Bilan 2008 dans la Manche

De
Publié par

mique. Les services aux entreprises n’ont pas su profiter de la résistance industrielle face au contexte économique difficile. Après une croissance de 3,6 % du nombre de salariés perma-L’activité économique nents en 2007, l’augmentation n’est que de 0,2 % un an plus tard. La baisse de l’activité est encore plus marquée dans lesralentit services aux personnes qui eux, ont perdu des effectifs, no- tamment dans les hôtels et les restaurants. Le secteur de la construction qui était très dynamique de 2005 Fin 2008, l’économie manchoise est con- à 2007, réduit ses effectifs salariés au cours de l’année 2008 frontée au ralentissement général de l’acti- (- 0,2 % hors intérim). Ce repli de l’emploi s’explique principale- vité. L’emploi salarié se rétracte de 0,7 % et ment par un recul des mises en chantier des logements, plus parallèlement, le nombre de chômeurs aug- marqué dans la Manche que dans les deux autres départements mente. Les emplois intérimaires et les jeu- (- 22,9 % en un an). La baisse du nombre de constructions de nes de moins de 25 ans sont les plus affectés logements est très nette pour le secteur collectif (- 49,9 %) du par cette crise. Le département réussit à li- fait d’une réduction de mise en chantier d’appartements desti- miter l’impact de la crise dans l’industrie. nés à la vente (- 300 logements sur un an).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

