Conjoncture 2ème trimestre 2007 : une croissance atone

De
Publié par

Au deuxième trimestre 2007, le PIB français progresse de 0,3%, après un 1er trimestre qui laissait augurer d’une croissance plus soutenue. L’économie mondiale reste bien orientée, grâce à l’impulsion amorcée par les zones asiatique et européenne, malgré la crise financière d’août dernier. La croissance française pour 2007 s’établirait autour de 1,8%. Sur le marché du travail, la forte création d’emploi salarié entraînerait le chômage à la baisse. En Lorraine, au deuxième trimestre 2007, l’emploi salarié marchand hors intérim progresse légèrement (+0,1%), grâce à des embauches dans les activités de services, et malgré la baisse de l’emploi industriel. Environ 2 000 entreprises se sont créées dans la région. Les exportations sont en hausse, notamment les produits des secteurs automobile et des biens intermédiaires. Le chômage continue de reculer, la Lorraine comptant 3,3% de demandeurs d’emploi de moins qu’au premier trimestre. Mais la construction de logements s’essouffle.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
ème° 2 trimestre 2007 :104N une croissance atone
Au deuxième trimestre 2007, le PIB français
er
progresse de 0,3%, après un 1 trimestre
qui laissait augurer d’une croissance plus soutenue.
L’économie mondiale reste bien orientée, grâce
à l’impulsion amorcée par les zones asiatique
et européenne, malgré la crise financière d’août dernier.
La croissance française pour 2007 s’établirait autour de
1,8%. Sur le marché du travail, la forte création d’emploi
salarié entraînerait le chômage à la baisse.
En Lorraine, au deuxième trimestre 2007, l’emploi
salarié marchand hors intérim progresse légèrement
(+0,1%), grâce à des embauches dans les activités
de services, et malgré la baisse de l’emploi industriel.
PIB français :
Environ 2 000 entreprises se sont créées dans la région.un rythme modéré
Les exportations sont en hausse, notamment les produits
Dynamisme
des secteurs automobile et des biens intermédiaires.
de la création d'entreprise
Le chômage continue de reculer, la Lorraine comptant
Emploi salarié lorrain : 3,3% de demandeurs d’emploi de moins qu’au premier
en hausse
trimestre. Mais la construction de logements s’essouffle.
Chômage :
Légère progression de l'emploi lorraincap vers les 8%
Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 2001
104
102
France
100
98
Lorraine
96
94
2003 2004 2005 2006 20072001 2002
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement
par l'État.
Source : Insee - URSSAF
VConjoncture nationale et internationale
deuxième trimestre 2007 : croissance inférieure aux attentes
Le produit intérieur brut français croît de 0,3% au deuxième trimestre
2007, après un début d’année plus encourageant (+0,6%). La crois-Allemagne
sance française est pénalisée par l’accélération des importations et le
ralentissement des exportations. Au premier semestre, l’économie
Au deuxième trimestre mondiale affichait une croissance forte, en dépit de l’essoufflement de
2007, le produit intérieur
l’économie américaine. La crise financière du mois d’août a instillé lebrut allemand augmente de
0,3% par rapport au tri- doute chez les agents économiques mondiaux. L’intervention des ban-
mestre précédent. La
ques centrales devrait contenir cette crise, voire la résorber. Dans cebonne tenue du commerce
extérieur est le moteur de contexte, l’économie française se renforcerait au second semestre
la croissance allemande. 2007, avec un marché du travail qui connaît une très forte création
Néanmoins, l’impact négatif
d’emplois. La croissance annuelle du PIB serait de 1,8%.du relèvement de la TVA en
janvier sur les dépenses des
ménages commence à se Au deuxième trimestre 2007, le produit Nouvelle poussée des importations
manifester. intérieur brut français croît de 0,3%,
Le commerce extérieur français de-En juin 2007, le taux de après un début d’année qui s’annonçait
er meure le maillon faible de la croissancechômage atteint 8,8% de la plus prometteur (+0,6% au 1 trimestre
française. La vigueur de la demande despopulation active. L’emploi 2007). Les dépenses de consommation
salariéaugmentede2,1% ménages français relance les importa-des ménages, avec une augmentation
par rapport à juin 2006, ce tions étrangères (+2,1% contre +0,7% aude 0,6%, demeurent le moteur principal
qui correspond à la création trimestre précédent). Cette demande na-de la croissance française.
