Après un bon début d'année, les perspectives s'assombrissent pour l'économie francilienne

De
Publié par

Au début de l’année 2008, l’économie francilienne résiste plutôt bien : les créations d’entreprises se maintiennent à un niveau élevé, l’activité reste bien orientée dans les secteurs de la construction, des services aux entreprises et du tourisme. L’emploi et le chômage continuent d’évoluer de façon plus favorable que dans le reste de la France métropolitaine. Les perspectives sont plus incertaines pour le second semestre, avec un tassement prévu de l’activité dans l’industrie, le commerce et les services marchands. Introduction Des perspectives moroses pour l'économie française au second semestre 2008 L'économie francilienne résiste bien au début de l'année 2008 BTP : le bâtiment non résidentiel et le logement collectif soutiendraient l'activité Fléchissement de l'activité commerciale Tassement de l'activité dans les services marchands Un début d'année dynamique dans le tourisme Stabilisation à un niveau élevé des créations d'entreprises L'emploi salarié dans le BTP et le tertiaire toujours dynamique en début d'année Un niveau d'offres d'emploi toujours élevé Le nombre des demandeurs d'emploi continue de diminuer en Ile-de-France
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 302 - Juillet 2008
Après un bon début d’année,
les perspectives s’assombrissent
pour l’économie francilienne
Au début de l’année 2008, l’économie francilienne résiste plutôt bien : les créations
d’entreprises se maintiennent à un niveau élevé, l’activité reste bien orientée dans
les secteurs de la construction, des services aux entreprises et du tourisme. L’emploi
et le chômage continuent d’évoluer de façon plus favorable que dans le reste de la France
métropolitaine. Les perspectives sont plus incertaines pour le second semestre, avec
un tassement prévu de l’activité dans l’industrie, le commerce et les services marchands.
Julie ROY, Insee Ile-de-France
François RAGEAU, DRTEFP Ile-de-France
’économie mondiale connaît aussi marqué que dans les autres pays. un quatrième trimestre 2007 en retrait,
depuis la mi-2007 un ralentisse- La prolongation des tensions sur les mar- la croissance a pourtant rebondi auL ment que le rebond de la crois- chés financiers et monétaires conduit premier trimestre (+ 0,5 %) mais cette
sance au premier trimestre n’a que dans le même temps les banques à dur- embellie est restée sans lendemain. La
provisoirement interrompu. Elle reste, en cir leurs conditions de crédit, au risque croissance française connaît une sé-
effet, confrontée au renchérissement des de freiner encore un peu plus l’activité. rieuse « baisse de régime » depuis le
produits agricoles et du pétrole - de deuxième trimestre et ne devrait pas
janvier à juin 2008, le prix du baril de dépasser 1,6 % en moyenne annuelleDes perspectives moroses
Brent est passé de 90 à plus de 140 en 2008. Plusieurs facteurs sont à l’ori-pour l’économie française
dollars - ainsi qu’aux difficultés du gine de ce ralentissement. L’inflation,
au second semestre 2008
secteur immobilier. Après les qui érode le pouvoir d’achat des ména-
Etats-Unis, le Royaume-Uni et L’économie française avait, jusqu’à pré- ges, freine leur consommation. Le mo-
l’Espagne, le retournement du marché ral des ménages a atteint un niveausent, en grande partie échappé au ra-
immobilier atteint désormais la France historiquement bas en juin. Le ralentis-lentissement de l’économie mondiale.
sans toutefois y présenter un caractère sement de la consommation conjuguéCe n’est désormais plus le cas. Après
à celui de la demande extérieure pèse
sur les carnets de commande et les an-
Autres contributeurs du diagnostic conjoncturel
ticipations des chefs d’entreprise. La
production manufacturière ne devraitBanque de France : Monique Chiffe DRTEFP Ile-de-France : Bernard Simonin
guère croître au cours des prochains
GARP/Unedic : Frédéric SavalleCERC Ile-de-France : Hervé Vibert
mois. Les perspectives d’investisse-
GIM : Véronique FournierCESR Ile-de-France : Julie Coudry
ment sont incertaines et dépendront de
Insee Ile-de-France : Patrick PétourCRCI Paris Ile-de-France : Martine Delassus l’évolution des conditions de finance-
OFEM-CCIP : Patrice AvakianCrocis-CCIP : Mickaël Le Priol, Isabelle ment. L’investissement des entreprises
Savelli a bien résisté en début d’année mais aOREF Ile-de-France : Béatrice Delay
fléchi ensuite. L’investissement desDGDDI Ile-de-France : Elisabeth Braun PRIF : Christophe Centonze
ménages en logement diminuerait enDREIF : Laurent Guinard RGF : Eliane Dié
2008.
