L'année économique et sociale 2006 - Education

De
Publié par

Le taux de réussite au baccalauréat en Ile-de-France a nettement augmenté : il est passé de 75,3 % en 2005 à 78,6 en 2006. A la rentrée 2006, 2,3 millions d'élèves étaient inscrits dans les établissements publics et privés du premier et second degré des trois académies franciliennes. Dans le premier degré, le nombre d'élèves se stabilise en maternelles, mais augmente dans les classes primaires. Dans le second degré (collèges et lycées), les effectifs diminuent légèrement (- 1 %). Les centres de formation des apprentis ont attiré davantage de personnes en 2006 (+ 4,7 %). Depuis plusieurs années, les effectifs ont tendance à baisser dans les universités, surtout à Paris, alors qu'ils augmentent dans les classes post-bac préparant aux grandes écoles.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

14
Education
Progression sensible
de la réussite au baccalauréat
la rentrée 2006, 2,3 mil- tions scolaires des élèves dans la région ex- Hausse des effectifs
lions d’élèves étaient scola- pliquent ces écarts entre lieu de
des apprentisA risés en Ile-de-France dans scolarisation et lieu de résidence.
er
les établissements du 1 degré, les collè- Près de 68 000 personnes sont inscrites
Progression des effectifsges et lycées, publics et privés ; cet effectif comme apprentis dans les centres de for-
est stable par rapport à celui de la rentrée dans les classes primaires mation des apprentis (CFA) de l’Education
2005 après quatre années de hausse. nationale de la région. Une grande partieLes élèves des écoles maternelles et
d’entre elles (44 %) y suivent une formationprimaires représentent plus de la moitié deBac 2006 :
préparant des examens professionnels,la population scolaire (53 %). Leur nombre
performances exceptionnelles comme le CAP ou le BEP (niveau V). Les ef-augmente depuis la rentrée 2002, à un
La réussite au baccalauréat en Ile- fectifs d’apprentis ont fortement augmentérythme toujours plus soutenu. En 2006, la
de-France a nettement augmenté (+ 4,7 %) en 2006 par rapport à 2005, encroissance, de 1,1 %, est surtout le fait des
(+ 3,3 points) par rapport à la session raison d’un certain succès des formationsélèves des classes primaires (+ 2 %). En ef-
précédente : 78,6 % des candidats ont de haut niveau qui préparent à des emploisfet, les enfants du baby-boom de l’an 2000
été reçus, contre 75,3 % en 2005. Les d’ingénieurs ou équivalent (+ 17 %).sont entrés en école élémentaire cette
candidats des départements de l’ouest, année-là. La plus faible scolarisation des
notamment les Yvelines, et Paris réalisent Baisse des effectifsenfants de deux ans explique la stabilité des
toujours les meilleures performances. effectifs de maternelle, malgré le niveau éle- dans les universités
vé des naissances depuis 2000.C’est dans les séries professionnelles que la
En 2006, 347 000 étudiants sont inscrits
progression est la plus forte (+ 5,8 points),
La hausse des effectifs dans le premier dans les universités franciliennes, soit une
celle du baccalauréat général (+ 3,0 points)
degré se vérifie dans l’ensemble des dé- baisse de 2,2 % par rapport à la rentrée
et celle du baccalauréat technologique
partements franciliens sauf dans les 2005. Ce nouveau repli accentue la ten-
(+ 2,2 points) étant plus modérées.
Hauts-de-Seine et en Seine-et-Marne. dance observée depuis de nombreuses an-
Au niveau national, la réussite augmente nées. Entre 1997 et 2006, les effectifs
Diminution du nombre d’élèvesmoins qu’en Ile-de-France (82,1 %, soit universitaires ont chuté de plus de 20 000.
