AntianÉco 64 - Année économique et sociale 2004 en Guadeloupe

De
Publié par

Créations d’entreprises Les créations se redressent ’appareil productif guadelou- rales qui doublent en un an. De En 2004, plus de 4440 entreprises Lpéen regroupe une champi- 218 créations en 2003, elles sont gnonnière de petites entreprises passées à 469 en 2004. La péné-nouvelles ont vu le jour en dont la taille moyenne est 4 fois tration de cette catégorie juri- Guadeloupe, soit 6,7% de plus plus petite qu’en métropole (1,3 dique est forte au sein des servi- er contre 5,5 emplois). Au 1 jan- ces aux entreprises et particuliè-qu’en 2003. Le ralentissement vier 2004, dans les secteurs de rement dans les activités de observé au cours des deux années l’industrie, du commerce et des conseil et d’assistance et dans les services non financiers, la Gua- services opérationnels. Elle estprécédentes ne s’est donc pas deloupe rassemblait 38 924 en- également élevée dans l’éduca- poursuivi. Cette année, les services treprises, soit 3,5% de plus qu’en tion, les activités récréatives et 2003. 47% des entreprises rele- culturelles. En revanche, elle ne mais surtout la construction sont à vaient du secteur des services, progresse que légèrement dans la 28% du commerce, 16,5% de la santé et l’action sociale. En 2003,l’origine de cette évolution construction et 8,5% de d’in- ce secteur rassemblait 57% des favorable. En revanche, le dustrie. En dix ans, l’appareil pro- professions libérales ; en 2004, il ductif guadeloupéen s’est beau- ne représente plus que 30%.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Créations d’entreprises
Les créations se redressent
’appareil productif guadelou- rales qui doublent en un an. De
En 2004, plus de 4440 entreprises Lpéen regroupe une champi- 218 créations en 2003, elles sont
gnonnière de petites entreprises passées à 469 en 2004. La péné-nouvelles ont vu le jour en
dont la taille moyenne est 4 fois tration de cette catégorie juri-
Guadeloupe, soit 6,7% de plus plus petite qu’en métropole (1,3 dique est forte au sein des servi-
er
contre 5,5 emplois). Au 1 jan- ces aux entreprises et particuliè-qu’en 2003. Le ralentissement
vier 2004, dans les secteurs de rement dans les activités de
observé au cours des deux années l’industrie, du commerce et des conseil et d’assistance et dans les
services non financiers, la Gua- services opérationnels. Elle estprécédentes ne s’est donc pas
deloupe rassemblait 38 924 en- également élevée dans l’éduca-
poursuivi. Cette année, les services treprises, soit 3,5% de plus qu’en tion, les activités récréatives et
2003. 47% des entreprises rele- culturelles. En revanche, elle ne
mais surtout la construction sont à
vaient du secteur des services, progresse que légèrement dans la
28% du commerce, 16,5% de la santé et l’action sociale. En 2003,l’origine de cette évolution
construction et 8,5% de d’in- ce secteur rassemblait 57% des
favorable. En revanche, le dustrie. En dix ans, l’appareil pro- professions libérales ; en 2004, il
ductif guadeloupéen s’est beau- ne représente plus que 30%.commerce et l’industrie perdent du
coup modifié par le jeu des créa- Sur 4440 créations, 70% ont dé-
terrain. Parmi les entreprises tions et des disparitions: 32% des claré démarrer leur activité sans
entreprises avaient une activité salarié, 18% n’ont pas déclarénouvelles, la grande majorité se
commerciale en 1994 contre leur effectif de départ. Pour le
crée sans autre emploi que celui du 28% aujourd’hui. Les services ont reste, 435 créations occupaient
gagné du terrain sur cette période moins de 5 salariés au dé-
créateur.
en passant de 38% à 47% des en- marrage, 57 entre 6 et 19 salariés
treprises, au détriment de la cons- et seulement 3 entre 20 et 49 sala-
truction et de l’industrie dont le riés.
poids ne cesse de s’effriter au fil Les créations se répartissent pour
des ans. 52% dans les services, 28% dans
Au cours de l’année 2004, 4440 le commerce, 14% dans la cons-Net redressement des créations
entreprises supplémentaires sont truction et 7% dans l’industrie.
