Année économique et sociale 2005 en Martinique

De
Publié par

608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 8 Epargne-crédit Progression des encours de crédits Avec près de 78% du total, les actifsu 31 décembre 2005, à laAvec 4,7 milliards d’euros financiers des ménages affichent enA Martinique, l’ensemble des actifs au 31 décembre 2005, valeur l’évolution la plus significativefinanciers de la clientèle s’établit à (+168 millions d’euros sur un an après4 679 millions d’euros, en hausse del’ensemble des actifs +254 millions d’euros en fin 2004). Les6% sur un an (+ 7 % en 2004). Dans le financiers de la clientèle encours des entreprises représententmême temps, l’encours global des 20,3% du total et sont en progressionconcours bancaires octroyés auxprogresse de 6 % en un an. de 99 millions en glissement annuelagents économiques atteint près de Les encours de crédits (+80 millions un an auparavant).5,7 milliards d’euros et progresse de 7 % en glissement annuel.octroyés, eux, ont augmenté de 9% et s’établissent TotalisantLes actifs financiers augmentent de un encours Progression rapide 275 millions d’euros en glissementà 4 milliards d’euros. de plus deannuel à fin 2005 (+296 millions un des dépôts à vue 1,5 milliardan auparavant) répartis à hauteur de d’euros, les dépôts à vue ont le taux de128 millions pour les dépôts à vue progression annuel le plus important(+70 millions l’année précédente), (+9%), toutes catégories de placements115 millions pour les placements confondues.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 8
Epargne-crédit
Progression
des encours de crédits
Avec près de 78% du total, les actifsu 31 décembre 2005, à laAvec 4,7 milliards d’euros
financiers des ménages affichent enA Martinique, l’ensemble des actifs
au 31 décembre 2005, valeur l’évolution la plus significativefinanciers de la clientèle s’établit à
(+168 millions d’euros sur un an après4 679 millions d’euros, en hausse del’ensemble des actifs
+254 millions d’euros en fin 2004). Les6% sur un an (+ 7 % en 2004). Dans le
financiers de la clientèle encours des entreprises représententmême temps, l’encours global des
20,3% du total et sont en progressionconcours bancaires octroyés auxprogresse de 6 % en un an.
de 99 millions en glissement annuelagents économiques atteint près de
Les encours de crédits (+80 millions un an auparavant).5,7 milliards d’euros et progresse de
7 % en glissement annuel.octroyés, eux, ont augmenté
de 9% et s’établissent TotalisantLes actifs financiers augmentent de
un encours Progression rapide 275 millions d’euros en glissementà 4 milliards d’euros.
de plus deannuel à fin 2005 (+296 millions un des dépôts à vue
1,5 milliardan auparavant) répartis à hauteur de
d’euros, les dépôts à vue ont le taux de128 millions pour les dépôts à vue
progression annuel le plus important(+70 millions l’année précédente),
(+9%), toutes catégories de placements115 millions pour les placements
confondues. La part des ménages dansà long terme (+123 millions en 2004)
le total des dépôts à vue s’élève à pluset 32 millions pour les placements
de 60 % et son encours progresse plusliquides ou à court terme (103 millions
rapidement en 2005 qu’en 2004en 2004).
(+7,5% contre +5%).
Cette évolution se situe en deçà de
celle des entreprises dont les dépôts à
Hausse de toutes les catégories vue s’accroissent de 12 % sur un an
(+5% l’année précédente). La part desRépartion des actifs financiers par catégorie de placement
entreprises dans le total des dépôts à
vue s’établit à 36%, soit un point de
En millions d’euros
plus qu’en 2004.
Le taux de progression annuel des pla-
cements liquides ou à court terme est à
+2%, le plus faible enregistré depuis 5
ans (+ 7% en 2004). Les comptes sur
livrets représentent 56% du total, soit 1
point de plus qu’en 2004. Les dépôts à
Source : IEDOM
8
N° 66 - Martinique - Septembre 2006Crédits à l'habitat
608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 9
Epargne-crédit
terme, en légère hausse, passent de que ceux des entreprises progressent
19,5% de l’ensemble en 2004 à 19,2% de 52% en un an, essentiellement du
en 2005. Contrairement à l’année pré- fait des OPCVM titres (+ 62 %).
