Formation initiale : Des sorties du système éducatif préoccupantes

Publié par

Le ralentissement de la croissance démographique en Haute-Normandie se ressent de plus en plus dans le système éducatif. D'une rentrée à l'autre, les effectifs diminuent et ce, à tous les niveaux d'enseignement. A la rentrée 2000, c'est au tour du second degré d'être touché. Plus inquiétant encore, le nombre de "sortants" du système en cours de cycle (fin de 4ème) est particulièrement important cette année. Apprentissage ou entrée sur le marché du travail, ces jeunes n'ayant pas terminé leur formation initiale peuvent en fonction de la conjoncture économique, se retrouver dans une situation difficile.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

FORMATION INITIALE
Des sorties du système éducatif préoccupantes
Isabelle LE BLOND - Rectorat de l’Académie de Rouen
la Seine-Maritime a perdu 8% de ses raux et technologiques.Le ralentissement de la
jeunes de moins de 15 ans, l’Eure, 4%. Sur l’ensemble des premier et
croissance démographique en
Même si les naissances excèdent second degrés, les pertes auront atteint
Haute-Normandie se ressent de toujours les décès, cela se fait dans des un niveau de 28 400 élèves, sur toute la
proportions moins favorables que par le période 1993 à 2000, soit -1% par anplus en plus dans le système
passé. Sur la période 1990 à 1999, le contre -0,6% en France métropolitaine.
éducatif. D’une rentrée à l’autre,
solde migratoire négatif s’est, quant à lui, En résumé, l’Académie de Rouen a
les effectifs diminuent et ce, à accentué par rapport à celui connu vingt connu l’année passée une diminution de
ans auparavant. ses effectifs relativement importantetous les niveaux
(-7 350 élèves, soit -1,9% en un an), no-
d’enseignement. A la rentrée tamment en ce qui concerne le 1er degré
UNE BAISSE DÉMOGRAPHIQUE (-3 500 élèves) et les collèges (-2 4302000, c’est au tour du second
RESSENTIE À TOUS LES DEGRÉS élèves).
degré d’être touché. Plus
inquiétant encore, le nombre de Conséquence de ce ralentissement
démographique, le déficit de jeunes se DES DÉPARTS PRÉOCCUPANTS“sortants” du système en cours
ressent particulièrement depuis plu- EN COURS DE CYCLE
de cycle (fin de 4ème) est
sieurs rentrées dans les écoles primaires DANS LE SECOND DEGRÉ
particulièrement important cette et les collèges de l’Académie. Entre les
rentrées 1993 et 2000, l’ensemble du Ce phénoméne concerne essentielle-année. Apprentissage ou entrée
premier degré, public et privé, a perdu ment la fin de quatrième. En effet, l’Aca-
sur le marché du travail, ces 22 000 élèves, soit une diminution démie comptait, à la rentrée 1999,
moyenne annuelle de -1,5% de ses effec- 28 000 élèves de 4ème ; à la rentréejeunes n’ayant pas terminé leur
tifs contre -0,6% au niveau national. 2000, le niveau 3ème (générale) n’en
formation initiale peuvent, en
Il en va de même pour les collèges comptait plus que 24 000. Certes, les
fonction de la conjoncture qui affichent une baisse de près de 8 000 taux de redoublement de 3ème ont dimi-
élèves entre les rentrées 1993 et 2000, nué de 0,9 point, passant de 8,1% àéconomique, se retrouver dans
soit -1% par an (contre -0,2% en France 7,2% à la rentrée 2000, contrairement à
une situation difficile.
métropolitaine). des passages plus fréquents vers la se-
Par contre, au niveau du second conde générale et technologique. Mais,
cycle, tant dans les lycées profession- dans le même temps, les passages de
a baisse démographique cons- nels que dans les lycées généraux et 4ème vers la 3ème générale se sont ra-Ltatée dans les écoles, dans les technologiques, les effectifs sont restés lentis ; le taux de passage a ainsi perdu
collèges et, depuis cette année, dans les quasiment stables depuis 1993 : +0,8% 3,4 points, ce qui représente 700 élèves
lycées ne peut être dissociée de l’histoire sur l’ensemble de la période pour le de moins passant de 4ème en 3ème à la
de la population haut-normande dans second cycle professionnel et +1,8% rentrée 2000.
son ensemble. pour le second cycle général et technolo- Conjugué à une diminution du taux