ConjonctureDans ce contexte, l’embellie du marché de gros, confirmant la tendance du der-BTP : le bâtiment non résidentiel
du travail devrait connaître une pause. nier trimestre 2007. Dans le commerce
et le logement collectif
Les créations d’emploi (200 000) se- de détail, les intentions de commandes
soutiendraient l’activitéraient presque deux fois moins nom- se stabilisent au premier trimestre mais
breuses qu’en 2007. Du fait de ce ralentissent au deuxième 2008.
Avec 2,6 % de croissance en volume
moindre dynamisme de l’emploi et de envisagée pour 2008, la construction en
l’évolution tendancielle de la population Le chiffre d’affaires des entreprises fran-
Ile-de-France reste pour le moment en-
ciliennes du commerce progresse deactive, la baisse du chômage serait
core bien orientée malgré la menace que er
4,5 % au 1 trimestre 2008 par rapportlimitée : le taux de chômage s’établirait à
fait peser le retournement annoncé du er
au 1 trimestre 2007, alors qu’il avait7,1 % fin 2008.
marché immobilier. Dans le secteur du
augmenté de + 5,7 % entre les premiers
bâtiment, neuf et existant confondus, la
eL’économie francilienne trimestres 2006 et 2007. Depuis le 4 tri-
croissance de l’activité serait encore de
mestre 2007, la progression du chiffrerésiste bien 2,8 % en 2008. L’activité de construc-
d’affaires des entreprises franciliennes
au début de l’année 2008 tion de bâtiments non résidentiels neufs
est inférieure à celui des entreprises de
resterait la plus dynamique (+ 9 % pré-
En Ile-de-France, les évolutions de la France métropolitaine.
vus en 2008). En revanche, le ralentisse-
conjoncture suivent de près l’évolution
ment de la production de logements
nationale. Malgré un bon début d’année
neufs se confirmerait (+ 0,8 % en 2008),
2008, les perspectives sont donc miti- Tassement de l’activité
la bonne tenue du logement collectif,
gées dans la plupart des secteurs d’acti- dans les services marchands
notamment dans le secteur locatif so-
vité. Néanmoins, l’emploi salarié et le
cial, ne compensant qu’en partie le recul
chômage devraient continuer d’évoluer L’activité des services a enregistré un
anticipé de la construction de loge- léger tassement à la fin du premier tride façon plus favorable que dans le reste -
ments individuels. Le climat est égale- mestre 2008, après un bon mois dede la France métropolitaine.
ment maussade dans les travaux publics janvier 2008. Les activités d’informa-
L’activité pourrait se tasser dans l’in- dont l’activité est traditionnellement tique et d’ingénierie poursuivent leur
corrélée au cycle électoral. L’activitédustrie. La production industrielle fran- progression grâce à une demande
cilienne a légèrement fléchi en mai. Les dans ce secteur progresserait seulement étrangère soutenue. La réparation au-
chefs d’entreprise dans l’industrie antici- de + 1,6 % en 2008 après + 4,6 % en 2007. tomobile se maintient malgré une
pent un ralentissement de leur produc- baisse de l’activité liée à un repli de la
tion au deuxième trimestre 2008✎❶.Le Fléchissement demande globale. En revanche, la lo-
niveau de leurs carnets de commande cation automobile, le conseil pour lesde l’activité commerciale
baisse sous l’effet de la contraction des affaires et la gestion connaissent une
débouchés étrangers. A court terme, L’activité commerciale fléchit en 2008 baisse de leurs activités. Les chefs
l’activité se maintient grâce aux biens de avec le ralentissement de la consomma- d’entreprise de travail temporaire,
consommation. A un horizon plus loin- tion. Ce fléchissement concerne aussi malgré une activité maintenue au pre-
tain, les perspectives sont plus nuancées bien le commerce de gros que celui de mier trimestre 2008, sont pessimistes
avec, en particulier, une incertitude pour détail. Les intentions de commandes sur le court terme.
le secteur de l’industrie automobile. continuent à ralentir dans le commerce
Les prévisions restent cependant bien
orientées, même si l’hôtellerie et le
Industrie : opinion des chefs d'entreprise sur l'évolution de leur production
travail temporaire devraient rester en
Unité : % de solde d'opinion
retrait.
