Autant d'écoliers, plus de collégiens, moins de lycéens et d'étudiants à la rentrée 2009

De
Publié par

À la rentrée 2009, 660 000 jeunes sont en formation dans des établissements de l'enseignement scolaire, d'apprentissage et de l'enseignement supérieur, soit un effectif stable sur un an. Ce constat résulte de la conjugaison du recul du nombre d'étudiants et de lycéens dans l'académie, de la stabilité du nombre d'écoliers et de la légère hausse des collégiens. Le bac pro affiche un taux de réussite record. Stabilité du nombre d'écoliers Présence des générations nombreuses 1995 à 1998 dans les collèges Un quart des troisièmes accèdent à la voie professionnelle Recul du nombre d'étudiants Un taux de réussite record au bac professionnel Encadré L'enseignement agricole s'appuie de plus en plus sur les formations professionnelles
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ÉDUCATION - ENSEIGNEMENT
Autant d’écoliers, plus de collégiens, moins de lycéens et d’étudiants à la rentrée 2009
À la rentrée 2009, 660 000 jeunes sont en formation dans des établissements de l’enseignement scolaire, d’appren-
tissage et de l’enseignement supérieur, soit un effectif stable sur un an. Ce constat résulte de la conjugaison du recul
du nombre d’étudiants et de lycéens dans l’académie, de la stabilité du nombre d’écoliers et de la légère hausse des
collégiens. Le bac pro affiche un taux de réussite record.
À la rentrée 2009, les établissements publics et privés de l’aca- plus marquée dans l’enseignement général ou technologique
démie de Bordeaux scolarisent 541 000 élèves, 102 600 étu- que dans l’enseignement professionnel.
diants en formation dans l’enseignement supérieur et
16 200 apprentis inscrits dans les centres de formation d’ap- Un quart des troisièmes accèdent■
prentis publics ou privés et les sections d’apprentissage des ly- à la voie professionnelle
cées professionnels (hors agriculture). Sur ces 660 000 jeunes,
En fin de troisième, la voie générale et technologique reste pri-un peu moins de la moitié sont des écoliers (45 %), 22 % des
vilégiée par les élèves. À la rentrée 2009, près de 6 collégienscollégiens, 15 % des lycéens, 16 % des étudiants et 2 % des
de troisième sur 10 l’ont choisie, soit une part supérieure àapprentis.
l’année précédente (+ 1,4 point). L’ensemble de la voie profes-
sionnelle (CAP, BEP, Bac professionnel) accueille un quart desStabilité du nombre d’écoliers■
élèves en provenance de troisième, taux identique au niveau
erLes 296 700 élèves du 1 degré sont pour neuf sur dix scolarisés national. Les classes de première année de CAP accueillent
dans les 2 861 écoles publiques. Leur effectif reste globalement davantage d’élèves (+ 600).
stable sur un an. Il s’accroît de 255 élèves dans le préélémen- La rentrée 2009 marque l’entrée en vigueur de la rénovation de
taire tandis qu’il est inchangé dans l’élémentaire qui concentre la voie professionnelle avec la généralisation du baccalauréat
62,3 % des écoliers. Par ailleurs, 1 970 élèves fréquentent une professionnel en trois ans après la troisième. Auparavant, l’ob-
classe d’adaptation ou d’intégration scolaire (enseignement tention de cet examen se faisait en deux ans après un BEP.
spécial), soit moins de 1 % des écoliers.
