En 2004, le CAP ou le BEP toujours prisés en Alsace

De
Publié par

Le niveau général de formation continue de s'élever en Alsace. La région garde cependant une prédilection pour les filières professionnelles courtes. Les jeunes femmes sont désormais davantage diplômées que les hommes. Les diplômés du supérieur sont moins touchés par le chômage. Ils sont aussi plus souvent mobiles d'une région à l'autre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 27
Tags :
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

POPULATION
En 2004, le CAP ou le BEP
toujours prisés en Alsace
Parmi la population des ménages alsa-
ciens, personnes de 14 ans ou plus ayant
terminé leurs études :
Près de 397 000 personnes détiennent ungroupe ont conservé des activitésLe niveau général de formation
CAP ou un BEP, soit 31 % de la population.industrielles et artisanales impor-continue de s’élever Environ 7 alsaciens sur 10 ont un diplôme ;tantes, celles du second sont mar-
el’Alsace se classe au 2 rang des régionsen Alsace.
quées par la présence de fonc-
métropolitaines.La région garde cependant tions métropolitaines supérieures.
Le taux de chômage diminue avec le ni-
une prédilection pour L’Alsace participe de cette double veau de diplôme : de 18,9 % pour les
détermination. non-diplômés à 6,1 % pour les titulairesles filières professionnelles
d’un diplôme du supérieur.
courtes.
Les jeunes femmes
sont désormais tiques d’encouragement de l’ensei-
davantage diplômées gnement professionnel, menées
Avec 30,6 % de non diplômés, dans la région. Si 59 % des per-que les hommes.
dans une fourchette allant de sonnes âgées de 65 ans et plusLes diplômés du supérieur
29,6 % pour l’Île-de-France à 39,6 % déclarent ne posséder aucun di-
sont moins touchés
pour Champagne-Ardenne, l’Alsace plôme hormis le CEP, seuls 15 %
epar le chômage. garde la 2 place parmi les régions des jeunes de 25 à 29 ans sont
èreIls sont aussi françaises, la 1 parmi les dans ce cas. Dans cette tranche
de province. Dans toutes les ré- d’âge, 38 % ont un diplôme deplus souvent mobiles
gions, la part des personnes non l’enseignement supérieur et en-d’une région à l’autre.
diplômées diminue : pour l’Alsace, core un tiers parmi les 30 à 34 ans.
la baisse est de 3 points en 5 ans. Ces proportions sont compara-
Cette évolution est due au rempla- bles à celles de la France de pro-
En 2004-2005, l’Alsace occupe cement des générations âgées, vince, mais très différentes de cel-
une position originale en termes peu diplômées, par des généra- les relevées en Île-de-France, où
de diplômes acquis par les per- tions jeunes ayant bénéficié de près d’un francilien sur deux, entre
sonnes de 14 ans et plus, ayant l’expansion de l’enseignement su- 25 et 35 ans, détient un diplôme
achevé leurs études. Elle est périeur, mais grâce aussi aux poli- de l’enseignement supérieur.
proche de la Lorraine, des Pays de
la Loire et de la Haute-Normandie, En cinq ans, la part des non diplômés
pour la part relativement élevée de a diminué en Alsace de 3 points
titulaires du CAP ou BEP. Elle se
1999 2004classe, pour l’autre bout de l’é-
Niveau de diplôme
chelle des diplômes, parmi les ré- Effectif % Effectif %
gions à fort poids économique
Aucun diplôme ou CEP 409 100 34 388 400 31
comme l’Île-de-France, la région BEPC, brevet 63 500 5 52 500 4
CAP ou BEP 391 100 32 396 800 31PACA, Rhône-Alpes ou Midi Pyré-
Bac général, technologique ou 144 300 12 174 600 14nées. Les régions du premier
professionnel
Diplôme Enseignement supérieur 201 800 17 257 000 20
Total 1 209 800 100 1 269 300 100
Champ : population des ménages, personnes de 14 ans ou plus ayant terminé leurs études.
