Année économique et sociale 2006 en Guyane

De
Publié par

Commerce extérieur Un défi cit commercial un peu moins dégradé de biens. Hormis l’activité spatia-n 2006, les exportations de En 2006, le défi cit com- le, la production aurifère ou l’ex-Ela Guyane se sont élevées à mercial de la Guyane est ploitation forestière, tous les autres112,3 millions d’euros, soit une moins important qu’en secteurs sont défi citaires : les progression de près de 20,9 % par produits de l’agriculture, l’agroa-rapport à 2005. Cette forte progres-2005. Il résulte d’une sion permet d’inverser la tendance à limentaire, les biens manufacturés forte croissance des ex- la baisse observée depuis 2002. Les et l’énergie. Le défi cit commercial portations, notamment de recettes d’export qui avaient atteint de la Guyane est moins dégradé un point bas en 2004 (-25 % par que celui de la Guadeloupe où lel’industrie manufacturiè- rapport à leur niveau de 2000) sont taux de couverture est de 7,0 %re, tandis que les impor- désormais inférieures de 7,3 % à mais un peu plus prononcé qu’en tations sont relativement leur niveau du début de la décen- Martinique qui affi che un taux de nie. Les bons résultats enregistrés couverture de 19,5 %.peu dynamiques.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Commerce extérieur
Un défi cit commercial un
peu moins dégradé
de biens. Hormis l’activité spatia-n 2006, les exportations de En 2006, le défi cit com-
le, la production aurifère ou l’ex-Ela Guyane se sont élevées à
mercial de la Guyane est ploitation forestière, tous les autres112,3 millions d’euros, soit une
moins important qu’en secteurs sont défi citaires : les progression de près de 20,9 % par
produits de l’agriculture, l’agroa-rapport à 2005. Cette forte progres-2005. Il résulte d’une
sion permet d’inverser la tendance à limentaire, les biens manufacturés
forte croissance des ex-
la baisse observée depuis 2002. Les et l’énergie. Le défi cit commercial
portations, notamment de recettes d’export qui avaient atteint de la Guyane est moins dégradé
un point bas en 2004 (-25 % par que celui de la Guadeloupe où lel’industrie manufacturiè-
rapport à leur niveau de 2000) sont taux de couverture est de 7,0 %re, tandis que les impor-
désormais inférieures de 7,3 % à mais un peu plus prononcé qu’en
tations sont relativement leur niveau du début de la décen- Martinique qui affi che un taux de
nie. Les bons résultats enregistrés couverture de 19,5 %.peu dynamiques. La forte
Plus de la moitié des exportationsdans l’industrie des biens intermé-croissance des ventes
de la Guyane concernent les ven-diaires et dans l’automobile com-
d’or accompagne celle tes de biens intermédiaires, en trèspensent les baisses des autres sec-
grande partie la production aurifè-des biens d’équipement, teurs industriels : équipementiers,
re (47,2 %). 64 % des exportationsbiens de consommation et indus-plus modérée. L’écono-
d’or sont desti-trie agroalimentaire.
mie guyanaise est encore Les ventes d’ornées à la mé-Les importations progressent nette-
fortement dépendante tropole, un tiersment moins rapidement (+2,4 %) à l’étranger
à la Suisse. Enpour atteindre près de 756,1 mil-de l’extérieur et de ses augmentent
2006, les ven-lions d’euros. Cette croissance est échanges avec la métro-
tes d’or ont progressé de 25 %. Au imputable à l’industrie des biens
pole notamment qui reste début des années 2000, ces ven-d’équipement et des biens inter-
tes de biens intermédaires avaient médiaires. Les importations desson premier client et son
fortement augmenté (+40 %), maisbiens de consommation et depremier fournisseur.
depuis 2002, la tendance s’est in-l’agroalimentaire sont au contraire
versée. Elles atteignent actuelle-en diminution de près de 20 %.
ment un niveau inférieur de 15 %Au total, la Guyane accuse un dé-
