Des bacheliers plus nombreux font des étudiants plus nombreux

De
Publié par

En dépit de la baisse de la natalité qui a suivi le baby-boom, les effectifs estudiantins dans la région ont été multipliés par 1,5 dans la dernière décennie. Cette période a connu une modification profonde de l'offre d'enseignement supérieur avec le développement des pôles universitaires de l'Artois, de Valenciennes et du littoral. Parallèlement, le nombre de bacheliers de l'académie a progressé de façon importante tandis que les taux d'inscription restaient globalement stables.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-PAS-DE-CALAIS
F 15 - 2,29 N°3 - JUIN 2001
Des bacheliers
plus nombreux font des
étudiants plus nombreux
Le Nord-Pas-de-Calais a développé au
cours des deux dernières décennies sesEn dépit de la baisse de la natalité
capacités d’accueil dans l’enseignement
supérieur. Les générations du baby-boom
qui a suivi le baby-boom, les effectifs estudiantins
désormais âgées de 30 à 55 ans, qui ont pour
une partie pu en profiter, ont aujourd’hui
dans la région ont été multipliés par 1,5 dans la quitté les cycles d’études supérieures laissant
la place à leurs enfants. L’arrivée de ces
nouvelles générations moins nombreusesdernière décennie. Cette période a connu
risque de sur-dimensionner les établisse-
ments régionaux, à moins que l’évolutionune modification profonde de l’offre
des comportements des jeunes vis-à-vis
des études ne compense la baisse des
d’enseignement supérieur avec le développement effectifs liée à la natalité.
UNE POPULATION ÉTUDIANTEdes pôles universitaires de l’Artois,
EN FORTE AUGMENTATION ENTRE
1990 ET 1999...de Valenciennes et du littoral. Parallèlement,
En mars 1999, le Nord-Pas-de-Calais
le nombre de bacheliers de l’académie a progressé compte un peu plus de 126 000 étudiants,
soit 40 000 de plus qu’en 1990. Les jeunes
de façon importante tandis que les taux femmes sont aujourd’hui plus nombreuses
que les jeunes hommes dans l’effectif
(1)estudiantin ; elles sont désormais un peud’inscription restaient globalement stables.
plus de 67 000 contre près de 59 000
garçons.Chantal Dutilleul Éric Vaillant
DIVISION SYNTHÈSES DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIALES
(1) Source : Insee - Recensement de la population.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CÉDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°3
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
Le nombre d’étudiants dans la région a crû qu’à l’évolution démographique, le nombre très net de déconcentration géographique
de 48 % entre 1990 et 1999 ; cette évolution d’étudiants aurait été inférieur en 1999 à ce (cf carte n°1). En 1990, la seule zone de for-
globale masque toutefois des disparités en qu’il était en 1990 de 47 700 (graphique mation de Lille représentait 86% des effectifs
fonction de l’âge ou du sexe (cf. tableau 1). n°1). La modification des comportements régionaux de l’université publique.
D’une manière générale, dans toutes les de poursuite d’étude a donc plus que Aujourd’hui, elle ne regroupe plus que
tranches d’âge, la progression du nombre compensé la baisse démographique. 66% des étudiants et les nouveaux pôles
de femmes est en effet toujours supérieure comptent chacun de 11 à 12 % des ins-
à celle enregistrée pour les hommes. Le Cette modification des comportements est crits. Même encore très importante dans
différentiel atteint son apogée chez les de plusieurs ordres. Elle est plus importante la métropole lilloise, l’offre universitaire
26 à 29 ans, âge auquel le nombre de chez les filles que chez les garçons comme publique s’est ainsi desserrée sur tout le
jeunes femmes a plus que doublé entre les en témoigne la différence plus nette entre la territoire. Celle-ci accueille près des deux
deux recensements. Les évolutions sont réalité d’aujourd’hui et ce qu’elle aurait pu tiers des inscrits en études supérieures, soit
d’autant plus fortes que l’on avance en être eu égard aux tendances passées. Elle presque 95 500 étudiants à la rentrée 1998.
âge, signe d’un vieillissement de la popu- est liée à la fois aux modifications de
lation estudiantine. l’attractivité des établissements d’ensei- L’offre régionale attire aussi des jeunes des
gnement supérieur, à l’évolution de la autres régions : 16% des inscrits ne sont
… ALORS MÊME QUE LA BAISSE propension des jeunes régionaux à s’engager pas originaires du Nord-Pas-de-Calais. Par
DE LA NATALITÉ FAIT DIMINUER dans des études supérieures après le bacca- ailleurs, la capacité des nouveaux pôles à
LE NOMBRE DE JEUNES lauréat ou encore à l’allongement de la attirer les jeunes régionaux est importante.