Des effectifs en hausse dans les collèges
Évol.Effectifs 2009-2010
sur un anAnnée 2009/2010
Public Privé* Total Nombre %
Préélémentaire . . . . . . . . . . . . . . . 98 968 10 792 109 760 255 0,2
Elémentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 139 20 816 184 955 58 0,0
Enseignement spécialisé -
Adaptation . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 811 157 1 968 5 0,3
Total premier degré . . . . . . . . . . . 264 918 31 765 296 683 318 0,1
Collèges (yc SEGPA et EREA) . . . . 119 258 26 582 145 840 1 885 1,3
Lycées généraux et technologiques. . 51 593 12 336 63 929 -529 -0,8
Lycées professionnels. . . . . . . . . . 27 079 7 488 34 567 -166 -0,5
Total second degré. . . . . . . . . . . . 197 930 46 406 244 336 1 190 0,5
Effectif des élèves dans les premier et second degrés
Source : Rectorat de Bordeaux Ainsi, à la rentrée 2009, un peu moins d’un élève sur cinq
* yc. hors contrat (17,2 %) intègre une seconde professionnelle, première année
du nouveau baccalauréat professionnel en 3 ans. L’effectif
Présence des générations nombreuses 1995 à 1998■ passe de 1 130 en 2008 à 5 940 en 2009. À l’inverse, le nombre
dans les collèges d’élèves en première année de BEP, en voie de disparition com-
plète à l’horizon 2012, diminue (- 5 450). Plus de la moitié des
Les 573 collèges ou lycées de l’académie scolarisent
titulaires d’un BEP (53 %) poursuivent leurs études en
244 340 élèves. Le secteur public y est majoritaire avec 81 %
deuxième année du bac pro en 3 ans.
des élèves, mais moins que dans le premier degré. Les effectifs
progressent de 0,5 % tandis qu’ils sont stables sur le territoire
Recul du nombre d’étudiants■métropolitain. Cette hausse est le résultat conjugué d’une pro-
gression du nombre de collégiens et diminution des lycéens. À la rentrée universitaire 2008, l’enseignement supérieur
Pour la troisième année consécutive, le nombre de collégiens compte 102 600 étudiants. L’effectif recule de 1,3 % sur un an
s’accroît. Ceci traduit un contexte démographique favorable tandis qu’il reste stable au niveau national. Depuis la rentrée
avec la présence en collège de générations 1995 à 1998 plus 2008, l’institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de
nombreuses que les précédentes. Bordeaux est rattaché à Bordeaux IV. Par contre, deux écoles
A contrario, le nombre de lycéens se réduit de 700 élèves en d’ingénieurs ne sont plus rattachées aux universités, l’école na-
tionale supérieure de chimie et de physique de Bordeaux et l’é-lien avec le creux des générations de 1993 et 1994. La baisse est
INSEE AQUITAINE 12 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2009 EN AQUITAINEÉDUCATION - ENSEIGNEMENT
Sept étudiants sur dix dans une formation universitaire L’enseignement agricole s’appuie de plus en plus
sur les formations professionnellesAnnée 2008/2009 (Public et Privé) Établissements Étudiants
À la rentrée 2009, 10 700 élèves suivent une formation initiale scolaireUniversités (hors IUT, IUFM et écoles d'ingénieurs) (1). 5 60 619
dans un établissement d’enseignement agricole d’Aquitaine, soit 6 % deIUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 5 325
l’effectif France entière. Parmi eux, 36 % sont inscrits dans un établisse-IUFM (1IUFM + 5 annexes départementales) . . . . . . . 1 2 964
ment public, 34 % dans un établissement privé à rythme approprié, es-Écoles d'ingénieurs rattachées aux universités . . . . . . 6 1 004
sentiellement en maisons familiales rurales, et 30 % dans unSTS (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 11 031
établissement privé à temps plein.CPGE (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2 980
Plus de la moitié des élèves sont inscrits dans des formations de cycleÉcoles d'ingénieurs non rattachées aux universités. . . 7 2 854
court (niveaux 5 et 6). Ces formations sont très présentes dans les établis-
Écoles de commerce, gestion, comptabilité . . . . . . . . 19 4 964
sements privés, qui scolarisent 86 % des effectifs du niveau 6 et 76 % du
Autres (3) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 10 844
niveau 5. Le secteur public est majoritaire pour les formations de cycle
Enseignement supérieur de l'Éducation nationale . . . 212 102 585
long : 59 % des effectifs en niveau 3 (BTSA) et 53 % en niveau 4 (bac
Nombre d'établissements et d'étudiants dans l'enseignement supérieur
professionnel ou technologique ou BTA).
