AntianÉco 64 - Année économique et sociale 2004 en Guadeloupe

De
Publié par

Synthèse Une année qui marque le pas et des travaux publics, toujours nouveaux opérateurs anticipent En 2004, l’économie pessimistes quant à la santé et à une amélioration dans ce secteur, l’avenir de leur secteur.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Synthèse
Une année
qui marque le pas
et des travaux publics, toujours nouveaux opérateurs anticipent
En 2004, l’économie
pessimistes quant à la santé et à une amélioration dans ce secteur,
l’avenir de leur secteur. Il est vrai à la faveur peut-être du redémar-guadeloupéenne a fonctionné au
que plusieurs indicateurs n’inci- rage de la commande publique.
ralenti. Elle n’a manifestement que tent pas à l’optimisme, en parti- Les nouvelles technologies, si el-
culier la contribution de ce les occupent encore une place li-peu profité de la relance de la
secteur au Produit intérieur mitée, ont pris un bon départ au
croissance mondiale ; elle n’a pas brut, positive en 2003 (+ 0,3) début de la décennie 2000 et ré-
et négative en 2004 (-0,4). servent peut-être des surprises,non plus tiré parti de la reprise
s’il se confirme qu’elles sont une
française, encore moins de celle niche d’emplois. Enfin laEn dépit de cette relative morosi-
consommation des ménages de-té, l’année 2004 offre quelquesdes économies de la Caraïbe.
meure vive, stimulée par la crois-aspects positifs. D’abord, le taux
sance des salaires (SMIC) , des re-Abstraction faite des prix, son de chômage a un peu diminué
venus de la solidarité (alloca-entre juin 2003 et juin 2004,
rythme de croissance est en effet tions familiales, minima so-même si tout laisse à penser que
ciaux..) et le recours à l’en-le second semestre aura étéestimé à 0,5 %, contre 1,8 % en
dettement, toujours important (54moins bon, surtout pour les jeu-
2003 et 2,3 % pour l’ensemble de % de l’ensemble) et vivace (ennes (moins de 25 ans). La natalité,
hausse de 8 %).de son côté, s’est un peu re-la France.
dressée après deux mauvaises an-
nées (2002 et 2003). Le trafic de
’atonie générale de l’économie se manifeste Delile Diman-Anténorl’aéroport a progressé, tant pourLau niveau des entreprises qui ont peu investi,
le frêt que pour les passagers,
bien que leur demande de crédit d’équipement
même s’il n’atteint pas les bons
ait été plus active qu’en 2003 (+ 5,2 %, contre +
niveaux de la période
3,0 % en 2003) ; l’endettement global des entre-
1998-2000. L’afflux accrû de pas-
prises progresse (+ 2,8 %), mais la part la plus im-
sagers est le signe notamment
portante semble bien être du crédit de trésorerie
d’un frémissement de l’activité
(en forte progression). Les entreprises ont égale-
touristique : de nouveaux établis-
ment peu exporté (- 16 % en 2004, au lieu de
sements relevant de ce secteur
+ 5,7 % en 2003, en valeur). L’arrêt de fonction-
ont été créés qui ont généré de
nement pendant deux mois du port n’explique
nouveaux emplois, et il y a da-
pas tout : les difficultés récurrentes et accentuées
vantage de clients dans les hôtels.
de la banane (qui a exporté 25 % de moins qu’en
La création d’entreprises a
2003) y ont bien contribué. D’une manière géné-
concerné le tourisme, mais plus
rale le secteur primaire (agriculture, pêche..) est
généralement elle a redémarré en
en net recul (-10 %). Cependant, la filière canne-
2004 (+ 7 %) alors qu'elle était
sucre a su tirer son épingle du jeu : récolte de
quelque peu ralentie en 2002 et
canne en forte hausse (47 %), même si la richesse
2003 ; les services en sont les pre-
en sucre n’a pas été complètement au ren-
miers bénéficiaires (+ 14 %), mais
dez-vous. Par ailleurs, la hausse de la commande
la construction n’est pas en
publique (collectivités territoriales surtout) n’a
rest (+ 20 %) ; c’est donc que de
pas suffi à rassurer les entrepreneurs du bâtiment
2

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.