+ 2,2 points). L’écart entre la région fran- dans le second degré
Cette baisse affecte essentiellement les uni-
cilienne et la province continue donc de se
Dans le second degré (y compris le versités parisiennes et la plupart des disci-réduire. La proportion de bacheliers par gé-
post-bac), les collèges et lycées, publics plines. Seuls les étudiants en médecinenération a fortement augmenté en 2006.
et privés, ont accueilli 12 300 d’élèves sont plus nombreux en 2006 qu’en 2005.Désormais, environ deux jeunes Franciliens
de moins en 2006 qu’en 2005. Dans lessur trois de plus de 15 ans sont titulaires du Les très bons résultats au baccalauréat de
classes de collèges qui rassemblent les
baccalauréat (67 %). Cette proportion dif- juin 2006 n’ont pas provoqué un afflux
générations creuses des années 1990,fère selon les académies : record national massif vers les universités : les inscrip-
les effectifs diminuent encore en 2006pour les enfants scolarisés à Paris (84,3 %), tions principales en premier cycle ont di-
(- 2,6 %) et de façon plus marquée queelle est moindre dans l’académie de Versailles minué de 2,2 % entre 2005 et 2006. Il
les années passées.(66,6 %) mais supérieure à la moyenne na- semble que les nouveaux bacheliers
tionale (64,6 %). Elle est faible dans l’aca- aient préféré s’orienter vers les filièresLe nombre de jeunes inscrits dans les classes
démie de Créteil (60,1 %). Par académie de plus sélectives (classes prépa, BTS) oude lycées généraux ou technologiques est
résidence, les différences sont atténuées : vers des formations en apprentissage.stable, alors qu’il avait progressé entre
68,5 % à Paris, 69,7 % à Versailles et 2002 et 2005 à un rythme moyen annuel
■■■■ Marie-Odile LIAGRE64,0 % à Créteil. Les importantes migra- de 0,9 %. L’enseignement professionnel connaît
Rectorat de l’académie de Versaillesun regain d’intérêt depuis quatre ans et ses
Définition effectifs continuent d’augmenter fortement :
La proportion de bacheliers par génération : + 3,9 % en 2006 par rapport à 2005. Les
Pour en savoir pluscorrespond à la proportion de bacheliers dans étudiants accueillis en classes post-bac,
une génération fictive de personnes qui au- Ministère de l’Education nationale, de l’en-préparant aux grandes écoles ou au B.T.S., sont
raient, à chaque âge, les taux de candidature seignement et de la recherche :plus nombreux cette année : + 2,5 %, soit
et de réussite observés l’année considérée. www.education.gouv.fr1 400 élèves de plus.
Insee Ile-de-France 2007 Regards sur... l’année économique et sociale 2006Progression sensible de la réussite au baccalauréat 15
Démographie scolaire du premier degré, des collèges et lycées, publics et privés en Ile-de-France en 2006 (hors apprentissage)
EvolutionHauts-de- Seine-Saint- Val-de- Seine-et- Val- Ile-de-
Nombre d'élèves Paris Yvelines Essonne 2006/2005 2005Seine Denis Marne Marne d'Oise France
en %
Premier degré* 174 912 162 110 178 064 139 469 151 999 161 881 138 027 138 411 1 244 873 1,1 1 231 453
Classes maternelles 68 885 66 322 71 175 56 468 57 175 61 729 52 398 53 648 487 800 -0,4 489 568
Classes primaires 104 815 94 931 105 055 81 707 94 016 99 256 84 967 84 079 748 826 2,0 733 875
Enseignement spécial 1 212 857 1 834 1 294 808 896 662 684 8 247 3,0 8 010
Second degré et post-bac** 185 309 127 277 139 574 112 841 131 507 137 209 117 810 119 762 1 071 289 -1,1 1 083 584
Classes de collèges* 83 952 70 151 76 474 58 633 71 161 76 428 65 179 66 926 568 904 -2,9 586 083
Classes de L.P. et SEP* 17 998 13 415 20 866 14 377 15 883 12 908 13 973 15 059 124 479 3,9 119 750
Classes de lycées* 55 421 35 657 34 654 31 407 38 133 39 812 32 530 31 871 299 485 0,0 299 408
Classes post-bac (B.T.S. et C.P.G.E.)* 26 591 6 117 4 996 6 456 4 303 6 126 4 255 3 636 62 480 2,5 60 954
EREA/SEGPA* 1 347 1 937 2 584 1 968 2 027 1 935 1 873 2 270 15 941 -8,3 17 389
Total général 360 221 289 387 317 638 252 310 283 506 299 090 255 837 258 173 2 316 162 0,0 2 315 037
*effectifs du secteur public et du secteur privé total (sous contrat et hors contrat).