durée des études poursuivies. Dans les universités du Pas-de-Calais
Alors même que s’accroît le nombre (Boulogne-sur-mer, Calais, Lens, Liévin et
d’étudiants entre les recensements de 1990 DES UNIVERSITÉS RÉGIONALES Longuenesse), ainsi que dans celles du Nord
et 1999, le nombre de jeunes âgés de 16 à ATTRACTIVES (Dunkerque, Douai), la part des étudiants
34 ans décroît du fait de la baisse de la inscrits originaires de la région est de plus
natalité, passant de 1 181 600 à 1 115 900. L’offre d’enseignement supérieur s’est de 95 %. A Valenciennes ou Arras, la part
Une simulation, réalisée en maintenant profondément modifiée au cours de la des étudiants autochtones est très proche
sur toute la période 1990-1999 le taux dernière décennie. Le développement des (elle dépasse 90%). Ces implantations ont
d’inscription en études supérieures égal à pôles universitaires d’Artois, du Littoral et pu incité les jeunes à poursuivre leurs
celui de 1990, montre que s’il n’en tenait de Valenciennes a initié un mouvement études supérieures. D’ailleurs, les nouveaux
GRAPHIQUE N°1 : L’EFFET DÉMOGRAPHIQUE COMPENTABLEAU N°1 : LE NOMBRE D’ÉTUDIANTES PROGRESSE PLUS VITE QUE CELUI DES ÉTUDIANTS
GRAPHIQUE N°11990 1999 - effectif 1999 - évolution
Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
29 145 32 377 39 034 47 647 + 33,9 % + 47,2 %moins de 23 ans
10 531 8 224 15 341 15 429 + 45,7 % + 87,6 % É23 à 25 ans
2 264 1 517 3 728 3 356 + 64,7 % + 121,2 %26 à 29 ans
704 372 804 726 + 14,2 % + 95,2 %30 à 34 ans
42 644 42 490 58 907 67 158 + 38,1 % + 58,1 %ensemble
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999.
É
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999
GUIDE DE LECTURE LA PYRAMIDE REPRÉSENTE, PAR SEXE ET ÂGE DÉ
BLEU), LE NOMBRE D’ÉTUDIANTS EN 1999 (TRAIT NOIR), ET LE NOMBR
TEMENT DES JEUNES FACE AUX ÉTUDES (TAUX D’INSCRIPTION EN
IDENTIQUE ENTRE 1990 ET 1999 (TRAIT ROUGE). N°3
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
bacheliers régionaux tendent à s’inscrire des admis au baccalauréat professionnel a plus souvent sur un métier et impliquent
en université dans leur académie : alors été multiplié par 100 entre 1987 et 1999 ; une entrée plus rapide sur le marché du
qu’en France la part de ceux qui changent ce dernier résultat s’explique davantage travail.
d’académie est de 6%, dans la région elle par une explosion du nombre des candidats, Dans le contexte démographique de cette
n’est que de 1,5%. le taux de réussite progressant plus dernière décennie, l’accroissement du
modestement de 5%. nombre des étudiants est donc largement
UNE TRÈS FORTE AUGMENTATION imputable à une augmentation du nombre
DU NOMBRE DE BACHELIERS LES TAUX D’INSCRIPTION APRÈS de bacheliers plutôt qu’à une variation du
EN DIX ANS LE BACCALAURÉAT PLAFONNENT taux d’inscription des bacheliers en études
supérieures.
L’obtention d’un baccalauréat est quasi Ces réussites accrues à l’examen augmentent En définitive, peut-on imaginer que les
incontournable pour l’inscription en le nombre d’individus susceptibles de facteurs qui ont compensé les effets de
études supérieures. Dès lors, l’évolution de poursuivre des études supérieures. la baisse de la natalité sur les effectifs
la part de bacheliers parmi les jeunes, ainsi L’évolution du taux d’inscription dans le estudiantins cette dernière décennie
que celle des taux d’inscription en études supérieur des nouveaux bacheliers renseigne puissent encore jouer à l’avenir ? Des
supérieures peuvent être des éléments par ailleurs sur l’impact de cette vive leviers existent encore. Ils sont à trouver
explicatifs de l’évolution du nombre progression des diplômés du second moins du côté des progrès en terme de
d’étudiants. degré sur les effectifs du supérieur. nombre de bacheliers, que du côté de
Au cours du temps, les taux d’inscription l’élévation de leurs taux d’inscription en
Le nombre de bacheliers a progressé très des bacheliers régionaux dans l’ensei- études supérieures, notamment des
fortement sur la dernière décennie dans gnement supérieur sont assez stables bacheliers technologiques et professionnels,
la région passant de 21 900 en 1988 à (cf graphique 2). Ils sont de l’ordre de et du côté de l’attractivité des formations
37 600 en 1998. Deux facteurs se sont 91% pour les bacheliers régionaux de régionales. Si la capacité à retenir une part
superposés dans la période. D’une part, l’enseignement général et de 78% pour très importante de ceux qui poursuivent
les taux de réussite aux baccalauréats l’enseignement technologique. En revanche, leurs études en université semble établie,
d’enseignement général et technologique les taux d’inscription en études supérieures un des enjeux futurs pour la région pourrait
se sont fortement élevés ; ces derniers ont sont plus faibles pour les bacheliers être de drainer une population plus
respectivement gagné presque 15 et 20 régionaux professionnels (15 %). En effet, importante des autres régions de France
points en 15 ans. D’autre part le nombre les baccalauréats professionnels débouchent ou … de ses voisines de l’Eurorégion.
