A Paris, une entreprise individuelle de proximité sur deux sera à transmettre dans les dix prochaines années

De
Publié par

Avec le départ à la retraite de leurs dirigeants, la moitié des entreprises individuelles de proximité peuvent être transmises dans la décennie à venir à Paris. La majorité des emplois salariés concernés sont concentrés dans les commerces. La reprise des entreprises de proximité est un fort enjeu à Paris. En effet, elle permet, chaque année, de préserver 1 100 emplois salariés. Les reprises d’établissements de services à la personne sont les plus pérennes. Introduction 12 700 emplois en jeu dans les activités de proximité Un impact plus fort dans les commerces non alimentaires Une reprise sur trois dans les activités de proximité Une concentration des reprises d'entreprises de proximité dans les commerces non alimentaires 1 100 salariés concernés chaque année par des reprises d'entreprises de proximité Des reprises plus pérennes dans les services à la personne
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 305 - Octobre 2008
A Paris, une entreprise individuelle
de proximité sur deux sera à transmettre
dans les dix prochaines années
Avec le départ à la retraite de leurs dirigeants, la moitié des entreprises individuelles
de proximité peuvent être transmises dans la décennie à venir à Paris. La majorité
des emplois salariés concernés sont concentrés dans les commerces.
La reprise des entreprises de proximité est un fort enjeu à Paris. En effet, elle permet,
chaque année, de préserver 1 100 emplois salariés. Les reprises d’établissements
de services à la personne sont les plus pérennes.
Jean BRESNER et Olivier SATGER
Insee Ile-de-France
«Cède commerce pour cause de départ treprises, 5 000 ont un dirigeant qui a12 700 emplois en jeu
en retraite », voici le type d’annonce qui plus de 55 ans. Selon une étude réalisée
dans les activités de proximité
se généralise depuis peu. L’arrivée à par la Direction du commerce, de l’arti-
l’âge de la retraite des chefs d’entreprise sanat, des services et des professions li-
En 2006, 7 400 chefs d’entreprises indi-
de la génération du baby-boom pose bérales (DCASPL) (➩■ Pour en savoir
viduelles exerçant une activité de proxi-
avec acuité la question de la poursuite plus), le processus de cession d’une en-
mité ont entre 50 et 69 ans✎❷. Ils sont
de l’activité. Une transmission d’entre- treprise dure en moyenne deux ans. Pour
donc susceptibles de prendre leur re-
prise mal préparée risque de coûter des ces 5 000 entreprises, la question de la
traite dans les dix ans à venir (➩■ Mé-
emplois en réduisant les chances de transmission est donc déjà d’actualité ou
thodologie). Or, ils dirigent la moitié
survie de l’entreprise concernée. La le deviendra rapidement.
des entreprises individuelles de proxi-
région Ile-de-France, et plus particuliè-
mité à Paris. Cette proportion est élevée
rement Paris, n’échappe pas au phéno-
Les entreprises individuelles de proxi-comparativement aux autres secteurs
mène. Boulangeries, fleuristes, librairies,
mité qui pourraient faire l’objet d’uned’activité parisiens. Parmi ces 7 400 en-
pressings et les autres activités dites de
proximité occupent un rôle majeur dans
16 % des entreprises parisiennes exercent une activité de proximité
la vie et l’animation d’une ville et de ses
quartiers (➩■ Les activités de proximité). Activités de proximité Ensemble des entreprises
En 2006, la capitale compte 36 800 en-
Moins de 250 Moins de 250treprises de proximité, dont 15 100 sont
salariés avec un salariés avec undont entreprises dont entreprisesdes entreprises individuelles ✎❶. Ces statut juridique statut juridiqueindividuelles individuelles
autre que SA autre que SAentreprises de proximité
et SAS et SAS
emploient 10 500 salariés. Neuf sur dix
Paris 36 800 15 100 237 000 94 000n’ont qu’un seul établissement. La trans-
Reste de l'Ile-de-France 68 500 34 900 319 000 150 000mission et la reprise d’entreprises sont
Ensemble 105 300 50 000 556 000 244 000
donc un thème central pour la capitale
et pour son dynamisme. Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements 2006
EconomieLes activités de proximité inférieure, de ce fait, à celle des autres
activités de proximité. C’est dans l’acti-
Les entreprises de proximité participent aux besoins de la population locale. Les activités de
vité de boulangerie-pâtisserie que cette
proximité sont les suivantes :
proportion est la plus faible. Toutefois,
l’impact sur l’emploi salarié y est élevé.
