Année économique et sociale 2005 en Martinique

De
Publié par

608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:56 Page 2 Synthèse L’investissement, moteur de croissance a modérément soutenu cette création exportations ont baissé de 21% horsEn 2005, la croissance du Pib de richesses supplémentaire et c’est produits énergétiques mais progressé à plus de 3% et une création surtout la forte reprise des investisse- de 17% tous biens compris. La ments, notamment publics, depuis Martinique n’a pas échappé à unenette d’emplois marque trois ans qui est déterminante. nouvelle dégradation de son déficit l’année économique de La Formation Brute de Capital Fixe a commercial, désormais proche du augmenté de 14% en 2005, dépassant seuil des deux milliards d’euros.la Martinique. C’est l’inves- de près de 3 points la performance de tissement qui est le moteur 2004. Au final, le PIB de la Martinique Bonne année a cru de 3,2% cette année, majorant dans la construction de la croissance face une de 0,8 point le résultat de 2004. et le commerce consommation qui marque …et des créations En 2005, la pluviométrie a été compa-le pas. La construction et le d’emplois rable à celle de 2004 et l’insolation commerce bénéficient largement déficitaire. Ces facteurs Bien que le SMIC horaire ait été forte- climatiques ont bien sûr affecté l’agri-de conditions favorables ment revalorisé en cours d’année, la culture martiniquaise désormais à la création d’entreprises. Martinique semble avoir renoué avec la confrontée au vieillissement de ses création d’emplois.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:56 Page 2
Synthèse
L’investissement, moteur
de croissance
a modérément soutenu cette création exportations ont baissé de 21% horsEn 2005, la croissance du Pib
de richesses supplémentaire et c’est produits énergétiques mais progressé
à plus de 3% et une création surtout la forte reprise des investisse- de 17% tous biens compris. La
ments, notamment publics, depuis Martinique n’a pas échappé à unenette d’emplois marque
trois ans qui est déterminante. nouvelle dégradation de son déficit
l’année économique de La Formation Brute de Capital Fixe a commercial, désormais proche du
augmenté de 14% en 2005, dépassant seuil des deux milliards d’euros.la Martinique. C’est l’inves-
de près de 3 points la performance de
tissement qui est le moteur 2004. Au final, le PIB de la Martinique Bonne année
a cru de 3,2% cette année, majorant dans la construction de la croissance face une
de 0,8 point le résultat de 2004. et le commerce
consommation qui marque
…et des créations En 2005, la pluviométrie a été compa-le pas. La construction et le
d’emplois rable à celle de 2004 et l’insolation
commerce bénéficient largement déficitaire. Ces facteurs
Bien que le SMIC horaire ait été forte- climatiques ont bien sûr affecté l’agri-de conditions favorables
ment revalorisé en cours d’année, la culture martiniquaise désormais
à la création d’entreprises. Martinique semble avoir renoué avec la confrontée au vieillissement de ses
création d’emplois. L’évolution lente exploitants. Les jeunes repreneurs
mais favorable du marché du travail a d’exploitations maraîchères étant peu
our la Martinique, l’année 2005 relancé la décrue du chômage amorcée nombreux, il est à craindre à termeP s’est inscrite dans un contexte de en 1999. L’économie martiniquaise a une hausse des prix des produits frais
croissance mondiale soutenue, de affiché un taux de chômage inférieur à par insuffisance de l’offre.
dollar renforcé et de permanence des 22% et un nombre de chômeurs de L’industrie martiniquaise s’est peu
tensions sur les cours des matières longue durée en baisse de près de 7% renouvelée : le secteur a retrouvé le
premières. Le baril de pétrole s’est forte- sur deux ans. Corrélativement, le faible niveau de création d’entreprises
ment renchéri, passant de 38,2 dollars nombre d’allocataires du RMI s’est des années 1999-2000.Le marché du
en 2004 à 53,6 dollars en moyenne. stabilisé mais est resté en augmentation tourisme a confirmé la tendance à la
Les tensions sur les prix à la consomma- de plus de 15% depuis 1999. Les pers- baisse de la fréquentation entamée en
tion en Martinique se sont renforcées pectives demeurant incertaines, la 1999 alors que les touristes sont de
au cours de l’année, portées par des consommation a difficilement résisté en retour dans le reste de la Caraïbe
augmentations sensibles dans les 2005 (+0,9% en volume), peut être affai- depuis 2 ans. Les créations d’entre-
secteurs de l’alimentation, de l’énergie blie par l’achèvement de l’alignement prises dans la construction ont été
et des loyers et services rattachés. En des prestations sociales sur les niveaux nombreuses en 2005, probablement
moyenne annuelle, la hausse des prix de métropole. La grande distribution a encouragées par l’investissement
est de 2,4% en 2005 : c’est nettement enregistré de bonnes évolutions de son public, le dynamisme du logement
au dessus de la moyenne nationale chiffre d’affaire global et les immatricu- collectif et par les conditions de crédit
(+1,8%) mais inférieur à ce qu’a enre- lations de véhicules particuliers neufs favorables. Dans le commerce, les
gistré la Guadeloupe (+3,1%). sont restées dynamiques sur les deux créations ont bondi de plus de 6%,
principaux segments du marché : deux fois plus que l’ensemble de
Croissance du PIB, berlines de petite cylindrée et «4x4». l’économie. Quant aux services aux
induite par Les importations ont connu en 2005 entreprises, ils demeurent le secteur
l’investissement… leur plus forte hausse en valeur depuis le plus dynamique de l’économie
cinq ans. A l’évidence, les cours du martiniquaise.
La croissance de 3,2% du Produit pétrole ont pesé défavorablement
Intérieur Brut a été presque trois fois mais ils n’expliquent pas seuls ce phé-
plus forte qu’en France hexagonale en nomène désormais structurel. En Jérôme Harnois
2005. La consommation des ménages croissance continue depuis 1996, les
2
N° 66 - Martinique - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.