60
Un début d’année40
dynamique
20 dans le tourisme
Malgré un léger ralentissement en mars0
et avril 2008, l’activité hôtelière franci-
lienne connaît un début d’année dyna-
-20
mique. Ce dynamisme est notamment
dû à la clientèle étrangère et plus parti-
-40 culièrement européenne. La hausse
de la fréquentation de la clientèle eu-
ropéenne compense, en effet, la-60
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 moindre présence des clientèles amé-
ricaine et japonaise, dont les monnaies seFrance Ile-de-France
Source : Insee, enquête mensuelle dans l'industrie déprécient par rapport à l’euro.Les créations d'entreprises depuis 2000Stabilisation er
Base 100 au 1 trimestre 1998 - Données CVS-CJO
à un niveau élevé 180
des créations d’entreprises 170
160
Après une année record en 2007, les
150
créations d’entreprises restent à un
140
niveau élevé au début de 2008. Au cours
130
du premier trimestre 2008, en
120
Ile-de-France, environ 19 600 entrepri-
110ses ont été créées, soit une légère baisse
100par rapport au dernier trimestre 2007
90(- 0,3 %). Dans le même temps, le
nombre de créations d’entreprises sur le 80
plan national est stable. 70
60
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008Les créations d’entreprises sont moins
France entière Ile-de-Francenombreuses dans les services aux entre-
Champ : activités marchandes hors agriculture.prises et le commerce-réparation mais
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissementsaugmentent dans les secteurs des servi-
ces aux particuliers et des transports. Le
secteur des services aux entreprises reste
Estimations trimestrielles de l'emploi salarié dans le secteur privé non agricole
le plus créateur avec 6 600 entreprises
Données CVS en fin de trimestre
nouvelles. Les créations d’entreprises
4 120 000
ont augmenté dans tous les départe-
4 100 000
ments de la région✎❷.
4 080 000
4 060 000
4 040 000
L’emploi salarié
4 020 000
dans le BTP et le tertiaire 4 000 000
3 980 000toujours dynamique
3 960 000
en début d’année
3 940 000
3 920 000Au premier trimestre 2008, l’Ile-
3 900 000de-France compte 4,1 millions de sala-
3 880 000riés dans le secteur concurrentiel, soit
e
15 600 emplois de plus qu’au 4 trimestre
2007✎❸.
Sources : Garp/Unedic
Sur un an, l’emploi salarié francilien
s’accroît de 1,8 %, contre + 1,7 % dans Evolution du nombre de demandeurs d'emploi selon la durée d'inscription
Base 100 en janvier 2005l’ensemble du territoire national, grâce
110au dynamisme confirmé du BTP (+ 4,9 %,
soit 12 000 postes supplémentaires) et
du tertiaire (+ 2,2 %, soit 72 000 postes 100
supplémentaires).
90
Durant cette période, les effectifs du
secteur des services aux entreprises, pre-
80
mier employeur francilien, augmentent
très nettement. A l’inverse, l’emploi dans 70
les services personnels et domestiques
serait en baisse, mais les chiffres disponi-
60
bles ne prennent pas en compte les sala-
riés rémunérés par des particuliers pour
50
des emplois d’aide à domicile. L’emploi
dans l’industrie continue de diminuer
Inscrits depuis moins de 1 an Inscrits depuis1à2ans Inscrits depuis 2 ans ou plustendanciellement. L’automobile, mais
aussi la pharmacie et les équipements Champ : demandeurs d'emploi de catégorie 1 (CVS) en fin de mois.
