Commerce et services : essor du tertiaire en 2004 (Octant n° 101)

De
Publié par

Dans le commerce, le climat conjoncturel est plus clément en 2004 que l'année précédente : pour les professionnels, leur activité s'est améliorée, comme en témoignent d'ailleurs les créations d'emploi dans le commerce de détail. Dans les services, la croissance s'est nettement accélérée, en particulier dans les services aux entreprises.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Commerce
Services
Essor du tertiaire en 2004
Dans le commerce, le climat conjoncturel des détaillants de la région sur
leur volume de ventes s’est gra-est plus clément en 2004 que l’année précédente :
duellement infléchie durant le
pour les professionnels, leur activité s’est premier semestre 2004 avant de
améliorée, comme en témoignent d’ailleurs les s’améliorer à l’été. Leur appré-
ciation s’est ensuite dégradéecréations d’emploi dans le commerce de détail.
avant de se redresser au qua-
Dans les services, la croissance s’est nettement trième trimestre. En moyenne
accélérée, en particulier dans les services aux sur l’année, le niveau d’activité
est meilleur qu’en 2003 etentreprises.
2002, mais un peu en deçà de
celui des deux années précé-
dentes.près une année 2003 mo- Les négociants considérent queArose dans le commerce et le rythme de croissance de leurs
Le raffermissement de l’activitémoins dynamique dans les ser- prix de vente, relativement sou-
vices, l’année 2004 s’annonce tenu en début d’année, n’a fait est notable dans le commerce
spécialisé, ainsi que dans lerésolument plus favorable pour que décroître tout au long de
le tertiaire. 2004. Toutefois par rapport à commerce généraliste non ali-
mentaire, malgré une baisse aul’année passée, les prix ont tout
de même progressé. Quant aux début du second semestre. L’ac-
tivité est relancée égalementstocks, ils sont jugés inférieurs àLéger redressement
la moyenne. Dans ce contexte, dans le commerce généralistedans le commerce de gros
alimentaire, de manière toute-les commerçants font état d’une
situation de trésorerie un peu fois moins soutenue.
Sur l’ensemble de l’année, les plus dégagée que les trois an-
négociants considèrent que leur nées précédentes. Par ailleurs, Selon les détaillants, leurs
stocks se sont alourdis au coursactivité s’est un peu améliorée. l’emploi dans le commerce de
Leur opinion sur le volume des gros n’évolue pas en 2004, du premier semestre, notam-
ment dans le commerce de dé-ventes est meilleure qu’en 2002 après avoir progressé de 1,6 %
et 2003, mais moins bonne que en 2003. tail spécialisé. Ils les jugent plus
légers par la suite, particulière-les cinq années précédentes.
Les intentions de commandes ment dans le commerce généra-
liste non alimentaire.Durant le premier semestre pour le début 2005 sont en très
2004, l’activité se redresse pro- légère hausse : l’amélioration
Les chefs d’entreprise considè-gressivement, mais fléchit au de l’activité esquissée fin 2004
cours des quatre mois suivants. devrait se poursuivre. rent que leurs prix de vente se
sont fortement dégradés tout auCe n’est qu’en fin d’année
qu’elle redémarre pour se rap- long de l’année. Le niveau at-
teint en évolution annuelle estprocher de son niveau moyen. Commerce de détail :
Sur l’ensemble de l’année et le plus bas des neuf dernièresraffermissement de
années. La situation de tréso-comparé à 2003, le secteur des l’activité
biens de consommation ali- rerie ne s’avère cependant pas
moins bonne qu’en 2003.mentaires est le seul à enregis-
Meilleure en début d’annéetrer une dégradation des opi- Même si elle est jugée moins fa-
2004 qu’en fin 2003, l’opinion vorable que sur la périodenions.