**effectifs du secteur public et du secteur privé sous contrat.
L.P. : lycée professionnel
SEP : section d'enseignement professionnel
EREA : établissement régional d'enseignement adapté
SEGPA : section d'enseignement général et professionnel adapté
Source : Rectorats des académies de Paris, Créteil et Versailles
Démographie des effectifs universitaires en 2006 par département de l'établissement et par cycle*
EvolutionNombre d'inscriptions Hauts-de- Seine-Saint- Val-de- Seine-et- Val- Ile-de-
Paris** Yvelines Essonne 2006/2005 2005principales Seine Denis Marne Marne d'Oise France
(%)
Premier cycle 68 485 14 089 19 417 11 329 4 568 7 089 15 851 6 788 147 616 -2,2 150 984
Second cycle 56 826 10 146 14 670 8 445 4 063 4 599 11 379 4 444 114 572 -4,6 120 094
Troisième cycle 51 344 5 408 8 233 4 772 1 921 2 762 8 893 1 348 84 681 1,3 83 614
Total général 176 655 29 643 42 320 24 546 10 552 14 450 36 123 12 580 346 869 -2,2 354 692
*il s'agit du cyle d'appartenance de l'étudiant relativement à un diplôme.
Premier cycle : cycle de formation fondamentale et d'orientation ouvert aux bacheliers correspondant aux deux premières années de licence LMD. Comprend aussi les étudiants
préparant une capacité en droit ou un diplôme d'accès aux études universitaires et à certains diplômes d'université.
Second cycle : cycle d'approfondissement, de formation générale scientifique et technique correspondant à la troisième année de la licence LMD et à la première année du master.
Troisième cycle : cycle correspondant à la deuxième année de master.
**l'Observatoire de Paris, l'nstitut d'Etudes Politiques, l'Institut Physique du Globe de Paris, Paris-Dauphine et l'institut national des langues et civilisations orientales ne sont pas
comptabilisés ici.
Source : ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
Effectifs d'inscrits dans les centres de formation des apprentis Les taux bruts de réussite au baccalauréat
de l'Education nationale au 31 décembre aux sessions 2005 et 2006
35 000
83,8
Yvelines 80,8+ 1,7 %
30 000
82,1Métropole et Dom
79,9
25 000
82,0
Hauts-de-Seine
78,6
20 000
82,0Paris+ 17,1 % 77,915 000 - 1,3 % + 6,7 %
81,6
Essonne 77,610 000
78,6Ile-de-France 75,35 000
77,1
Seine-et-Marne0 73,2
Formations de Formations de Formations de Formations de
76,2niveau V niveau IV niveau III niveau II et I Val-d'Oise 73,1
2005 2006 Variation (%) 2006/2005
75,4
Val-de-MarneFormations : 72,5
- niveau V : CAP, BEP
68,5
- niveau IV : brevet professionnel, baccalauréat professionnel Seine-Saint-Denis
66,9- niveau III : BTS, DUT
2005 2006- niveau II et I : ingénieur
Source : ministère de l'Education nationale,Source : ministère de l'Education nationale,
de l'enseignement supérieur et de la recherchede l'enseignement supérieur et de la recherche
Insee Ile-de-France 2007 Regards sur... l’année économique et sociale 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.