de près de 542 000 em- tionale s’oriente surtout sur le secteur
plois. L’investissement des entreprises, autre des biens intermédiaires. Dans le même
moteur de la croissance, augmente deEn Rhénanie-Palatinat et en temps, la demande étrangère en pro-
Sarre, l’emploi salarié s’ac- 0,4% contre 1,4% au premier trimestre duits français ralentit (+0,9% contre
croît respectivement de 2% 2007. Ce ralentissement résulte d’une +1,4% au trimestre précédent), l’automo-
(+23 000 emplois) et 1,6% mesure correctrice des entreprises, bile faisant les frais de ce ralentisse-
(+5 500 entre juin consécutive à la forte relance du pro- ment. Une activité économique mondiale
2006 et juin 2007. Le taux gramme d’investissements, principale- moins dynamique, ainsi qu’une parité
de chômage de ces deux ment en biens d’équipement, intervenue euro-dollar favorable à la monnaie euro-
Länder s’élève respective- en début d’année. En revanche, l’investis- péenne, sont les causes les plus fré-
ment à 6,3% et 8,3% en sement des ménages en logement reste quemment avancées pour expliquer ce
juin 2007. bien orienté (+0,3%), et ce malgré une déséquilibre quasi structurel du com-
tendance à la hausse des taux d’intérêt. merce extérieur français.
La croissance décélère
Croissance du PIB et contributions à son évolution
%
1,2
PIB (en %)
Dépenses de consommation (en point)
FBCF (en point)
Commerce extérieur (en point)Sources internationales :
0,8
- Note de conjoncture
de l’Insee
- Service des études
0,4et de la statistique
du ministère
de la région wallonne
0,0- Service central
de la statistique
et des études économiques
du Luxembourg
-0,4
- Statistisches Landesamt
Saarland
-
Rheinland-Pfalz -0,8 e er e er ee e e e4 trim. 1 trim. 2 trim.2 trim. 3 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim.
- Bulletin luxembourgeois 2005 2006 2007
de l’emploi
Source : Insee - comptes nationaux trimestriels
2deuxième semestre, l’activité écono-Croissance mondiale :
mique américaine devrait ralentir, depremier semestre soutenu Belgiquetelle sorte que le PIB américain ne pro-
gresserait que de 1,8%, contre 3,9%Le ralentissement de l’activité écono-
l’année dernière. La zone asiatique nemique nationale s’inscrit dans un Au deuxième trimestre
devrait nullement ressentir l’effet de lacontexte international, certes moins por- 2007, le produit intérieur
crise financière, mais davantage pâtir deteur qu’en 2006 mais tout de même brut belge progresse de
la flambée des matières premières,bien orienté. Seule l’économie améri- 0,6% par rapport au tri-
comme le pétrole dont le cours atteintcaine a montré des signes d’essouffle- mestre précédent.
