2ème trimestre 2008 : Le pays, la région malmenés par la crise mondiale

De
Publié par

L'économie lorraine ralentit nettement au deuxième trimestre 2008. L'emploi salarié marchand hors intérim est en repli (-0,2%). La création d'entreprise enregistre une légère baisse (-2,4%), même si le niveau reste élevé. L'activité dans la construction fléchit, avec une chute du nombre des mises en chantier. Le taux de chômage lorrain atteint 7,5%, soit 0,1 point de plus qu'au trimestre précédent. Les exportations (+5% en un an) viennent tempérer ces résultats moroses.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
ème
2 trimestre 2008 :°
le pays, la région malmenés146N
par la crise mondiale
Au deuxième trimestre 2008, le PIB français recule
de 0,3%. L'économie française subit la crise mondiale.
L'investissement enregistre une baisse de 1,5%.
La consommation des ménages accuse un léger repli (-0,1%).
Le commerce extérieur pénalise la croissance de 0,4 point
de PIB. La croissance française pour l'année 2008 ne devrait
pas excéder 1%. Le chômage reste stable (7,2%), mais une
tendance haussière ramènerait ce taux à 7,4% en fin d'année.
L'économie lorraine ralentit nettement au deuxième
trimestre 2008. L'emploi salarié marchand hors intérim
est en repli (-0,2%). La création d'entreprise enregistre une
légère baisse (-2,4%), même si le niveau reste élevé. L'activité
dans la construction fléchit, avec une chute du nombre des
mises en chantier. Le taux de chômage lorrain atteint 7,5%, soitPIB français :
+0,3% 0,1 point de plus qu'au trimestre précédent. Les exportations
(+5%enunan) viennent tempérer ces résultats moroses.Consommation des ménages :
en repli
Fléchissement de l'emploi lorrain
Emploi salarié lorrain :
-0,2% Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 2002104
Chômage lorrain :
Francelégère hausse
102
100
98
Lorraine
96
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement
par l'État.
Source : Insee - URSSAF
Avertissement : La chaîne de traitement des données de l'emploi fournies par les URSSAF fait
actuellement l'objet d'une révision. En conséquence, ce présent numéro de conjoncture ne
comporte que les premières estimations chiffrées relatives à l'emploi salarié régional. Elles
sont provisoires et donc susceptibles d'être modifiées.
VConjoncture nationale et internationale :
la croissance française encalminée
Au deuxième trimestre 2008, le PIB français recule de 0,3% en
volume.Tousles moteursdelacroissancesontenberne.L'éco-Allemagne
nomie française subit la crise mondiale, amorcée par la crise fi-
nancière et immobilière aux États-Unis. Paradoxalement,Au deuxième trimestre
2008, le produit intérieur l'économie américaine résiste davantage que la zone euro. Au se-
brut allemand a baissé de
cond semestre, la situation économique de la zone euro ne devrait0,5% après une hausse de
1,5% au premier trimestre. pas s'améliorer. En France, la croissance pour l'année 2008 ne
L'Allemagne enregistre pour
devrait pas excéder 1%. La crise se fait déjà sentir sur le front dece trimestre le plus gros re-
cul de la zone euro. Le repli l'emploi : le chômage a cessé de décroître et l'emploi total recule-
de la consommation privée
rait au second semestre 2008.et le fléchissement des inves-
tissements des entreprises
sont à l'origine de ce mau- u deuxième trimestre 2008, le PIB Une crise
vais résultat. La situation de Afrançais recule de 0,3%. La aux causes identifiéesla balance commerciale
consommation des ménages, pilier struc-reste toutefois favorable.
