Bilan 2007 - L'année 2007 en Basse-Normandie

De
Publié par

L'année 2007 en Basse-Normandie La croissance régionale au rendez-vous La croissance de l’économie française se Un dynamisme tiré par le bâtiment et l’industrie poursuit en 2007: le PIB augmente de 2,2 % comme l’année précédente. Elle est tirée La construction enregistre un nouveau re- par la consommation de ménages (+ 2,5 %) cord en 2007. Le nombre de logements mis dont le pouvoir d’achat progresse, du fait du dynamisme en chantier progresse de 0,5 % (+ 0,3 % au des revenus d’activités et des mesures baissant l’impôt niveau national), du fait d’une bonne année sur le revenu. Autre moteur du dynamisme national, l’in- pour le secteur collectif (+ 10 %). L’emploi suit, augmentant vestissement est en hausse lui aussi (+ 4,9 %), notamment de 5,5 %. Ces bons résultats devraient se prolonger sur le dans les entreprises non financières. En revanche, le défi- court terme, le nombre de permis de construire restant cit du commerce extérieur continue de freiner la crois- élevé malgré une baisse de 6 %. sance. Les exportations de biens sont au ralenti, et l’évolution des importations est contrastée selon les pro- duits. Enfin, le déficit public se creuse, atteignant 2,7 % du Pour la cinquième année consécutive, le PIB, sous l’effet conjugué d’un maintien des dépenses pu- chiffre d’affaires des entreprises industriel- bliques et d’une baisse des recettes. les bas-normandes augmente en 2007 (+ 6 %).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

