Aides à linnovation en Limousin : un impact positif sur lemploi

De
Publié par

Entre 1997 et 2007, la Région Limousin et OSEO ont versé près de 38 millions d’euros d’aides à l’innovation aux entreprises. Plus de la moitié des entreprises bénéficiaires relèvent de l’industrie, et un quart des services aux entreprises. Les entreprises aidées sont en moyenne plus grandes que les autres. L’impact des aides versées aux bénéficiaires est positif : à caractéristiques similaires, les entreprises aidées ont une croissance de leur emploi supérieure à celle des entreprises non aidées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Aides à l’innovation
en Limousin :
un impact positif
sur l’emploi
Entre 1997 et 2007, la Entre 1997 et 2007, la Région Li- ticulier, mais aussi quelques entreprises
Région Limousin et mousin et OSEO ont versé près industrielles qui l’ont perçu jusqu’à six
de 38 millions d’euros d’aides à fois.OSEO ont versé près de 38
l’innovation à 373 entreprises. millions d’euros d’aides
La collectivité régionale sou-à l’innovation aux entre-
L’industrie et les services tient ainsi les projets d’inno-prises.
aux entreprises, premiers vation que des entreprises ou
des laboratoires de recherche bénéfciaires
régionaux souhaitent mettre Plus de la moitié des
en œuvre afn d’améliorer leur La distribution des aides est très concen-entreprises bénéf -
compétitivité et leur intégration trée : treize entreprises se sont partagé ciaires relèvent de l’indus-
dans les réseaux d’excellence près du quart des 38 millions d’euros, trie, et un quart des ser-
internationaux. Le montant de vices aux entreprises. Les
l’aide est proportionnel au mon-
entreprises aidées sont en Une distribution des aidestant du projet présenté par l’en-
moyenne plus grandes que à l’innovation très concentréetreprise et les trois quarts des
les autres. sommes versées le sont sous 500 000 à 1,1 million
forme d’avance remboursable.
250 000 à 499 999
Jusqu’à la période récente, le
L’impact des aides 100 000 à 249 999montant versé chaque année
versées aux bénéf - entreprises
50 000 à 99 999aux entreprises par la Région aides
ciaires est positif : à carac- et OSEO avoisinait les 3 millions 20 000 à 49 999
téristiques similaires, les d’euros ; ce montant a doublé en
moins de 20 000 %entreprises aidées ont une 2007, dépassant les 6 millions
0 5 10 15 20 25 30 35croissance de leur emploi d’euros. De nombreuses entre- Lecture : 3 % des entreprises aidées ont reçu plus de 500 000
supérieure à celle des en- chacune. Ces entreprises cumulent 24 % du montant total des prises ont bénéfcié plusieurs
aides attribuées.
treprises non aidées. fois du dispositif, les établisse- Source : Insee d’après OSEO Limousin - fichier des
entreprises aidées entre 1997 et 2007 ments d’enseignement en par-
Montant de l'aide en niveau d’activité économique Les effectifs salariés des entreprises ayant perçu une aide
est ainsi plus important. Leur à l’innovation ont progressé de 17 % en trois ans
chiffre d’affaires est plus élevé Groupe témoinTaille des entreprises Entreprises aidées sur la période 1997-2004
(non aidé)(en nombre de salariés que celui des entreprises du
un an avant Nombre Effectifs Effectifs Évolution Évolution Évolution groupe témoin : il dépasse un
l’attribution de l’aide) d'entreprises n-1* n+2* absolue relative (%) relative (%)
million d’euros pour 58 % des
De 0 à 5 57 152 260 +108 +71,1 +15,6 entreprises aidées, contre 18 %
De 6 à 10 27 205 270 +65 +31,7 +2,4 pour les entreprises non aidées.