La situation nationale s'inscrit dans leturel de l'économie française, accuse un
contexte du ralentissement de l'économieEn juin 2008, le chômage léger repli (-0,1%). L'investissement enre-
touche 7,5% de la population mondiale. L'éclatement de la bulle immobi-gistre une baisse de 1,5%. L'investisse-
active. L'emploi salarié aug- lière dans certains pays met à mal unement des entreprises ne diminue que demente de 2,2% par rapport consommation des ménages indexée au-0,9%, celui des ménages en logementà juin 2007, ce qui corres-
paravant sur la valorisation des actifs im-neuf se contracte plus nettement (-2,5%).pond à la création d'environ
mobiliers. La crise financière pèse sur597 000 emplois. Enfin,lecommerceextérieur pénalise la
l'octroi de crédit, asséchant une des sour-croissance française de 0,4 point. LaEn Rhénanie-Palatinat, le
ces de financement pour les entreprisesbaisse de la demande intérieure entraînetaux de chômage s'établit à
et les ménages. Enfin, les tensions infla-5,4% en juin 2008. L'emploi une diminution des importations (-0,3%).
tionnistes sur les matières premières ontsalariés'accroîtde2,1%sur Dans le même temps, les exportations,
l'année, soit 25 300 emplois entamé le pouvoir d'achat des ménages.pénalisées par une demande mondiale en
supplémentaires. Les causes identifiées, les effets jouenttrès fort reflux, reculent de 1,7%, avec
différemment selon les zones économi-En Sarre, le chômage est de fortes contractions dans le secteur au-
plus élevé et touche 7,1% de ques considérées, et ce de façon parfoistomobile (-5,6%) ou dans celui des biens
la population active. L'emploi inattendue.d'équipement (-4,3%).
salariéaugmentede1,6%
(+5 600 emplois).
Le produit intérieur brut recule de 0,3%
Croissance du PIB et contributions à son évolution
%1,2
1,0 PIB (en %)
Sources internationales : Dépenses de consommation (en point)
FBCF (en point)
0,8- Note de conjoncture Commerce extérieur (en point)
de l’Insee
0,6
- Service des études
et de la statistique
0,4
du ministère
de la région wallonne
0,2
- Service central
de la statistique 0
et des études économiques
du Luxembourg
-0,2
- Statistisches Landesamt
-0,4Saarland
- Statistisches Landesamt
-0,6
e e er e e er ee e3 trim. 1 trim. 2 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim.Rheinland-Pfalz 2 trim. 4 trim. 3 trim.
2006 2007 2008
- Bulletin luxembourgeois
Source : Insee - comptes nationaux trimestrielsde l’emploi
2rable des crédits à l'économie réelle, re-L'économie américaine résiste...
mettant en cause ou gelant des program-
BelgiqueAux États-Unis, l'économie réelle continue mes d'investissements décidés par les
d'afficher une étonnante résistance. Ainsi, entreprises. L'intensité de la crise pourrait
la croissance américaine est encore de être amoindrie sous l'effet conjugué des Au deuxième trimestre
0,8% au deuxième trimestre 2008, et 2008, le produit intérieurévolutions observées sur les marchés des
ralentirait légèrement au second se- brut belge augmente dechanges et des matières premières. On
0,2% par rapport au trimestre, tout en restant positive. Ce main- -assiste à une remontée du dollar face à
mestre précédent.tien s'expliquerait notamment par la l'euro, parité qui serait plus favorable aux
Le taux de chômage en juinfaiblesse du billet vert qui dynamise le exportations européennes. Une certaine 2008 s'élève à 6,6%. En un
commerce extérieur américain. détente est enregistrée sur le marché an,lenombrededeman-
des matières premières, le pétrole pou- deurs d'emploi s'est réduit
...la zone euro cale de 4,2%, soit environvant repasser sous la barre des 80 dol-
21 000 demandeurs delars le baril avant la période hivernale.
À l'inverse des États-Unis, la zone euro moins qu'en juin 2007. AuCette accalmie sur le marché des matiè-
subitdeplein fouetlacrise,avecun PIB cours du deuxième tri-
res premières aurait pour conséquence
mestre, l'emploi salarié s'acen recul au deuxième trimestre 2008, -
de modérer la hausse des prix, redonnant croît de 0,3%, soit 13 400tendance qui devrait se poursuivre avant
ainsi du pouvoir d'achat aux ménages et postes supplémentaires.une possible stabilisation en fin d'année.
restaurant les marges des entreprises.