cédente où ils avaient progressé de Au 31 décembre 2005, l’encours des
plus de 36%, les OPCVM monétaires crédits octroyés par les établissements
sont en baisse de 6,6% en décembre de crédit locaux a progressé de 9% en
2005 et ne représentent plus que glissement annuel pour s’établir à plus
14,5% de l’ensemble des placements de 4 milliards d’euros.
liquides. La croissance des placements
liquides ou à court terme est essentiel-
Les crédits à l'habitat en tête de l'endettementlement imputable aux «autres agents»
(+14%). Toutefois, ils ne représentent Les établissements de crédits locaux
que 2% de l’ensemble des placements
En millions d’euros
liquides. Plus significatif (79,5%),
1 400
l’encours des ménages ne progresse
1 200
que de 21 millions (contre +97 millions
1 000en 2004), dont +35 millions pour les
800comptes d’épargne à régime spécial
600(+44 millions l’année précédente) et
400-14 millions pour les produits indexés
200(+52 millions un an auparavant).
Les encours de placements liquides ou 0
Crédits de Crédits à Créances Autres crédits Comptes ordinaires Créances
à court terme des entreprises, essentiel- trésorerie l'équipement douteuses brutes débiteurs commerciales
lement composé de produits indexés
déc-04 déc-05
sur les taux du marché monétaire,
Source : IEDOMa progressé de 7 millions d’euros sur un
an, contre +23 millions d’euros un an Dans le détail, les encours de crédit à Les ménages demeurent la principale
auparavant. Leur préférence va aux l’habitat, premier poste d’endettement, clientèle du financement bancaire avec
certificats de dépôts (+9 millions s’accroissent de 131,5 millions sur un 53% de l’ensemble des concours. Leur
d’euros) au détriment des OPCVM an (+107 millions à fin 2004), soit encours de crédits bruts a augmenté de
monétaires (- 16 millions d’euros). +11% après + 10 % l’année précéden- 93 millions en un an, soit deux fois
te. Viennent ensuite les crédits de tréso- moins vite qu’en 2004 (+ 164 millions).
Au 31 décembre 2005, l’épargne à rerie qui augmentent de 73 millions Les crédits à l’habitat poursuivent leur
long terme s’élève à 1 526 millions (+8,7%), cette hausse étant moins hausse régulière : +99 millions en 2005
d’euros, en progression de 8% sur un importante que celle constatée à fin (soit +9 %) après +91 millions en 2004
an (+115 millions d’euros). Cette évo- 2004 (+97 millions). (+9 %). Toutefois, l’élément d’alerte
lution provient de la bonne orientation A contrario, les crédits d’équipement concernant les ménages est la
des placements boursiers (+16% après progressent fortement en 2005 après progression des créances douteuses
+45% en 2004), des OPCVM titres être demeurés stables en 2004 : brutes qui augmentent de 55 millions
(+25,5% après -11% l’année précé- +71 millions contre +4 millions (res- sur un an (+ 45,8%) alors qu’elles
dente) et à un degré moindre des pectivement + 9% et 0,5%). diminuaient de 11,5 millions en 2004
1«autres actifs» (+13% contre +39% (- 9%).
en 2004). Les plans d’épargne loge- Les créances douteuses
ment, qui représentent 38% de brutes des ménages Les encours de crédits sains des entre-
l’épargne à long terme, ont un taux de en hausse prises progressent fortement en 2005 :
croissance qui diminue régulièrement +227 millions soit +20% (contre
pour atteindre, à fin décembre 2005, + Le taux de créances douteuses reste +63 millions et +6% en 2004). Les
2% sur un an. Les ménages représen- identique entre 2004 et 2005 à 10,6%, hausses les plus significatives concer-
tent près de 94% de l’épargne à long l’encours sain, les créances douteuses nent les crédits de trésorerie et les
terme et le taux de croissance annuel brutes et l’encours total ayant progressé crédits à l’équipement qui augmentent
de leurs avoirs est de 6% à fin au même rythme de 9,1%. respectivement de 73 millions et
décembre 2005 (+ 9% en 2004) tandis 70 millions. A contrario, les créances
9
N° 66 - Martinique - Septembre 2006608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 10
Epargne-crédit
douteuses brutes diminuent de 19 mil- 195 millions (+ 31 millions en 2004). Le système bancaire martiniquais,
lions après -28 millions en 2004, Cette hausse est essentiellement impu- octroyant moins de crédits qu’il ne
témoignant d’un assainissement pro- table aux crédits à l’équipement collecte de ressources, affiche une PEN
gressif du marché des entreprises. (+83 millions) et aux crédits de trésore- structurellement excédentaire. Au 31
Par conséquent, la diminution du taux rie (+ 65 millions) tandis que leur taux décembre 2005 et contrairement à
de créances douteuses se poursuit de créances douteuses poursuit son l’année précédente, les engagements
puisqu’il atteint son plus bas niveau amélioration pour s’établir à 10,1% ont progressé plus rapidement que les
depuis 1997 à 16,5% (-410 points de contre 11,8% en 2004 et 13,2% en avoirs. En conséquence, la position
base sur un an), tout en demeurant 2003. L’encours de crédit des ménages extérieure nette est en diminution de
deux fois plus élevé que celui des s’accroît de 103 millions en 2005 dont 31,4% pour atteindre 196 millions
ménages. seulement +49 millions pour l’encours d’euros. Elle représente 4,2% des actifs
sain (respectivement + 136 millions et financiers (contre 5% un an plus tôt).