Commerces alimentaires Charcuteries
2 Les boulangeries pâtisseries concentrent(surface < 400 m ) Boulangeries - pâtisseries
un cinquième des emplois à préserver
Magasin d’alimentation générale
dans les activités de proximité.Commerce alimentaire spécialisé
Vente alimentaire hors magasin (surtout dans les marchés)
Commerces non alimentaires Commerce et réparation automobile Enfin, un départ de dirigeant sur deux est
Produits pharmaceutiques et de parfumerie prévu dans les services à la personne : cela
Équipement de la personne (chaussure, habillement…) concerne 1 700 entreprises individuelles
Équipement de la maison (équipement du foyer, bricolage…) dans les 10 prochaines années. Les salons
Autres commerces spécialisés (fleuristes, papeterie, librairie…)
de coiffure, les blanchisseries-teintureries
Commerce de détail de biens occasion en magasin (antiquités)
seront parmi les plus impactés, avec en
Commerce de détail hors magasin
moyenne six entreprises sur dix. Dans les
Réparation d'articles personnels et domestiques
services à la personne, 900 emplois sala-
Services à la personne (blanchisseries, coiffure, soins de beauté…)
riés seront impliqués. A eux seuls, les sa-
lons de coiffure regroupent les deux tiers
des emplois salariés à préserver.
transmission dans les dix ans à venir à Paris sont potentiellement à transmettre.
Paris emploient 5 300 personnes, soit la Trois activités sont plus particulièrement
Une reprise sur troismoitié des salariés travaillant pour une impactées : les pharmacies et parfume-
entreprise individuelle de proximité. En ries, les commerces de détail de biens dans les activités de proximité
tout, 12 700 emplois, si l’on inclut ceux d’occasion (antiquités…) ainsi que les
occupés par les dirigeants, sont en jeu. commerces d’équipement de la personne Favoriser la reprise des entreprises de
(chaussures, habillement…). L’enjeu est proximité est important pour l’emploi et
Un impact plus fort dans important aussi en termes d’emploi sala- l’animation de la vie des quartiers dans
rié. Six salariés sur dix travaillant dans un une grande ville comme Paris (➩■ Me-les commerces non alimentaires
commerce non alimentaire pourraient sures et aides à la reprise d’entreprises à
être touchés par le départ prochain du Paris). Cependant, toutes les entreprisesParmi les 7 400 entreprises potentielle-
chef d’entreprise. n’ont pas vocation à être reprises lors dument à reprendre, 58 % sont des com-
départ du dirigeant. Ce dernier peut, parmerces non alimentaires, 23 % des
Dans les commerces alimentaires, les di- exemple, considérer que son entrepriseservices à la personne et 19 % des com-
rigeants sont un peu plus jeunes que n’est pas rentable ou qu’elle appartient àmerces alimentaires✎❸.
dans le reste des activités de proximité. un secteur sans débouché.
Dans les dix ans à venir, la moitié des La part des entreprises individuelles
commerces non alimentaires présents à concernées par un départ en retraite est
Selon la DCASPL, 37 % des entreprises
individuelles concernées par le départ
Les activités de proximité davantage touchées par les potentiels départs en retraite en retraite de l’entrepreneur ont été réel-
des chefs d’entreprise lement reprises en France en 2004,
4,0 toutes activités confondues. Cette pro-
portion augmente fortement si l’entre-
3,5
prise a au moins un salarié.
3,0
Entre 1994 et 2006, 2 200 entreprises,2,5
toutes catégories juridiques confondues,
2,0
ont été reprises à Paris en moyenne
chaque année. Leur activité se con-1,5
centre principalement dans les services
1,0 aux particuliers et le commerce. De ce
fait, les activités de proximité regroupent
0,5
une reprise sur trois à Paris. A l’inverse,
peu de repreneurs choisissent des entre-0
17 21 24 27 30 33 36 39 42 45 48 51 54 57 60 63 66 69 72 75 78 81 84
prises du secteur des services aux entre-
Répartition des entreprises individuelles selon l'âge du dirigeant prises (➩■ Repreneur versus créateur).
Ce secteur est celui qui concentre le plusActivités de proximité Entreprises individuelles hors activité de proximité
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements 2006 de créations ex nihilo.