Le reflux de la demande mondiale explique
Ces changements n'auraient pas d'ef-pour beaucoup la situation difficile que tra-
fets significatifs sur la croissance fran-verse la zone euro, pénalisée par une pa- Luxembourg
çaise au second semestre 2008. Lerité défavorable de l'euro face au dollar.
produit intérieur brut devrait se contrac-Le casdel'économieallemandeest em-
ter à nouveau de 0,1% pour les deux Au deuxième trimestre 2008,blématique:après unecroissanceexcep-
le produit intérieur brut luxem-trimestres à venir. Au total, l'économietionnelle au premier trimestre (+1,5%),
bourgeois progresse de 1,1%française ne croîtrait que de 0,9% surl'activité économique recule au deuxième
par rapport au trimestre pré-l'ensemble de l'année 2008.trimestre, et poursuivrait dans ce sens cédent.
pour les deux trimestres à venir. Même la Ce ralentissement économique se fait En juin 2008, l'emploi total in-
zone asiatique subit la détérioration du cli- déjà sentir surlemarchédutravail.Le térieuraugmentede5%par
rapport à juin 2007, soit prèsmatdes affaires.Ainsi,letaux de crois- chômage se stabilise au deuxième tri-
de 16 700 emplois supplé-sance de la Chine passerait cette année mestre 2008 (7,2%), mais une ten-
mentaires. Sur la même pé-sous la barre symbolique des 10%. dance haussière ramènerait ce taux à
riode, le nombre de frontaliers
7,4% en fin d'année. L'emploi total de-
évolue parallèlement avec une
vrait diminuer au second semestre hausse de 7,5%, occupantAccalmie
après une hausse des effectifs de une majorité des emploissur les matières premières
89 000 au premier semestre. Sur l'en- créés (+10 200 emplois).
Le chômage touche 4,4% deLes prévisions pour le semestre à venir semble de l'année, la création d'emplois
la population active. Lesont très dépendantes des anticipations serait faible, en regard de l'année 2007
nombre de demandeurs d'em-sur la poursuite de la crise financière. au cours de laquelle plus de 300 000
ploi a augmenté de 1% en un
Cette crisepourrait,sielle s'avèredu- emplois avaient été créés dans la
an.
rable, entraîner une réduction considé- sphère marchande.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de l'année précédente chaînés
Évolution
2006 2007 2008
annuelle
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2006 2007
Produit Intérieur Brut 0,7 1,0 0,0 0,5 0,6 0,6 0,7 0,4 0,4 -0,3 2,4 2,1
Importations 0,7 2,6 -0,5 1,7 2,0 2,0 1,5 -1,2 1,7 -0,3 6,5 5,9
Dépenses de consommation des ménages 0,9 0,5 0,4 0,4 0,7 0,9 0,8 0,4 -0,1 -0,1 2,5 2,5 de consommation des adminis-
trations publiques 0,5 0,5 0,1 0,4 0,3 0,4 0,4 0,3 0,2 0,5 1,4 1,4
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 0,8 2,2 0,7 1,9 1,2 0,7 0,9 1,0 0,7 -1,5 5,0 4,9
dont : ENF (sociétés) 0,5 2,7 1,9 2,6 2,0 1,3 1,5 1,1 1,3 -0,9 5,4 7,3
Ménages 1,9 2,2 1,5 0,9 0,5 0,1 0,4 0,9 -0,1 -2,9 7,1 3,0
APU (administrations publiques) -1,9 0,1 -1,7 1,3 1,1 0,3 -0,2 1,1 0,1 -1,5 -2,1 1,7
Exportations 2,0 1,8 -1,4 1,3 0,8 1,8 0,3 0,4 2,6 -1,7 5,6 3,2
Demande intérieure totale 0,3 1,2 0,2 0,7 0,9 0,7 1,0 -0,1 0,2 0,1 2,6 2,9
Désormais, les comptes trimestriels en volume sont publiés aux prix de l’année précédente chaînés et non plus aux prix constants de l’année
de base (2000). Ce changement de méthodologie, coordonné au plan européen, vise à rapprocher encore les comptes trimestriels d’un mode