Au 31 décembre 2005, l’encours +153 millions en 2004). L’encours de
global des concours bancaires octroyés crédit à l’habitat augmente de 107
aux agents économiques par les éta- millions.
blissements de crédit installés ou non Le risque sur cette clientèle se détériore IEDOM Martinique
dans le département atteint près de avec la hausse de 54 millions de leurs Services des Etudes
5,7 milliards d’euros et progresse de créances douteuses (-17 millions en agence@iedom-martinique.fr
7% en glissement annuel. 2004). Dans ces conditions, le taux
L’encours global gagne 372 millions correspondant prend 200 points de
d’euros, soit deux fois plus qu’en 2004 base à 7,7%. Enfin, les collectivités
(+186 millions un an plus tôt) et toutes locales dont l’encours de crédit repré-
les catégories de crédit sont en hausse. sente 11% de l’ensemble des concours
Dans le détail, l’encours des crédits à bancaires à fin 2005, enregistrent une
l’équipement s’accroît de 119 millions progression annuelle de 30 millions de
contre +6 millions en 2004. Les crédits leurs passifs financiers. Les crédits à
à l’habitat continuent de progresser l’équipement, qui représentent 81,5%
régulièrement (+118 millions d’euros à de leur encours total de crédit, affi-
fin 2005 après + 94 millions d’euros à chent une hausse de 32 millions sur un
fin 2004). La hausse des crédits de an. La position extérieure nette (PEN)
trésorerie semble se tasser légèrement : du système bancaire local résulte de la
+69 millions contre +107 millions un différence entre avoirs et engagements
an auparavant. Le risque global de la extérieurs des établissements de crédit
place se détériore légèrement, le taux de la place.
de créances douteuses brutes ressortant
à 7,9% (contre 7,7% un an auparavant). Diminution de 31,4 %
Toutefois, il reste largement inférieur à
Position extérieure nette du système bancaire localson niveau de 2003 (8,8%). Les
créances douteuses brutes s’accrois-
En million d’euros et %sent de 40 millions dont +36 millions
Var. Var.pour les créances douteuses nettes
(-41 millions en 2004) et +4 millions déc-02 déc-03 déc-04 déc-05 05/04 04/03
pour les provisions (-2 millions un an Avoirs extérieurs des établissements
plus tôt). En conséquence, le taux de
de crédit locaux (A) 1 222,6 1 170,3 1 350,6 1 352,8 0,2% 15,4%provisionnement des créances
Engagements edouteuses sur la clientèle a diminué,
atteignant 65%, en recul de 430 points de crédit locaux (B) 979,5 952,8 1 064,5 1 156,5 8,6% 11,7%
de base par rapport à décembre 2004.
Position extérieure nette
du système bancaire local (A)-(B) 243,1 217,5 286,1 196,3 -31,4% 31,6%Les entreprises représentent la princi-
pale clientèle des établissements de
Source : IEDOM
crédit avec 45 % de l’encours global.
(1) : Cette rubrique inclut principalement les contrats d’assurance-vie.Leur encours de crédits s’est accru de
manière significative en 2005, gagnant
10
N° 66 - Martinique - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.