Conjoncture 4ème trimestre 2004 : reprise de la croissance

De
Publié par

Le dernier trimestre 2004 enregistre une évolution du PIB de +0,9%, tranchant avec la quasi-stagnation au trimestre précédent. Au total, la croissance en 2004 aura été de +2,4%. Début 2005, cette croissance se prolongerait, sur un rythme moins soutenu néanmoins. L’emploi lorrain recule au quatrième trimestre 2004 (-0,3%) mais à un rythme moindre qu’au trimestre précédent (-0,5%). Le taux de chômage lorrain, à 9,8%, converge vers le taux national (9,9%). La création d’entreprise reste élevée. Les exportations et l’activité dans le bâtiment sont bien orientées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
° Fin 2004 :25N reprise de la croissance

Le dernier trimestre 2004 enregistre une évolution
du PIB de +0,9%, tranchant avec la quasi-stagnation
au trimestre précédent. Au total, la croissance en 2004
aura été de +2,4%.
Début 2005, cette croissance se prolongerait, sur un rythme
moins soutenu néanmoins.
L’emploi lorrain recule au quatrième trimestre 2004
(-0,3%) mais à un rythme moindre qu’au
précédent (-0,5%).
Le taux de chômage lorrain, à 9,8%, converge vers le taux
Le PIB français
progresse fortement national (9,9%).
La consommation La création d’entreprise reste élevée.
des ménages repart
Les exportations et l’activité dans le bâtiment sont bien orientées.
L’emploi lorrain
en baisse
Le chômage lorrain
e
Pas d'amélioration de l'emploi lorrain au 4 trimestre 2004en légère hausse
Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 1999
110
108
France106
104
102
Lorraine
100
98
2000 2001 2002 2003 2004
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement
par l'État.
Source : Insee URSSAF
VConjoncture nationale et internationale :
reprise soutenue en fin d’année 2004
Au dernier trimestre 2004, le PIB français progresse de 0,9%,
après la pause temporaire observée au troisième trimestre. CeAllemagne
sursaut permet à la France d’afficher un taux de croissance an-
nuel de 2,4%. Le premier semestre de l’année 2005 afficheraitAu quatrième trimestre 2004,
le PIB allemand diminue de unecroissancemodérée, avec uneévolution du PIBde0,6%au
0,2%. Cette diminution pro-
premier trimestre puis de 0,3% au second.vient essentiellement de la
faible demandedelaconsom-
mation publique (-0,7%). lors qu’au troisième trimestre 2005 (+0,8%) avant de laisser place à une
La baisse des taux d’imposi- A2004, tous les moteurs de la remontée du taux d’épargne. Ce change-
tion en vigueur ne semble pas croissance semblaient à l’arrêt, la fin ment prévisible serait dû en partie à la per-
agir sur la confiance des mé- d’année est marquée par une reprise sistance d’un taux de chômage élevé qui
nages. La demande intérieure
forte de l’économie française (+0,9% du devrait se stabiliser autour de 10%, avec
reste atone (+0,2%).
PIB). Le moteur principal de cette re- une pointe à 10,1% enregistrée en début
L’Allemagnecontinuedese prise est la forte consommation des d’année 2005. Cette stabilité du chômage
distinguer par la vigueur de
ménages qui contribue pour 0,6 point à est à mettre en rapport avec les perspecti-
ses exportations (+1,1%).
la croissance du PIB. ves de créations d’emploi. Au total, l’éco-Une meilleure spécialisation,
nomie française devrait créer près denotamment en biens d’équipe-
ments, lui permettrait de pro- 41 000 postes de travail au cours du pre-La consommation
fiter de la vitalité du mier semestre 2005. Mais ce nombreplutôt que l’épargnecommerce mondial, en parti- d’emplois nouveaux est intégralement com-
culier vers les pays à forte Malgré une progression modérée de leur pensé par la croissance équivalente de la
croissance (Chine, pays de
pouvoir d’achat en 2004 (+1,6%), les mé- population active, d’où cette stabilité du
l’Europe Centrale et Orientale).
nages français continuent de maintenir leur taux de chômage.