de calcul déjà mis en oeuvre par les comptes annuels. Ce calcul a pour principal avantage de pondérer les niveaux élémentaires composant un
agrégat (produits ou branches de l’économie) par les poids les plus récents connus (prix de l’année précédente, et non par les prix de l’année
2000). On donne par exemple à l’évolution de la consommation des ménages en produits électroniques son poids le plus récent dans dans la
consommation totale, plus faible que ce qu’il était en 2000, du fait des baisses de prix importantes et régulières depuis plusieurs années. Si
cela ne modifie pas sensiblement des agrégats comme le produit intérieur brut, des écarts de croissance de quelques dixièmes de points par
rapport aux calculs en prix constants peuvent néanmoins apparaître pour certaines séries. Dans tous les cas, les tendances de reprise et de
ralentissement de l’économie restent les mêmes. Une note méthodologique expliquant en détail la technique utilisée pour le chaînage des volu-
mes est disponible à l’adresse Internet suivante : http://www.insee.fr/fr/indicateur/cnat_trim/methodologie.htm.
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
les premiers pas difficiles
Au deuxième trimestre 2008, l'emploi salarié lorrain du secteur
marchand recule de 0,2%, en raison notamment de la baisse des
effectifs dans l'industrie et le commerce. Les créations d'entrepri-
ses sont en repli et le rythme de la construction fléchit considéra-
blement. Le chômage lorrain augmente à nouveau et touche 7,5%
de la population active. Dans ce contexte, les industriels portent un
jugement pessimiste sur la production du trimestre à venir. Seul
point positif, les exportations continuent de progresser.
u deuxième trimestre 2008, de 0,7%, soit près de 1 000 postesAl'emploi salarié lorrain du sec- de moins en trois mois. Au niveau na-
teur privé (hors intérim)reculede tional, les effectifs de l'industrie ne di-
0,2%, après plusieurs trimestres de minuent que de 0,4% sur la même
légère hausse. Un peu plus de 800 période. En Lorraine, les pertes d'em-
emplois disparaissent par rapport au ploi sont particulièrement importan-
premier trimestre 2008. La baisse tes dans le secteur de l'édition, de
de l'emploi industriel se poursuit l'imprimerie et de la reproduction
(-0,7%). Dans le secteur du com- (-3,3%). Dans l'industrie textile et
merce, les effectifs diminuent égale- celle des produits minéraux, la baisse
ment (-0,2%). L'emploi dans les des effectifs atteint respectivement
services reste stable. Les effectifs de 2,4% et 2,3%. Les industries agrico-
la construction progressent de 0,5%. les et alimentaires sont également
concernées par la baisse de l'emploi.Sur l'ensemble de la France, l'emploi sa-
Près de 1,8% de l'effectif total dispa-larié (hors intérim) augmente légèrement
Sidérurgie raît. Dans l'industrie automobile, l'em-(+0,1%).
ploi salariécontinuededéclinerAu deuxième trimestre
(-0,8%). En revanche, l'emploi dans2008, dans le secteur de Nouvelle baisse
la métallurgie et de la tran- lesindustriesdes équipementsméca-de l'emploi industriel
formation des métaux, l'em- niques se renforce (+1,6%), de même
ploi salarié lorrain recule de Au deuxième trimestre 2008, l'em- que dans le secteur de la chimie-
0,5%. La baisse de l'emploi
ploi salarié industriel lorrain diminue caoutchouc-plastiques (+1,5%).
au niveau national est de
0,4%.