à celui du début de la décennie.fi cit des échanges de biens moins
Les équipementiers alimentent unimportant qu’en 2005 : -643,8 mil-
sixième des ventes avec les maté-lions d’euros. Le taux de couvertu-
riels de précision (contrôle de pro-re, mesuré par le rapport entre les
cessus industriels, instrumentation,exportations et les importations, est
6,4 % des ventes), les fabricationsde 14,9 %, il confi rme un déséqui-
de machines (4,5 %), les appareilslibre structurel dans les échanges
5
N° 69 - Guyane - Septembre 2007Commerce extérieur
bile, en revanche entre pour un tions, machines, matériels infor-
ques machines d’emballage, de peu plus d’un sixième des exports matiques et de bureau).
conditionnement, etc... 70 % de guyanais. Les principaux clients 45,8 % des véhicules importés
ces exportations sont destinées à la du secteur sont l’Italie et l’Allema- proviennent de la métropole, un
France métropolitaine, 13 % à l’es- gne et la France métropolitaine. En sur 9 est allemand, un sur 8 est ja-
pace caribéen et 10 % à l’Union 2001, le secteur avait fortement re- ponais.
Européenne. En 2006, les ventes à culé, mais depuis les exportations Du point de vue énergétique, la
l’extérieur ont augmenté de 12 %, ont nettement augmenté et plus Guyane dépend quasi exclusive-
1celles du matériel informatique et que quadruplé sur la période. ment de Trinité et Tobago .
audiovisuel ont été particulière- En 2006 les importations de pé-
ment dynamiques. Les importations guyanaises sont trole ont légèrement diminué
Les industries agroalimentaires re- composées aux deux tiers de pro- (- 1,8 %) : la forte baisse des volu-
présentent 11,5 % des ventes, il duits manufacturés, mes (- 20 %) a com-
Les importations des’agit essentiellement d’aliments 12 % de produits pensé l’augmentation
divers qui, outre la métropole, trou- énergétiques, 19 % des prix. Cette stabi-biens manufacturés
vent quelques débouchés en Mar- de produits agroali- lité contraste avec la
en hausse tinique, au Suriname et en Gua- mentaires. Les impor- progression observée
deloupe. En 2006, l’exportation tations de produits agricoles repré- dans les autres DFA. Les importa-
des produits agroalimentaires est sentent 1 %. tions de biens ont été tirées par les
restée assez proche de son niveau La région importe 39 % de ces biens d’équipement qui se redres-
de 2005. Ce type de vente tend à produits de la France métropolitai- sent et les biens intermédiaires qui
baisser depuis plusieurs années. Le ne : 45,8 % des biens intermédiai- affi chent une tendance à la hausse
secteur exporte aujourd’hui pres- res dont elle a besoin (matériels depuis le début de la décennie
que deux fois moins de produits électriques, métallurgie, plasti- (+25 % par rapport à 2000).
qu’au début de la décennie. ques, parachimie), 40,3 % des
Les recettes tirées des exporta- biens de consommation (produits
tions agricoles sont très faibles pharmaceutiques et cosmétiques,
(1 % dont l’essentiel provient de vêtements, meubles notamment), Christian CAMESELLA
la pêche) comme celle des biens 59,2 % des produits agroalimen-
de consommation (vêtements et taires et 32 % de ses équipements
matériels audiovisuels). L’automo- (téléphones et télécommunica-
Stabilité dans l’énergie Reprise des exportations en 2006
Évolutions, en valeur, des importations de la Guyane Évolutions, en valeur, des exportations de la Guyane
Base 100 en 2000 Base 100 en 2000
Source : Direction nationale du commerce extérieur Source : Direction nationale du commerce extérieur
(1) Depuis le début 2007, la Guyane s’approvisionne à la SARA (Société Anonyme de Raffi nerie des Antilles) afi n de respecter les normes
européennes en vigueur
N° 69 - Guyane - Septembre 20076

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.