Source : Rectorat de Bordeaux
Les deux tiers des élèves préparent une formation professionnelle. Parmi
(1) yc. les effectifs (441) des antennes des UFR Sciences situées à Tarbes (65) eux, la moitié suivent des formations dans le secteur des services, un(2) lycées déjà comptés dans les établissements du second degré
(3) dont écoles paramédicales et sociales, droit et administration, artistiques et cultu- quart en production, 18 % en aménagement et 7 % en transformation.
relles…
- Le secteur des services regroupe les formations aux services aux person-
nes, à la commercialisation, à l’élevage et aux soins et aux services en en-
cole nationale supérieure d’électronique, informatique et treprises.
- Les formations du secteur production sont axées sur la productionradiocommunications de Bordeaux.
animale ou végétale, la viticulture œnologie et des formations en horti-
Les effectifs universitaires (yc. IUT, IUFM, écoles d’ingénieurs
culture, agroéquipement ou aquaculture.
rattachées) diminuent sur un an et constituent près de 70 % des - Les formations en secteur aménagement préparent aux métiers de l’a-
étudiants de l’académie. Ceux des formations post baccalau- ménagement de l’espace, des travaux paysagers, de la forêt et de l’eau.
- Le secteur transformation des produits agricoles forme principalementréat (STS-CPGE), localisées dans les lycées, augmentent de
aux métiers de l’agroalimentaire et d’analyses en laboratoire.+ 4,5 %. Dans les écoles d’ingénieurs rattachées aux universi-
Si les établissements publics accueillent la majorité des élèves inscrits
tés et non rattachées, le nombre d’étudiants s’accroît de 4,7 %
dans les secteurs de la transformation, de la production et de l’aménage-
sur un an et représente 4 % des étudiants de l’académie. Au
ment, la quasi-totalité des élèves en formation dans celui des services
contraire, les effectifs chutent dans les écoles de commerce, (87 %) sont dans un établissement privé.
egestion, comptabilité (- 10 %). Elles scolarisent 5 % des Le secteur production occupe le 2 rang dans les secteurs de formation
professionnelle, mais ses effectifs fondent depuis 10 ans. Il perd un tiersétudiants.
de ses inscrits entre les rentrées 1998 et 2009, alors que les secteurs de
l’aménagement et des services en gagnent sur la même période respecti-
Un taux de réussite record au bac professionnel■ vement 26 % et 15 %.
Parallèlement, 2 200 apprentis se forment dans des CFA agricoles, prin-
En 2009, sur les 26 137 candidats présentés au baccalauréat,
cipalement dans les domaines des travaux paysagers et de la production
89,2 % l’ont décroché, soit un taux de réussite global en hausse animale ou végétale.
de 1,7 point par rapport à 2008. La progression est particulière-
Clélie GARNIERment forte pour les bac pro (+ 9 points). Ces derniers intègrent
Draaf Aquitaineles résultats de l’oral de contrôle mis en place pour la première
fois en 2009. La réussite augmente également pour le baccalau-
réat général (+ 0,8 point). En revanche, elle fléchit pour le bac- Définitions
calauréat technologique (- 2,1 points) dont le taux s’établit en
BTS : Brevet de technicien supérieur
dessous de celui des filières professionnelle et générale (84,6 %
CPGE : Classe préparatoire aux grandes écoles
contre 90,4 % et 90,7 %).
EREA : établissement d’enseignement adapté
IUFM : Institut universitaire de formation des maîtresLe taux de succès au BEP est stable sur un an tandis que celui au
IUT : Institut universitaire de technologiebrevet de technicien supérieur, au CAP et dans une moindre
Privé sous contrat : établissements sous contrat d’association avec l’État
mesure au brevet des collèges diminue. Toutefois, quels que
(dépenses de personnel – agents publics contractuels - et de fonctionne-
soient les examens, les résultats de l’académie s’avèrent ment) ou sous contrat simple (rémunération des enseignants salariés de
meilleurs qu’au niveau national.❒ droit privé)
SEGPA : Section d’enseignement général et professionnel adapté
Dominique MORIZUR STS : Section de techniciens supérieurs
Rectorat de Bordeaux
POUR EN SAVOIR PLUS...
Site du rectorat de l’académie de Bordeaux :
www.ac-bordeaux.fr --> Évaluation, rapports et statistiques
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2009 EN AQUITAINE 13 INSEE AQUITAINE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.