L'emploi dans le BTP résisteLa production lorraine de
produits sidérurgiques pro-
Évolution de l’emploi salarié lorraingresse de 3,7% par rap-
Ensembleport au deuxième trimestre
Industrie%
2007. Au niveau national, BTP
1,2 Commerceelle diminuede3,2%. Les
Services
productions lorraines de
0,8fonte brute, d'acier brut et
de produits finis laminés
augmentent respectivement 0,4
de 10,8%, 2,5% et 1,4%.
En France, la production si- 0,0
dérurgique est en baisse
dans chacune de ces filiè-
-0,4
res.
Au deuxième trimestre -0,8
2008, les exportations lor-
raines de produits sidérur- -1,2
er egiques et de transformation er e e e 1 trim. 2 trim.1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim.
des métaux augmentent de
2007 2008
12,5% par rapport au
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État.deuxième trimestre 2007.
Source : Insee - URSSAF
4baisse de 2,4% par rapport au pre-L'emploi tertiaire
mier trimestre 2008. La créationa mauvaise mine
d'entreprise recule dans la région
Dans les activités du commerce, l'em- pour le deuxième trimestre consécu-
ploi recule de 0,2% en Lorraine, alors tif. Au niveau national, une tendance
qu'il est en légère hausse sur l'ensemble identique est observée mais à un
de la France (+0,1%). Les créations de rythme deux fois moins important
postes dans le commerce et la répara- (-1,2%).
tion de véhicules automobiles ne suffi-
Dans l'industrie, le nombre d'entrepri-
sent pas à compenser les pertes
ses créées est en baisse de près de
d'effectifs dans le commerce de gros et
20% par rapport au trimestre précé-
le commercededétail.
dent. Dans la construction, la diminu-
Dans le secteur des services, l'emploi tion des créations (-10,3%)reflète
salarié reste stable au deuxième tri- sans doute les premières difficultés
mestre 2008. Les activités de conjoncturelles du secteur. Dans le
conseil et d'assistance et le secteur commerce, qui demeure le plus créa-
des transports ont créé de l'emploi. À teur, avec près de 25% des nouvelles
l'inverse, les services opérationnels entreprises, les créations sont en re-
et les activités immobilières ont subi plideplusde5%.
des pertes importantes, soulignant le
La création d'entreprise dans les activi-caractère pro-cyclique de ces sec-
tés de services reste bien orientée,teurs des services avec l'industrie
avec une hausse de 4,7% des créa-d'une part, le bâtiment d'autre part.
tions. La forte baisse enregistrée dansAu niveau national, l'emploi dans les
le sous-secteur de l'hôtellerie-restaura-services augmentede0,4%.
tion est compensée par la forte hausse
Avec plus de 200 nouveaux postes, le
des créations dans le domaine de l'édu-
secteur de la construction enregistre
cation et de la santé-action sociale.
encore une augmentation de ses effec-
Malgré ce début d'année morose, latifs au deuxième trimestre 2008. La
tendance annuelle de la création d'entre-hausse (+0,5%) est plus importante que
prise reste favorable. Dans la région, lecelle enregistrée sur l'ensemble de la
nombre d'entreprises créées (donnéesFrance (+0,3%).
brutes) au deuxième trimestre 2008 est
en hausse de presque 3% par rapportCréation d'entreprise en recul
au même trimestredel'annéeprécé-
En Lorraine, 2 073 entreprises (don- dente. Dans la Meuse, le nombre de
nées corrigées des variations saisonniè- créations est supérieur de près de 15% L’automobile
res) ont été créées au cours du à ce qu'il était un an auparavant. En
En Lorraine, la diminution
deuxième trimestre 2008, soit une Meurthe-et-Moselle et en Moselle, les
des effectifs de l'industrie
automobile se poursuit au
deuxième trimestre 2008,
Les industriels pessimistes avec une baisse de 0,8%.