De 11 à 50 79 2 199 2 364 +165 +7,5 –0,4
Les entreprises bénéficiaires De 51 à 100 19 1 382 1 670 +288 +20,8 +1,8
se caractérisent également par Plus de 100 16 5 005 5 922 +917 +18,3 +0,3
Ensemble 198 8 943 10 486 +1 543 +17,3 +2,3 un niveau de valeur ajoutée et
d’excédent brut d’exploitation *n = année d’attribution de l’aide
Effectifs salariés des entreprises aidées et non aidées en Limousin bien supérieur. Par ailleurs, les
Source : Insee, Ficus - OSEO Limousin, fchier des entreprises aidées de 1997 à 2004 entreprises aidées sont plus
recevant chacune plus de 500 000 euros aidées au cours de la période souvent exportatrices : 47 %
d’aides. À l’inverse, un tiers des entre- 1997 - 2004. Tiré aléatoirement exportent une partie de leur
prises ont reçu moins de 20 000 euros. en respectant la structure par production contre 16 % pour le
Plus de la moitié des bénéfciaires sont grands secteurs d’activité, le groupe témoin. En revanche, le
des entreprises industrielles, un quart groupe témoin est représenta- chiffre d’affaires dégagé par sa-
relèvent du secteur des services aux en- tif des entreprises limousines larié n’est pas particulièrement
treprises (recherche et développement, de l’industrie et du tertiaire plus élevé dans les entreprises
services informatiques…) ; les autres éligibles à ce type d’aide. aidées.
exercent leur activité dans le commerce
de gros, l’éducation (laboratoires de l’uni- Plus grandes De meilleures
versité et lycées) et, de façon très margi- et plus tournées performances
nale, dans l’agriculture, la construction ou vers l’export à l’emploi
le commerce de détail.
En termes d’évolution globale Au sein de l’industrie, quatre secteurs Les entreprises aidées sont
de l’emploi, les différences entre concentrent une part importante des plus grandes : elles emploient
les deux groupes d’entreprises aides : le travail des métaux, la céramique, en moyenne 45 salariés contre
sont très nettes. En trois ans, les la fabrication de machines et la fabrication 12 pour le groupe témoin. Leur
d’équipements électriques et électro-
Travail des métaux, céramique, fabrication de machines niques. Parmi les premiers bénéfciaires,
et d'équipements électriques on retrouve logiquement les entreprises
aux premières places des entreprises aidéesdes deux pôles de compétitivité de la ré-
20gion : Céramique et Elopsys. Par ailleurs,
Métallurgie et travail des métaux
l’industrie chimique, peu développée en
Limousin, est aussi un secteur qui appa-
Industrie de la céramique
raît relativement aidé au regard de son Fabrication de machines
et équipementspoids en effectif dans l’industrie régionale. Fab. d'équip. électriques
15 et électroniquesA contrario, les industries agricoles et ali-
mentaires, le papier-carton, l’édition-im-
primerie ou le travail du bois apparaissent
comme des secteurs peu aidés, toujours Industrie du papier-carton ;
édition et imprimeriepar rapport à leur poids relatif dans les 10
effectifs salariés industriels.
Le dispositif d’aide à l’innovation vise à
favoriser le développement économique Industries agricoles
et alimentairesdes entreprises limousines et tout particu- Industrie chimique
5lièrement leur niveau d’emploi. L’évalua-
Industrie automobiletion de l’impact des aides va donc consis-
Travail du bois et fabrication d'articles en bois
ter à comparer les évolutions respectives,
Industrie du caoutchouc et des plastiques
en termes d’emploi, des entreprises Industrie textile et habillement
Autres industries manufacturièresaidées et d’un groupe d’entreprises non
Industrie du cuir et de la chaussure0aidées (appelé groupe témoin), de l’année 0 5 10 15 20
Poids du secteur dans les effectifs salariés de l'industrie limousine (en %)qui précède le versement de ces aides
Lecture : si tous les secteurs industriels percevaient un montant d'aides à l'innovation jusqu’à deux ans après. Pour disposer de
proportionnel à leurs effectifs salariés, les points représentant la position relative des
différents secteurs seraient tous alignés sur la diagonale.ce recul nécessaire, le champ de l’étude
Source : Insee, FICUS - OSEO Limousin, fichier des entreprises aidées de 1997 à 2007d’impact est restreint aux entreprises
INSEE Limousin - septembre 2009
Poids du secteur dans le montant des aides attribuées à l'industrie (en %)que soit la taille, les supérieure à 10 000 euros par salarié ont Meilleures performances à l’emploi
performances indivi- connu en moyenne une progression de pour les entreprises aidées
120 duelles à l’emploi des 90 % de leurs effectifs en trois ans, contre
aidées
non aidées entreprises aidées sont 14 % pour celles qui ont perçu moins de
100
toujours meilleures 1 000 euros par salarié. Ces écarts de
80 que celles des entre- performance individuelle sont cependant
prises qui n’ont pas à relativiser au regard de la taille des en-60
reçu d’aide à l’innova- treprises concernées et donc du volume
40
tion. L’impact de l’aide global d’emplois correspondant.