Le taux de chômage de l’Alle-
consommation à des niveaux élevés (+1,2%
magne en décembre 2004
au quatrième trimestre, contribuant pour 0,6atteint 10,8% de la population Commerce extérieur :
point à la croissance du PIB). Cette consom-active. L’emploi salarié a dimi- un déficit qui se réduit
mation se fait au détriment du taux d’é-nué de 1,1% par rapport à
décembre 2003. pargne qui a diminué de 0,6 point entre Si globalement l’année 2004 n’a pas été
2003 et 2004, passant de 15,9% à favorable au commerce extérieur fran-En Rhénanie-Palatinat et en
15,3%. Cette tendance devrait se pour- çais, le dernier trimestre apparaît moinsSarre, le taux de chômage at-
teint respectivement 8,1% et suivre au moins au premier trimestre mauvais que les précédents (contribution
9,4% en décembre 2004. En
un an, les effectifs salariés de
ces deux régions ont baissé Redémarrage net de la croissance
de 0,8% et 0,6%, soit au to-
Croissance du PIB et contributions à son évolutiontal la disparition d’environ
11 500 emplois. %
1,5
Sources internationales :
1,0- Note de conjoncture de
l’Insee
- Service des études
et de la statistique 0,5
du ministère de
la région wallonne
- Service central
0,0
de la statistique et
des études économiques
du Luxembourg
PIB (en %)
-0,5
- Statistisches Landesamt Dépenses de consommation (en point)
FBCF (en point)Saarland
Commerce extérieur (en point)
- Landesamt
-1,0Rheinland-Pfalz e er e e e er e e e4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim.
- Bulletin luxembourgeois 2002 2003 2004
de l’emploi
Source : Insee - comptes nationaux trimestriels
2du commerce extérieur de +0,2 point à la taux d’épargne des ménages. Leurs
croissance du PIB). Les exportations enre- comportements d’activité et d’investisse-
Belgique
gistrent une forte poussée (+1,3% après ment devraient aussi dépendre de l’évo-
+0,6% au trimestre précédent). Si la re- lution des cours des matières
prise des services exportés reste faible premières, dont celui du pétrole, ainsi Au quatrième trimestre
2004, le produit intérieur brut(+0,2%), celle des biens (+1,5%) explique que de celui de l’euro face à un dollar
belge progresse de 0,3%. Lace redressement global. A l’inverse, les durablement faible.
hausse atteint 2,4% en unimportations ralentissent (+0,7% contre
an. Le taux de chômage (en
+2,4% au trimestre précédent). Parmi les Le contexte international : données désaisonnalisées) s’é-
biens importés, l’automobile et les pro- tablit à 7,9% de la populationattente d’une reprise
duits énergétiques tirent à la hausse les active en décembre 2004.de la zone euro
importations (respectivement +2,1% et Comme en France, le chô-
mage touche plus durement+4,5% par rapport au trimestre précédent). Au niveau mondial, l’année 2004 a enregis-
lesfemmes(9,1%)que lestré le plus fort taux de croissance écono-Ce déficit commercial français résulte
hommes (7,1%). Entre dé-mique depuis 20 ans. En effet, l’activitéde la faiblesse de la demande intérieure cembre 2003 et décembre
mondiale a crû de plus de 4,5% en 2004.de nos principaux partenaires commer- 2004, le nombre de deman-
Ce dynamisme a notamment été impulsé àciaux. Il est peu probable que le solde deurs d’emploi a augmenté de
la fois par l’économie américaine et par les 7,3% en Belgique. En Waldes échanges commerciaux s’améliore -
économies indienne et chinoise. Le com- lonie, le nombre de chômeursen 2005, même si les conjoncturistes
est en hausse de 3,7% sur lamerce extérieur français n’a pas totale-prévoient une reprise de la demande
même période.ment tiré parti de cette embellie car il estintérieure allemande.
