Vigueur de la croissance (Flash d'Octant n° 47)

De
Publié par

Au premier trimestre 2000, l'activité industrielle bretonne s'est révélée aussi dynamique qu'au trimestre précédent. La production s'est nettement accrue dans l'industrie automobile. L'activité a progressé plus vivement que prévu dans les biens d'équipement professionnel et les biens intermédiaires. Le léger fléchissement de production observé dans les biens de consommation courante a été conforme aux anticipations. Le ralentissement saisonnier de l'activité dans l'agro-alimentaire a été peu marqué. Selon les chefs d'entreprise interrogés début avril, le rythme de croissance accélèrerait au deuxième trimestre. Les carnets de commandes ont continué de se garnir et les stocks se sont encore allégés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
CONJONCTURE INDUSTRIE Bretagne
Numéro 47 Juin 2000
Vigueur de la croissance
Au premier trimestre 2000, l’activité industrielle bretonne s’est révélée aussi dynamique qu’au trimestre précédent. La production s’est nettement accrue dans l’industrie automobile. L’activité a progressé plus vivement que prévu dans les biens d’équipement professionnel et les biens intermédiaires. Le léger fléchissement de production observé dans les biens de consommation courante a été conforme aux anticipations. Le ralentissement saisonnier de l’activité dans l’agroalimentaire a été peu marqué. Selon les chefs d’entreprise interrogés début avril, le rythme de croissance accélèrerait au deuxième trimestre. Les carnets de commandes ont continué de se garnir et les stocks se sont encore allégés. ’activité soutenue des premiersmaintien d’une demande étrangère dy mois de l’an 2000 découle d’unenamique. Dans cette perspective, ils tonLique et d’un marché intérieur plustifs. demande étrangère particulièrementenvisageaient d’augmenter leurs effec ferme qu’attendu. En conséquence, les capacités de production, hommes et maLes dirigeants d’entreprise faisaient chines, ontété largement sollicitées.preuve d’une grande confiance dans le court terme aussi bien en ce qui Début avril, les prises de commandesconcerne l’évolution de leur propre ac étaient nombreuses et les stocks appativité que celle de l’industrie française raissaient proches de la normale. Dansdans son ensemble. L’indicateur de cli ce contexte favorable, les responsablesmat général, reflet de leur opinion sur d’entreprise prévoyaient un essor deles perspectives générales de produc production au deuxième trimestre. Ilstion, a atteint un maximum historique. s’attendaient à un renforcement de la demande nationale et tablaient sur le
L’opinion des industriels bretons début avril Activité soutenueConfiance au plus haut Unité : solde d’opinionsUnité : solde d’opinions
2
INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES
Perspectives à la hausse
Stocks légers et carnets mieux garnis
Rétablissement des marchés à l’exportation
Selon les professionnels de l’agroali mentaire interrogés en avril, la de mande étrangère a retrouvé de la vi gueur au premier trimestre 2000. Cette revitalisation des marchés à l’exportation a tempéré le repli sai sonnier de la demande intérieure : l’activité n’a que légèrement fléchi durant les premiers mois de l’année 2000. Début avril, les carnets de commandes étaient jugés un peu mieux remplis que fin 1999 et les stocks étaient légers. Les chefs d’en treprise estimaient que l’activité s’in tensifierait au deuxième trimestre pour répondre au renforcement de la demande, tant nationale qu’étran gère. Dansl’industrie de la viande(abattages et transformation, toutes productions confondues), la baisse saisonnière de l’activité s’est révélée d’ampleur moindre que prévu en raison d’une nette amélioration de la demande étran gère. Les stocks se sont résorbés. Les res ponsables d’entreprise envisageaient un
BIENS D’ÉQUIPEMENT PROFESSIONNEL
Vers un nouvel essor de la production
Carnets étoffés
bon niveau de production pour le deuxième trimestre : le marché intérieur se raffermirait et la demande étrangère conserverait son dynamisme. La production del’industrie laitière s’est accrue en début d’année. L’activité devrait continuer de progresser au deuxième trimestre en lien avec la col lecte de printemps. Les fabricants d’aliments du bétailont encore enregistré d’excellents résultats au premier trimestre 2000, bénéficiant ainsi de trois trimestres consécutifs de croissance soutenue. Toutefois, le rythme de production pourrait s’infléchir à brève échéance car la demande se ferait moins pressante. L’activité desconserveriesa stagné en début d’année. Les prévisions pour le deuxième trimestre sont plus favorables. Lesindustries diverses(boissons, meu nerie, boulangerie, biscuiterie) ont bé néficié d’un bon niveau d’activité au début de l’an 2000. De bons résultats sont attendus aussi pour le printemps.