des niveaux historiques, au-delà de 90ment au premier semestre 2007. En juin 2007, le taux de
dollars le baril. Cette hausse vertigi-L’activité dans le secteur de la construc- chômage s’établit à 7,7%
neuse du prix des matières premièrestion a chuté, tandis que la consomma- de la population active. Le
pourrait également pénaliser les pays detion des ménages s’est trouvée bridée nombre de demandeurs
la zone euro, via une répercussion de d’emploi a chuté de 13%,par la baisse des prix de l’immobilier et
ces coûts sur les prix de vente, et donc soit environ 74 000 deman-le renchérissement du crédit. Les zones
deurs de moins qu’un an ausur l’inflation. Les performances écono- -asiatique et européenne ont assuré le
paravant. Dans le mêmemiques de la zone euro égaleraient qua-maintien d’un fort niveau d’activité. La
temps, l’emploi intérieursiment celles enregistrées en 2007,Chine, malgré des mesures de stabilisa-
s’accroît de 1,4%, soitavec un PIB en hausse de 2,6% contretion, a continué d’afficher des taux de
60 300 postes de plus.2,9% en 2006. Néanmoins, un légercroissance supérieurs à 10%. Dans le
fléchissement se ferait sentir au secondmême temps, la zone euro dont le dé-
semestre, notamment sous l’effet d’unecollage est intervenu en 2006, s’est ar-
parité euro-dollar qui renchérit les expor-riméeàuneéconomieallemandequi
tations de la zone euro vers le reste duprofite à plein de sa compétitivité à l’ex-
Luxembourgmonde.port, ainsi que d’une probable hausse si-
gnificative des salaires.
Forte création d’emplois Au deuxième trimestre
Crise financière : 2007, le PIB luxembour-en 2007
geois augmente de 1,3%suite modérée mais incertaine
Dans ce contexte, l’activité économique par rapport au trimestre
Pourtant, l’annonce de la crise finan- française se maintiendrait voire se ren- précédent.
cière du mois d’août semble avoir semé forcerait au cours du second semestre, En juin 2007, l’emploi total
le doute sur ce sentier balisé de la crois- avec des taux de croissance respective- intérieur s’accroît de 4,1%
sance mondiale. L’annonce de l’exis- ment de 0,7% et 0,5% aux troisième et par rapport à juin 2006,
tencedecréancesdouteusesinciteles quatrième trimestres. Au total, le pro- soit une création d’environ
13 300 emplois en un an.agents économiques, et notamment les duit intérieur brut français croîtrait de
Dans le même temps, lebanques, à resserrer l’octroi de crédit, 1,8% en 2007. La dynamique de la
nombre de travailleurs fron-nécessaire à la consommation des mé- création d’emploi, impulsée en 2006, ne
taliers a augmenté de 10%.nages et au financement des projets se démentirait pas en 2007. Plus de
En un an, le nombre de de-d’entreprises. L’intervention des ban- 200 000 emplois ont été créés au pre-
mandeurs d’emploi a aug-ques centrales devrait probablement re- mier semestre 2007. Malgré un fléchis-
menté de 5%. Toutefois, ledonner confiance aux acteurs sement au second semestre, l’économie
taux de chômage (4,5%)économiques. Au final, cette crise ne française devrait créer plus de 300 000
reste assez bas.
devrait avoir un effet que modéré sur la emplois en 2007, faisant par là même
croissance mondiale en 2007. Au reculer le chômage.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de l'année précédente chaînés
Évolution
2005 2006 2007
annuelle
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2006 2007
Produit Intérieur Brut 0,2 0,2 0,6 0,4 0,7 0,9 0,1 0,4 0,6 0,3 2,2 1,4
Importations 0,5 0,7 2,6 3,2 1,0 2,9 -0,5 0,9 0,6 1,9 7,1 3,3
Dépenses de consommation des ménages 0,6 0,0 0,6 0,7 0,8 0,5 0,3 0,3 0,5 0,6 2,3 1,5 de consommation des adminis-
trations publiques 0,1 0,2 0,5 0,1 0,6 0,5 0,3 0,4 0,3 0,5 1,6 1,2