principalement orienté vers l’espace in-
tra-communautaire. Ce dernier n’enregistre
Demande des entreprises :
qu’une croissance de 1,8% pour l’année
entre modération et prudence
2004. A l’exception de la France, cette fai-
Luxembourg
blesse de croissance de la zone euro estL’année 2004 a été marquée globale-
dueengrandepartieàdesdemandesinté-ment par une croissance modérée mais
rieures très déprimées.réelle des investissements de la part Au quatrième trimestre, l’em-
ploi salarié diminue de 0,6%.des entreprises (+3% contre -1,6% en Fin 2004, le ralentissement mondial
L’emploi frontalier, qui repré-2003). Au dernier trimestre 2004, l’in- s’est fait sentir, les États-Unis craignant
sente 37% de l’emploi total,
vestissement des entreprises connaît un regain d’inflation, la Chine freinant sa
diminuequantàluide1%.
une reprise sensible (+1,6%) après le politique d’investissements. Cesbaissess’observent tous
net recul enregistré au trimestre précé- Dans ce contexte, début 2005 devrait lesans àlamêmepériode.
dent (-1,1%). En ce qui concerne les voir la demande mondiale fléchir pro- Dans le même temps, le
stocks de production, ils diminuent tout gressivement, entraînant de fait une nombre de demandeurs d’em-
naturellement après le gonflement opé- baisse des exportations de la zone euro. ploi continue de croître
ré lors du troisième trimestre 2004. Mais ce ralentissement de la demande (+7,3% en trois mois,
+12,8% en un an). Le taux deSelon les dernières enquêtes de mondiale devrait être compensé par la
chômage s’établit à 4,5% deconjoncture, les entreprises adopte- reprise tant attendue des demandes in-
la population active.raient en 2005 un comportement pru- térieures des pays de la zone euro, en
dent, anticipant déjà la remontée du particulier l’Allemagne et l’Italie.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de 1995
Évolution
2002 2003 2004
annuelle
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2003 2004
Produit Intérieur Brut 0,9 0,5 0,3 -0,3 0,1 -0,4 1,1 0,6 0,8 0,7 0,0 0,9 0,5 2,4
Importations 3,2 1,7 0,8 -1,0 -0,1 -0,5 -0,1 2,5 1,4 3,8 2,4 0,7 0,2 7,5
Dépenses de consommation des ménages 0,5 0,4 0,7 0,2 0,6 -0,3 1,0 0,2 1,1 0,4 -0,1 1,2 1,6 2,3 de consommation des adminis-
trations publiques 1,8 1,3 0,7 0,8 0,3 0,4 1,0 0,9 0,5 0,8 0,2 0,5 2,6 2,6
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 0,2 -0,9 -0,2 -0,8 0,1 0,3 1,2 1,5 0,5 1,5 -0,5 1,3 0,3 3,5
dont : SNF-EI (sociétés) 0,0 -2,2 -0,5 -1,5 -0,7 -0,1 1,4 1,5 0,3 1,3 -1,1 1,6 -1,6 3,0
Ménages -0,1 0,8 0,2 -0,1 0,2 0,2 0,0 0,6 0,9 2,3 0,5 1,1 0,8 3,7
APU (administrations publiques) 1,2 1,4 0,2 1,0 2,4 1,8 2,1 2,2 0,6 1,0 0,0 0,5 6,8 4,7
Exportations 2,3 2,6 -0,1 -0,9 -2,2 -1,4 0,8 1,6 0,6 1,1 0,6 1,3 -2,5 3,3
Demande intérieure totale 1,2 0,2 0,5 -0,3 0,8 -0,2 0,9 0,8 1,0 1,4 0,5 0,7 1,4 3,6
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
les difficultés persistent
Au quatrième trimestre 2004, l’emploi industriel lorrain continue de
se dégrader fortement (-0,9%) entraînant l’emploi salarié marchand à
la baisse. Le taux de chômage, en hausse, rattrape le niveau national.
Les créations d’entreprises fléchissent légèrement. En revanche, les
exportations sont en augmentation de 5,4% par rapport au dernier
trimestre 2003. Malgré un léger fléchissement les perspectives d’ac-
tivité dans le bâtiment sont favorables .
