L'année économique et sociale 2004 - Education

Publié par

A la rentrée 2004, les établissements publics et privés du premier et second degré des trois académies franciliennes ont accueilli 2,3 millions d'élèves, soit 0,3 % de plus qu'à la rentrée précédente. Les élèves des écoles maternelles et primaires représentent plus de la moitié de la population scolaire (53 %). Dans le second degré (collèges et lycées), les effectifs sont stables. Le taux de réussite au baccalauréat en Ile-de-France, plus faible qu'en province, a nettement diminué par rapport à la session précédente : 74,8 % en 2004 contre 75,6 % à la session 2003. Cette baisse est imputable aux séries technologiques.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

14
Education
Hausse des effectifs scolarisés
dans le premier degré
larentrée2004,lesétablissements rentréeprécédente(+0,9%).Dansl’enseigne- pris Dom) continue de se creuser légère-
publicsetprivésdupremieretdu ment professionnel, les effectifs connaissent ment (4,9 points en 2004 contre 4,5 pointsAseconddegrédestroisacadémies uneforteaugmentation(+2,4%)parrapport et4,2pointsauxsessions2003et2002).Les
franciliennes (Créteil, Paris, Versailles) ont à2003.Celle-cis’inscritdansunmouvement moindres performances régionales sont
accueilli 2,3 millions d’élèves. Cet effectif de hausse continue depuis 2 ans : + 1,6 % surtout le fait des séries professionnelles et
continue de progresser légèrement par entrelesrentrées2002et2003et+1,4%àla technologiques(écartrespectif de10points
rapport à la rentrée précédente (+0,3%, rentrée précédente. Auparavant, entre 1998 etde7,7points).Danslessériesgénérales,le
après 0,2% entre 2002 et 2003). et2001,leseffectifsdecesfilièresavaientten- taux régional de réussite n’est inférieur que
dance à diminuer. Les classes post-bac, de 1,9 pointau taux national.
c’est-à-direcellespréparantauxgrandeséco-rogression des effectifs Marie-Odile LIAGREP les ou au B.T.S., enregistrent également une
dans le premier degré Rectorat de l'académie de Versaillescroissance de leurs effectifs de 0,7 %, com-
parableàcelledel’annéepassée.
Lesélèvesdesécolesmaternellesetprimaires
représentent plus de la moitié de la po- éfinitionDLa situation est variable d’un département à
pulation scolaire (53 %). Leur nombre l’autre.Les effectifs des collégiens augmen- Proportion de bacheliers par génération :décroissait légèrement les années précé- tent légèrement dans les Hauts-de-Seine elle correspond à la proportion de bacheliersdentes (- 0,3 % entre 2001 et 2002 et uniquement(+0,2%).Lahaussedeseffec- dans une génération fictive de personnes qui- 0,2 % entre 2000 et 2001). En 2004, il tifs dans les classes de lycées généraux ou auraient à chaque âge les taux de candidature
augmentesurtoutdufaitdelafortepro- technologiquesestplusforteàParisetdans et de réussite observés l’année considérée.
gression dans les classes maternelles lesHauts-de-Seine(+1,8%contre+0,9%
(+ 1,3 %). Cela s’explique par le « baby en moyenne régionale). A l’opposé, dans es taux de réussite au bacboom » de l’an 2000 ; cette année là, en Ll’enseignement professionnel, la progres-
Ile-de-France, les naissances avaient pro- sion des effectifs y est plus modérée Le taux de réussite au bac a diminué partout en
gressé de 4,1 % contre seulement 1,4% Ile-de-France sauf en Seine-et-Marne (+ 0,2(+0,6%)quedanslarégion(+2,4%).Les
en 1999. De plus, en 2001, le nombre de point). Le classement départemental n’est ce-YvelinesetlaSeine-et-Marnesedistinguent
naissancesdanslarégionresteencoreéle- pendant pratiquement pas modifié. Les meil-à nouveau : ce sont les seuls départements
vé, proche du niveau de 2000. Les ef- leurs scores sont observés dans l’ouest de lafranciliens à ne pas connaître d’augmenta-
fectifsdanslesclassesélémentairesaug- région, notamment dans les Yvelines (80,6 %)tion d’effectifs de lycéens dans l’enseigne-
et à Paris. L’est de la région obtient des résul-mentent légèrement (+0,3%), alors qu’ils mentgénéral ou technologique.
tats nettement inférieurs à la moyenne régio-diminuaient au même rythme annuel de-
nale (67,5 % en Seine-Saint-Denis).puistroisans(-0,6%).Danslaplupartdes
départements de la région, les effectifs du ac : de moins bonnes La proportion de bacheliers par générationBpremierdegrécroissent.Seuls,ceuxdePa- montre de fortes disparités liées au lieu deperformances en 2004
ris stagnent et ceux des Yvelines baissent. scolarisation : record national à Paris
(79,0 %), moindre performance mais supé-
Le taux de réussite au baccalauréat en
rieure à la moyenne nationale dans l’académie
tagnation du nombre Ile-de-Franceanettement diminuéparS de Versailles (62,1 %) et plus faibles scores