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 0,7 0,9 1,7 0,6 0,5 1,9 0,6 1,3 1,2 0,4 4,1 3,2
dont : ENF (sociétés) 0,0 0,0 2,3 0,6 0,2 2,6 0,8 1,9 1,4 0,4 4,6 4,2
Ménages 1,2 2,4 0,7 1,3 1,4 1,0 0,9 -0,4 0,3 0,3 4,5 1,0
APU (administrations publiques) 3,2 1,6 1,7 -0,2 -0,6 0,9 -0,9 2,4 2,4 0,2 1,3 4,1
Exportations -0,6 0,5 3,0 1,2 3,2 1,1 -1,2 1,0 1,4 0,9 6,3 2,4
Demande intérieure totale 0,5 0,2 0,5 0,9 0,1 1,4 0,2 0,4 0,4 0,6 2,5 1,6
Désormais, les comptes trimestriels en volume sont publiés aux prix de l’année précédente chaînés et non plus aux prix constants de l’année
de base (2000). Ce changement de méthodologie, coordonné au plan européen, vise à rapprocher encore les comptes trimestriels d’un mode
de calcul déjà mis en oeuvre par les comptes annuels. Ce calcul a pour principal avantage de pondérer les niveaux élémentaires composant un
agrégat (produits ou branches de l’économie) par les poids les plus récents connus (prix de l’année précédente, et non par les prix de l’année
2000). On donne par exemple à l’évolution de la consommation des ménages en produits électroniques son poids le plus récent dans dans la
consommation totale, plus faible que ce qu’il était en 2000, du fait des baisses de prix importantes et régulières depuis plusieurs années. Si
cela ne modifie pas sensiblement des agrégats comme le produit intérieur brut, des écarts de croissance de quelques dixièmes de points par
rapport aux calculs en prix constants peuvent néanmoins apparaître pour certaines séries. Dans tous les cas, les tendances de reprise et de
ralentissement de l’économie restent les mêmes. Une note méthodologique expliquant en détail la technique utilisée pour le chaînage des volu-
mes est disponible à l’adresse Internet suivante : http://www.insee.fr/fr/indicateur/cnat_trim/methodologie.htm.
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
léger redressement de l'emploi
En Lorraine, au deuxième trimestre 2007, l’emploi salarié mar-
chand hors intérim progresse légèrement (+0,1%), grâce à des
En Alsace embauches dans les activités de services. Comme au trimestre
L’emploi salarié alsacien précédent, environ 2 000 nouvelles entreprises se sont implan-
dans le secteur marchand
tées dans la région. Les exportations lorraines sont en hausse,progresse de 0,3% au
deuxième trimestre 2007. notamment en direction des pays limitrophes. Mais la construc-
Le chômage touche 7,2% tion de logements s’essouffle. Le chômage continue de reculer,
de la population active,
et la Lorraine compte 3,3% de demandeurs d’emploi de moinssoit 0,2 point de moins
qu’au trimestre précé- qu’au premier trimestre.
dent. Les chômeurs de
longue durée représen- Au deuxième trimestre 2007, l’em- à cette hausse. En trois mois, les ef-
tent 25,7% de l’ensemble ploi salarié lorrain du secteur privé fectifs dans les activités de conseil et
des chômeurs, contre
(hors intérim) enregistre une hausse lesservicesopérationnels (gardiennage
30,1% un an plus tôt.
de 0,1%, soit 500 emplois de plus et nettoyage) augmentent notamment
qu’au trimestre précédent. Sur la de 700 salariés. Dans le secteur des
même période, l’emploi a progressé transports, le nombre d’emplois sala-En Champagne-Ardenne
en France de 0,4%. L’emploi dans les riés progresse de 1,5%, soit 400 de
Au deuxième trimestre
services est plus dynamique en Lor- plus qu’au trimestre précédent. La
2007, l’emploi salarié du
raine (+1,1%) qu’en France (+0,7%). hausse est également à mettre ausecteur marchand di-
Mais dans l’industrie lorraine, les ef- compte de l’hôtellerie-restauration, quiminuede0,6%enCham-
fectifs diminuent de 1%, alors que la gagne sur la même période plus depagne-Ardenne.
baisse n’est que de 0,3% au niveau 200 emplois.