En Alsace u quatrième trimestre 2004, centaine d’emplois, de même que les in-Al’emploi salarié du secteur mar- dustries des composants électriques etAu quatrième trimestre ,
chand (hors intérim) diminue encore de électroniques.l’emploi salarié du secteur
0,3% en Lorraine, alors qu’il reste Dans les industries des biens de consom-marchand diminue de 0,7%
(données brutes Insee- stable sur l’ensemble de la France. mation, les effectifs diminuent de 1,4%
URSSAF). Sur un an, il enre- au dernier trimestre 2004, soit un peu
gistre la même diminution. plus de 250 emplois.Toujours des pertes d’emploisLe taux de chômage
Dans l’industrie des biens d’équipement,
continue d’augmenter (+0,2 dans l’industrie lorraine
200 emplois sont supprimés, principale-point) au quatrième tri-
Dans l’industrie, l’emploi continue de décli- ment dans le secteur des équipementsmestre 2004. Il s’élève dé-
ner. Fin 2004, 1 400 emplois disparais- mécaniques. A Golbey, la fermeture d’unsormais à 8,5% de la
population active, mais reste sent, soit une baisse de 0,9%, établissement des Constructions Indus-
bien inférieur à celui de la équivalente à celle du trimestre précé- trielles Méditerranée, qui ont décidé de
France (9,9%). Il a toutefois dent. Sur la même période la baisse est concentrer leur activité dans le sud de la
augmenté de 0,5% en un an
de 0,3% en France. France, a entraîné le licenciement de près
(inchangé en France).
Lesindustriesdes biensintermédiaires de 80 personnes. À Nancy, la liquidation
perdent 630 emplois, principalement judiciaire de la SA Viltz (chaudronnerie mé-
En Champagne- dans le secteur de la métallurgie (près de tallique) s’est soldée par la disparition
Ardenne 300 postes). Dans l’industrie du bois et du d’une soixantaine d’emplois.
papier, la disparition de 160 emplois est Dans les industries agricoles et alimentai-
L’emploi salarié du secteur
due essentiellement à la fermeture des res et dans l’automobile, la quasi-stabilité
marchand progresse de
Papeteries Matussière et Forest à Ram- des effectifs salariés ne suffit pas à atté-0,2% par rapport au tri-
bervillers. Le secteur de la chimie-caout- nuer la morosité qui persiste dans l’in-mestre précédent, soit un
chouc-plastiques perd quant à lui une dustrie lorraine.gain d’un peu plus de 500
emplois (données CVS,
L'emploi résiste dans le tertiaireURSSAF-DRTEFP). Le taux
de chômage s’établit à
Évolution de l’emploi salarié lorrain
10,2% de la population ac-
Ensemble%tive. Il est toujours supérieur 0,9 Industrie
au taux français (9,9%). Le BTP
Commercetaux de chômage des Arden- Services
nes enregistre une nouvelle 0,4
baisse (-0,5%) mais reste
l’un des plus forts taux de la
France métropolitaine -0,1
(13,3%).
-0,6
En Franche-Comté
En Franche-Comté, 8,5% de -1,1
la population active sont des
chômeurs. Ce taux est en
baisse de 0,2% par rapport -1,6
er e e e er e e e1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim.au même trimestre de
l’année précédente. Le Jura 2003 2004
conserve un taux faible
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État.
(7,2%).
