Commerce extérieur : Contraction des échanges extérieurs

De
Publié par

Commerce extérieur Contraction des échanges extérieurs près une hausse des échanges en duits sont concernés par le recul des En 2009, les échanges de A2008, le commerce extérieur de ventes, mais la baisse résulte principa-biens entre la Martinique la Martinique s’est largement contrac- lement de la chute des ventes d’éner- et le reste du monde ont té en 2009. Le montant des importa- gie de 37 % qui représente 80 % de la tions, en augmentation depuis 2003, baisse totale. Comme pour les impor-diminué. Les importations s’élève à 2,05 milliards d’euros en tations, la baisse en valeur est liée à baissent de 26 % en va- baisse de 26 % par rapport à 2008. l’effondrement du cours du Brent. En leur. Hors énergie, les ex- Tous les produits sont concernés par terme de volume, l’évolution est tem- portations martiniquaises cette diminution. L’énergie est la plus pérée puisque les quantités d’énergie touchée : les importations de pro- exportées augmentent de 1 %. La di-chutent de 13 %. Au total, duits énergétiques ont chuté de près minution en valeur des exportations le défcit commercial se de 39 %, un tiers de la baisse totale. de produits de l’agriculture de 3 % et réduit de 26 % et atteint Néanmoins, le constat doit être re- de celles des industries agroalimen- lativisé : les quantités importées di- taires de 4,6 % sont plus modérées. 1,8 milliard d’euros.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Commerce extérieur
Contraction
des échanges extérieurs
près une hausse des échanges en duits sont concernés par le recul des En 2009, les échanges de A2008, le commerce extérieur de ventes, mais la baisse résulte principa-biens entre la Martinique
la Martinique s’est largement contrac- lement de la chute des ventes d’éner-
et le reste du monde ont té en 2009. Le montant des importa- gie de 37 % qui représente 80 % de la
tions, en augmentation depuis 2003, baisse totale. Comme pour les impor-diminué. Les importations
s’élève à 2,05 milliards d’euros en tations, la baisse en valeur est liée à baissent de 26 % en va-
baisse de 26 % par rapport à 2008. l’effondrement du cours du Brent. En
leur. Hors énergie, les ex- Tous les produits sont concernés par terme de volume, l’évolution est tem-
portations martiniquaises cette diminution. L’énergie est la plus pérée puisque les quantités d’énergie
touchée : les importations de pro- exportées augmentent de 1 %. La di-chutent de 13 %. Au total,
duits énergétiques ont chuté de près minution en valeur des exportations
le défcit commercial se de 39 %, un tiers de la baisse totale. de produits de l’agriculture de 3 % et
réduit de 26 % et atteint Néanmoins, le constat doit être re- de celles des industries agroalimen-
lativisé : les quantités importées di- taires de 4,6 % sont plus modérées. 1,8 milliard d’euros. Avec
minuent plus modérément (-14 %) ; Hors énergie, la baisse du montant 13%, le taux de couver-
en cause, le cours annuel moyen du des exportations est de 13 %.
ture des échanges de biens pétrole qui s’est effondré en 2009 (le
cours du Brent a baissé de 37 % en- Comme les autres départements reste faible.
tre 2008 et 2009). Les importations d’outre-mer, la Martinique affche
de biens intermédiaires se réduisent un fort déséquilibre des échanges de
de plus de 28 %. Celles de l’indus- biens. En 2009, le défcit commercial
trie automobile diminuent de 32 % et représente 1,8 milliard d’euros, en di-
celles des biens de consommation de minution de 26 % par rapport à 2008.
12 %. Cette amélioration du solde commer-
Le montant des exportations martini- cial résulte du repli de l’activité qui
quaises est huit fois moins élevé que s’est accompagné d’une baisse des
celui des importations. Il a diminué importations. Le défcit des échanges
de 27 % par rapport à 2008 et s’élève s’est réduit avec notamment la baisse
à 267 millions d’euros. Tous les pro- des importations de pétrole, d’auto-
Importations et exportations par secteur d’activité en Martinique en 2009
Unités : millions d’euros et milliers de tonnes
Source : Douanes, calculs Insee