20 sur la performance in- Les entreprises aidées exportent plus que
dividuelle de l’entre- la moyenne. Or, ce sont les entreprises qui 0
n-1 n n+1 n+2 prise semble d’autant n’exportaient pas qui ont obtenu le plus
n = année de versement de l'aide plus important que son fort taux de croissance de l’emploi après
Évolution de l'emploi, base 100 l'année précédant
le versement de l'aide à l'innovation (année n-1) montant par salarié est l’aide (+60 % en trois ans). Cependant,
Source : Insee, Ficus - OSEO Limousin, fichier des entreprises élevé : les entreprises ces mêmes entreprises non exportatrices
aidées de 1997 à 2004
qui se sont vu attribuer sont principalement de petites entre-
effectifs des entreprises aidées une aide à l’innovation prises pour lesquelles le gain d’emplois,
ont progressé de 17 % alors que
ceux des entreprises non aidées Une méthode pour évaluer
n’ont augmenté que de 2 %. C’est l’impact des aides à l’innovation
au cours de la première année
suivant l’attribution de l’aide
Cette étude a été réalisée sur la base du fchier des 373 entreprises
que la croissance de l’emploi est
bénéfciaires de l’aide à l’innovation en Limousin sur la période 1997-la plus forte (+ 6 %).
2007, tel qu’il a été communiqué par OSEO, organisme gestionnaire Ces résultats globaux doivent
du dispositif. L’étude d’impact a concerné 198 entreprises issues de ce être complétés par l’examen
fchier, enrichi avec des données disponibles à l’INSEE. Les autres ont été de situations individuelles qui
sorties du champ d’étude pour diverses raisons (mauvaise identifcation, s’avèrent très diverses. On va
donc s’attacher à observer le secteurs dans lesquels le nombre d’entreprises aidées est insuffsant pour
taux d’évolution de l’emploi pouvoir mener une analyse robuste, siège social implanté en dehors de
pour chacune des entreprises, la région, aide trop récente pour en mesurer les effets, impossibilité de
quelle que soit sa taille, donc mesurer l’impact en terme d’emplois comme pour les établissements
indépendamment de son poids d’enseignement …).
dans l’évolution globale de l’em-
Les performances en matière d’évolution de l’emploi des entreprises ploi. Selon ce type d’analyse,
aidées sont examinées sur trois ans : depuis l’année qui précède l’attri-l’évolution de l’emploi dans les
bution de l’aide jusqu’à deux ans après. Les résultats sont comparés à entreprises aidées est presque
ceux d’un groupe témoin composé, par tirage au sort, d’entreprises qui, deux fois supérieure à celle dans
les entreprises non aidées. La de par leurs caractéristiques, auraient pu être éligibles au programme
moitié des entreprises aidées et qui ne l’ont jamais été. Ainsi, on exclut les entreprises de plus de
ont vu leurs effectifs croître de 2 000 salariés et leurs fliales.
plus de 7 %, alors que seules Afn d’éliminer les effets de structure qui différencient le groupe des en -
29 % des entreprises non aidées treprises aidées et celui du groupe témoin, on a recours à une méthode
ont connu une évolution de cet d’estimation « toutes choses égales par ailleurs » : on peut ainsi estimer
ordre.
les écarts de performances des entreprises, à caractéristiques identiques
(taille, secteur …).
Un écart de
Enfn, on affne le calcul de l’impact de l’aide en éliminant le biais induit
performances plus
par le processus de sélection des entreprises aidées. Pour cela, on estime,
net pour les services pour chaque entreprise (aidée ou non), sa probabilité d’être aidée. Les
aux entreprises performances de chaque entreprise aidée sont comparées avec celles
des entreprises non aidées qui lui sont proches en terme de probabilité Quel que soit le secteur d’acti-
vité de l’entreprise, les évolu- d’être aidée. Cette méthode permet donc d’estimer l’effet potentiel de
tions d’emploi sont meilleures l’aide pour les entreprises non aidées, c’est-à-dire les évolutions qu’elles
pour les entreprises aidées, auraient connues si elles avaient été aidées. L’effcacité de l’aide est ainsi
mais l’écart de performance mesurée à l’aune du gain de performance pour les entreprises aidées et
est beaucoup plus net dans les de la perte d’opportunité pour les entreprises non aidées.
services aux entreprises. Quelle
INSEE Limousin - septembre 2009en valeur relative, est le plus important.