Accélération
L’activité dans le secteur des biens d’équipement professionnel ne s’est pas repliée comme habituellement en début d’année. Au contraire, la production s’est accrue sous l’impulsion d’une forte demande. Face à ce regain d’activité, les équipementiers ont augmenté leurs ef fectifs. Début avril, les carnets de com mandes étaient jugés étoffés. Les chefs d’entreprise prévoyaient un nouvel essor de production au printemps.
L’évolution de la production dans l’électroniquetéléphonieest conforme à ce schéma d’ensemble. Le rythme de croissance s’est accéléré durant les pre miers mois de l’année 2000 et devrait s’amplifier encore au deuxième tri mestre pour répondre à la vigueur de la demande.
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n°47  Juin 2000
Dansl’industrie mécanique et le ma tériel de précision, l’activité s’est main tenue à un bon niveau au premier tri mestre grâce à l’expansion de la demande nationale et au redressement de la demande étrangère. Les profes sionnels envisageaient, début avril, un accroissement de production dans les mois à venir.
Comme pressenti précédemment, l’ac tivité dansla construction et répara tion navale(hors entreprises de la Dé fense Nationale) s’est repliée au premier trimestre 2000. Début avril, les chefs d’entreprise n’entrevoyaient pas d’évolution notable à court terme.
Expansion Au premier trimestre, le rythme deL’industrie des matériaux de cons production de biens intermédiairestruction et du verreest restée dyna s’est avéré plus soutenu qu’on ne l’atmique au premier trimestre : le rythme tendait en raison du renforcement desde croissance n’a que légèrement flé demandes intérieure et étrangère.chi. Des prises de commandes nom Début avril, les carnets de commanbreuses et des stocks jugés au plus bas des étaient toujours aussi bien garnislaissaient présager une activité intense et les stocks étaient estimés inférieursau printemps. à la normale. Dans ce contexte, les dirigeants d’entreprise anticipaient unLa production dansla transformation net accroissement de l’activité audes métauxfonderies’est légère printemps et prévoyaient d’augmenment accrue en début d’année. Le ter leurs effectifs.rythme de l’activité devrait accélérer au deuxième trimestre pour répondre L’industrie du caoutchoucplasà l’expansion de la demande. tiquenotamment a bénéficié, en dé but d’année, d’une activité plus soDans l’industrie dupapiercarton, l’ac lide que prévu. Au début dutivité a redémarré timidement au cours deuxième trimestre, les prévisions àdes premiers mois de l’an 2000. Les court terme étaient favorables : la properspectives à court terme sont à la duction s’intensifierait.hausse.
Croissance modérée
De bons résultats ont été enregistrés au premier trimestre 2000 sans toutefois atteindre le haut niveau des deux tri mestres précédents. Début avril, il n’y avait plus de stocks encombrants et les demandes intérieure et étrangère res taient bien orientées. Néanmoins, cela n’apparaissait pas suffisant aux indus triels pour insuffler un nouvel élan à la production dès le deuxième trimestre. Les chefs d’entreprise estimaient que le rythme de l’activité resterait modéré au printemps.
En forte croissance depuis plus d’un an, la production dansl’industrie du boisameublementa reculé en début d’année. Ce mouvement serait de courte durée. Les professionnels envi sageaient un redémarrage de l’activité à brève échéance car les carnets de commandes se sont regarnis.