Au niveau national, le recul
Évolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine de l'emploi est plus mar-
solde d’opinions% qué (-1,2%).50
1,0 Au deuxième trimestre40
2008, le montant des pro-0,8
30 duitsexportéspar l'in-
0,6
dustrie automobile lorraine
20
0,4 baisse de 2,3% par rap-
100,2 port au deuxième tri-
mestre 2007. Le montant
0,0 0
des exportations des pro-
-0,2 -10 duits de la construction
-0,4 automobile diminue de
-20
6,9%, mais représente-0,6
-30 encore les deux tiers des
-0,8
exportations de l'industrie
-40
-1,0 Emploi (échelle de gauche) automobile. Les exporta-
Production passée (échelle de droite) -50 tions des équipements-1,2
Tendance prévue de la production (échelle de droite) pour automobiles progres-
-1,4 -60 sent quant à elles de
2005 2006 2007 2008 8,7%.
Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et Epure (URSSAF)
5taux de croissance en glissement annuel La demande de produits lorrains à
sont respectivement de 3% et 4,5%. destination des autres continents est
Seules les Vosges enregistrent une con- en net recul, hormis la progression
traction du nombre de créations par enregistrée vers le continent africain,
rapport au deuxième trimestre de mais pour un volume global des flux
l'année 2007 (-4,9%). qui ne représente que 2,5%.
Au sein de l'espace européen, le dyna-
Activité industrielle : misme commercial de nos voisins
perspectives moins favorables d'Outre-Rhin stimule les exportations ré-
gionales.L'Allemagnereprésenteplus
Selon l'enquête nationale de conjoncture
de 30% des exportations lorraines.
dans l'industrie, et compte tenu de la
Biens intermédiaires et biens destructure du secteur en Lorraine, une
consommation tirent les exportations àmajorité d'industriels sont satisfaits des
la hausse. Par contre, les exportationsniveaux de production réalisés au
dans l'industrie automobile et dans lesdeuxième trimestre 2008. Toutefois, ils
biens d'équipement sont en repli. Lesportent un jugement plus pessimiste sur
exportations en valeur des produits dele niveau de la demande passée, à l'ex-
l'agriculture augmentent de plus deception de la demande étrangère qui se
80% par rapport à la même période deserait légèrement redressée. Les pers-
l'année précédente.pectives de production pour le troisième
trimestre 2008 s'assombrissent, et ce
pour une majorité de chefs d'entrepri- Construction :
ses interrogés. recul très net de l'activité
Dans le secteur des services, l'activité
En Lorraine, 2 266 permis de cons-au deuxième trimestre 2008 se re-
truire ont été délivrés au cours dudresse après la baisse de confiance sur-
deuxième trimestre 2008, soit 24%venue en début d'année 2008. Une
de moins qu'àlamêmepériode demajorité de chefs d'entreprises antici-
l'année précédente. Sur l'ensemblepent un bon maintien de l'activité pour le
de la France, l'activité du bâtiment di-trimestre à venir. Ils sont toutefois de
minue aussi, mais dans une moindremoins en moins nombreux à porter un
mesure (-16,3%). En Lorraine, seul lejugement positif sur la tendance de la
logement individuel est touché, avecdemande qui leur est adressée.
une chute de 41,5% du nombre d'au-
torisations de construire. Dans l'habi-
Les exportations tat collectif, le nombre de permis de
se portent bien construire est en hausse de 12%.
