Commerce et services : dynamisme dans les services et morosité dans le commerce (Octant n° 105)

De
Publié par

En 2005, l'activité demeure vigoureuse dans les services. Les professionnels font état d'une progression relativement importante de leur chiffre d'affaires et l'emploi salarié progresse. En revanche, dans le commerce, l'année s'avère maussade. La majorité des indicateurs du secteur se sont dégradés, hormis l'emploi.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Commerce
Services
Dynamisme dans les services
et morosité dans le commerce
En 2005, l’activité demeure vigoureuse gère hausse. Cela permet de
penser que l’opinion des com-dans les services. Les professionnels font état
merçants, qui s’était améliorée
d’une progression relativement importante en fin d’année 2005, restera fa-
de leur chiffre d’affaires et l’emploi salarié vorable à court terme.
progresse.
En revanche, dans le commerce, l’année s’avère
L’activité se replie dansmaussade. La majorité des indicateurs du secteur
le commerce de détail
se sont dégradés, hormis l’emploi.
L’appréciation des détaillantsprès une année 2004, pen- redressée en fin d’année.
sur le volume de leurs ventes,Adant laquelle l’activité Sur l’ensemble de l’année, le
optimiste fin 2004, s’est pro-s’était raffermie dans le com- moral des professionnels se dé-
gressivement détériorée durantmerce de détail et la croissance grade comparé à 2004. Ce
le premier semestre 2005. Elles’était accélérée dans les servi- constat vaut surtout pour le sec-
s’est ensuite un peu amélioréeces, l’année 2005 offre un profil teur des biens de consomma-
au début du second semestrenettement moins avantageux tion non alimentaires, et, dans
pour progresser nettement enpour le tertiaire. une moindre mesure, pour celui
fin d’année. En moyenne surdes biens intermédiaires.
l’année, le niveau d’activité estLes négociants estiment que
toutefois moins bon qu’enleurs prix de vente ont chuté en
Situation stationnaire 2004.tout début d’année 2005, puis
dans le commerce de gros La dégradation des opinions estsont restés quasi stationnaires
forte parmi les professionnelstoute l’année. Globalement, les
du commerce généraliste ali-prix ont moins augmenté que
mentaire. Dans le commerceSur l’ensemble de l’année, l’année précédente. Les stocks
l’opinion des négociants sur généraliste non alimentairese sont un peu alourdis mais de-
l’activité s’est également re-leur activité n’a pas évolué par meurent inférieurs à la moyen-
1rapport à 2004. Ils sont un peu pliée, mais plus modérément.ne . Dans ce contexte, ils jugent
Dans le commerce spécialisé,plus optimistes qu’en 2002 et la situation de leur trésorerie lé-
2003. Cependant, ils demeu- elle reste déprimée.gèrement meilleure que les
Les chefs d’entreprises font étatrent bien moins nombreux quatre années précédentes.
qu’entre 1997 et 2001 à consi- de stocks un peu moins lourds,
et inférieurs à leur moyenne dedérer leur activité de manière Infirmant une tonalité d’en-
positive. longue période. Cette tendancesemble relativement pessimiste,
à l’allégement est ressentie dansL’amélioration constatée fin l’emploi dans le commerce de
2004 ne s’est pas confirmée. le commerce spécialisé commegros a progressé de 1,5 % sur
Dès le début 2005, l’activité est l’année après une légère baisse
retournée à un niveau mé- en 2004.
1 - Il s’agit de la moyenne calculée àdiocre, et y est restée les 10 pre-
partir des soldes d’opinions sur les
miers mois de l’année. En re- Les intentions de commandes stocks depuis 1996. On parle de
vanche, elle s’est nettement pour le début 2006 sont en lé- moyenne de longue période.
