Année économique et sociale 2006 en Martinique

De
Publié par

Commerce extérieur Accroissement des échanges extérieurs tent de 30 %, 1/8ème concerne l’in-n 2006, les exportations de la En 2006, la croissance dustrie des équipements électriques, EMartinique se sont élevées à près soutenue des exportations les importations de produits agricoles de 489,1 millions d’euros, soit une martiniquaises est uni- et de l’industrie agroalimentaires res-progression de 29,5 % par rapport à tant très stables. quement due aux réex- 2005. Tous les biens échangés sont Au total, la Martinique accuse un défi -en progression à l’exception des pro-portations de produits cit des échanges de biens qui se creu-duits agricoles en recul de plus d’un pétroliers vers la Guade- se : -2 milliards d’euros. Le taux de cinquième. Cette évolution positive couverture, mesuré par le rapport entre loupe et la Guyane. Les est liée aux réexportations de produits les exportations et les importations, est pétroliers qui ont progressé de plus de exportations de banane de 19,5 %, c’est le meilleur des trois la moitié sous l’effet de l’augmenta-chutent encore contrai- DFA (14,9 % en Guyane et 7,1 % en tion des prix mais également en raison rement aux exportations Guadeloupe). Il confi rme un net désé-d’une croissance des volumes de plus quilibre structurel dans les échanges de de 25 %. Hors énergie, les exportations de rhum qui se redressent biens.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Commerce extérieur
Accroissement
des échanges extérieurs
tent de 30 %, 1/8ème concerne l’in-n 2006, les exportations de la En 2006, la croissance
dustrie des équipements électriques, EMartinique se sont élevées à près soutenue des exportations les importations de produits agricoles de 489,1 millions d’euros, soit une
martiniquaises est uni- et de l’industrie agroalimentaires res-progression de 29,5 % par rapport à
tant très stables. quement due aux réex- 2005. Tous les biens échangés sont
Au total, la Martinique accuse un défi -en progression à l’exception des pro-portations de produits
cit des échanges de biens qui se creu-duits agricoles en recul de plus d’un
pétroliers vers la Guade- se : -2 milliards d’euros. Le taux de cinquième. Cette évolution positive
couverture, mesuré par le rapport entre loupe et la Guyane. Les est liée aux réexportations de produits
les exportations et les importations, est pétroliers qui ont progressé de plus de exportations de banane
de 19,5 %, c’est le meilleur des trois la moitié sous l’effet de l’augmenta-chutent encore contrai- DFA (14,9 % en Guyane et 7,1 % en tion des prix mais également en raison
rement aux exportations Guadeloupe). Il confi rme un net désé-d’une croissance des volumes de plus
quilibre structurel dans les échanges de de 25 %. Hors énergie, les exportations de rhum qui se redressent
biens. Hors agriculture, tous les autres de la Martinique affi chent une très lé-comme la plupart des secteurs industriels sont défi citaires.gère progression de 1,2 %. Depuis
productions de l’indus- Les exportations le début de la décennie, elles sont
Les exportationsconcernent es-trie manufacturière. Il en d’ailleurs en baisse de 20 %.
sentiellement de banane résulte un défi cit com-
les ventes de Les importations progressent moins chutent à nouveaumercial plus important en pétrole raffi né rapidement (+8,9 %) pour atteindre
(60 %), de banane (14 %) et de 2006. L’économie marti- près de 2,5 milliards d’euros. Ce résul-
rhum (9 %). En 2006, l’exportation tat conforte la tendance observée de-niquaise est encore forte-
de banane diminue encore de plus puis le début de la décennie (+6 % en
ment dépendante de l’ex- de 20 % pour atteindre son niveau moyenne annuelle). Plus de 60 % de
térieur et de ses échanges le plus bas depuis le début de la dé-cette progression sont imputables aux
cennie : -50 %. La vente de boissons importations de pétrole qui augmen-avec la métropole. Hors
agriculture, l’année 2006
a été marquée par un L’agriculture exporte de moins en moins
nouvel accroissement des
Évolution, en valeur, des exportations de la Martinique
échanges de biens.
En indice, base 100 en 2000
Source : Direction nationale du commerce extérieur
5N° 69 - Martinique - Septembre 2007
AES69_martiniqueEL2.indd 5 11/09/2007 15:05:02Commerce extérieur