BIENS INTERMÉDIAIRES
Haut niveau d’activité en vue
Stocks au plus bas
BIENS DE CONSOMMATION COURANTE
L’industrie du cuir et de la chaus surea bénéficié au premier trimestre d’une activité meilleure que prévu. Cependant ce secteur risque de souf frir, au deuxième trimestre, du manque de vigueur de la demande.
Après l’expansion réalisée fin 1999, l’activité dansl’industrie du textileha billementa ralenti durant les premiers mois de l’année 2000. Un léger mieux est pressenti pour le printemps.
Alors qu’on s’attendait à un ralentisse ment saisonnier, la production dans l’imprimeriepressea légèrement augmenté en début d’année sous l’ef fet du renforcement de la demande. Cette fermeté de la demande devrait se prolonger au deuxième trimestre et permettre le maintien d’un bon ni veau d’activité.
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n°47  Juin 2000
Ralentissement
Les stocks se sont résorbés
3
4
FRANCE : activité industrielle en légère progression au premier trimestre
Après la forte augmentation observée fin 1999, la production industrielle hors constructionmesurée par l’in dice de la production industrielle, a progressé de 0,3 % seulement au pre mier trimestre 2000. Ce sont principa lement les industries agroalimentaires et les biens de consommation qui ont tiré l’activité vers le bas : la production de chacun de ces secteurs s’est repliée respectivement de 1,4 % et 2,3 % par rapport au trimestre précédent. A l’in verse, l’activité dans l’automobile et
les biens d’équipement professionnel s’est intensifiée de 1,5 % et 1,6 % au cours des trois premiers mois de l’an 2000. Les biens intermédiaires et l’énergie ont contribué aussi au déve loppement de l’activité, mais plus mo dérément.
Cependant, sur un an, la production industrielle hors construction s’est nettement renforcée : + 4 % au premier trimestre 2000 par rapport au même trimestre de l’année précédente. C’est
l’industrie automobile qui a enregistré la meilleure performance : + 11,2 %. Viennent ensuite les biens intermédiai res avec une progression de + 5,4 %. Sur un an, l’accroissement de produc tion des biens de consommation, biens d’équipement professionnel et énergie se situe entre 1 % et 3 %. Par contre, l’activité dans les industries agroali mentaires a évolué un peu moins favo rablement :  0,1 % sur cette même pé riode.
Des chefs d’entreprise bretons nous ont dit :
Volume de travail satisfaisant (inForte tension sur les marchés desL’évolution de la production en gé dustrie mécanique et matériel decomposants (électroniquetélénéral tarde à se faire sentir dans précision). phonie).notre industrie (imprimeriepresse).
Note explicative
L’INSEE réalise chaque trimestre une enquête de conjoncture auprès des chefs d’entreprise de manière à éva luer l’évolution récente et les perspec tives à court terme de l’industrie régio nale. Les questions portent sur les principaux indicateurs d’activité des entreprises : production et demande, carnets de commandes, stocks, effectifs et durée du travail, capacité de production. Pour chaque question trois réponses sont proposées : en hausse, stable, en baisse, avec une variante “supérieur à la nor male” pour les questions relatives au ni veau des stocks et des carnets de com mandes. Trois pourcentages sont ensuite calculés. La différence entre les
pourcentages des réponses positives et négatives dégage un solde dont l’évolu tion permet de déceler des tendances. Bien entendu, les réponses élémentai res sont ensuite pondérées de manière à tenir compte des différences de taille entre établissements et du poids res pectif de chaque activité dans l’en semble de l’industrie.
271 industriels bretons ont répondu à l’enquête début avril 2000. Nous les en remercions.
Rédaction achevée le 26 mai 2000.
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n°47  Juin 2000
INSEE BRETAGNE 36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cédex Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Directeur de la Publication : JeanJacques MALPOT
Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Composition : André PINCÉ
Cette note a été rédigée par : MariePaule LE BRIS Denise OLLIVIER
Pour tout renseignement : Bureau d’information Tél. : 02 99 29 33 66
© INSEE 2000 Dépôt légal : 2ème trimestre 2000 Imprimerie : MÉDIA GRAPHIC
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.