30 % de femmes parmi les créateurs d'entreprises

De
Publié par

La proportion de femmes parmi les créateurs d'entreprises est de 30 %. Les femmes qui se lancent dans la création d'entreprise sont souvent un peu plus diplômées que les hommes. En revanche, elles sont moins expérimentées, elles n'ont pas toujours exercé auparavant une activité professionnelle.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 887 - MARS 2003
PRIX : 2,20€
30 % de femmes
parmi les créateurs d’entreprises
Christian Rieg, division Administration du répertoire SIRENE
et démographie des entreprises, Insee
a proportion de femmes parmi les que les hommes : une sur trois a mis en place
son projet avec son conjoint.créateurs d’entreprises est de 30 %.
Après six mois d’existence, 15 % des entreprisesLLes femmes qui se lancent dans la
sont dirigées à la fois par le créateur et son
création d’entreprise ont souvent un
conjoint. Ainsi, au total, les femmes sont forte-
niveau de diplôme plus élevé que les ment impliquées dans quasiment une nouvelle
hommes. En revanche, elles sont moins entreprise sur deux. La direction par le couple
expérimentées, elles n’ont pas toujours créateur-conjoint est particulièrement fréquente
dans les services aux particuliers (21 %), laexercé auparavant une activité profes-
construction (20 %) et le commerce (15 %).sionnelle. Elles sont très attirées par les
activités du tertiaire : commerce et services,
notamment les services aux particuliers.
Un peu plus diplômées,
Les plus diplômées s’orientent davantage
mais moins expérimentées
vers les services aux entreprises.
Les femmes créatrices d’entreprises ont unLes femmes créent le plus souvent des
niveau de diplôme plus élevé que les hommes :entreprises de petite taille, qui restent
49 % d’entre elles sont titulaires du baccalauréat
indépendantes. La plupart n’ont suivi aucune
ou d’un diplôme plus élevé, contre 44 % des
formation avant de s’engager dans la hommes ; 29 % ont un diplôme de niveau
création d’une entreprise, elles en ont Bac+2 ou plus.
cependant examiné les perspectives Pourtant, les femmes créatrices d’entreprises
ont une qualification professionnelle plus faiblefinancières.
que les hommes. Si 22 % des créateurs étaientTrois ans après, le taux de survie des
cadres ou chefs d’une autre d’entreprise avant
entreprises créées par des femmes est de
de créer leur entreprise, seulement 11 % des
60 %, un peu plus faible que celui des femmes étaient dans ce cas. Elles étaient en
entreprises créées par des hommes. Une revanche nettement plus souvent employées
femme sur deux déclare alors n’avoir aucun (38 % contre 24 % des hommes).
problème particulier. Cependant elles
sont un peu moins confiantes dans l’avenir
Part des femmes au sein de troisde leur entreprise que les hommes, et rares
populationssont celles qui espèrent embaucher.
Les femmes représentaient 46 % de la popula- Parmi
les créateurstion active et 51 % de l’ensemble de la population 30%
d’entreprises
lors du dernier recensement de la en 1998
en 1999 (graphique 1). La part des femmes
Dans la population
parmi les créateurs ou repreneurs est nette- active en 1999 46%
ment plus faible : selon l’enquête SINE de 1998
(cf. Sources), 30 % des entreprises dans
Dans l'ensemble
l’industrie et le tertiaire marchand non financier de la population
51%
en 1999sont créées par des femmes. (Par la suite, le
terme « créateur » sera utilisé pour désigner à 010 20 30 40 50 60
la fois les créateurs et les repreneurs). En %
Un homme sur cinq a recours à l’aide de sa
conjointe lors de la mise en place de son projet. Source : enquête SINE et recensement de la population de 1999,
Les femmes sollicitent davantage leur conjoint Insee
INSEE
PREMIEREUne femme créatrice sur quatre était téristique se retrouve également chez De plus petites entreprises
sans activité avant la création, contre un les jeunes hommes diplômés créateurs.
