Année économique et sociale 2006 en Guyane

De
Publié par

Finances Publiques Les diffi cultés des entreprises en Guyane Les causes, particulières a cellule «traitement des en- structurelle en fonds propres, unLtreprises en diffi cultés» de management insuffi sant avec unen Guyane, de diffi cultés la Trésorerie Générale (disposi- sous encadrement chronique, undes entreprises se tradui- 1tifs CODEFI et CCSF ) instruit en niveau de formation des cadres di- sent par une demande moyenne et selon les années entre rigeants très insuffi sant et une fai- 50 et 100 dossiers (91 dossiers sur ble culture en matière de gestion,élevée de fi nancement 2005, 49 sur 2006). Sur ces deux fi nances et comptabilité.public. C’est dans les exercices, l’analyse permet de re- transports et le bâtiment censer en détail les causes et l’ex- Les causes exogènes peuvent être pression des diffi cultés les plus fré-que les diffi cultés sont les réparties en deux groupes. quemment rencontrées. Les causes dites «économiques»,plus fréquentes. sont aussi bien, le recouvrement Les principales causes de diffi cul- diffi cile de factures auprès des tés des entreprises en Guyane sont collectivités locales avec des re- endogènes (propres aux entrepri- tards importants de règlements, ses) ou exogènes (propres à l’envi- que l’accès au crédit bancaire ma- ronnement local).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Finances Publiques
Les diffi cultés des entreprises
en Guyane
Les causes, particulières a cellule «traitement des en- structurelle en fonds propres, unLtreprises en diffi cultés» de management insuffi sant avec unen Guyane, de diffi cultés
la Trésorerie Générale (disposi- sous encadrement chronique, undes entreprises se tradui- 1tifs CODEFI et CCSF ) instruit en niveau de formation des cadres di-
sent par une demande moyenne et selon les années entre rigeants très insuffi sant et une fai-
50 et 100 dossiers (91 dossiers sur ble culture en matière de gestion,élevée de fi nancement
2005, 49 sur 2006). Sur ces deux fi nances et comptabilité.public. C’est dans les
exercices, l’analyse permet de re-
transports et le bâtiment censer en détail les causes et l’ex- Les causes exogènes peuvent être
pression des diffi cultés les plus fré-que les diffi cultés sont les réparties en deux groupes.
quemment rencontrées. Les causes dites «économiques»,plus fréquentes.
sont aussi bien, le recouvrement
Les principales causes de diffi cul- diffi cile de factures auprès des
tés des entreprises en Guyane sont collectivités locales avec des re-
endogènes (propres aux entrepri- tards importants de règlements,
ses) ou exogènes (propres à l’envi- que l’accès au crédit bancaire ma-
ronnement local). laisé notamment pour les TPE (Très
Petites Entreprises), ou encore un
Parmi les causes endogènes, on ob- volume d’importation selon les
serve prioritairement une fragilité secteurs très signifi catif avec une
fi nancière avec une sous capitali- attractivité réelle en terme de prix
sation originelle, et une faiblesse des produits importés et un accès
(1) CODEFI : Comité Départemental d’Examen des problèmes de Financement des Entreprises; CCSF : Commission des Chefs de Service Financier.
N° 69 - Guyane - Septembre 200712
AES69_guyaneEL.indd 12 11/09/2007 15:51:45Finances Publiques
diffi cile à l’immobilier d’entreprise d’un découvert bancaire et les en- s’agissant des collectivités locales :
avec une faiblesse de l’offre et des treprises en interdiction bancaire. pour 25 % des dossiers étudiés, la
coûts d’acquisition élevés. Ces entreprises recherchent des seule demande formulée par les
fi nancements publics à titre princi- entreprises concerne l’intervention
Les autres causes liées au contexte pal avec des probabilités d’obten- directe du Trésorier Payeur Général
local se trouvent dans l’insécurité tion quasi nulles. Cette catégorie auprès des collectivités locales.
avec une sinistralité importante proche du blocage représente la Au plan statistique les entreprises
en terme de vols ou de détério- majorité des dossiers instruits. victimes de ces diffi cultés sont
ration du matériel de production, essentiellement de taille réduite :
la répétition de confl its sociaux Une autre traduction de ces diffi cul- presque 9 sur 10 sont des entre-
dans certains secteurs d’activité tés est la demande de moratoires sur prises de moins de 10 salariés. En
et l’existence de pratiques anti- les dettes fi scales et sociales. Des de- terme de fi lières, un dossier sur
concurrentielles avec un recours mandes qui se caractérisent par les 3 concerne le secteur des trans-
à l’emploi clandestin. éléments suivants : ports, et un sur 4 le BTP.
- les dettes sont comprises en moyen-
Les causes strictement écono- ne dans une fourchette de 50 000 à
miques ne sont pas dominantes, 100 000 €, Didier RAVON
alors que les autres blocages liés - elles intègrent un moratoire moyen Trésorier Payeur Général
au contexte local pèsent très direc- de 12 à 36 mois,
tement sur la situation des entre- - leur volume social (cotisations
prises guyanaises. ouvrières et patronales, ASSEDIC,
IGRC) est prédominant
Les diffi cultés de ces entreprises se - le taux d’échec (non respect du mo-
traduisent par une demande éle- ratoire) est important (près de 50 %).
vée de fi nancements publics, en
corollaire de trésoreries négatives Enfi n, on constate une permanen-
et d’interdits bancaires. Dans un ce des demandes d’interventions
certain nombre de cas, ces entre-
prises cumulent une situation avec
des capitaux propres négatifs et
des contentieux bancaires lourds.
Transport et BTPDans cette confi guration, on ob-
serve de façon générale deux grou-
Les entreprises en diffi culté selon le secteur d’activité
pes d’entreprises :
- les entreprises fi nancièrement ac-
compagnées mais dont le découvert
en terme de seuil dépasse les limi-
tes d’engagement de leur banquier
(seuil maximal souvent évoqué de
50 000 €). Ces entreprises recher-
chent des fi nancements complé-
mentaires privés ou publics avec des
garanties bancaires de nature publi-
que. Cette catégorie représente une
faible proportion de dossiers;
- les entreprises non accompa-
gnées au plan fi nancier, c’est à
dire qui ne bénéfi cient pas ou plus Source : Trésorerie Générale de la Guyane
13
N° 69 - Guyane - Septembre 2007
AES69_guyaneEL.indd 13 11/09/2007 15:51:55

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.