Source : Insee - URSSAF
4L’emploi se maintient dans Production industrielle :
le tertiaire et la construction perspectives bien orientées
Au quatrième trimestre 2004, les effec- Selon l’enquête conjoncturelle dans l’in-
tifs de la construction restent quasi- dustrie de janvier 2005, et compte tenu
ment inchangés. La très légère baisse de la structure du secteur en Lorraine,
(-0,1%) dans ce secteur qui fait travailler l’activité industrielle progresse au der-
plus de 46 000 salariés en Lorraine, nier trimestre 2004, à un moindre
représente une perte de moins de 50 rythme cependant qu’aux trimestres
emplois sur le trimestre. précédents. Les perspectives des indus-
triels pour le premier trimestre 2005Dans les activités du commerce, on re-
sont bien orientées. La demande est encense une centaine d’emplois nouveaux
hausse. La demande étrangère estau dernier trimestre 2004, principale-
quasiment stable. Les stocks sont jugésment dans le commerce de détail. L’a-
peu supérieurs à la normale.grandissement, suite à son
déménagement, du centre Leclerc de
Dommartin-lès-Toul, est à l’origine d’une Créations d’entreprises :
partie de ces créations. un léger recul à un haut niveau
Dans le secteur des services, les effec- Au quatrième trimestre 2004, le
tifs sont en très légère augmentation nombre de créations d’entreprises en
(+0,1%). Cette hausse est due à la Lorraine est en baisse de 4,0% par rap-
bonne tenue de l’emploi dans les activi- port au troisième trimestre et s’établit à
tés immobilières et financières, les ser- 1 918 créations. La baisse est moins
vices de conseil et d’assistance aux marquée en France (-0,6%). En Lor-
entreprises, ou encore les services opé- raine, les créations pures, qui représen-
rationnels. Ces activités permettent de tent plus de 70% du total des
maintenir l’emploi à un bon niveau, mal- créations, sont en recul de 2,5% par
gré la forte diminution observée dans rapport au troisième trimestre 2004.
les transports (-0.9%). Seules les créations par reprise sont en
légère hausse (+1,2%).
Moins de missions d’intérim
Au dernier trimestre 2004, 516 entrepri-
en Lorraine ses ont été créées dans le secteur du
commerce, (-1,3% par rapport au trimestreEntre fin décembre 2003 et fin dé-
précédent). Avec 353 créations, les servi-cembre 2004, le nombre de missions
ces aux particuliers ont subi égalementd’intérim a diminué en Lorraine (-2,5%).
une baisse modérée (-0,8%). Celle-ci estSur l’ensemble de la France, après les
beaucoup plus forte pour la constructionbaisses des mois précédents, l’emploi
(-11,5%) et les services aux entreprisesintérimaire gagne 11 200 missions en
(-19,6%), où l’on totalise respectivementdécembre. Au final, il reste stable sur
358 et 253 créations au quatrième tri-l’année 2004.
L'activité industrielle toujours en hausse
Évolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine
solde d’opinions
40401,2 %
Emploi (échelle de gauche)
1,0 Production passée (échelle de droite)
3030
Tendance prévue de la production (échelle de droite)
0,8
L’automobile
200,6
Au quatrième trimestre0,4
10 2004, le nombre d’emplois
0,2
dans l’industrie automobile
00,0 lorraine reste stable. Sur
l’ensemble de la France, il
-0,2
-10 augmente de 0,4%. Les ex-
-0,4 portations de la construction
-20-0,6 automobile augmentent de
5,2% par rapport au même
-0,8
-30 trimestredel’annéeprécé-
-1,0 dente. Les productions de la
-1,2 -40 construction automobile sont
2001 2002 2003 2004 en hausse de 5,9%.
Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et Epure (URSSAF)
5mestre. Les seuls secteurs en hausse port au trimestre précédent.
sont les industries agricoles et alimentai- Simultanément, l’activité du secteur de
res (+36,5%) et les transports (+10,4%). l’entretien et de l’amélioration de l’habi-
Ils restent toutefois peu créateurs (respec- tat est restée stable. Les perspectives
tivement 56 et 41 créations en un trimestre). d’activité sont favorables pour les mois
à venir, avec des carnets de comman-
des que les entrepreneurs estimentExportations : une hausse
bien garnis. Ils envisagent d’embaucher.toujours continue
Au quatrième trimestre 2004, en Lor-
Au quatrième trimestre 2004, la Lorraine
raine, 3 302 autorisations de construire
a exporté pour 4 772 millions d’euros de
ont été délivrées (-4,2% sur un an, +18,5%
marchandises. Les exportations sont en
en France) et 2 952 logements ont été
augmentation de 5,4% par rapport au
commencés (-6,0% sur un an, +13,5% en
dernier trimestre 2003. Les biens inter-
France). Aussi bien pour les autorisations
médiaires (1 804 millions d’euros)avecno-
de construire que pour les mises en
tamment les produits de la chimie
chantier, les logements en immeuble col-
organique (+54,5% en un an)etles pro-
lectif progressent (+8,4% et +14,2% sur un
duits sidérurgiques et de première trans-
an) tandis que ceux en maisons individuel-Sidérurgie formation de l’acier (+14,4%)ensontle
les diminuent (-12,6% et -18,3%).