Au deuxième trimestre 2008, les ex- Les mises en chantier de logements flé-
portations lorraines progressent de chissent considérablement : 1 150 au
5% par rapport au même trimestre deuxième trimestre 2008 contre 3 424
de l'année précédente. Elles sont sti- au même trimestredel'annéeprécé-
mulées par une demande accrue au dente, soit un recul de 66,4% et le ni-
sein de l'Union européenne (+5,2%). veau le plus faible enregistré depuis
Logements autorisés en Lorraine Exportations lorraines
Données brutes (hors matériel militaire et électricité) en millions d'euros
Données brutes
2008
5 4005 000 2007
2006
5 200
4 000
5 000
3 000
4 800
2 000
4 600
1 000
4 400
0 4 200
er ème ème ème
1 trim 2 trim 3 trim 4 trim 2005 2006 2007 2008
Source : DRE - Sitadel Source : Douanes
61992. Le logement individuel et le loge- Les jeunes paient la détérioration du marché du travail
ment collectif sont concernés de la
même façon par cette baisse. Au niveau Demandeurs d'emploi de catégorie 1 en fin de mois en Lorraine (données CVS)
Base 100 en décembre 2004national,lenombredelogements com-
mencés diminuedeprèsde30%.
105
100Chômage :
légère remontée
95
Au deuxième trimestre 2008, le chô-
90mage touche 7,5% de la population
active lorraine, contre 7,4% au tri-
85
mestre précédent. Le chômage lor-
rain repart légèrement à la hausse, 80
Moins de 25 ansEnsemble hommesaprès une baisse continue amorcée
De 25 à 49 ans femmes
75depuis le début de l'année 2007. Au 50 ans et plus
niveau national, le chômage se stabi-
70
lise et frappe encore 7,2% de la po-
juin juindéc. juin déc. juin déc. déc.
pulation active. En Lorraine, seul le
2005 2006 2007 2008
département de la Meurthe-et-Mo-
Source : Ministère du Travail - ANPEselle est épargné par la reprise du
chômage. Les trois autres départe-
ments enregistrent une hausse de
Légère remontée du chômage en Lorraineleur taux de chômage, avec notam-
ment une progression forte (+0,3
Taux de chômage localisés trimestriels
point) dans les Vosges. (en moyenne trimestrielle - données CVS - en %)
Cette remontée du taux de chômage ré- 9,5
gional n'est pas sans lien avec l'augmen-
Lorraine
tation du nombre de demandeurs
9,0
d'emploi en fin de mois. Fin juin 2008,
71 670 Lorrains (données CVS)sontàla
8,5
recherche d'un emploi à temps plein (ca-
tégorie 1), soit une hausse de 1% par
8,0 France
rapport au premier trimestre 2008. Sur
un an, le nombre de demandeurs d'em-
7,5
ploi a toutefois diminué de près de 2%.
7,0
Lesjeunes:
2004 2005 2006 20082007
premières victimes du chômage
Source : Insee
La détérioration du marché du travail
touche surtout les demandeurs d'emploi
âgés de moins de 25 ans. Ils sont en ef-
fet 4,1% de plus à la recherche d'un
Offre d'emplois :
emploi fin juin 2008 que trois mois au-
volume et nature inchangés
paravant. Les autres demandeurs sont
beaucoup moins affectés par la re-
La détérioration du marché du travail
montée du chômage. Parmi les jeunes,
n'affecte pas le nombre et la nature
les hommes font davantage les frais de
des offres d'emploi recensées par
la mauvaise situation actuelle (+5,4%,
l'ANPE. En effet, en juin 2008, l'ANPE
contre +2% pour les femmes).
enregistre près de 12 000 offres
Sur le front du chômage de longue d'emploi, soit un nombre équivalent à
Yann KUBIAK
durée, les résultats obtenus sont encou- celui relevé un an auparavant. Les
Laurence LABOSSErageants.Lenombrededemandeurs contrats durables - d'une durée supé-
d'emploi au chômage depuis plus d'un rieure à 6 mois - représentent près Florence LEMMEL
an a diminué de 12% depuis juin 2007, de 45% des offres d'emplois. Les
tandis que la baisse générale est infé- contrats de très courte durée ne re-
rieure à 2%. La part des chômeurs de présentent que moins de 10% des of-
longue durée (durée supérieure à un an) fres proposées par l'ANPE,etsont
est passée de 26,8% en juin 2007 à d'ailleurs en recul de 13% par rap-
24% en juin 2008. port à juin 2007.