homme sur dix (graphique 2). La proportion 15 % des jeunes diplômées étaient Dans tous les secteurs d’activité, les
de personnes au chômage avant la cadres avant de créer leur entreprise. femmes investissent moins d’argent
création d’entreprise est en revanche Elles sont généralement moins diplômées dans leur projet. Les moyens nécessaires
identique chez les hommes et les fem- que les créateurs masculins : 26 % sont pour démarrer s’avèrent plus faibles
mes (un tiers). titulaires d’un diplôme de niveau Bac +5 parmi les entreprises créées par les fem-
Les femmes sont un peu plus âgées au ou plus contre 36 % des hommes (gra- mes. Une femme sur trois a dépensé
moment de la création : une sur deux a phique 4). Elles ont moins souvent une moins de 3 800 euros pour l’achat de
plus de 37 ans alors qu’un homme sur formation scientifique. Ainsi, seulement machines, les frais d’équipement, la
deux a plus de 35 ans. 5 % des créatrices d’entreprises sont
issues de la filière Sciences et techniques Situation juste avant la création
(contre 31 % des hommes) alors que ce en 1998
chiffre est de 45 % pour la filière Eco-Une forte présence
En %nomie, gestion et droit et 18 % pour ladans les services
60filière Littérature.
50 FemmesLes femmes sont davantage attirées par Le goût d’entreprendre est la première
Hommes40les activités tertiaires. Une femme sur motivation de ces femmes. 65 % des
30
trois crée son entreprise dans le com- femmes créatrices diplômées l’évoquent,
20
merce (graphique 3). Elles sont plus contre 50 % de l’ensemble des créatrices.
10
fréquemment créatrices que les hommes Elles ont également plus fréquemment
0
dans le commerce de détail, mais le sont bénéficié d’une opportunité de création
En activité Au chômage Sans activité
moins dans le commerce de gros. ou de reprise (44 % contre 35 % pour
Par ailleurs, une femme sur quatre crée l’ensemble des créatrices). Source : enquête SINE, Insee
son entreprise dans le secteur des ser-
vices aux particuliers. Dans le secteur
des services personnels, les femmes
créent une grande partie des salons de Secteur d'activité de l'entreprise suivant le sexe du créateur en 1998
coiffure et la plupart des entreprises de
soins de beauté. Il en va de même pour
Commerce
les hôtels, cafés, restaurants. Services aux particuliers
Enfin, 9 % des femmes créatrices aux entreprises
Éducation, santé, action socialed’entreprises exercent leur activité dans
FemmesConstructionle domaine de l’éducation, santé, action
Hommes
Industries horsIAAsociale. Elles sont majoritaires dans le
Immobilier
domaine de la santé. L’essentiel des
Transports
nouveaux auxiliaires médicaux (infir- Industries agroalimentaires
miers libéraux…) notamment sont des
0 5 10 15 20 25 30 35 40
femmes. En %
En revanche les femmes se dirigent
moins fréquemment que les hommes vers Source : enquête SINE, Insee
l’industrie, les services aux entreprises
et, surtout, la construction. Seule une
femme sur vingt qui crée une entreprise Jeunes diplômés créateurs d'entreprises selon leur niveau de diplôme,
exerce dans cette dernière activité, en 1998
contre un homme sur cinq.
Femmes Hommes
BAC+5 BAC+5
ou plus ou plus
BAC+2
Les jeunes diplômées
26 %s’orientent vers les services
BAC+2 36 % 42 %aux entreprises 45 %
Comme pour les non-diplômés, sur dix
diplômés qui créent une entreprise, trois
29 %
sont des femmes (cf. Sources). Les jeunes
22 %
femmes diplômées créatrices sont net-
BAC+3,tement plus nombreuses à exercer dans
BAC+4
BAC+3,
les services aux entreprises (24 %) que BAC+4
les non-diplômées (14 %). Cette carac- Source : enquête SINE, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREconstitution des stocks lors de la créa- plus âgées et nettement plus fréquem- mes). Parmi celles qui le font, 20 % tra-
tion de son entreprise. Les femmes ment sans diplôme. vaillent dans le secteur des conseils et
adoptent moins fréquemment la forme assistance, 14 % dans le commerce de
juridique de société que les hommes détail et 10 % dans le de
(34 % contre 46 %), quel que soit le sec- gros.Peu de différence
teur d’activité. Par ailleurs, seulement 7 % des entre-en termes de préparation
En outre, les entreprises créées par les prises créées par les femmes (9 % par
femmes sont de plus petite taille en Les femmes sont presque aussi nom- les hommes) appartiennent à un réseau
terme d’effectifs salariés, notamment breuses à faire une étude de marché d’enseigne et 22 % (28 % par les hommes)
dans les services : 71 % des entreprises (32 % contre 34 % des hommes) et une ont des liens de coopération réguliers
qu’elles ont créées n’ont aucun salarié étude financière (53 % contre 56 %) avec d’autres entreprises (achat, vente,
six mois après leur création, contre 67 % avant la réalisation de leur projet d’entre- production etc...).