Le taux de chômage tri-
national.
mestriel est de 8,3%, soit Dans le secteur du commerce, l’emploi
0,3 point de plus que le est légèrement en hausse (+0,3%). Le
taux national. Comme en Croissance de l’emploi commerce de détail en particulier
France, il est en recul de gagne plus d’une centaine de postes,dans les services
0,3 point par rapport au majoritairement dans la grande distri-
trimestre précédent. Le Au deuxième trimestre 2007, dans les bution.
département des Arden- services marchands, l’emploi salarié
nes enregistre la plus Les effectifs de la construction conti-progresse de 1,1%, ce qui représente
forte baisse, mais avec nuent de progresser, mais le rythmeenviron 1 500 postes de plus qu’au
11% de chômeurs, il reste s’est ralenti (+0,2% contre +1,1% au pre-premier trimestre. Les services aux
le plus touché (3 points de mier trimestre 2007).entreprises contribuent principalement
plus que le taux national).
Créations d'emplois dans les services
En Franche-Comté Évolution de l’emploi salarié lorrain
Au deuxième trimestre
Ensemble2007, l’emploi salarié en
Industrie%
1,2Franche-Comtésestabi- BTP
Commerce
lise. La baisse des effectifs
Services
industriels (-0,9%) se
0,6poursuit, mais elle est
compensée par la hausse
dans le secteur tertiaire
0,0(+0,5%) et dans la cons-
truction (+0,3%).
Le chômage recule de 0,4
-0,6pointettouche 7,4% de la
population active. La
baisse est particulière-
ment marquée (-0,7 point) -1,2
er e e e er e
1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim.dans le TerritoiredeBel-
2007fort, où le taux de chô- 2006
mage passe sous la barre
des 10% pour la première
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État.
fois depuis 2003.
Source : Insee - URSSAF
4étrangère, a été très forte au cours duToujours moins d’emplois
deuxième trimestre 2007. Les stocksindustriels
retrouvent leur niveau moyen observé
en 2006. Néanmoins, les perspectivesDans l’industrie, le déclin de l’emploi
de production pour le troisième tri-salarié reste important. La baisse de
mestre seraient moins bien orientées1% représente une perte de 1 400
que la production passée.emplois au deuxième trimestre
2007. Le secteur le plus touché est
l’industrie des équipements du foyer
Création d’entreprise :
(-6,8%). Dans la Meuse notamment,
stabilitél’entreprise SACEL (fabrication de cuisi-
nes intégrées), qui employait une cin-
En Lorraine, 2 013 entreprises (don-quantaine de personnes, a été mise
nées CVS) ont été créées au deuxièmeen liquidation judiciaire en mai. Et
trimestre 2007. Le nombre de créa-dans les Vosges, plus de 100 sala-
tions est stable par rapport au premierriés de l’usine SEB, qui envisage la fer-
trimestre 2007 et se maintient à unmeture du site, ont perdu leur
niveau historiquement élevé. La ten-emploi. Avec une diminution de ses
dance observée au niveau national esteffectifs de 1,2%, l’industrie automo-
similaire.bile n’est pas épargnée : toujours
La stabilité du nombre de créationsdans les Vosges, ARIES MECA (fabrica-
d’entreprises en Lorraine masquetion d’équipements automobiles)alicen-
néanmoins des évolutions sectoriellescié environ 130 personnes depuis le
très différentes. Le nombre de créa-début de l’année. Dans le secteur de
tions progresse dans le secteur de lal’édition et de l’imprimerie, l’emploi re-
construction (+1,1%). Le descule de 1,9%. Enfin, l’emploi salarié
services, avec 4,2% de créations sup-de la métallurgie et de la transforma-
plémentaires, poursuit sur la lancéetion des métaux continue de décliner,
des trimestres précédents (+20% en unavec une baisse des effectifs de
an), même si le recul dans l’hôtel-0,5%, ce qui correspond à la perte
lerie-restauration (-9,2%)etles trans-d’environ 150 postes.