rapportàlasessionprécédente:74,8%end’élèves dans le second degré dans l’académie de Créteil (56,6 %).
2004 contre 75,6 % à la session 2003. La
Par académie de résidence, les différencesbaisse est imputable au baccalauréat tech-Dans le second degré (y compris le sont moindres : 60,5 % à Créteil, 63,0 % à Paris
nologiquedontletauxderéussitediminuepost-bac),lescollègesetlycéespublicsetpri- et 65,0 % à Versailles. Ces écarts entre propor-
de 1,5 point. Les résultats du baccalauréatvés franciliens ont accueilli à la rentrée 2004 tions calculées par lieu de scolarisation et de
général fléchissent également, mais de fa-le même nombre d’élèves qu’à la rentrée résidence s’expliquent par les importantes mi-
çon plus modérée (- 0,4 point). La très lé- grations scolaires des élèves dans la région2003, soit un peu plus d’un million d’élèves.
gèrehausse,observéepourlebaccalauréat francilienne.Les évolutions diffèrent selon le niveau de
professionnel(+0,3point),nepermetpasformation. Dans les classes de collèges, les
de compenser ces évolutions.effectifs diminuent de 1%. En effet, les gé- our en savoir plusP
nérationscreusesdesannées1990sontdans
Ministère de l’Education nationale, de l’ensei-Auniveaunational,letauxglobalderéussitecesétablissements.Danslesclassesdelycées
gnement supérieur et de la recherche :diminueégalement:79,7%,soit-0,4point.généraux ou technologiques, les effectifs
www.education.gouv.frL’écart entre la région et la France (y com-progressent, et ce, au même rythme qu’à la
Insee Ile-de-France 2005 Regards sur... l'année économique et sociale 2004Haussedeseffectifsscolarisésdanslepremierdegré 15
Démographie scolaire du premier et du second degré public et privé en Ile-de-France en 2004 (hors apprentissage)
Evolution
Hauts- Seine- Val-de- Seine-et- Val- Ile-de-Nombre d'élèves Paris Yvelines Essonne 2004/2003
de-Seine Saint-Denis Marne Marne d'Oise France (%)
Premier degré* 172 851 160 485 173 348 138 102 149 503 161 123 137 861 138 180 1 231 453 0,6
Classes maternelles 69 179 67 340 69 546 56 468 57 102 62 084 54 007 53 842 489 568 1,3
Classes primaires 102 825 92 349 101 791 80 330 91 604 98 296 83 187 83 493 733 875 0,3
Enseignement spécial 847 796 2 011 1 304 797 743 667 845 8 010 -13,1
Second degré et post-bac** 185 645 126 327 141 366 114 122 134 002 139 535 119 729 122 858 1 083 584 0,0
Classes de collèges 85 263 70 578 79 587 60 241 74 064 79 163 67 560 69 627 586 083 -1,0
Classes de L.P. et SEP 17 120 12 805 20 143 14 165 15 408 12 614 13 080 14 415 119 750 2,4
Classes de lycées 55 527 34 720 34 161 31 234 38 225 39 701 33 035 32 805 299 408 0,9
Classes post-bac (B.T.S. et C.P.G.E.) 26 239 5 941 4 859 6 308 4 174 5 915 4 046 3 472 60 954 0,7
EREA/SEGPA 1 496 2 283 2 616 2 174 2 131 2 142 2 008 2 539 17 389 -2,6
Total général 358 496 286 812 314 714 252 224 283 505 300 658 257 590 261 038 2 315 037 0,3
*effectifs du secteur public et du secteur privé hors contrat et sous contrat.
**effivé sous contrat.
L.P. : lycée professionnel - SEP : section d'enseignement professionnel - EREA : établissement régional d'enseignement adapté - SEGPA : section d'enseignement général et profes-
sionnel adapté
Source : Rectorats des académies de Paris, Créteil et Versailles
Proportion d'une génération titulaire du baccalauréat par département
en 2004
% par lieu de scolarisation % par lieu de résidence
Académie de Paris 79,0 63,0
Académie de Créteil 56,6 60,5
Seine-et-Marne 60,7 62,9
Seine-Saint-Denis 50,8 55,3
Val-de-Marne 59,8 64,4
Académie de Versailles 62,1 65,0
Yvelines 66,6 71,2
Essonne 63,1 64,5
Hauts-de-Seine 63,3 65,4
Val-d'Oise 55,3 59,0
Ile-de-France 62,5 62,6
France métropolitaine 61,8 61,8
France métropolitaine et Dom 61,4 61,4
Source : ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
Les taux* de réussite au baccalauréat Les taux* de réussite au baccalauréat par académie
aux sessions 2003 et 2004 sessions de juin 1995 à 2004
%80,6 82Yvelines 81,0
79,7Métropole et Dom 8080,1
78,2Hauts-de-Seine 78,8
78
76,9
Essonne 78,3
7676,9
Paris 77,6
74,8 74Ile-de-France 75,6
72,6
Seine-et-Marne 72,4 72
72,0Val-d'Oise 73,9
70
71,7Val-de-Marne 72,3
6867,5
Seine-Saint-Denis 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 200468,4
Sessions de juin
2003 2004 Créteil Paris Versailles Ile-de-France France et Dom
*taux bruts. *taux bruts.
Source :ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche Source : ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
Insee Ile-de-France 2005 Regards sur... l'année économique et sociale 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.