Bilan économique 2005 Octant n° 105 - Avril 2006 17Commerce - Services
dans le commerce généraliste Selon les détaillants, après le re- 2,3 % en 2005 comme en 2004.
alimentaire. En revanche, les pli de fin 2004, les prix de vente En 2005, les professionnels bre-
stocks sont jugés plus lourds se sont relevés au début 2005. tons considèrent que l’augmen-
dans le commerce généraliste Toutefois, en milieu d’année, ils tation de leur chiffre d’affaires
non alimentaire. ont à nouveau reculé. Globale- est plus importante que sur la
ment, sur l’année, les profes- période 2001-2004. Selon eux,
sionnels estiment que les prix l’activité s’est contractée en dé-
ont baissé. Dans ce contexte, la but d’année, avant de se dé-
L’opinion des négociants sur leurs ventes
situation de la trésorerie est ployer aux deuxième et troi-
évolue peu en 2005 (solde d’opinions en %)
jugée moins bonne qu’en 2004. sième trimestres, puis, de se
20 Elle est également moins favo- replier en fin d’année.
rable que les sept années Les services aux entreprises et
10
précédentes. services aux particuliers suivent
0 la tendance d’ensemble à
En 2005, l’emploi dans le com- l’amélioration. Dans l’immobi-- 10
merce de détail continue de lier, l’activité, considérée en lé-
- 20 progresser (+ 2 %), mais à une ger recul, demeure cependant
allure plus modérée que les an- soutenue.- 30
nées passées. En effet, depuis Sur l’année, les résultats d’ex-Opinion sur les ventes réalisées
- 40 cinq ans, le rythme de croissance ploitation dans l’ensemble des
- 50 diminue graduellement (+ 3,6 % services se sont maintenus à un
en 2001, + 3,2 % en 2002, bon niveau, notamment du fait
- 60
+ 2,9 % en 2003 et + 2,3 % en d’un net accroissement en mi-2000 2001 2002 2003 2004 2005
2004). lieu d’année. Ils se sont amélio-
Moyennes mobiles sur trois bimestres rés dans les services aux parti-
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
Note : suite à un changement de nomenclature à partir de 2004, les résultats Selon les détaillants interrogés culiers, mais ont baissé dans les
de l’enquête concernant le secteur des biens d’équipement n’ont été intégrés qu’en fin en janvier, après le recul de services aux entreprises.
d’année 2005.
2005, les perspectives d’activité En 2005, l’augmentation des
L’opinion des détaillants sur leurs ventes ne seraient pas meilleures pour prix dans l’ensemble des servi-
s’est dégradée en 2005 (solde d’opinions en %) le début 2006. Ils prévoient un ces (+ 2,5 % en décembre) est
repli de l’activité à court terme du même ordre qu’en 200420
puisque les intentions de com- (+ 2,6 %). Cette évolution dé-
10
mandes sont moins nom- coule en partie de l’élévation
0 breuses. des prix des transports et des
loyers. Ceci confirme le senti-
- 10
ment des professionnels quant
- 20 aux prix de vente, qui n’a guère
Les ventes d’automobiles évolué sur l’année.
- 30 repartent à la hausse
Opinion sur les ventes réalisées
- 40 Avec 4 800 postes supplémen-
taires, l’emploi salarié dans les- 50
Le marché automobile breton, services progresse de 1,6 % en
- 60 en baisse depuis 2001, se re- 2005. Cet accroissement est plus
2000 2001 2002 2003 2004 2005
dresse en 2005. Pendant l’an- modéré qu’en 2004 (+ 4,1 %),
Moyennes mobiles sur trois bimestres née, 80 128 voitures neuves (par- mais plus important qu’en 2003
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
ticulières et commerciales) ont été (+ 0,9 %).
immatriculées, soit 6,4 % de plus Les chefs d’entreprises enquêtésServices : la croissance se poursuit
qu’en 2004. au cours de l’année considèrent
en 2005 (solde d’opinions en %)
Cette progression s’avère plus que les créations d’emplois ont
50 forte que celle enregistrée au ni- un peu augmenté et tablent sur
veau national (+ 2,7 % pour 2,1 la poursuite de ce mouvement àServices aux entreprises40
millions de voitures immatri- court terme.
culées).30
Concernant les perspectives
20 Ensemble des services d’activité, les chefs d’entrepri-
ses, interrogés en janvier, anti-L’activité demeure
10
cipent un léger repli de l’activi-vigoureuse
té au premier trimestre 2006,0 dans les services
excepté dans les services aux
Services aux particuliers- 10 particuliers.
En Bretagne, comme France en-
- 20
tière, la croissance de l’activité2000 2001 2002 2003 2004 2005
dans les services demeure sou-
Moyennes mobiles sur trois trimestres tenue. Au niveau national, l’ac-
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
tivité du secteur progresse de Lucile CROS
18 Octant n° 105 - Avril 2006 Bilan économique 2005
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.