ports (-26%) en atténue la croissance
globale. À l’inverse, l’industrie (hors IAA)
Activité industrielle dynamique
et le commerce ont été moins créa-
teurs au deuxième trimestre 2007,Selon l’enquête nationale de conjonc-
avec des diminutions respectives deture dans l’industrie, la production in-
21,9% et 6,8% par rapport au pre-dustrielle en Lorraine a été très
mier trimestre 2007.dynamique au deuxième trimestre
2007. Le niveau de satisfaction des in- Dans tous les départements lorrains,
dustriels lorrains sur l’activité passée les entreprises créées (données brutes)
est bien supérieur au niveau moyen en- sont plus nombreuses au deuxième tri-
registré nationalement. La demande, mestre 2007 qu’au même trimestre
et plus particulièrement la demande de l’année 2006. Dans les Vosges, en
Les industriels moins optimistes L’automobile
Évolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine
solde d’opinions En Lorraine, l’industrie au-
tomobile perd encore 200
50%
emplois salariés au
1,0
40 deuxième trimestre 2007,
0,8
soit -1,2% de ses effectifs.30
0,6 Surl’ensembledela
20
0,4 France, la baisse est
moindre (-0,7%).100,2
0,0 0 Au deuxième trimestre
-0,2 2007, l’industrie automo--10
bile lorraine a exporté ses-0,4
-20
produits pour un montant
-0,6
-30 supérieur de 10% à celui
-0,8 du même trimestre un an
-40
-1,0 auparavant. Les produits
-50-1,2 de la construction automo-
Emploi (échelle de gauche)
bile progressent de 14%,-1,4 -60Production passée (échelle de droite)
et les exportations d’équi-Tendance prévue de la production (échelle de droite)
pements pour automobiles2005 2006 2007
de 2%.
Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et Epure (URSSAF)
5(-15%). LespermisdeconstruireontMoselle et en Meurthe-et-Moselle, la
également diminué sur l’ensemble dehausse s’échelonne entre 12% et
la France, mais de façon bien plus14%. La progression est un peu plus
modérée (-4%).modérée en Meuse (+4,4%).
Le nombre de logements commencés
a diminué de 20% en Lorraine. Ainsi,Exportations :
3 433 mises en chantier ont été enre-
plus de 5 milliards d’euros
gistrées au deuxième trimestre 2007,
contre 4 305 au même trimestre deAu deuxième trimestre 2007, le mon-
l’année précédente.tant total des exportations lorraines
est en hausse de 9,3% par rapport au
même trimestredel’annéeprécé-Sidérurgie Chômage :
dente, passant ainsi la barre des 5 mil- la décrue se poursuit
En Lorraine, dans le sec- liards d’euros de produits exportés.
teur de la métallurgie et Cette forte croissance régionale se re- Au deuxième trimestre 2007, le taux
de la transformation des trouve au niveau départemental, à l’ex- de chômage lorrain baisse au même
métaux, le recul de l’em- ception de la Meurthe-et-Moselle, où rythme qu’au niveau national, s’éta-
ploi salariés’atténueau les exportations accusent un léger re- blissant à 8,3% de la population ac-
deuxième trimestre 2007. cul (-1,2%). Les exportations lorraines tive. Cette décrue maintient le taux
La baisse des effectifs est sont dominées par des flux très impor- de chômage lorrain au-dessus de la
de 0,5% par rapport au tants à destination de l’Europe, et en moyenne française (8%). Au niveau
trimestre précédent, particulier des pays limitrophes. La départemental, le chômage en
comme au niveau national. part desproduitsexportéshorsde Meurthe-et-Moselle touche à présent
l’espace européen représente moins moins de 8% de la population active.La production d’acier brut
de 10% du total. Ce trimestre, le mon- La Meuse est le seul départementa diminué de 7,8% en Lor-
tant des exportations vers le Proche et lorrain où le taux de chômage est en-raine par rapport au
Moyen-Orient est presque multiplié par core supérieur à 9%.deuxième trimestre 2006,
deux par rapport au même trimestreet de 3,2% au niveau na-
Fin juin 2007, près de 73 000 actifsde l’année précédente. Mais le poidstional. La production de
lorrains sont à la recherche d’un em-de ces débouchés reste très faible.fonte subit une baisse en-
ploi (données CVS), soit une baisse decore plus marquée À un niveau sectoriel, les industries au- 3,3% par rapport au premier tri-(-12,3% en Lorraine
tomobile, de biens d’équipement et de mestre 2007. Cette baisse profite àcontre -4,5% sur l’en-
biens intermédiaires représentent à el- l’ensemble des chômeurs, quel quesemble de la France).