13Chiffres pour l'Alsace · revue n° 37-38 · mars 2007
Source : Insee, enquêtes annuelles
de recensement 2004 et 2005Encore 15 % de non diplômés pour les jeunes générations
Évolution des différents diplômes selon l'âge des titulaires
70POPULATION En %
60
50
40
30
20
10
Âge
0
25à29 30à34 35à39 40à44 45à49 50à54 55à59 60à64 65 et plus
Aucun diplôme ou CEP BEPC, brevet CAP ou BEP
Bac général, technologique ou professionnel Diplôme Enseignement supérieur
Champ : population des ménages, personnes de 14 ans ou plus ayant terminé leurs études.
tion de la région à cette augmen-
Avec 31 % de titulaires d’un CAP tation avoisine 7 %, soit nettement
ou d’un BEP, l’Alsace figure au pre- plus que son poids dans la popula-
mier rang des régions françaises. tion totale (3 %). La répartition
Le succès de ces diplômes en entre BEP et CAP se fait à l’avan- Les bacheliers sont relativement
Alsace résulte en partie, comme tage du second, ce qui n’exclut évi- moins représentés en Alsace
en Moselle, de l’application du droit demment pas que l’on puisse pos- (13,8 % des diplômés), qu’en
local. En effet, ne sont considérés séder les deux diplômes. moyenne sur l’ensemble du terri-
juridiquement, par la Chambre des Le CAP reste l’apanage des hom- toire (14,7 %). C’était déjà le cas
métiers, comme artisans que les mes qui représentent 60 % des ti- en 1999.
détenteurs d’un tel diplôme, con- tulaires. Élevée parmi les moins Parmi les bacheliers, la part des ti-
trairement au reste de la France. de 30 ans, la part des hommes tulaires de baccalauréats techno-
Par ailleurs, le travail frontalier a (environ 65%) tend à diminuer logiques ou professionnels atteint
renforcé la prédilection des Alsa- dans les générations plus ancien- 55 % contre 48 % au niveau natio-
ciens pour les filières courtes, en nes. Ce n’est pas le cas du BEP, nal, ce qui corrobore l’inclination
permettant aux détenteurs d’un CAP pour lequel les femmes sont ma- des Alsaciens à suivre des filières
ou brevet professionnel de travail- joritaires, notamment au-delà de courtes débouchant sur un emploi
ler outre Rhin avec une rémunéra- 25 ans. Le CAP est le plus souvent dans l’industrie, l’artisanat ou le
tion intéressante. Ces particulari- obtenu par voie d’apprentissage commerce. Si les hommes restent
tés locales influent très certaine- sous contrat de travail dans des fi- majoritaires parmi les bacheliers,
ment sur les choix des individus. lières plutôt masculines, tandis la tendance est à une féminisation
Sur l’ensemble du territoire, on re- que l’orientation BEP est suivie au du diplôme.
cense, entre 1999 et 2004, environ sein d’un établissement scolaire
77 700 titulaires supplémentaires selon un partage moins inégal
d’un CAP ou d’un BEP. La contribu- entre garçons et filles.
Les femmes dépassent désormais les hommes pour le bac
et les formations post-bac
Entre 1999 et 2004, la proportionPart des diplômés du bac ou d'un diplôme supérieur, par sexe et âge quinquennal (%)
de diplômés de l’enseignement su-Âge
quinquennal
périeur est passée de 16,7 % de la
70à74 population des personnes 14 ans
65à69 et plus ayant terminé leurs études
Hommes Femmes
à 20,2 %. Cette évolution positive60à64
est partagée par l’ensemble des55à59
régions françaises, quelle que soit
50à54
la situation en 1999. Cependant,
45à49 les stratégies mises en œuvre par
40à44 les universités, le tropisme exercé
par des régions du Sud ou de35à39
30à34
-60 -40 -20 0 0 20 40 60
er ee
Bac général, Bac pro Diplôme 1 cycle Diplôme 2 ou 3 cycle
Champ : population des ménages, personnes de 14 ans ou plus ayant terminé leurs études.
14 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 37-38 · mars 2007
Sources : Insee, Enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005
Sources : Insee, Enquêtes annuelles
de recensement 2004 et 2005Les migrants davantage diplômés
Répartition des diplômes selon le lieu de résidence antérieure
Part des diplômes
100
POPULATION
80
60
40
20
0
Migrants Sédentaires Migrants
entrants en Alsace sortants d'Alsace
CAP ou BEPAucun diplôme ou CEP BEPC, brevet
Bac général, technologique ou professionnel Diplôme de l'enseignement supérieur
diplômés du supérieur, ils ne sontChamp : population des ménages, personnes de 14 ans ou plus ayant terminé leurs études.