6 N° 73 - Martinique - Juin 2010Commerce extérieur
mobiles et de biens intermédiaires. pneumatiques viennent de l’hexa- sont réalisés auprès de pays voisins
Le taux de couverture des échanges gone, comme 74 % des produits comme du ciment en Colombie et
de biens de 13 % reste faible, au agroalimentaires (vin, fromage et au Venezuela. La Guadeloupe four-
même niveau qu’en 2008. viande), ainsi que 67 % des produits nit 1,3 % des produits importés et la
agricoles dont du blé, du maïs et des Guyane 0,4 %.La France métropolitaine fruits et légumes.
reste Les exportations martiniquaises sont
le principal fournisseur Les importations martiniquaises en concentrées sur quelques produits.
énergie sont composées essentielle- La moitié est constituée de pétrole
En 2009, les importations martini- ment de produits pétroliers dont la raffné, essentiellement de l’essence
quaises sont pour 64 % des biens moitié sous forme d’huile brute de sans plomb et du gazole. L’indus-
manufacturés ou industriels, pour pétrole. En 2009, la plus grande par- trie des boissons avec le rhum et
18 % des biens agricoles ou ali- tie des achats de pétrole ne provient l’eau représente 16 %, et la banane
mentaires et pour 18 % des produits pas du Royaume Uni comme les 15 %. En 2009, les ventes de rhum
énergétiques. La Martinique est lar- années précédentes : les États-Unis baissent de 0,2 % et celles de bana-
gement dépendante de l’extérieur (huile de pétrole, fouls, gazole) et la nes de 5 % en valeur.
pour son approvisionnement en Norvège (huile brute de pétrole) ont Avec 37 % du total des exportations,
marchandises. La plus grande partie fourni l’essentiel des ressources. la Guadeloupe reste le destinataire
(57 %) est importée de France mé- Le second fournisseur de la Marti- privilégié des expéditions martini-
tropolitaine. C’est le cas de 56 % nique est l’Union européenne hors quaises. La Guyane achète 24 %
des achats de l’industrie automo- France qui procure 13 % du montant des ventes de l’île. Les exportations
bile, 79 % des achats de biens de total des importations. Les achats de vers ces deux départements sont
consommation, parmi lesquels on proximité sont modérés. L’espace c o n s t i t u é e s
Les exportations retrouve 42 % de médicaments. De Caraïbe représente 4,4 % des pro- pour l’essentiel
même, 72 % des biens d’équipe- duits importés, dont la moitié est de carburants sont peu
ment dont 13 % sont des appareils constituée de pétrole sous forme (essence sans diversifées
pour la téléphonie, 62 % des biens d’huiles brutes, de gazole ou de car- plomb et ga-
intermédiaires comme le bois scié, buréacteur en provenance d’Aruba zole). La France métropolitaine est
les câbles électriques ou encore les et du Venezuela. D’autres achats le second client de la Martinique.
Elle est destinataire de 31 % des
exportations, principalement des
Part de la zone partenaire dans les échanges de biens bananes, la moitié des achats, et du
et solde commercial en 2009 en Martinique rhum, un tiers des achats. En 2009,
Unités : % et million d’euros le montant des exportations vers
l’hexagone a diminué de 7 %. Les
exportations vers les autres pays de
l’Union européenne sont peu déve-
loppées, elles représentent 4,5 % du
total, tout comme celles vers l’es-
pace Caraïbe, d’un montant de 5,5
millions d’euros, constituées à 40 %
de cailloux, graviers et sable.
Emmanuel THIOUX
Source : Douanes, calculs Insee
Défnitions
L’espace Caraïbe comprend toutes les îles de la Caraïbe, ainsi que les pays d’Amérique Centrale et du Sud qui
possèdent une ouverture maritime sur la Caraïbe. Les échanges avec Porto-Rico sont confondus avec ceux des
États-Unis faute de données les isolant. On y distingue un groupe de pays signataires de l’accord de libre échan-
ge de Cotonou (pays ACP de la Caraïbe) et ceux qui n’en font pas partie (« Pays non-ACP de la Caraïbe »), dans
la mesure où ils ne bénéfcient pas du même régime douanier dans leurs relations avec l’Union européenne et
donc avec les départements français d’outre mer.
7N° 73 - Martinique - Juin 2010

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.