les seules plus de 85% des exporta- soit leur âge. Néanmoins, l’améliora-Quant aux produits finis la-
tions de la région.minés, leur production est tion est plus sensible pour les jeunes
là aussi en retrait en Lor- demandeurs de moins de 25 ans
raine (-2,3% contre (-3,9%), ainsi que ceux âgés de 50 ansLa construction ralentit
+1,9% en France). et plus (-4,1%).
En Lorraine, après une année 2006
Néanmoins, les exporta- La conjoncture profite plus aux hom-particulièrement dynamique, la cons-
tions lorraines de produits mes (-4%) qu’aux femmes (-2%). Néan-truction ralentit fortement en 2007.
sidérurgiques et de trans- moins, sur une période d’un an, leAu deuxième trimestre, 2 975 per-
formation des métaux res- reculduchômage adavantage bénéfi-misdeconstruireont étédélivrés
tent soutenues, avec une cié aux femmes (-12,4%) qu’aux hom-dans la région, soit 30% de moinsaugmentation de 20% par mes (-12,1%).qu’à la même période en 2006. Larapport au deuxième tri-
baisse touche plus fortement le loge- Le chômage de longue durée, sou-mestre 2006.
ment collectif (-49%) que l’individuel vent plus insensible à la conjoncture,
Logements autorisés en Lorraine Exportations lorraines
2007
Données brutes (hors matériel militaire et électricité) en millions d'eurosDonnées brutes 2006 5 2005 000
2005
5 000
4 000
4 800
3 000
4 600
4 400
2 000
4 200
1 000
4 000
3 8000
er ème ème ème
1 trim 2 trim 3 trim 4 trim 2004 2005 2006 2007
Source : DRE - Sitadel Source : Douanes
6régresse très sensiblement depuis un Moins de chômeurs
an (-23,8%). Fin juin 2007, près de
Demandeurs d'emploi en fin de mois catégorie 1 en Lorraine27% des demandeurs d’emploi lor-
Base 100 en décembre 2003
rains sont au chômage depuis plus
110
d’un an, contre 30,8% un an aupara-
vant. Ces bons résultats régionaux 105
sont variables selon les départe-
ments. La Meurthe-et-Moselle et la 100
Moselle enregistrent de très bons ré-
sultats. La décroissance du chômage 95
de longue durée est moins forte dans
90la Meuse et les Vosges. Dans ces
Moins de 25 ansdeux départements, la part du chô- Ensemble hommes
85 De 25 à 49 ans femmesmage de longue durée, en juin 2007,
50 ans et plus
est encore supérieure à 30%.
80
En juin 2007, l’ANPE enregistre
sept.mars mars sept. mars sept. mars
11 852 offres d’emploi, soit une très
2004 2005 2006 2007
légère baisse par rapport au mois de Source : Ministère du Travail - ANPE
juin 2006 (-0,2%). Parmi les contrats
de travail offerts, ceux d’une durée Taux de chômage toujours en baisse
excédant 6 mois représentent 46%
Taux de chômage au sens du BIT (%)du total.