qu’un peu plus d’un tiers parmi
ceux qui s’installent en Lorrainel’Ouest, ont pu amplifier le mouve-
ment. Ainsi, la région du Langue-
doc-Roussillon, derrière l’Alsace Le diplôme
en 1999, la devance-t-elle en La mobilité géographique aug- favorise toujours
2004, avec 37 % de titulaires sup- mente avec la formation : 43 % des l’entrée sur le marché
plémentaires d’un diplôme de l’en- nouveaux arrivants en Alsace font du travail
seignement supérieur. De même, valoir un diplôme du supérieur
les évolutions sont plus rapides contre seulement 19 % des "séden- Le taux de chômage diminue avec
dans les régions Rhône-Alpes, taires", personnes présentes dans le niveau de diplôme obtenu, de
PACA, et Midi-Pyrénées, qui pré- la région depuis au moins 5 ans. La 18,9 % pour les non diplômés à
cédaient déjà l’Alsace, avec envi- région attire encore les cadres, 6,1 % pour les titulaires d’un di-
ron un tiers de diplômés supplé- mais cette observation est géné- plôme d’enseignement supérieur.
mentaires, l’Alsace n’en gagnant ralisable à l’ensemble des régions Les mêmes données calculées
que 27,4 %. L’Alsace occupe au fi- de Métropole. Les fonctions d’en- sur l’ensemble du territoire sont
e
nal le 6 rang des régions françai- cadrement, souvent exercées par comparables aux données régio-
ses, dans un classement très lar- les plus diplômés, exigent plus fré- nales.Toutefois, les écarts les plus
gement dominé par l’Île-de-France, quemment des mobilités géogra- significatifs, en faveur de l’Alsace,
qui compte 32,4 % de diplômés du phiques.Plus d’un migrant francilien portent sur les diplômés du CAP et
supérieur. sur deux arrive en Alsace avec un du baccalauréat, moins souvent
L’élévation du niveau de formation diplôme universitaire, soit 13 points au chômage.
a été forte chez les hommes de plus que les arrivants d’autres Environ 40 % des chômeurs ne
comme chez les femmes, mais régions de province. déclarent disposer d’aucun di-
avec une progression plus dyna- Tout comme les arrivants, les sor- plôme ou du seul CEP ou BEPC,
mique pour ces dernières. Les tants sont plus diplômés que les alors qu’ils ne sont que 22 % par-
femmes ont d’abord accédé plus sédentaires.Quelque 43 % d’entre mi les actifs ayant un emploi. Ce-
massivement au bac et aux forma- eux possèdent un diplôme univer- pendant, respectivement 14 % et
er
tions universitaires de 1 cycle. sitaire. L’Île-de-France et la Lor- 15 % des chômeurs disposent du
Dorénavant, pour les plus jeunes raine restent les destinations privi- baccalauréat ou d’un diplôme uni-
générations, elles accèdent égale- légiées des personnes de plus de versitaire.
ment davantage que les hommes 14 ans ayant achevé leurs études ;
e e
aux diplômes de 2 ou 3 cycle. mais lorsque environ 60 % de ces
Robert MOREL-CHEVILLETGlobalement, sur l’ensemble des migrants vers l’Île-de-France sont
titulaires d’un diplôme du
er Un non diplômé sur cinq est chômeur1 cycle, 57 % sont des femmes
Répartition des diplômes selon l’activité (en %)(58,9 % en Île-de-France). Pour
e e
les 2 et 3 cycle, la proportion est Actifs ayant Taux de
Niveau de diplôme Chômeursinversée, avec 57 % d’hommes un emploi chômage
(53,4 % en Île-de-France). Avec Aucun diplôme ou CEP 18 34 19
le renouvellement générationnel, BEPC, brevet 45 13
CAP ou BEP 34 31 10cette dernière proportion diminue-
Bac général, technologique ou 16 14 9
ra rapidement dans les prochai- professionnel
nes années. Diplôme Enseignement supérieur 28 15 6
Ensemble 100 100 10,6
Champ : population des ménages, personnes de 14 ans ou plus ayant terminé leurs études.
Avertissement : la notion de chômage considérée ici est celle, déclaratrice, au sens du recensement.
15Chiffres pour l'Alsace · revue n° 37-38 · mars 2007
Sources : Insee, Enquêtes annuelles
de recensement 2004 et 2005
Source : Insee, enquêtes annuelles
de recensement 2004 et 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.