Année économique et sociale 2005 en Martinique

De
Publié par

608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 25 Automobile Des voitures toujours plus nombreuses berlines de faible cylindrée. En effet,algré la timide présence en baieEn 2005, les immatriculations les immatriculations concernent sur-M de Fort-de-France des navettes de voitures particulières tout des automobiles de 4 à 5 chevauxmaritimes et à cause d’une infrastructu- fiscaux, généralement moins consom-re de transport collectif insuffisante, laneuves sont encore en haus- matrices en carburant ou en dépensesvoiture continue d’être le mode de se. Cette progression assurances. Le moindre coût du litre dutransport prédominant en Martinique. Il gazole par rapport à celui du sansn’est toutefois pas possible de comp-prolonge celles des années plomb a aussi sans doute influé sur letabiliser de manière sûre le parc auto- précédentes. L’option choix de la motorisation. La pénétra-mobile en Martinique en fin d’année : tion du diesel est flagrante depuis 5 ansLes véhicules qui sont mis au rebusdu gazole est de plus en plus en Martinique. La part des véhiculespar leurs propriétaires ou déposés en prisée par les automobilistes «diesel» est passée de 19% en 2000 àcasse ne font pas systématiquement 44% en 2005. La sphère automobilel’objet d’une démarche réglementaireet les marques françaises martiniquaise n’est toutefois pas en Préfecture. perdent des parts du marché épargnée par les effets de mode .
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 25
Automobile
Des voitures
toujours
plus nombreuses
berlines de faible cylindrée. En effet,algré la timide présence en baieEn 2005, les immatriculations
les immatriculations concernent sur-M de Fort-de-France des navettes
de voitures particulières tout des automobiles de 4 à 5 chevauxmaritimes et à cause d’une infrastructu-
fiscaux, généralement moins consom-re de transport collectif insuffisante, laneuves sont encore en haus-
matrices en carburant ou en dépensesvoiture continue d’être le mode de
se. Cette progression assurances. Le moindre coût du litre dutransport prédominant en Martinique. Il
gazole par rapport à celui du sansn’est toutefois pas possible de comp-prolonge celles des années
plomb a aussi sans doute influé sur letabiliser de manière sûre le parc auto-
précédentes. L’option choix de la motorisation. La pénétra-mobile en Martinique en fin d’année :
tion du diesel est flagrante depuis 5 ansLes véhicules qui sont mis au rebusdu gazole est de plus en plus
en Martinique. La part des véhiculespar leurs propriétaires ou déposés en
prisée par les automobilistes «diesel» est passée de 19% en 2000 àcasse ne font pas systématiquement
44% en 2005. La sphère automobilel’objet d’une démarche réglementaireet les marques françaises
martiniquaise n’est toutefois pas en Préfecture.
perdent des parts du marché épargnée par les effets de mode . LeLes estimations du parc peuvent donc
phénomène des «4X4» est de plus ens’établir qu’à partir de la durée de vieau bénéfice des étrangères.
plus présent dans l’île. Les parts dessupposée des voitures et à partir des
Parallèle à celui du neuf,le immatriculations de véhicules tous immatriculations. Ces dernières sont
terrains ont atteint 12,5% en 2005,un bon indicateur des ventes réaliséesmarché de l’occasion
contre 12,3% en 2004 et 9,5% enannuellement auprès des particuliers.
confirme sa vivacité. 2003.Elles sont encore en hausse en 2005.
Avec 10 430 enregistrements cette
année dans le fichier central des auto- Les marques françaises
mobiles, dont un pic en septembre, en perte de vitesse
l’exercice 2005 s’est soldé par une
augmentation sur 2004 et 2003 La part des marques françaises est en
(respectivement 9 950 et 9 911). diminution constante depuis plusieurs
années. Ainsi, en 2005, seuls 38% des
Le gazole en vogue voitures neuves vendues aux particu-
liers appartiennent à l’une des trois
Les acquisitions de véhicules répon- marques françaises présentes sur le
dent évidemment à des contraintes de marché. Il s’agit d’un recul assez
fonctionnalité et de coûts. Les conduc- significatif puisqu’en 2001 près d’une
teurs ont opté prioritairement pour des automobile sur deux vendues en
25
N° 66 - Martinique - Septembre 2006608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 26
Automobile
Martinique était d’origine française. transactions se sont surtout effectuées au miques en entretien ou dépenses
Cette tendance bénéficie aux marques cours du mois de septembre. connexes, facilement revendables et
extrême-orientales, mais aussi à celles pour lesquels la recherche de pièces
de la communauté économique euro- Les voitures d’occasion sont aussi détachées n’est pas difficile.
péenne hors production française. bien sollicitées pour le premier équi- Les acheteurs de véhicule en «secon-
pement que pour le renouvellement. de» main ou plus s’équipent de
Les ventes sont assez équitablement moteur essences. Leur choix estUn marché de l’occasion
réparties entre véhicules étrangers et contraint car le marché de l’occasionattractif
véhicules français. La bonne santé de est principalement alimenté par les
ce créneau peut s’expliquer par la voitures que réforment les sociétés deConcurrentiel à celui du neuf, le marché
multiplication de ménages possédant louages et qui ont le plus souvent desde l’occasion reste particulièrement
deux véhicules ou plus, souhaitant moteurs essence. florissant. Au cours de l’année 2005,
s’équiper à moindre coût. Trois véhicules d’occasion sur quatre21 700 véhicules on fait l’objet de reven-
Comme pour les véhicules neufs, les roulent à l’essence.te, de particulier à particulier ou par
changements de carte grise ontremise aux concessionnaires, soit le
concerné majoritairement des véhi-double des ventes de voitures neuves.
cules de petite cylindrée, plus écono- Guy MystilleComme pour le marché du neuf, les
Les petites cylindrées ont le vent en poupe
Immatriculations neuves selon la puissance fiscale en 2005
En %
Sources : Fichier central des automobiles
Note :
Les chiffres exprimés ici concernent uniquement les ventes de véhicules auprès des particuliers.
En 2005,14 749 véhicules neufs ont été parallèlement immatriculés au profit d’entreprises,près d’un quart
d’entre-eux étant des berlines.
26
N° 66 - Martinique - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.