électriques, perdent des emplois. Sources : ANPE et Dares
Sept. 01
Déc. 01
Mars 02
Juin 02
Sept. 02
Déc. 02
Mars 03
Juin 03
Sept. 03
Déc. 03
Mars 04
Juin 04
Sept. 04
Déc. 04
Mars 05
Juin 05
Sept. 05
Déc. 05
Mars 06
Juin 06Janv. 05
Sept. 06
Mars 05
Déc. 06
Mai 05 Mars 07
Juin 07
Juil. 05
Sept. 07
Sept. 05
Déc. 07
Nov. 05 Mars 08
Janv. 06
Mars 06
Mai 06
Juil. 06
Sept. 06
Nov. 06
Janv. 07
Mars 07
Mai 07
Juil. 07
Sept. 07
Nov. 07
Janv. 08
Mars 08
Mai 08Taux de chômage localisé par départementUn niveau d’offres d’emploi
Données CVS en moyenne trimestrielle
toujours élevé
%
12
11,1En moyenne, sur les cinq premiers mois
de l’année, 68 500 offres d’emploi (en
10
9,4données CVS) ont été enregistrées
8,8
8,4 8,4chaque mois, contre 69 900 au cours du
7,8 7,98 7,5 7,4deuxième semestre 2007 (- 2,0 % CVS). 7,27,1
6,66,5 6,5Ce volume reste, toutefois, à un niveau 6,2 6,06,06très supérieur à la moyenne observée de- 5,4
5,1 5,0
puis 2000.
4
Au cours des douze derniers mois, le
nombre d’offres durables (CDI ou CDD 2
de plus de six mois) s’est accru de 6,4 %.
La part des emplois durables n’a cessé 0
de progresser depuis 2004 et représente Paris Hauts- Seine- Val- Seine- Yvelines Essonne Val- Ile- France
de- Saint- de- et- d'Oise de- métro-désormais plus de la moitié des offres.
Seine Denis Marne Marne politaineFrance
Ce sont les offres d’emploi pour les mé-
er er
1 trimestre 2007 1 trimestre 2008tiers de cadres qui augmentent le plus au
Source : Inseecours des douze derniers mois.
demandeurs d’emploi ralentit chez les Au premier trimestre 2008, le taux de
Le nombre 1
hommes (- 0,5 %) comme chez les chômage localisé s’établit à 6,6 % en
des demandeurs d’emploi femmes (- 2,3 %). Le nombre de jeunes Ile-de-France, contre 7,2 % en France
continue de diminuer âgés de moins de 25 ans inscrits à métropolitaine. Il baisse de 0,3 point en
l’ANPE, qui avait fortement diminué en un trimestre et de 1,3 point en un an. Tousen Ile-de-France
2007, croît à nouveau (+ 4,9 %). Le recul les départements franciliens sont concer-
A la fin du mois de mai 2008, 364 391 se prolonge pour les autres classes d’âge. nés par ce recul✎❺.
demandeurs sont inscrits en catégorie 1 Par catégorie socioprofessionnelle, on
à l’ANPE, en Ile-de-France, soit une di- observe une moindre diminution du
Rédaction achevée le 7 juillet 2008
minution de 1,4 % par rapport à fin dé- nombre d’inscrits à la recherche d’un
cembre 2007, alors que le nombre de emploi de cadre (- 1,9 %) et même une
demandeurs augmente pour l’ensemble augmentation du nombre de deman-
1de la France métropolitaine sur la même deurs à la recherche d’un poste d’ou- Le taux de chômage localisé est calculé en
période ✎❹. Le recul du nombre de vrier non qualifié (+ 2,2 %). moyenne sur le trimestre.
Pour en savoir Plus
« Note de conjoncture », Insee Conjoncture, juin 2008.
er
« L'économie francilienne s'essouffle - Tableau économique de l'Ile-de-France au 1 trimestre 2008 », Crocis de la CCIP et ARD, juin 2008.
« Tendances régionales Ile-de-France », Banque de France, juin 2008.
« Indicateur d’activité des grands magasins d’Ile-de-France », La lettre d’information du Crocis de la CCIP, mai 2008.
« Cahier de la cellule économique pour la construction, les travaux publics et les matériaux en Région Ile-de-France », avril 2008.
INSTITUT NATIONAL
Directrice de la publication : Sylvie MarchandDE LA STATISTIQUE Comité de rédaction : Patrick Pétour
Publication téléchargeable à partir du site Internet : www.insee.fr/ile-de-franceRédacteur en chef : Denis CavaudET DES ETUDES ECONOMIQUES
Secrétaire de rédaction : Françoise Beaufils
Direction régionale d’Ile-de-France Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Maquette : Nathalie Droux - Laure Omont Commission paritaire n° 2133 AD
e78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2008 Impression :S.N.Rafal Dépôt légal : 2 semestre 2008 Code Sage I0830252
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.