Part des chefs d'entreprise individuelle (%)De nombreux salariés dans les pharmacies et les boulangeries-pâtisseries Méthodologie
Commerce d'alimentation générale
L’étude porte sur le champ I.C.S (Industrie,
Blanchisserie Commerce, Services). Les données sont
Autres commerces non alimentaires issues du Répertoire des entreprises et des
établissements (REE).Autres commerces alimentaires
Autres services aux particuliers
Pour estimer l’impact du départ en retraite
Coiffure
des chefs d’entreprise, seules les entreprises
Boulangerie-pâtisserie
individuelles pour lesquelles l’âge du diri-
Pharmacie geant est renseigné, ont été exploitées. Une
entreprise individuelle est une entreprise0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4
gérée et appartenant à une même personne
Nombre moyen de salariés au moment de la reprise
physique.
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements de 1994 à 2006
Le nombre d’entreprises potentiellement à
La moitié des reprises d’entreprisesUne concentration des reprises transmettre a été déterminé en ne tenant
de proximité démarrent sans salarié. compte que des entreprises dont le dirigeantd’entreprises de proximité dans
Cependant, dans les boulangeries- a entre 50 et 69 ans. Au-delà de 69 ans, on
les commerces non alimentaires pâtisseries, chaque reprise concerne peut penser que le conjoint, un enfant ou en-
2,7 salariés en moyenne chaque année. core un salarié gère déjà l’entreprise, même
A Paris, entre 1994 et 2006, 8 entreprises Ce secteur concentre 23 % des emplois si aucune opération de reprise n’a été dé-
de proximité reprises sur 10 sont des salariés, mais seulement 13 % des en- clarée officiellement.
commerces, principalement non ali- treprises de proximité reprises. De
mentaires. Les commerces non alimen- même, les salons de coiffure emploient Les reprises concernent toutes les entrepri-
taires repris sont avant tout des en moyenne 2 salariés au moment de la ses quelle que soit leur catégorie juridique.
commerces de vêtements, de ventes de reprise✎➍. La survie des établissements a été estimée à
journaux, de livres ou de papeterie. Les partir de cohortes d’établissements entre
commerces alimentaires sont en majori- 1993 et 2003.Des reprises plus pérennes
té des boulangeries-pâtisseries et des
dans les services à la personnecommerces d’alimentation générale. L’encadré sur le profil des repreneurs
s’appuie sur l’enquête Sine (Système d’Infor-Un établissement de proximité repris a
Dans la plupart des secteurs de proxi- mation sur les Nouvelles Entreprises). Cette
plus de chance de survivre qu’un établis-
mité, le nombre de créations ex nihilo enquête a été réalisée auprès des créateurs
sement créé ex nihilo✎❺. Au sein des
dépasse largement celui des reprises. d’entreprises du premier semestre 2002.
activités de proximité, les reprises d’en-
Néanmoins, dans certains secteurs, les
treprises de services à la personne sont
entrepreneurs sont plus enclins à re-
les plus pérennes. Cela provient d’une
prendre une entreprise qu’à la créer de
toute pièce. Pour certaines activités,
l’installation réglementée favorise les
Un effet plus important dans les commerces non alimentaires
reprises. Ainsi, pour quatre pharmacies
reprises, une seule est créée ex nihilo. Entreprises individuelles Emplois salariés
de proximité concernées concernés par le départPour d’autres activités, l’emplacement
par le départ à la retraite à la retraite
et la clientèle sont des atouts : on du chef d'entreprise du chef d'entreprise
compte trois reprises pour une création
Part dansActivité de proximitépure de boulangerie-pâtisserie. Part dans l'ensemble
l'ensemble des emplois
Nombre des entreprises Nombre salariés
1 100 salariés concernés individuelles d'entreprises
(%) individuelleschaque année par des reprises
(%)
d’entreprises de proximité
Commerces alimentaires 1 400 47 1 700 40
dont boulangeries - pâtisseries 300 39 1 100 37
Entre 1994 et 2006, les reprises d’entre- dont commerce alimentaire spécialisé 450 52 350 47
prises de proximité démarrent en Commerces non alimentaires 4 300 50 2 700 59
dont produits pharmaceutiques et de parfumerie 450 59 1 550 59moyenne avec 1,5 salarié contre 2,1
dont autres commerces spécialisés 1 000 50 450 51pour l’ensemble des reprises parisien-
dont commerce de détail hors magasin 1 100 42 100 60nes. Ainsi, les entreprises de proximité
Services à la personne 1 700 49 900 57reprises emploient en moyenne 1 100
Ensemble des activité de proximité 7 400 49 5 300 51salariés chaque année au moment de la
Reste des entreprises individuelles 33 500 43 12 400 57
reprise. Cela représente un emploi repris
sur quatre tous secteurs confondus. Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements 2006Repreneur versus créateur Mesures et aides à la reprise
d’entreprises à Paris
Au premier semestre 2002, la majorité des parisiens possèdent un diplôme supérieur au
repreneurs parisiens sont des hommes. baccalauréat contre la moitié des créateurs Les repreneurs peuvent bénéficier, à Paris,
Néanmoins, les femmes sont davantage pré- ex nihilo. En effet, les repreneurs privilégient de dispositifs complémentaires aux aides na-
sentes au sein des repreneurs que parmi les le secteur des services aux particuliers où les tionales. Un accompagnement spécifique est
créateurs ex nihilo. Elles représentent un re- diplômés sont peu nombreux. De leur côté, mis en place avant la reprise et peut se
preneur sur trois contre un créateur ex nihilo de nombreuses créations ex nihilo offrent poursuivre après.