18 Octant n° 101 - Avril 2005 Bilan économique 2004Commerce - Services
1999-2002, elle est légèrement moins l’activité fléchit réguliè-
meilleure qu’en 1998. rement au second semestre. Commerce de gros : léger redressement des ventes
solde d’opinions, en %
L’emploi dans le commerce de L’amélioration d’ensemble est 20
détail poursuit sa progression ressentie nettement dans les ser-
10
en 2004, à un rythme toutefois vices aux entreprises, en parti-
0un peu inférieur à celui des culier dans le secteur du travail
deux années précédentes : sur temporaire. Dans les services -10
l’année il s’accroît de 2,5 %, aux particuliers et les activités -20
soit 0,4 et 0,7 point de moins immobilières, l’activité se déve-
-30
Opinion sur les ventes réaliséesqu’en 2003 et 2002. Cela cor- loppe mais de façon plus
-40respond à la création de 1 850 modérée.
postes. -50
L’emploi salarié dans les servi-
-60
1999 2000 2001 2002 2003 2004Malgré la remontée de l’activité ces reprend sa croissance, ra-
en 2004, les détaillants interro- lentie l’année précédente.
Moyennes mobiles sur 3 bimestres
gés en janvier n’escomptent pas Après 3,5 % et 0,9 % de hausse Source : Insee, enquêtes de conjoncture
une poursuite de l’amélioration en 2002 et 2003, l’accroisse-
au début 2005 : les intentions ment est de 3,9 % en 2004, soit
de commandes pour janvier-fé- 11 000 postes supplémentaires.
vrier sont plutôt orientées à la
baisse. L’évolution de l’emploi corres-
pond à l’opinion des chefs d’en-
treprise enquêtés au cours de
Commerce de détail :l’année. Leurs prévisions àLes ventes d’automobiles
solde d’opinions, en %sensible amélioration des ventescourt terme concernant lescontinuent de fléchir
20créations d’emplois sont égale-
ment assez optimistes. 10
En baisse en 2002 et 2003 en
0
Bretagne comme France en- Sur l’année, les résultats d’ex-
-10tière, le marché automobile ploitation dans l’ensemble des
continue de fléchir en 2004 services progressent notable- -20
dans la région alors qu’il se ment, surtout du fait d’une -30 Opinion sur les ventes réaliséesmaintient au niveau national. bonne croissance au premier
-40Avec un peu moins de deux semestre. Tous les secteurs pro-
-50millions de voitures neuves fitent de cette évolution.
- particulières et commerciales - -60
1999 2000 2001 2002 2003 2004immatriculées en 2004, le mar- La hausse des prix dans l’en-
ché français est quasi station- semble des services n’a pas été Moyennes mobiles sur 3 bimestres
naire. En Bretagne, 75 315 voi- Source : Insee, enquêtes de conjoncturebeaucoup plus forte qu’en 2003
tures ont été immatriculées, soit et l’appréciation des profession-
2,6 % de moins que l’année nels sur leurs prix de vente s’est
passée. quasiment stabilisée sur l’an-
née. Après + 3,4 % en dé-
cembre 2002 et + 2,4 % en dé-
Services : accélération 2003, le glissement des
prix des services passe ainsi àde la croissance
Services : nette accélération de la croissance en 2004+ 2,6 % en décembre 2004.
Solde d’opinions, en %Cette évolution résulte entre au-
En Bretagne comme France en- 50tres des élévations de prix des
tière, la croissance de l’activité loyers ainsi que des augmenta- 40dans les services s’est pour- tions des tarifs de santé. Services aux entreprises
suivie à un rythme plus rapide. 30
Au niveau national, l’activité du EnsembleConcernant les perspectives 20 des servicessecteur progresse de 2,7 % d’activité à court terme, les
après 1,9 % en 2003. 10chefs d’entreprise interrogés en
janvier sont optimistes et envi- 0
Les chefs d’entreprise de la ré- sagent un premier trimestre Services aux particuliers-10gion estiment que leur chiffre 2005 plutôt favorable.
d’affaires s’est davantage accru
-20
en 2004 qu’au cours de cha- 1999 2000 2001 2002 2003 2004
cune des trois années précéden-
Moyennes mobiles sur 3 trimestres
tes, le dynamisme étant toute- Source : Insee, enquêtes de conjoncture
Lucile Crosfois moindre qu’entre 1997 et
2000. Ils font état d’une activité
maussade en tout début d’an-
née, puis d’un fort redressement
au deuxième trimestre. Néan-
Bilan économique 2004 Octant n° 101 - Avril 2005 19
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.