NSÉ PAR L’EFFET DES COMPORTEMENTS CARTE N°1 : L’OFFRE UNIVERSITAIRE PUBLIQUE SE DESSERRE SUR LE TERRITOIRE
Nombre d’étudiants inscrits dans les universités publiques
de l’académie de Lille
59 500
20 000
6 500
en 1989-90É
en 1998-99
© IGN-Insee, 1999
Source : Rectorat de l’académie de Lille
ÉTAILLÉ, LE NOMBRE D’ÉTUDIANTS EN 1990 (TRAIT
RE D’ÉTUDIANTS THÉORIQUE EN 1999 SI LE COMPOR-
ÉTUDE SUPÉRIEURE DES INDIVIDUS) ÉTAIT RESTÉ
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°3
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
Pour comprendre ces résultats
Pour être étudiant, deux étapes sont à franchir : d’abord le lycéen obtient le baccalauréat, ensuite il s’inscrit en université ou dans une grande
école. Le recensement de la population ne dénombre pas directement les étudiants. Alliées au niveau de diplôme, deux questions posées aux personnes
permettent de les repérer :
- la fréquentation d’un établissement d’enseignement ;
- la déclaration de l’activité “élèves, étudiants ou stagiaires non rémunérés”.
La première approche permet de totaliser 146 715 personnes, âgées de 16 à 34 ans, résidant dans la région, ayant obtenu le baccalauréat ou un
diplôme supérieur. Parmi elles, 126 065 jeunes ont déclaré être élèves, étudiants ou stagiaires non rémunérés - ils constituent la population étu-
diée ici - et 18 542 posséder un emploi. Pour ces derniers, il peut s’agir de formation professionnelle ou de reprise d’étude en parallèle d’un
emploi. Existent également des cursus scolaires où le statut de salarié est attribué durant la formation ; les nouvelles formations d’ingénieur par
l’apprentissage en sont un exemple.
Les 237 267 jeunes “élèves, étudiants” inscrits en établissement d’enseignement et n’ayant pas obtenu le baccalauréat correspondent majori-
tairement aux collégiens et lycéens.
Le dénombrement des étudiants à travers le recensement
Personne âgée de 16 à 34 ans selon le niveau de diplôme
de la population correspond aux étudiants résidant danset l’inscription dans un établissement d’enseignement
la région alors que les données provenant du rectorat deinscrits
dans un établissement l’académie de Lille dénombrent des étudiants inscrits dansnon inscrits d’enseignement
dans un établissement la région et n’y résidant pas forcément. Une prochaine
élèves, autres d’enseignement exploitation plus approfondie du recensement permettraétudiants
de repérer les étudiants à leur lieu d’étude et donc d’ana-au moins le baccalauréat 126 065 20 650 288 723
lyser leur déplacement lieu de résidence-lieu d’étude, etmoins que le baccalauréat 237 267 16 503 426 662
ensemble 363 332 37 153 715 385 leurs migrations entre régions.
GRAPHIQUE N°2 : LES INSCRIPTIONS DES BACHELIERS DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
20000
Baccalauréat général
18000
16000
14000
Baccalauréat technologique
12000
10000
8000
Baccalauréat professionnel
6000
4000
2000
0
1995 1996 1997 1998 1999 1995 1996 1997 1998 1999 1995 1996 1997 1998 1999
Non-Inscrits Inscrits
Source : Rectorat de l’académie de Lille
Pour en savoir plus
• Repères et références statistiques sur les enseignements et la formation – Ministère de l’Éducation nationale – Direction de la
Programmation et du Développement.
• Géographie de l’École formation – Ministère de l’Éducation nationale – Direction de la Programmation et du Développement.
• " La socialisation des étudiants débutants " - Les Dossiers Insertion Education et Société n° 115- Ministère de l’Éducation nationale
Direction de la Programmation et du Développement – juin 2000.
• " Le rôle du diplôme sur l’insertion des jeunes sur le marché du travail " - Profil – INSEE – à paraître.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN
Secrétaire de rédaction : Francine LEDUC - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE - Vente : Bureau de vente
130 avenue J.F. Kennedy BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00 - CPPAD en cours
ISSN 1269-0260 - Dépôt légal juin 2001 - © Insee 2001 - Code Sage PRO 010320 - LA MONSOISE Tél : 03 20 61 91 80
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.