sur quatre. Les repreneurs sont âgés, en des services aux entreprises nécessitant un
. L’association Paris Initiatives Entreprises,moyenne, de 39 ans. niveau de qualification élevé.
partenaire de la Ville de Paris, accorde des
La plupart des repreneurs possèdent une prêts d’honneur d’un montant maximum de
Les repreneurs parisiens mobilisent desexpérience professionnelle dans le domaine 30 K€ ;
fonds importants pour leur projet. Ces fondsd’activité de l’entreprise reprise. De plus,
sont plus élevés que pour les créations ex . La Garantie Paris Finance Plus, gérée par36 % des repreneurs parisiens ont précé-
nihilo ou les reprises dans le reste de la OSEO, couvre le financement des investis-demment créé ou repris une entreprise.
région francilienne. Les repreneurs pari- sements et du besoin en fonds de roulement
Les repreneurs sont moins diplômés que les siens recourent massivement à l’emprunt jusqu’à 357 K€ d'encours garanti ;
créateurs ex nihilo. Un quart des repreneurs pour financer leur projet.
. Le Fonds de garantie de la Société Inter-
professionnelle Artisanale de Garantie
d’Investissements (SIAGI) - Département
de Paris-Région propose également de
Dans les services à la personne, les reprises d’établissements sont plus pérennes garantir des prêts de 200 K€ à 400 K€ pour
Taux de survie (en %) la reprise de commerces d’artisanat alimen-
100
taire et d’ateliers de métiers d’art ;
90
. D’autres mesures existent telles que le Prix
80
d’encouragement à la reprise de commerce
70 d’artisanat alimentaire ou les Bourses
Métiers d’Art.60
50
40
30
Année 0 Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Année 6 Année 7 Année 8 Année 9 Pour en savoir plus
Commerces alimentaires Commerces non alimentaires Services à la personne
Taux de survie : proportion d’établissements repris une année donnée et qui sont encore en activité leur n-ième année. Wyckaert M. : « La transmission d’entrepri-
ses en Picardie : 17 000 entreprises etSource : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements de 1993 à 2003
75 000 emplois en jeu », Insee Picardie, ana-
lyses, n° 20, 2007.
survie importante des salons de coiffure naux et papeterie) obtiennent des Brefort M., Saliou M. : « Les enjeux de la
et des blanchisseries-teintureries où un résultats comparables à ceux des deux reprise d’entreprises en Champagne -
établissement sur deux est encore vivant activités précédentes. Au contraire, les Ardenne », Insee Champagne-Ardenne,
après huit ans d’existence contre six ans commerces d’habillement, les com- Insee flash, n° 83, décembre 2007.
pour une création pure. Parmi les com- merces d’alimentation spécialisés et
merces non alimentaires, seuls les les boulangeries-pâtisseries disparais- Bonneau J., Kerjosse R., Vidal G. :
« Reprise d’entreprises au départ en retraitecommerces de détail de livres (jour- sent plus rapidement.
du dirigeant », Direction du commerce, de
l’artisanat, des services et des professions
libérales, PME-TPE en bref, n° 22, février
2007.
INSTITUT NATIONAL
Directrice de la publication : Sylvie MarchandDE LA STATISTIQUE Comité de rédaction : Patrick Pétour
Publication téléchargeable à partir du site Internet : www.insee.fr/ile-de-franceRédacteur en chef : Christel CollinET DES ETUDES ECONOMIQUES
Secrétaire de rédaction : Françoise Beaufils
Direction régionale d’Ile-de-France Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Maquette : Nathalie Droux - Laure Omont Commission paritaire n° 2133 AD
e78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2008 Impression :S.N.Rafal Dépôt légal : 2 semestre 2008 Code Sage I0830552
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.