alcoolisées (hors rhum) connaît une Bond de l’énergie en 2006
certaine reprise (+11 %) après une
Évolution, en valeur, des importations de la Martiniqueannée 2005 diffi cile. L’industrie lai-
tière contribue également fortement
En indice, base 100 en 2000à la bonne reprise des exportations
de l’industrie agroalimentaire qui se
redresse après deux années consé-
cutives moins favorables.
La France métropolitaine est la pre-
mière destination des ventes du
département (un cinquième des
exports), c’est aussi le premier pays
fournisseur (56 % des imports). La
quasi-totalité de la production de
banane exportée y est destinée, plus
de 43 % du rhum (le solde est expor-
té en Guadeloupe et en Guyane).
Source : Direction nationale du commerce extérieur
Hors industrie pétrolière, la Mar-
tinique entretient également des
encore les productions métalliques, Un peu plus de la moitié des véhicu-relations commerciales privilé-
la chimie ou les papiers et emballa- les importés proviennent de la métro-giées avec la Guadeloupe (pour les
ges dont les parts sont plus faibles. pole, plus d’un sur quatre provient deéchanges de rhum notamment, les
Ces évolutions favorables compen- l’Union européenne.biens de consommation, et les biens
sent le recul de moitié des exports de Du point de vue énergétique, la Mar-intermédiaires) et la Guyane (rhum,
matériel électrique et électronique. tinique dépend très peu de la métro-biens d’équipement et biens inter-
Toutes ces productions sont principa- pole. Son principal fournisseur estmédiaires).
lement destinées à la Caraïbe (60 % la Grande-Bretagne (65 %), devantAprès une année 2005 en forte bais-
dont un tiers en Guadeloupe), à la l’Italie, la Belgique et Aruba.se, les équipementiers voient leurs
Guyane ou à la métropole (1/7ème En 2006, les importations de pé-ventes à l’extérieur progresser de
chacune). trole ont progressé de près de 30%,19,7 %. Ils représentent 5,3 % des
La bonne tenue des exportations de en lien avec une forte augmentationexports avec la construction navale
la région s’accompagne d’une sta- des prix et en dépit d’une baisse deset la construction aéronautique. Les
bilité des volumes échangés en dé- volumes de 20 %. Hors énergie, lescharpentes métalliques alimentent
pit de la crise bananière et du recul importations sont en hausse de 4 %,30 % de la croissance des exports
des ventes de biens intermédiaires c’est dans l’industrie électrique etd’équipements industriels, c’est un
(- 20 % en volume). électronique (composants mais aussipeu plus que la fabrication de mo-
équipements) que l’on observe lesteurs électriques ou d’équipements Les importations martiniquaises plus fortes croissances (+20 %). Lesmécaniques (26 % chacun). sont composées à plus de 60% importations de biens d’équipement
de produits manufacturés, 21 % ont augmenté deLes industries des biens de consom-
de produits éner- Des importations qui 9 %. Celles desmation affi chent une progression de
gétiques, 15 % de biens intermédiai-plus de 47 %. Près de la moitié de progressent en 2006produits agroali- res progressentcette croissance est imputable aux
mentaires. Les importations de moins rapidement (+6 %). Les impor-savons parfums et produits d’entre-
produits agricoles sont marginales tations de biens de consommationtien, près d’un tiers à l’édition impri-
(1,7 %). sont relativement stables. Depuis lemerie.
La région importe une grande pro- début de la décennie, la plupart desLes exportations de biens intermé-
portion de ces produits de la Mé- importations industrielles s’inscriventdiaires sont assez faibles en Martini-
tropole : 70% des biens intermé- dans des tendances à la hausse. Parque (4,0%) mais n’en sont pas moins
diaires ou des biens d’équipement contraste, l’agriculture reste assez sta-dynamiques (+39 %). Après avoir for-
dont elle a besoin, 79 % des biens ble.tement reculé en 2005, les secteurs
de consommation, les trois quarts les plus importants renouent avec la
des produits agroalimentaires et croissance comme l’industrie extrac-
les 2/3 des produits agricoles. tive qui progresse de près de 30 %, ou
Christian CAMESELLA
6 N° 69 - Martinique - Septembre 2007
AES69_martiniqueEL2.indd 6 11/09/2007 15:05:02

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.