repli dans le Doubs ( 17,2%). La durée moyenne de séjour augmente en Franche-Comté, à 4,4 jours au lieu de 4,2 en 2004.
les restent stables au niveau rythme élevé ( 2,6% sur un national. an) et ce, quelle que soit la De juillet 2004 à juin 2005, taille, des entreprises de ce lemploi salarié privé (hors s e c t e u r. Seule lindustrie agriculture et énergie) re- automobile arrive à stabili-cule de 0,2% au niveau ré- ser ses effectifs. Les effectifs gional, contre une diminuent fortement très légère hausseitsfsuecdelffceRedans les industries au niveau national des équipements (+0,1%). Lemploisalariésélectriques et élec-diminue de 1,2% dans les troniques. La croissance des entreprises de plus de 50 effectifs dans la construction salariés de la région alors (+1,2%) et les services quil progresse de 0,8% (+1,7%) ne suffit pas à com-dans celles de moins de 50 penser le recul de lemploi industriel dans la région. Lactivité des agences dinté-rim a été soutenue par lex-
salariés. La baisse de lemploi in-dustriel se poursuit à un
Stabilisation du nombre de demandeurs demploi en Franche-Comté
Demandeurs demploi Part dans les demandeurs demploi (%)
3N0b/t1o1t/a2l0a0u5suÉrvo1luatnio(n%)FemmesdeM2o5inasns Doubs 18 714 0,0 49,0 22,4 Jura 7 125  6,5 51,7 20,2 Haute-Saône 7 597 +1,4 51,1 25,0 Territoire de Belfort 6 225 +5,1 47,8 22,6 Franche-Comté 39 661  0,2 49,7 22,5 France 2 414 125  4,6 48,8 20,7 Source : ANPE Champ : DEFM de catégorie 1 (données brutes)
50 ans Ancienneté et plus sup. à 1 an 12,7 29,5 15,4 28,6 13,3 29,4 13,4 31,8 13,4 29,7 13,7 30,5
info web
tension de leur champ de F i n n o v e m b r e 2 0 0 5 , l e compétence, qui permet dé- n o m b r e d e d e m a n d e u r s sormais aux entreprises de demploi reste quasiment les solliciter pour dautres ty- stable sur un an ( 0,2%) pes de contrats (CDI). En dans la région, contre un revanche, lemploi intéri- recul de 4,6% en France. maire se situe plu- C e t t e d i f f é r e n c e tôt en recul à la finStabilisationsexplique par la du premier semes-ômcheagnorfudtruselhausse plus rapide tre 2005, en lien du nombre de de-avec le repli de lactivité in- mandeurs demploi dans la dustrielle. 17 600 intérimai- région début 2005, à la res sont sous contrat à la fin suite du fort repli de lacti-juin, en repli de 7,4% par vité industrielle. rapport à lannée précé- La progression du nombre dente. De plus, les contrats de chômeurs à la recherche dun emploi depuis plus
conclus sont des contrats de plus courte durée quun an auparavant. Au niveau départemental, lemploi recule dans tous les départements à lexcep-tion du Doubs où il reste stable. Les départements du Jura et du Territoire de Belfort sont les plus touchés par le recul de lemploi sa-larié.
dun an reste forte en Fran-che-Comté (+5,4% sur un an), alors quelle est stop-pée au niveau national. La
progression du nombre de demandeurs demploi exer-çant une activité réduite ou temporaire augmente de 6,0% dans la région contre u n e h a u s s e d e 3 , 6 % e n France.
Fin septembre 2005, le taux de chômage régional au sens du BIT augmente encore de 0,1 point sur un an alors quil baisse de 0,2 point au niveau national. Sélevant à 8,8% de la population active, il reste néanmoins encore in-férieur dun point à celui de la France.„
Nº 11
www.insee.fr insee-contact@insee.fr 0 825 889 452 (0,15/mn)
INSEEFranche-Comté « le Major » 83, rue de Dole - BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99 Directeur de la publication : Didier Blaizeau Rédacteur en chef : Patrice Perron Miseenpage:Maurice Boguet, Yves Naulin
© INSEE 2005 - dépôt légal : Janvier 2006
Rédaction achevée le 29/12/2005 Sophie PERRIN, Patrice PERRON
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.