Année économique et sociale 2006 en Martinique

De
Publié par

Synthèse 2006 : vue d’ensemble nique s’est avérée un peu moins forte sent en 2006. Leur montant demeureEn 2006, à la Martinique, en 2006, année de fi n du DOCUP déterminé par les ventes de produits les tensions infl ationnistes initié en 2000. Hors effet prix, le Pro- pétroliers raffi nés, de bananes et de persistent. L’emploi mar- duit Intérieur Brut a cru de 2,8%, soit rhum. Le défi cit commercial de la 1,6 point de moins qu’en 2005. Cette Martinique, dépasse les deux milliardsque le pas et semble peser augmentation apparaît néanmoins un d’euros.sur la consommation. La peu mieux répartie entre consomma- Malgré des conditions climatiquesdégradation du solde tion des ménages et investissement, ce plus favorables en 2006, les produitsdernier demeurant le principal moteurcommercial se poursuit banane, canne et ananas ont tousde croissance.et l’agriculture a subi une enregistré de très fortes baisses des quantités produites, voire des surfacesaggravation de ses diffi - En 2006, le nombre de demandeurs plantées.cultés. d’emploi de catégorie 1 déclarés auprès de l’ANPE a poursuivi sa dé- En revanche, le tissu industriel a faitcrue, reculant encore de 5,5%, et le preuve d’un réel dynamisme à l’ex-nombre de chômeurs indemnisés par ception du secteur du rhum dont lesl’ASSEDIC a baissé de plus de 11%. volumes produits ont chuté de plus deLa dynamique de création d’emplois 7% par rapport aux niveaux, pourtantinitiée en 2005 ne s’est pas poursui- mauvais, de 2005.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 70
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Synthèse
2006 : vue d’ensemble
nique s’est avérée un peu moins forte sent en 2006. Leur montant demeureEn 2006, à la Martinique,
en 2006, année de fi n du DOCUP déterminé par les ventes de produits
les tensions infl ationnistes initié en 2000. Hors effet prix, le Pro- pétroliers raffi nés, de bananes et de
persistent. L’emploi mar- duit Intérieur Brut a cru de 2,8%, soit rhum. Le défi cit commercial de la
1,6 point de moins qu’en 2005. Cette Martinique, dépasse les deux milliardsque le pas et semble peser
augmentation apparaît néanmoins un d’euros.sur la consommation. La
peu mieux répartie entre consomma-
Malgré des conditions climatiquesdégradation du solde tion des ménages et investissement, ce
plus favorables en 2006, les produitsdernier demeurant le principal moteurcommercial se poursuit
banane, canne et ananas ont tousde croissance.et l’agriculture a subi une enregistré de très fortes baisses des
quantités produites, voire des surfacesaggravation de ses diffi - En 2006, le nombre de demandeurs
plantées.cultés. d’emploi de catégorie 1 déclarés
auprès de l’ANPE a poursuivi sa dé-
En revanche, le tissu industriel a faitcrue, reculant encore de 5,5%, et le
preuve d’un réel dynamisme à l’ex-nombre de chômeurs indemnisés par
ception du secteur du rhum dont lesl’ASSEDIC a baissé de plus de 11%.
volumes produits ont chuté de plus deLa dynamique de création d’emplois
7% par rapport aux niveaux, pourtantinitiée en 2005 ne s’est pas poursui-
mauvais, de 2005.vie : l’emploi est resté stable entre les
mois de juin de 2005 et de 2006 alors
La fréquentation touristique de l’îleque 7 000 personnes supplémentaires
avait baissé de plus de 8% en 2005. se sont déclarées actives au sens du
Bien que demeurant sous le seuil des’année 2006 est marquée par un Bureau International du Travail (BIT).
700 000 visiteurs, elle a augmenté deL contexte de croissance mondiale Le taux de chômage est reparti à la
2,5% et la recette touristique de plussoutenue et de poursuite de la forte hausse à 25,2%, les femmes et les jeu-
de 7%. Si les croisiéristes et les plai-hausse des cours du pétrole (+26,1 nes étant les plus durement touchés. Le
sanciers sont revenus en Martinique,dollars en moyenne en 2 ans). Pour la nombre d’allocataires du RMI est resté
la fréquentation des hôtels s’est surtoutzone euro, ces effets de renchérisse- stable.
traduite par un allongement de la du-ment de l’énergie ont été limités par la
rée de séjour dans la petite et moyennedépréciation progressive du dollar face La consommation des ménages a dif-
hôtellerie.à la devise européenne. fi cilement résisté, ralentie par la pro-
gression modérée de leurs revenus. Le
Les créations d’entreprises dans la Les tensions sur les prix à la consom- montant total des prestations versées
construction ont été un peu moinsmation en Martinique sont restées vives par la CAF a augmenté mais les alloca-
nombreuses en 2006 mais elles res-au cours de l’année, portées par des tions versées par l’ASSEDIC ont chuté
tent dynamiques en dépit de la raretéaugmentations de l’énergie, des loyers et les augmentations salariales ont été
des programmes de logements so-et services rattachés et des transports et modérées dans les secteurs marchands
ciaux. Les encours de crédit à l’habitatcommunication. En moyenne annuelle, et non marchands. Les immatricula-
accordé aux ménages martiniquaisles prix ont cru - comme en 2005 - de tions de véhicules neufs ont baissé, de
ont cru de 16%.2,4% : c’est une fois encore nettement près de 3% par rapport à 2005.
au-dessus de la moyenne nationale et
Le commerce reste le secteur majeur des deux autres départements français Les importations de biens d’équipe-
de l’économie martiniquaise. Les ser-d’Amérique. ment et de produits de l’industrie élec-
vices marchands ont toutefois confi r-trique et électronique ont été fortes. La
mé leur dynamisme : 3 créations d’en-La croissance du PIB portée Martinique a importé pour 2,3 mil-
treprises sur 10 en Martinique restentliards d’euros de biens, principalement par l’investissement le fait des services opérationnels et demanufacturés. En croissance ininter-
conseil et d’assistance.Malgré le décalage conjoncturel par rompue depuis 1996, les exportations
rapport à la France hexagonale, la hors produits énergétiques avaient net-
croissance économique de la Marti- tement baissé en 2005. Elles progres-
Jérôme HARNOIS
2 N° 69 - Martinique - Septembre 2007
AES69_martiniqueEL2.indd 2 11/09/2007 15:05:01

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.