Commerce : Une activité réduite dans le commerce de gros haut-normand

De
Publié par

Commerce de gros et commerce de détail connaissent une activité peu soutenue en 2002. seules quelques composantes enregistrent une faible amélioration en fin d'année. L'évolution des effectifs reste cependant positive dans les deux secteurs tout au long de l'année.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

COMMERCE sans doute passagère, semble due à une
légère remontée de la demande étrangère.
Une activité réduite Les biens de consommation se signalent
comme les secteurs les plus dynamiques endans le commerce de gros
matière d’emploi.
haut-normand
Francis COUVOUT
COMMERCE DE DÉTAIL :
UN REBOND D’ACTIVITÉ
Commerce de gros et commerce tion de l’emploi salarié avec une hausse de DANS LES GRANDES SURFACES
de détail connaissent une +1,3% contre +0,4% pour l’ensemble de
l’économie. L’année 2002 n’a pas été reluisanteactivité peu soutenue en 2002.
En Haute-Normandie, le ralentissement pour le commerce de détail en Haute-Nor-Seules quelques composantes
de l’activité dans le commerce de gros inter- mandie. Le rebond d’activité survenu dans
enregistrent une faible
venu à la rentrée 2001 s’est poursuivi tout au les grandes surfaces en fin 2001 était suivi
amélioration en fin d’année. long de l’année 2002. Les livraisons passées par une brusque décélération qui n’a été
L’évolution des effectifs reste sont restées continuellement en deçà de la interrompue qu’à l’automne, sans doute en
cependant positive dans les normale et les intentions de commandes liaison avec les baisses d’impôts. Les
aussi prudentes qu’en 2001. Les échanges ventes dans les «autres commerces»deux secteurs tout au long de
avec l’étranger manquent autant de tonus. connaissent une évolution encore moinsl’année.
En revanche, la tendance passée des effec- favorable d’autant plus que l’amélioration
tifs, positive en 2001, s’est maintenue de l’automne 2002 est toute relative.n 2002, en France, le volume des
comme telle en 2002, bien que les prévi- L’année 2002 se termine sans éclat pourEventes du commerce de gros pro-
sions soient orientées à la baisse depuis la les deux secteurs avec des prévisions degresse sur un rythme un peu accéléré par
rentrée. Biens intermédiaires et biens d’équi- ventes moroses. Les stocks sont bien maî-rapport à 2001 (+2,6% contre +1,2%). La
pement sont les secteurs les plus touchés ; trisés dans les grandes surfaces mais cau-croissance se situe donc nettement en
tous deux suivent des évolutions encore sent plus de soucis dans les «autresdessous des fortes hausses enregistrées
plus dégradées que l’ensemble du com- commerces». Par ailleurs, la tendance desau cours de la période 1997-2000 (plus de
merce de gros. Seuls les biens de consom- effectifs dans le commerce de détail6% en moyenne annuelle). Elle est impu-
mation non alimentaires connaissent un haut-normand est restée continuellementtable pour moitié au dynamisme des biens
léger mieux depuis l’été avec des stocks dé- positive, entraînée par le dynamisme desd’équipement professionnel qui se signa-
garnis en fin d’année. Cette amélioration, grandes surfaces en matière d’emploilent encore une fois comme le secteur le
plus dynamique, en dépit d’une perte de
ACTIVITÉ DANS LE COMMERCE DE GROS (HORS CENTRALES D’ACHAT) EN FRANCEvitesse dans certains sous-secteurs. Ainsi,
Évolution du chiffre d’affaires (HT) en volumele ralentissement de l’investissement des
1997 1998 1999 2000 2001 2002
entreprises intervenu en 2001 s’est ag- Produits agricoles bruts 9,2 9,5 1,0 -0,3 -5,4 2,9
Produits alimentaires -0,6 7,3 2,3 1,5 -1,8 0,4gravé depuis. La baisse des prix des
Biens de consommation non alimentaires 7,4 9,2 7,7 8,6 4,0 3,6
micro-ordinateurs n’a pas empêché une Produits intermédiaires non agricoles 1,6 3,8 6,3 3,3 0,7 0,6
Biens d’équipement professionnel 19,0 17,8 16,4 9,8 5,5 5,8nouvelle décélération des ventes de maté-
Ensemble du commerce de gros 6,6 9,4 7,1 5,0 1,2 2,6
riel de bureau et de matériel informatique.
Source : INSEE, comptes du commerce Unité : % du chiffre d’affaires (HT)
En revanche, l’activité des grossistes en
biens de consommation non alimentaires ACTIVITÉ DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL EN FRANCE
reste soutenue (+3,6% après +4%). Les Évolution du chiffre d’affaires (TTC) en volume
1998 1999 2000 2001 2002ventes de produits agricoles bruts re-
Alimentation spécialisée et artisanat commercial +0,2 +0,9 +0,3 -0,5 +0,1
nouent avec la croissance (+3%) après Boulangeries-pâtisseries +2,6 +0,7 -1,7 +1,1 -0,3
Boucheries-charcuteries -0,3 -0,6 -0,7 -2,8 +1,5leur chute de 2001 (-5,4%) tandis que
Autres magasins d’alimentation spécialisée -2,6 +3,0 +4,1 0,0 -1,0
celles de produits alimentaires et de pro- Petites surfaces d’alimentation générale (1) +0,4 -2,0 -2,0 -0,7 -0,2
duits intermédiaires non agricoles restent Grandes surfaces d’alimentation générale +3,3 +4,3 +2,6 +1,3 +1,3
Grands magasins (2) -0,6 +4,6 +5,5 +0,9 +0,5quasi stables. De son côté, l’activité dans
Pharmacies et commerces d’articles médicaux +4,9 +5,1 +7,8 +5,9 +4,0
le commerce de détail ralentit de nouveau Magasins non alimentaires spécialisés +5,9 +5,0 +6,5 +4,1 +2,2
Habillement-chaussures +4,6 +1,8 +3,3 +5,9 +2,7avec un volume de ventes qui n’augmente
Autres équipements de la personne +4,3 +6,8 +6,8 +2,9 +3,0
plus que de +1,5% après +2,3% en 2001. Culture, loisirs, sports +9,5 +7,2 +12,3 +3,2 +3,5
Équipement du foyer +5,9 +7,5 +8,1 +4,0 +1,6L’alimentaire progresse plus lentement que
Aménagement de l’habitat +6,2 +6,9 +3,6 +1,2 +1,9
le non alimentaire. Le manque de dyna- Autres magasins spécialisés +1,0 -7,8 -0,1 +11,2 -3,0
Commerce hors magasin -0,6 +6,0 +3,0 +1,1 -0,5misme des ventes dans les grandes surfa-
Vente par correspondance +5,9 +6,8 +5,9 +2,0 +1,6
Autres -6,2 +5,2 +0,2 +0,2 -2,7ces en est responsable (+1,3% comme en
Réparation d’articles personnels et domestiques -2,2 +2,4 +3,4 -0,7 -3,22001) et, plus encore, le recul de celles
Ensemble du commerce de détail
des petites surfaces (-0,2% après -0,7%). et de l’artisanat à caractère commercial +3,5 +4,1 +3,9 +2,3 +1,5
En revanche, le commerce apporte une Source : INSEE, comptes du commerce Unité : évolution en % du chiffre d’affaires (TTC)
(1) sont inclus les magasins de produits surgelés ; (2) sont inclus les autres magasins non spécialiséscontribution nettement positive à l’évolu-
CAHIER D’AVAL n° 64 - Juillet 2003 19
ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUES

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.