mique. Les services aux entreprises n’ont pas su profiter de la
résistance industrielle face au contexte économique difficile.
Après une croissance de 3,6 % du nombre de salariés perma-L’activité économique
nents en 2007, l’augmentation n’est que de 0,2 % un an plus
tard. La baisse de l’activité est encore plus marquée dans lesralentit
services aux personnes qui eux, ont perdu des effectifs, no-
tamment dans les hôtels et les restaurants.
Le secteur de la construction qui était très dynamique de 2005
Fin 2008, l’économie manchoise est con-
à 2007, réduit ses effectifs salariés au cours de l’année 2008
frontée au ralentissement général de l’acti-
(- 0,2 % hors intérim). Ce repli de l’emploi s’explique principale-
vité. L’emploi salarié se rétracte de 0,7 % et
ment par un recul des mises en chantier des logements, plus
parallèlement, le nombre de chômeurs aug-
marqué dans la Manche que dans les deux autres départements
mente. Les emplois intérimaires et les jeu-
(- 22,9 % en un an). La baisse du nombre de constructions de
nes de moins de 25 ans sont les plus affectés
logements est très nette pour le secteur collectif (- 49,9 %) du
par cette crise. Le département réussit à li-
fait d’une réduction de mise en chantier d’appartements desti-
miter l’impact de la crise dans l’industrie.
nés à la vente (- 300 logements sur un an). L’évolution de la
Mais la construction qui était un moteur de
construction de locaux d’activité suit la même tendance que celle
la croissance manchoise en 2007, perd des
des logements : leurs surfaces baissent de 25,0 % alors qu’elles
effectifs.
augmentent dans les deux autres départements.
Après une année 2007 plutôt favorable pour l’emploi, l’activi- Un bilan plus positif dans l’agriculture
té économique manchoise subit de plein fouet les effets du
Les exploitations agricoles, la sylviculture et la pêche représen-retournement de conjoncture en 2008. Les effectifs salariés
baissent de 0,7 % (y compris l’intérim) après avoir augmenté tent 6 300 emplois salariés dans la Manche. Du côté de l’éle-
de 1,6 % en 2007. Comme pour l’ensemble de la région, ce vage, les résultats 2008 sont satisfaisants. Le cheptel bovin
manchois continue de bien se porter. Il regroupe 46,4 % de l’en-sont les emplois intérimaires qui sont les plus affectés par
cette dégradation économique. Parallèlement, le nombre de semble des bovins bas normands, soit 775 400 têtes et ne cesse
1
demandeurs d’emploi augmente de 16,2 % en une année : de s’accroître. Les vaches laitières sont moins nombreuses
qu’en 2007, mais l’effectif des vaches allaitantes ne cesse deplus de 2 000 chômeurs supplémentaires sont inscrits à
l’ANPE fin 2008. Toutefois, c’est dans la Manche que la progresser. Du côté des cultures végétales, comme pour l’en-
croissance du nombre de demandeurs d’emploi est la semble de la région, la production atteint des records : les sur-
faces cultivées se sont accrues (en partie suite à la décision demoins marquée (16,2 % contre 18,4 % au niveau régional).
Le taux de chômage atteint 7,0 % de la population active au la Commission européenne de suspendre la jachère obliga-
e
4 trimestre 2008 (+ 0,6 point en un an) mais reste inférieur au toire), et les rendements sont globalement en hausse. Cela pro-
fite notamment au maïs dont la surface s’accroît de 7 600 ha.taux régional (7,7 %). En revanche, la situation des jeunes
s’aggrave (27,0 % des demandeurs d’emploi ont moins de 25
Enfin, les résultats 2008 sont en demi-teinte pour la filière tou-ans contre 25,5 % au niveau national).
ristique manchoise. Les hôtels du département s’en sortent
mieux que ceux du reste de la région, notamment autour de la
Recul de la construction dans la Manche baie du Mont Saint-Michel. Le nombre de nuitées augmente de
1,7 % depuis 2007 alors qu’il recule dans les deux autres dépar-Grâce à ses spécificités sectorielles (carrosserie indus-
tements. En revanche, l’activité dans les campings continue detrielle et fabrication de fibres optiques), la Manche réussit à
ralentir : la fréquentation chute de 5,7 % en une année.limiter les pertes d’emplois dans l’industrie. Elle résiste à la
baisse régionale de l’activité dans l’industrie automobile et
L’année 2008 est morose pour les ports manchois. Le trafic
l’électronique. Les emplois se maintiennent dans la filière
passager transmanche baisse de 5,9 % en un an. L’augmenta-
énergie et dans la construction navale. Le repli est plus sé-
tion du prix des carburants sur la première moitié de l’année et
vère dans l’industrie agro-alimentaire.
la chute de la livre par rapport à l’euro ont contribué à cette
Le secteur des services qui rassemble plus de la moitié des évolution défavorable. Le transport marchand est également
emplois du département subit l’impact de la crise écono- en baisse, et ce quelque soit le trafic.
Sabrina LEROUX1 Chômeurs à la recherche d’un emploi à temps plein à durée déterminée
(chômeurs de catégorie 1). Insee Basse-Normandie
Insee Basse-Normandie - Bilan 2008TABLEAU DE BORD DE L'ANNÉE 2008 DANS LA MANCHE
Manche Basse-Normandie
2008 Évolution 2008/2007 2008 Évolution 2008/2007
Emploi salarié (résultats provisoires)
Emploi salarié total 166 800 - 0,7 % 508 950 - 0,8 %
dont secteur marchand non agricole 110 220 - 1,2 % 333 390 - 1,3 %
Chômage (en % des actifs)
eTaux de chômage localisé (au 4 trimestre) 7,0 % + 0,6 point 7,7 % + 0,9 point
Demandeurs d'emploi de catégorie 1
Ensemble 15 535 + 16,2 % 50 518 + 18,4 %
Créations d'entreprises
Ensemble 1 418 - 3,5 % 5 162 - 1,1 %
Mises en chantier de logements
Ensemble 2 700 - 22,9 % 8 400 - 13,4 %
dont logements individuels pour occupation personnelle 2 000 - 9,1 % 4 800 - 7,7 %
dont logements collectifs destinés à la vente 225 - 57,1 % 1 350 - 25,0 %
Tourisme
Nuitées en hôtels (en milliers) 1 196 + 1,7 % 4 599 - 2,5 %
Nuitées en camping (en milliers) 1 264 - 5,7 % 2 537 - 1,3 %
Nuitées en gîtes ruraux (en milliers) 169 - 2,2 % 540 - 0,3 %
Manche Basse-Normandie
2008 2007 2008 2007
Demandeurs d'emploi de catégorie 1 15 535 13 365 50 518 42 663
Part des femmes (en % du total) 50,5 % 52,6 % 47,6 % 49,4 %
Part des jeunes de - de 25 ans (en % du total) 27,0 % 24,9 % 25,5 % 23,5 %
Part des chômeurs de longue durée (en % du total) 22,0 % 24,6 % 21,9 % 24,3 %
Sources : DRTEFP Basse-Normandie, Pôle emploi
Insee Basse-Normandie - Bilan 2008

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.