Bilan 2011 - L'année 2011 dans l'Orne

De
Publié par

Dans ce contexte économique difficile, le taux de chômage repart à la hausse après avoir légèrement fléchi en 2010. AuLes fragilités économiques e 4 trimestre 2011, il s’établit à 8,9 % de la population active or- naise contre 8,8 % en Basse-Normandie.liées à la crise perdurent Forte baisse des effectifs dans la construction Les quelques signes de reprise de l’activité Aucun secteur d’activité n’est épargné par la baisse des ef- économique ornaise en 2010 ne se sont pas fectifs salariés mais celui de la construction est le plus tou- confirmés en 2011. La crise continue de pe- ché. Le recul du nombre d’actifs travaillant dans ce secteur ser surl’emploi, et la baisse des effectifs sa- explique à lui seul 40 % des pertes d’emplois du département. lariés marchands non agricoles est plus Néanmoins, quelques signaux encourageants sont percepti- marquée qu’en région. Le repli de l’emploi bles. En effet, le nombre de constructions de logements neufs s’accompagne d’une hausse du nombre de a augmenté de 2,8 % après plusieurs années de baisses chômeurs bien que l’augmentation soit plus consécutives. Ces mises en chantier concernent principale- faible que dans les deux autres départe- ment des logements collectifs. ments bas-normands. Si l’ensemble du sec- Les surfaces des locaux mis en chantier ont, quant à elles,teur marchand non agricole est touché par augmenté de 11% contre 6 % en région.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Dans ce contexte économique difficile, le taux de chômage
repart à la hausse après avoir légèrement fléchi en 2010. AuLes fragilités économiques
e
4 trimestre 2011, il s’établit à 8,9 % de la population active or-
naise contre 8,8 % en Basse-Normandie.liées à la crise perdurent
Forte baisse des effectifs dans la construction
Les quelques signes de reprise de l’activité Aucun secteur d’activité n’est épargné par la baisse des ef-
économique ornaise en 2010 ne se sont pas fectifs salariés mais celui de la construction est le plus tou-
confirmés en 2011. La crise continue de pe- ché. Le recul du nombre d’actifs travaillant dans ce secteur
ser surl’emploi, et la baisse des effectifs sa- explique à lui seul 40 % des pertes d’emplois du département.
lariés marchands non agricoles est plus Néanmoins, quelques signaux encourageants sont percepti-
marquée qu’en région. Le repli de l’emploi bles. En effet, le nombre de constructions de logements neufs
s’accompagne d’une hausse du nombre de a augmenté de 2,8 % après plusieurs années de baisses
chômeurs bien que l’augmentation soit plus consécutives. Ces mises en chantier concernent principale-
faible que dans les deux autres départe- ment des logements collectifs.
ments bas-normands. Si l’ensemble du sec-
Les surfaces des locaux mis en chantier ont, quant à elles,teur marchand non agricole est touché par
augmenté de 11% contre 6 % en région. La hausse de 29 %ce climat économique morose, la construc-
des autorisations de construction de logements en 2012tion est l’activité la plus affectée. L’été plu-
laisse présager une année 2013 plus favorable.vieux, qui a succédé au printemps sec et
chaud, a permis à l’agriculture d’obtenir de Le commerce, l’industrie et les services cumulent aussi, dans
meilleurs rendements mais a découragé les une moindre mesure des pertes d’emploi. Seul élément relati-
campeurs. vement positif dans ce contexte morose, les pertes d’emplois
ralentissent dans l’industrie, secteur phare du département
durement touché ces dernières années.
n 2011, les effets de la crise persistent dans l’Orne. Le dé- La chute du nombre de créations d’entreprises (- 13,8 %) pro-Epartement concède des pertes d’emplois à un rythme plus vient en partie d’un reflux des créations chez les auto-entre-
rapide qu’en 2010. Avec une baisse de 1,6 % des emplois du preneurs. Tous les secteurs sont concernés mais plus
secteur marchand non agricole (y compris l’intérim), c’est le particulièrement celui des services aux entreprises.
département bas-normand le plus touché par la baisse de
L’été pluvieux décourage les campeurs
ses effectifs salariés.
L’année 2011 est mitigée pour la filière touristique. La saison
Le repli de l’emploi s’accompagne d’une augmentation du
dans l’hôtellerie a été bonne : le nombre de nuitées enregis-
nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi. Fin 2011, l’Orne trées a augmenté de 1,6 %. En revanche, le nombre de nuitées
compte près de 11 500 demandeurs d’emplois de catégorie A, dans les campings a baissé de 4 %. L’Orne se démarque des
soit 1,3 % de plus qu’en 2010. Le recul du nombre de chômeurs
autres départements bas-normands par le retour de la clien-
en 2010 a donc été de courte durée. Néanmoins, la crois- tèle étrangère et par la désaffectation de la clientèle fran-
sance du chômage est moins marquée que dans les autres
çaise. Que ce soit pour les hôtels ou les campings, les
départements. Les zones d’emplois d’Argentan et de Flers touristes continuent de privilégier le haut de gamme. Les gîtes
sont les deux seules de la région où le nombre de chômeurs ont été moins prisés qu’en 2010 alors que leur fréquentation
diminue.
ne cessait d’augmenter ces dernières années. L’été pluvieux,
qui a succédé à un printemps exceptionnellement sec etL’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi
chaud, a pu nuire à la fréquentation des campings mais a per-concerne tous les publics mais touche plus particulièrement
mis d’enregistrer de meilleurs rendements, en particulierles chômeurs inscrits depuis plus de trois ans à Pôle emploi et
pour le maïs.les seniors. L’Orne est le seul département bas-normand où
la part des demandeurs d’emplois de plus de 50 ans est supé- Sabrina LEROUX
rieure à celle des moins de 25 ans. Insee Basse-Normandie
TABLEAU DE BORD DE L'ANNÉE 2011 DANS L'ORNE
Orne Basse-Normandie
Valeur Évolution 2011/2010 Valeur Évolution 2011/2010
(1)
Emploi salarié du secteur marchand non agricole 58 060 - 1,6 % 318 230 - 0,3 %
eTaux de chômage localisé (au 4 trimestre 2010) 8,9 % + 0,2 pt 8,8 % + 0,3 pt
Demandeurs d'emploi de catégorie A 11 458 + 1,3 % 60 619 + 4,1 %
(2)
Créations d'entreprises 1 488 - 13,8 % 8 796 - 13,1 %
Mises en chantier de logements 934 + 2,8 % 7 580 + 7,5 %
Nuitées en hôtels (en milliers) 436 + 1,6 % 4 696 + 2,4 %
(1) (2)
yc l'emploi intérimaire (résultats provisoires) - yc auto-entrepreneurs
Sources : Insee, Direccte, Pôle emploi, Dreal
Insee Basse-Normandie - Bilan 2011 7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.