Le FIL : un outil pour développer Ainsi, les effets de structure (secteur,
la recherche et l’innovation en Limousintaille de l’entreprise …) qui différencient
les entreprises aidées et non aidées peu-
Dans le cadre du Schéma Régional de Développement Écono-vent conduire à surestimer ou sous-esti-
mer l’effet propre de l’aide. Néanmoins, mique (SRDE), le soutien à l’innovation est une priorité pour
même en gommant ces différences la Région. L’appui à la mise en place des pôles de compétiti-
structurelles, l’impact positif des aides à vité en 2005 (Elopsys et Céramique) et la création d’un Fonds
l’innovation sur l’évolution des effectifs d’Innovation Limousin (FIL) en 2006 illustrent l’implication de
des entreprises est confrmé : à structure la Région et de ses partenaires dans le champ de l’innovation.
identique, les entreprises aidées ont de Avec des moyens fnanciers en progression, le FIL est l’outil
meilleures performances à l’emploi que commun d’OSEO et de la Région en Limousin pour développer
les entreprises non aidées. la recherche et développement ainsi que l’innovation dans les
entreprises. Des projets portés par les PME et les laboratoires
régionaux, des projets de transferts de technologie, des projets Le gain de performance
de création d’entreprises de technologie innovante ou encore reste réel après contrôle
des projets de coopération technologique européenne ou in-
du biais de sélection
ternationale peuvent être soutenus dans ce cadre.
D’autres types de biais que les effets de Selon la nature du projet, l’aide fnancière attribuée par la Ré -
structure peuvent interférer sur les per- gion ou OSEO prend la forme d’avances remboursables ou de
formances dans les deux groupes d’en- subventions (aide à l’innovation et à la recherche, mais aussi
treprises et ainsi fausser l’interprétation recrutement de personnel ou réalisation d’étude de faisabilité).
de l’effet de l’aide dans les performances Les taux et les plafonds de l’aide à l’innovation varient selon le
à l’emploi. Ainsi, la collectivité régionale caractère prioritaire de la thématique concernée (céramique,
peut vouloir cibler l’aide à l’innovation électronique, micro-ondes, photonique, bois, domotique, envi-
auprès des entreprises déjà les plus ronnement …) et selon la taille de l’entreprise.
performantes, pour les aider à renforcer
Pour plus d’informations sur les aides leur position. Auquel cas les meilleures
performances des entreprises aidées régionales : le portail d’information LISE
n’auraient rien d’étonnant. Il convient http://lise.region-limousin.fr/
donc de corriger ce biais de sélection en
comparant les performances de perte d’opportunité.
d’entreprises à caractéristiques Les méthodes statistiques mises
similaires (en taux de profit, en œuvre dans cette étude 29 rue Beyrand
d’investissement, en producti- concluent à un impact positif 87031 Limoges cedex
Tél 05 55 45 20 07 vité …) et donc à probabilités des aides à l’innovation sur
Fax 05 55 45 20 01 d’être aidées proches. Après l’évolution de l’emploi dans
élimination de ce biais, les les entreprises concernées.
Informations statistiques 08 25 88 94 52
entreprises aidées ont des Cependant, les stratégies d’in-
performances en termes d’évo- novation participent souvent
lution de l’emploi d’un tiers de démarches en réseaux. Cette
meilleures que les entreprises analyse des performances in-
non aidées « équivalentes » : dividuelles pourrait donc être
ce gain de performance est complétée pour appréhender www.insee.fr
significatif. Inversement, les l’effcacité générale du disposi -
Directrice de la publication Fabienne Le Hellaye entreprises non aidées présen- tif. Par exemple, le soutien au Rédacteur en chef Frédéric Châtel
Mise en forme Chantal Desbordes tent des évolutions de l’emploi développement d’une nouvelle
Impression GDS Imprimeurs très nettement inférieures à technologie dans un laboratoire
Maquette iti communication
celles des entreprises aidées de recherche régional peut avoir
Prix 2,70 euros « équivalentes » : on parle alors des effets sur tout un secteur.
Dépôt légal : septembre 2009
Code SAGE : FOC095724
ISSN : 1765-4475
Copyright - INSEE 2009
« La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes
issus du fchier GéoFLA® de l’IGN est soumise à l’autorisation préalable Emilie Auriac et Nathalie Garrigues (Insee)
de l’IGN et au paiement auprès de cet organisme des redevances corres-
pondantes ». Avec la collaboration de la Région Limousin

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.