des entreprises créées par les hommes. prise que les hommes. Elles prospectent
30 % des femmes ont repris une entreprise, en revanche moins souvent la clientèle
contre seulement 20 % des hommes. (34 % contre 43 %). Un taux de survie plus faible
Cet écart est plus marqué dans le secteur 68 % des femmes n’ont suivi aucune for-
du commerce (12 points). Les femmes mation avant d’installer leur entreprise Le taux de survie à trois ans (cf. définitions)
reprenant une entreprise sont un peu (contre 65 % des créateurs). Les créatrices des entreprises créées par les femmes
sans diplôme et les plus diplômées (Bac est de 60 %, soit cinq points de moins
+2 ou plus) suivent moins fréquemment que celles créées par des hommes.
des formations (74 %). Les femmes sans L’écart est un peu plus important pour
L'entreprise travaille en tant que diplôme sont également celles qui ont le les reprises d’entreprises (8 points). Il
sous-traitant en 2001 moins souvent consulté un conseiller est très variable suivant les secteurs
(52 % contre 48 % parmi l’ensemble des d’activité (graphique 6), mais toujours
La sous-traitance créatrices) au moment de la création. en faveur des hommes : il est de 6 points
est la principale
Parmi les entreprises existant trois ans dans le commerce, de 4 points dans lessource de
Femmeschiffre d’affaires après la création (cf. Définitions), 31 % services aux entreprises. Il n’y a pas
Hommes
des créatrices (ou un autre membre de d’écart dans les services aux particuliers
leur entreprise) avaient suivi une séance (62 %). Une partie de l’écart des taux deLa sous-traitance
est une activité de formation ou de conseil (29 % des survie s’explique par la plus petite taille
annexe
créateurs) durant les deux dernières des entreprises créées par les femmes.
années. Ces formations et conseils ont Par ailleurs, l’écart des taux de survie
concerné plusieurs domaines, notamment est nettement plus faible lorsque lesPas d'activité
de sous-traitance la technique (40 %), la comptabilité et la créateurs ont un niveau de diplôme au
gestion (39 %), le commercial (22 %) et moins égal au Bac (64 % pour les femmes
020 40 60 80 100 l’administratif (14 %). ayant au moins le niveau Bac, 66 % pour
En %
les hommes).
Source : enquête SINE, Insee Trois ans après la création, les femmes
qui ont créé une entreprise sont un peuUne plus grande indépendance
moins confiantes dans l’avenir que lesde l’entreprise
hommes : 28 % envisagent le dévelop-
Parmi les entreprises qui existent pement de leur entreprise dans les six Taux de survie des entreprises
encore trois ans après leur création, prochains mois, contre 33 % des créa-à 3 ans par secteur d'activité
18 % des entreprises créées par des teurs ; 17 % espèrent embaucher un ou(de 1998 à 2001)
femmes exécutent des travaux de sous- plusieurs salariés au cours des douze
Ensemble traitance, contre 31 % des entreprises prochains mois, contre 28 % des créa-
créées par des hommes (graphique 5). teurs.Immobilier
32 % de ces entreprises exercent dans
Commerce
les services aux Les hom-
Construction mes exécutent davantage de travaux de Une femme sur deux n’a aucun
Services Femmes
sous-traitance dans tous les secteursaux entreprises problème au bout de trois ans
Hommes
d’activité. 23 % de ces hommes (contreTransports
Industries 13 % des femmes) ont repris totalement Trois ans après, 55 % des entreprises
agroalimentaires
ou partiellement une des activités de pérennes créées par des femmes ont un
Services
aux particuliers leur ancien employeur. chiffre d’affaires en augmentation
Industries
Quel que soit le secteur d’activité, les (contre 58 % pour les hommes). UnehorsIAA
Éducation, santé, entreprises créées par des femmes font légère majorité de créatrices (52 %
action sociale
020 40 60 80 100 aussi moins fréquemment appel à la contre 56 % des créateurs) jugent leur
En %
sous-traitance pour une partie de leurs dernier exercice financièrement satisfai-
Source : enquête SINE, Insee activités (11 % contre 19 % par les hom- sant. Toutefois, hommes et femmes
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERErévolus maximum pour les créateurs diplô- Principal problème rencontré au Sources
més du 2ème ou 3ème cycle ;cours des trois premières années
- n’exerçaient pas l’une des activités sui-
par les entreprises pérennes
vantes : médicales, paramédicales, vétérinai-Les résultats de cette étude sont issus de
créées par des femmes res, de commerce de détail de produitsl’enquête SINE (Système d’Information sur
(1998-2001) pharmaceutiques, juridiques, comptables,les Nouvelles Entreprises). Le dispositif
d’architecte.SINE est un système permanent d’observa-
Aucun problème
tion des jeunes entreprises. Il a pour objectifparticulier
de suivre pendant cinq ans les entreprises
nées une même année. L’ossature de ce sys- DéfinitionsProblème
tème repose sur trois enquêtes directes parfinancier
voie postale : la première intervient dès les
Problème premiers mois de la création de l’entreprise, Entreprises pérennes à 3 ans : il s’agit des
de débouché la seconde est réalisée la troisième année entreprises encore actives après trois an-
d’existence de l’entreprise et la troisième nées d’existence.