venues enrichir l’appareil pro-
Évolution des créations d'entreprises en
ductif. La hausse est de 6,7% par
Guadeloupe rapport à 2003, bien supérieure
aux hausses enregistrées les an-
En nombre
nées précédentes (1,7 en 2003 et C’est la première fois que la part
5000
2,5 en 2002 ). des services dépasse le seuil des4500
50%. Après trois hausses consé-4000
3500 cutives timides et limitées n’excé-
3000 dant pas les 5% par an pour les
2500 meilleures années, les services af-
2000 42% des nouvelles entreprises se fichent en 2004 une progression
1500
sont créées en société. Le reste se de 14,4%. Avec 1065 créations,
1000
répartit entre les commerçants les services aux entreprises arri-
500
(29%), les artisans (16%), les pro- vent en tête et progressent de
0
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 fessions libérales (11%) et enfin 19%. Ce sont surtout les services
Industrie Construction Commerce Services les artisans-commerçants (2%). opérationnels qui ont fait le plein
L’année 2004 restera marquée cette année à l’origine de 652
par un envol des professions libé- créations nouvelles la location de
10Créations d’entreprises
machines et d’équipement divers, la de 1200 entreprises commerciales ont tamment dans l’habillement ou l’édi-
location d’autres biens personnels et été créées, soit 110 de moins qu’en tion imprimerie tandis que les biens
domestiques, les services annexes à la 2003. Seuls, le commerce et la répara- d’équipement ont capté 10% de plus
production, les activités de nettoyage tion d’automobiles progresse de 4%. de créateurs cette année.
ou encore le secrétariat et la traduc- Le commerce de gros avec 253 créa- Après deux années ternes, la construc-
tion ont été les points forts de l’année tions recule de 5% et le commerce tion se redresse et affiche une hausse
2004 dans les services opérationnels. de détail avec 851 créations de de 20%. Les artisans sont les plus
Les activités de conseil et assistance 10%. Ce sont surtout les magasins d’a- nombreux dans ce secteur : ils sont à
ont progressé de 11%. Arrivent en tête limentation qui perdent du terrain l’origine de 96% des créations. Le bâ-
les services professionnels (160 créa- (-34%). Avec 723 créations, le reste du timent compte pour plus de 90% de
tions), les activités informatiques, les commerce de détail limite ses pertes ces entreprises nouvelles. Il regroupe
activités d’ingiénérie et études techni- par rapport à 2003 et notamment les notamment les travaux de maconnerie
ques et enfin la publicité et études de créations en magasins spécialisés ou générale (111 créations), les travaux
marché qui progressent de 28%. dans l’habillement qui demeurent les d’installation électrique (74 créa-
En hausse de 13,5% par rapport à plus nombreuses. A noter également, tions), les travaux de peinture (64) et
2003, les services aux particuliers se la vente sur éventaire sur marchés qui de menuiserie en bois ou matières
sont enrichis de 775 entrepri- poursuit sa progression. plastiques(46). En Guadeloupe, la
ses nouvelles. L’hôtellerie-restauration taille moyenne des entreprises de la
capte encore cette année 460 créa- construction est la plus faible des
tions et continue de progresser en Antilles-Guyane.
Guadeloupe mais à un rythme plus ra- Le taux de créations d’entreprises, qui
lenti que les années passées, contrai- L’amélioration observée dans l’in- rapporte le nombre d’entreprises
rement à la Martinique qui affiche un dustrie depuis 2000 ne s’est pas pour- créées au total des entreprises actives
net repli dans cette activité. 171 créa- suivie. Au contraire, après une hausse donne une indication du renouvelle-
teurs ont réalisé leur projet dans les de 12% en 2003, les créations chutent ment du tissu productif. En 2004, il est
services personnels, soit 55% de plus de 3%. En 2004, à peine 300 entrepri- de 11,4%. C’est letauxleplusfaible
qu’en 2003 ; les activités de coiffure, ses industrielles se sont créées sur le des Antilles-Guyane. Il varie de 9%
soins de beauté et autres soins corpo- territoire guadeloupéen. En léger re- dans l’industrie à 12,6% dans les ser-
rels en représentant l’essentiel. trait par rapport à 2003, l’industrie a vices.
du mal à régénérer son potentiel de
production. Ce résultat médiocre s’ex-
plique par un mauvais score de l’a-
Depuis l’année 2000, le commerce ne groalimentaire qui se replie de 9% et
cesse d’emettre des signes d’essoufle- des biens intermédiaires. Les biens de
ment en Guadeloupe. En 2004, plus consommation se maintiennent no-
Définitions
Créationspures:l’activitéexercéeneconstituepaslapoursuited’uneactivitédemêmetypeexercée
antérieurement au même endroit par une autre entreprise.On parle aussi de création « ex nihilo ».
Reprise : reprise de tout ou partie des moyens de production d’une entreprise,rachat d’un fonds de
commerce etc.…
Réactivation : une personne physique peut cesser son activité non salariée puis la reprendre
ultérieurement.Elle retrouve d’ailleurs le numéro d’identification unique qui lui avait été attribué la
première fois.
Pour en savoir plus
« Léger ralentissement du rythme en 2003 » - Antiane,bilan AES 2003 Guadeloupe N° 61– septembre 2004
« Forte hausse des créations d’entreprises en 2003 » - INSEE première n°944 – Janvier 2004
« Les chances de réussite se multiplient avec l’investissement et l’expérience du créateur » - Antiane n°58
– Décembre 2003
11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.