Région traditionnellement jeune, la gique. Ce n’est que depuis la dernière de redoublement en 4ème, on estime
Haute-Normandie a connu néanmoins rentrée que leurs effectifs commencent à ainsi le nombre de sortants du système
un ralentissement de sa croissance dé- décroître : -3,1% pour les lycées profes- éducatif en fin de 4ème à près d’un mil-
mographique. Ainsi, entre 1990 et 1999, sionnels et -1,4% pour les lycées géné- lier d’élèves.
LES EFFECTIFS SCOLARISÉS EN HAUTE-NORMANDIE PAR NIVEAU DE FORMATION (1) (PUBLIC ET PRIVÉ SOUS CONTRAT)
2000-2001
Académie
1993-1994 1994-1995 1995-1996 1996-1997 1997-1998 1998-1999 1999-2000 de Rouen Eure Seine-Maritime
Premier degré (2) (enseignement préélémentaire et
élémentaire) 219 926 218 221 216 870 212 247 207 548 204 201 201 334 197 876 62 414 135 462
Second degré dont : 189 565 190 530 189 820 189 778 189 870 188 580 186 593 182 703 53 511 129 192
Premier cycle (y compris 4e et 3e technologiques) 118 319 119 468 119 303 118 762 117 010 115 110 112 840 110 409 34 887 75 522
Second cycle professionnel 23 486 23 685 23 838 24 196 24 800 24 570 24 461 23 682 5 626 18 056
Second cycle général et technologique 47 760 47 377 46 679 46 820 48 060 48 900 49 292 48 612 12 998 35 614
Université 31 604 32 791 34 080 33 146 31 573 32 006 31 275 31 099 1 131 29 968
Source : Éducation nationale - Rectorat de Rouen Unités : élève, étudiant
(1) hors EREA, y compris SEGPA.
(2) constat estimé pour la rentrée 2000 du fait de grèves.
26 CAHIER D’AVAL n° 59 - Juillet 2001
SOCIÉTÉLES RÉSULTATS AUX PRINCIPAUX EXAMENS étaient sortis en cours de cycle général et technologique, celui-ci a vu
DANS L’ACADÉMIE DE ROUEN
des formations traditionnelles de ses effectifs diminuer un peu plus que
Session
l’Éducation nationale après avoir prévu. Les meilleurs résultats aux bacca-Session 2000 1999
entamé une seconde lauréats généraux n’y sont pasTaux de Taux de
Admis réussite réussite professionnelle. étrangers.
Diplôme national du brevet 20 299 80,1 75,7 Si on peut penser qu’une
Certificat d’aptitude professionnelle 7 221 75,9 76,8
Brevet d’enseignement professionnel 8 209 77,0 69,3 partie de ces effectifs sont entrés
Baccalauréat 15 614 76,0 75,4 en apprentissage, il n’est pas FORTE BAISSE DES LAURÉATS
Baccalauréat général 7 827 75,8 74,2
exclu que la reprise économique EN SECTION “ÉCONOMIE ET SOCIAL”Baccalauréat technologique 4 853 74,9 76,4
Baccalauréat professionnel 2 934 78,7 77,3 ait incité nombre d’élèves à s’in-
Brevet de technicien supérieur 1 916 65,3 63,6 sérer professionnellement sans Sur les 10 350 candidats présents
Source : Éducation nationale, Académie de Rouen Unités : élève, % avoir terminé leur cycle d’études au baccalauréat général de la session
et obtenu leur diplôme. Ces sor 2000, 75,6% ont été admis, contre-
ties prématurées du système 74,2% l’année précédente. Si les sériesDe la même manière, les effectifs de
éducatif restent une préoccupation pour littéraire et scientifique connaissentterminale BEP ne sont pas à la hauteur
la communauté éducative ; en effet, des une forte progression de leurs résulde ce que l’Académie de Rouen était en -
études ont pu montrer l’importance que tats, avec des taux de réussite respecdroit d’attendre. A taux de redoublement -
jouait le diplôme en France, dans une tifs de 76% et 77,7%, la série économieconstant en seconde professionnelle,
conjoncture économique moins favo et social (ES) a connu une baisse deentre 1999 et 2000, le taux de passage -
rable. Ainsi, si la reprise économique se ses résultats de 5 points.entre la seconde professionnelle et la
trouvait être de courte durée, le risque de Cette chute des résultats de la sérieterminale BEP s’est réduit de 2 points,
se retrouver en chômage et d’y rester ES a consécutivement entraîné une dimisoit un déficit d’entrants en terminale -
serait d’autant plus grand pour ces nution de 36% des nouveaux bacheliersBEP de 175 élèves.
jeunes. entrant à l’Université, dans les filièresLà encore, on a pu estimer à la
En ce qui concerne le second cycle “droit” et “sciences économiques”rentrée 2000 que près de 1 000 élèves
CAHIER D’AVAL n° 59 - Juillet 2001 27

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.