10,5
France
10,0
Yann KUBIAK
9,5 Lorraine
Laurence LABOSSE
9,0
Brigitte VIENNEAUX
8,5
8,0
7,5
mars sept. mars sept. mars sept. mars
2004 2005 2006 2007
Source : Insee
7Forte baisse du taux de chômage
autour de Lunéville et du Bassin Houiller
- Point de conjoncture de l’Insee -
8,9Octobre 2007
Longwy
Thionville
- Cahiers lorrains de l’emploi - Le Meuse 8,0
duNord BrieyTaux de chômagemarché du travail en Juin 2007 -
ème
au 2 trimestre 2007 9,0 8,9 Bassin
SarregueminesDRTEFP de Lorraine - Août 2007. Metz Houiller(%)
7,210,08,0
Lorraine 8,3- Site internet : www.insee.fr
Commercy
Sarrebourg
ToulBar-le-Duc
Évolution 6,3Nancy10,7 6,9du taux de chômage 8,2
Lunéville
par rapport au trimestre 7,6
8,9
précédent (en points)
plus de 0,1 Saint-DiéVosges
Épinal0 del'Ouest 11,2
de -0,1 à -0,2 7,5 9,1
Ministère de l’Économie, -0,3 Remiremont
Gérardmer
des Finances et de l’Emploi moins de -0,4
Insee 7,6
Source : Insee
Institut National de la Statistique
et des Études Économiques
Au deuxième trimestre 2007, c’est dans les zones d’emploi de Lu-Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot néville et du Bassin Houiller que le chômage recule le plus. Dans le
CS 54229 Bassin Houiller notamment, le taux de chômage diminue de 0,6
54042 NANCY CEDEX point, mais ne parvient cependant pas à passer sous les 10%.
Tél :03 83 91 85 85 Dans la zone de Saint-Dié, la plus touchée, 11,2% de la population
Fax :03 83 40 45 61 active est sans emploi, comme au trimestre précédent. Seule la
www.insee.fr/lorraine
zone d’emploi des Vosges-de-l’Ouest enregistre une légère recru-
descence, avec un taux de chômage assez bas (7,5%), mais en
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
hausse de 0,1 point.
Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
Christian CALZADA
Gérard MOREAU
Demandes déposées à l'ANPE par des personnes sans emploi, immédiate-
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
ment disponibles, à la recherche d'un emploi à durée indéterminée à tempsRELATIONS MÉDIAS
plein, hormis celles ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois.Jacqueline FINEL
RÉDACTRICE EN CHEF
Les séries d’évolution de l’emploi sont obtenues à partir des données re-
Agnès VERDIN
cueillies par les URSSAF auprès des employeurs. Les données régionales
SECRÉTARIAT DE FABRICATION concernent tous les secteurs hormis l’agriculture, les entreprises apparte-
MISE EN PAGE - COMPOSITION nant majoritairement à l’État, l’intérim, l’administration et l’éducation, la san-
Marie-Thérèse CAMPISTROUS té, l’action sociale. Elles portent sur toutes les tailles d’établissements. Ces
Marie-Odile LAFONTAINE données sont provisoires pour les deux derniers trimestres connus.
N° à la CPPAP AD 176
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entreprisesISSN : 0293-9657
du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’activité dans© INSEE 2007
l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond aux réponses na-
tionales corrigées des effets de structure. Les séries sont présentées cor-
rigées des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
ème er ème
2 1 2
trimestre trimestre trimestre
2007 2007 2006
0,1% 0,0% 0,0%Évolution de l’emploi salarié (Insee - URSSAF) CVS
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 8,3% 8,6% 9,4%
72 800 75 330 83 000Demandes d’emploienfindemois,catégorie1-DEFM1(ANPE-DRTEFP)CVS
20,7% 20,9% 21,4% d’emploienfindemois,partdes moins de 25 ans (ANPE - DRTEFP) CVS
2 013 2 026 1 765Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS
Nombre de logements commencés (DRE Sitadel) 3 433 2 666 4 305
Nombre de logements autorisés (DRE Sitadel) 2 975 3 836 4 283
8
7
©IGN - INS E 200

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.