L'année 2007 en Basse-Normandie
La croissance régionale au rendez-vous
La croissance de l’économie française se Un dynamisme tiré par le bâtiment et l’industrie
poursuit en 2007: le PIB augmente de 2,2 %
comme l’année précédente. Elle est tirée La construction enregistre un nouveau re-
par la consommation de ménages (+ 2,5 %) cord en 2007. Le nombre de logements mis
dont le pouvoir d’achat progresse, du fait du dynamisme en chantier progresse de 0,5 % (+ 0,3 % au
des revenus d’activités et des mesures baissant l’impôt niveau national), du fait d’une bonne année
sur le revenu. Autre moteur du dynamisme national, l’in- pour le secteur collectif (+ 10 %). L’emploi suit, augmentant
vestissement est en hausse lui aussi (+ 4,9 %), notamment de 5,5 %. Ces bons résultats devraient se prolonger sur le
dans les entreprises non financières. En revanche, le défi- court terme, le nombre de permis de construire restant
cit du commerce extérieur continue de freiner la crois- élevé malgré une baisse de 6 %.
sance. Les exportations de biens sont au ralenti, et
l’évolution des importations est contrastée selon les pro-
duits. Enfin, le déficit public se creuse, atteignant 2,7 % du Pour la cinquième année consécutive, le
PIB, sous l’effet conjugué d’un maintien des dépenses pu- chiffre d’affaires des entreprises industriel-
bliques et d’une baisse des recettes. les bas-normandes augmente en 2007
(+ 6 %). Cette croissance leur permet de re-
nouveler leur appareil productif, l’investissement progres-
Un marché du travail bien orienté sant de 9,5 %, mais aussi appelle de nouvelles embauches.
Le retour de la croissance des emplois dans l’industrie
L’économie bas-normande s’inscrit dans ce bas-normande (+ 0,3 %) est à rebours de la situation natio-
contexte plutôt favorable. De fait, l’emploi nale. Si on y ajoute l’intérim, important dans la région, la
salarié repart une nouvelle fois à la hausse main d’œuvre industrielle croit globalement de 1,1 %.
(+ 1,3 %), sur un rythme plus fort que les
deux années précédentes. Les effectifs des secteurs mar-
Le bilan d’activité 2007 est plutôt bon pourchands non agricoles progressent de 1,7 %, presque au
l’automobile et l’agroalimentaire. Ces deuxrythme de la métropole (+ 2 %).
fleurons de l’industrie bas-normande voient
leurs chiffres d’affaires grimper respective-
L’intensification de la politique de l’emploi ment de 10 % et 9,4 %. L’emploi en profite, mais avec un re-
contribue à cette embellie. Les aides aux cours très marqué à l’intérim.
secteurs marchands progressent (+ 4,9 %)
grâce à la formation en alternance, au sou-
tien des chômeurs pour la création d’entreprises et au dé- Le bilan de l’emploi en 2007 n’est pas aussi
veloppement des emplois familiaux. Les embauches positif pour le tertiaire. Dans le commerce,
aidées dans le secteur non marchand restent stables en malgré le maintien de la consommation
2007. Enfin les formations dispensées auprès des deman- des ménages, la croissance de l’emploi est
deurs d’emploi sont plus nombreuses que l’année précé- timide (+ 0,3 %, contre + 1,5 % en métropole). Le dyna-
dentes (+ 2,1 %). misme de l’emploi n’est guère meilleur dans les services
non marchands (+ 0,7 %), à l’exception de l’action sociale.
Quant aux services marchands, la croissance reste mo-
Autre signe de bonne santé du marché du dérée (+ 1,9 % hors intérim).
(1)travail : la baisse du chômage s’accélère
(- 12,9 %) et devient plus forte qu’au niveau
national (- 9,4 %). Le repli concerne tous les
En 2007, le nombre de créations d’entrepri-
demandeurs d’emplois, tous âges et sexe confondus. La ses progresse encore (+ 7,7 %), mais moins
proportion des jeunes chômeurs de moins de 25 ans qu’au niveau national (+ 12,5 %). Le secteur
(23,5 %) reste malgré tout bien supérieure à celle du niveau tertiaire concentre plus des trois quarts
national (19,6 %).
d’entre elles, dont l’essentiel dans le commerce. Dans ce
dernier, les créations croient de 10,9 %. De même, dans le
secteur de l’éducation, la santé, l’action sociale et l'Admi-
nistration, elles ont été particulièrement dynamiques en(1) Demandeurs d’emplois immédiatement disponibles, à la recherche d’un
2007 (+ 28,9 %).emploi à temps plein à durée indéterminée
Insee Basse-Normandie - Bilan 2007 3L'année 2007 en Basse-Normandie
L’artisanat n’a pas vu se prolonger les bons A la rentrée 2007, la légère diminution du
résultats de l’année précédente, et la situa- nombre d’élèves de la maternelle au lycée
tion s’est même détériorée en fin d’année (- 0,4 %) dans l’académie de Caen est
2007. L’activité et les intentions d’embauche proche du niveau national (- 0,3 %). Dans le
se maintiennent à un bon niveau, mais l’investissement ne dé- premier degré, la baisse d’effectifs (- 0.3 %) est liée à celle
colle pas. La conjoncture est cependant variable selon les du préélémentaire. Le recul de l’accueil dans les établis-
secteurs, l’alimentation et le bâtiment tirant leur épingle du jeu. sements du secondaire (- 0,5 %) est notamment imputable
aux lycées généraux et technologiques (- 1,7 %).
A noter que les bacheliers bas-normands réalisent une
belle performance en 2007, avec un taux de réussite de
85,9 % (+ 2,4 points par rapport aux résultats de 2006).
Les conséquences d’une météo mauvaise
Le recul du nombre d’étudiants de l’ensei-
Les mauvaises conditions climatiques de gnement supérieur est net. L’Université
2007 plombent les récoltes dans l’agricul- bas-normande perd 3,6 % de ses effectifs.
ture. La production de maïs fourrage Plusieurs explications sont avancées. D’a-
souffre de l’excès d’eau. La moisson du blé bord elle accueille moins de bacheliers, surtout en scien-
est touchée. Pénalisée par les mauvais rendements et le ces humaines et sociales et en sciences. De plus, les non
recul des surfaces, la production de betteraves sucrières bacheliers intégrant l’Université, pour la plupart des étu-
se rétracte elle aussi. Cependant la conjoncture écono- diants étrangers, sont eux aussi moins nombreux. Enfin,
mique exceptionnelle porte à la hausse le prix des céréa- les poursuites d’études sont plus faibles que l’année pré-
les, notamment du blé. Certes favorable aux cultivateurs, cédente.
cette montée des prix l’est moins pour les éleveurs, notam-
ment de porcs, qui voient flamber le coût de l’alimentation
de leur bétail. Quant au cheptel bovin, il se reconstitue, se- A la rentrée 2007, les effectifs baissent dans
lon une physionomie qui se modifie au profit du troupeau presque toutes les classes de l’enseigne-
allaitant. ment agricole. La baisse globale, de 3 %, est
plus prononcée qu’un an auparavant (- 2,2 %),
alors que les effectifs se stabilisent au niveau national. La
La météo maussade de l’été 2007 pénalise seule embellie est le recrutement en hausse en première
aussi la fréquentation touristique des année de Brevet de Technicien Supérieur Agricole.
campings bas-normands (- 5,7 %). Cette
désaffection concerne seulement la clien-
tèle française, les étrangers étant au contraire venus plus Alain MÉNARD
nombreux qu’en 2006. L’affluence de ces derniers con- Insee Basse-Normandie
tribue également à augmenter les nuitées passées dans
les hôtels, globalement en hausse de 3,3 %. Autre effet
probable de la météo capricieuse, les hôtels sont plus fré-
quentés en ville que sur le littoral. Enfin, comme les années
précédentes, les établissements haut de gamme s’en tirent
mieux que leurs homologues.
Un bilan démographique plus mitigé
erAu 1 janvier 2007, la population bas-nor-
mande s’élève à 1 453 000 habitants. Con-
trairement à 2006, l’excédent naturel de la
région (3 080 personnes) baisse au cours de
l’année 2007. Ce recul est dû à la fois à une chute des nais-
sances (- 1,6 %) de même ampleur qu’en métropole, et à
une augmentation du nombre de décès (+ 3,7 %) qui en re-
vanche n’apparaît pas au niveau national (- 0,1 %). L’ ac-
croissement des décès est particulièrement fort dans la
Manche (+ 6 %).
4 Insee Basse-Normandie - Bilan 2007

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.