Problème
est adressée cinq ans après la naissance. Taux de survie à 3 ans : ce taux mesure lade production
Cette étude fait appel à la première vague proportion d’entreprises créées ou reprises
d’interrogation en septembre 1998 et à la au premier semestre 1998, qui ont atteintAutres
seconde en septembre 2001. Environ 30 000problèmes leur troisième anniversaire.
entreprises ont été interrogées, soit plus du Création pure et reprise : une création est
010 20 30 40 50 60
tiers des créations du premier semestre dite pure si l’activité exercée ne constitueEn %
1998. Ces entreprises font partie du champ pas la poursuite d’une activité de même
I.C.S. (Industrie, Commerce, Services). CeSource : enquête SINE, Insee type exercée antérieurement au
champ couvre les activités marchandes endroit et par une autre entreprise. Il s’agit
des secteurs de l’industrie, de la construction, d’une création par reprise dans les cas
du commerce et des services, à l’exclusionexpriment une satisfaction identique contraires (reprise de tout ou partie des
des activités financières et de l’agriculture. moyens de production d’une entreprise,dans le commerce (48 %), les services
Les réactivations (cas d’une personne physique rachat d’un fonds de commerce…)aux particuliers (51 %) et l’éducation,
qui cesse son activité et qui la reprend ulté-
santé, action sociale (65 %, taux sectoriel rieurement) et les activations économiques
le plus élevé). (entreprise dont l’entité juridique existait
avant le démarrage d’une activité économique BibliographieAu bout de trois ans comme chef
réelle) sont exclues de SINE.d’entreprise, une femme sur deux déclare
Les entreprises ayant cessé leur activité
n’avoir aucun problème particulier
« Légère diminution des créations d’entre-avant l’interrogation n’ont pas été prises en
(graphique 7). Une sur quatre a comme prises depuis 2000 », Insee première,compte pour les résultats de cette étude, de
principal problème des problèmes finan- n° 879, janvier 2003.même que les entreprises individuelles
Jeunes diplômés et créateurs d’entrepri-transformées en sociétés sans changementciers et une sur six des problèmes de
ses, Insee Lorraine et Universités, novembrede propriétaire ainsi que les filiales.débouchés. Ces taux sont très proches
2002.Les données sur les diplômes proviennent
de ceux des créateurs.
« Créations et créateurs d’entreprises »,de l’enquête sur les jeunes diplômés (EJD).
Deux femmes créatrices sur trois exer- Insee résultats (papier et cédérom), n° 773,Au quatrième trimestre 2000, ont été inter-
çant dans le domaine de l’éducation, décembre 2001.rogés tous les chefs d’entreprise ayant créé
« Les cinq premières années des nouvellesou repris une entreprise en 1998 qui rem-santé, action sociale déclarent n’avoir
entreprises », Insee première, n° 815,plissaient les conditions suivantes :aucun problème particulier. Elles ne sont
décembre 2001.- avaient répondu à l’enquête SINE de 1998 ;
que 46 % dans ce cas dans le secteur du
« Jeune, diplômé et créateur d’entreprise -- étaient diplômés de l’enseignement supérieur ;
commerce et 45 % dans le des Le goût d’entreprendre malgré les difficultés »,- avaient 31 ans révolus maximum pour les
services aux entreprises. Insee première, n° 814, décembre 2001.créateurs diplômés du 1er cycle et 34 ans
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2003 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : T. Pécheux
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP03887
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2003
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.