7
juin déc. juin déc. juin déc. juin déc. juinLe chômage de nouveau en hausse
Longwy- Point de conjoncture de l’Insee -
Thionville7,5
7,2Octobre 2008
BrieyMeuse du Nord
8,1 7,6 Bassin-- Cahiers lorrains de l’emploi - Le Houiller
Metz 8,9marché du travail en juin 2008 - Sarreguemines7,1
6,2DRTEFP de Lorraine - Juin 2008
Commercy- Site internet : www.insee.fr SarrebourgBar-le-Duc 9,3 Toul 5,9
Taux de chômage 7,4 6,4 Nancy
ème
au 2 trimestre 2008 6,9
(en %) Lunéville
7,5 8,5
Évolution du taux de chômage
Saint-Diépar rapport au trimestre précédent Vosges de l'Ouest Épinal 10,2
(en point) 6,6
8,4
plus de 0,2Ministère de l’Économie, de l’Industrie
de 0,1 à 0,2 Remiremont-et de l’Emploi Gérardmer
0 6,9Insee
moins de 0Institut National de la Statistique
Source : Insee
et des Études Économiques
Direction Régionale de Lorraine
Au deuxième trimestre 2008, en Lorraine, le chômage touche 7,5% de
15, rue du Général Hulot
la population active, soit légèrement plus qu'au trimestre précédent. De-CS 54229
puis début 2007, le taux de chômage était en baisse dans la plupart des54042 NANCY CEDEX
zones d'emploi lorraines. Le deuxième trimestre 2008 marque la fin deTél :03 83 91 85 85
Fax :03 83 40 45 61 cette période de recul du chômage. Les zones d'emploi de Lunéville et de
www.insee.fr/lorraine Remiremont-Gérardmer sont particulièrement affectées par la hausse
(+0,4 point). Le taux de chômage est stable dans les zones d'emploi du
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
sillon lorrain (Thionville, Metz, Nancy) et de la Moselle-Est (Bassin-Houiller,
Jean-Paul FRANÇOIS
Sarreguemines). Trois zones d'emploi enregistrent une baisse du taux de
Directeur régional de l’Insee
chômage par rapport au premier trimestre 2008 : Longwy, Briey et
Commercy. Dans cette dernière, le taux de chômage reste cependantCOORDINATION RÉDACTIONNELLE
élevé (9,3%).Christian CALZADA
Gérard MOREAU
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
RELATIONS MÉDIAS
Brigitte VIENNEAUX
RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN
Demandes déposées à l'ANPE par des personnes sans emploi, immédiate-
SECRÉTARIAT DE FABRICATION ment disponibles, à la recherche d'un emploi à durée indéterminée à temps
MISE EN PAGE - COMPOSITION
plein, hormis celles ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois.
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
Marie-Odile LAFONTAINE
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entreprises du
N° à la CPPAP AD 176 secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’activité dans l’in-
ISSN : 0293-9657 dustrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond aux réponses nationa-
© INSEE 2008 les corrigées des effets de structure. Les séries sont présentées corrigées
des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
ème er ème
2 1 2
trimestre trimestre trimestre
2008 2008 2007
Évolution de l'emploi salarié (Insee - URSSAF) CVS -0,2% +0,2% +0,1%
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 7,5% 7,4% 8,3%
Demandes d’emploi en fin de mois, catégorie 1 - DEFM 1 (ANPE-DRTEFP) CVS 71 670 70 990 73 020 d’emploienfindemois,partdes moins de 25 ans (ANPE - DRTEFP) CVS 21,4% 20,8% 20,7%
Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS 2 073 2 124 2 000
Nombre de logements commencés (DRE Sitadel) 1 150 2 350 3 424
Nombre de logements autorisés (DRE Sitadel) 2 266 2 127 2 974
8
8
©IGN - INSEE 200

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.