principal moteur. Les produits de l’in-
Au quatrième trimestre dustrie automobile (1 269 millions d’euros)
2004, en Lorraine, les ef- Le chômage lorrainsont également en hausse (+5,3%).Al’in-
fectifs de la métallurgie et de continue de convergerverse, les exportations de produits éner-la transformation des mé-
gétiques (-8,3%) et des biens de vers le niveau nationaltaux continuent de décroître
consommation (-1,3%) sont en recul.(-0,9%). En France, l’emploi Fin décembre 2004, le taux de chômage
salariédecesecteur di- Les exportations à destination des princi-
lorrain au sens du BIT s’élève à 9,8% de la
minuede0,8%. paux partenaires sont toutes en augmen-
population active, contre 9,9% pour l’en-
tation. C’est vers le Luxembourg (+29,6%)
semble de la France. Sur un an, le taux deLa production du secteur est
et l’Italie (+14,0%) que l’augmentation des
en hausse par rapport au chômage lorrain a enregistré une hausse
exportations a été la plus forte. L’Alle-quatrième trimestre 2003, de 0,3 point, alors qu’il est stable en
magne, avec 1 441 millions d’euros, esten Lorraine comme en France sur la même période. Cette accélé-
France. La production régio- le principal partenaire de la Lorraine pour
ration de la progression du chômage de la
nale d’acier brut augmente les exportations (30,2%).
région met un terme à la situation que lade 19,8%, celle de produits
Lorraine connaissait au regard du taux delaminés de 18,4%. On ob-
Bâtiment : le logement collectif chômage national.serve une augmentation
soutient l’activitémoins importante (6,1%) de
Cette hausse masque cependant des
la production régionale de
Selon les entrepreneurs du bâtiment en- disparités départementales importan-fonte que pour l’ensemble de
quêtés en janvier 2005, le redresse- tes. La dégradation du marché du tra-la France (13,9%).
ment amorcé depuis plus d’un an se vail connaît une pause pour les deux
Les exportations de produits confirme. Contrairement aux trimestres plus gros départements de la région,
sidérurgiques sont en précédents, le second œuvre soutient avec une stabilité du chômage pour la
hausse de 14,4% par rap- l’activité tandis que le gros œuvre a flé- Moselle et une légère baisse pour la
port au dernier trimestre
chi. L’activité dans l’habitat neuf et dans Meurthe-et-Moselle. En revanche, la
2003.
le bâtiment neuf a progressé par rap- Meuse voit son taux de chômage aug-
Logements autorisés en Lorraine Tendance de l’activité du bâtiment en Lorraine
Soldes des réponses des entreprises lorraines du bâtiment en % (CVS)
50
Données brutes 2003 20044 000
40
Activité passée
30
3 000
20 Activité future
10
2 000
0
-10
1 000
-20
-30
0
er ème ème ème -401 trim 2 trim 3 trim 4 trim
2000 2001 2002 2003 2004
Source : DRE - Sitadel Source : Insee
6menter de 0,3 point ce trimestre tandis
Forte progression du chômage des jeunes femmes
que le chômage vosgien, avec une aug-
mentation trimestrielle de 0,1 point, Demandeurs d'emploi en fin de mois catégorie 1 en Lorraine
120
Base 100 en décembre 2002franchit la barre des 10,5%.
En décembre 2004, le nombre de de- 115
Hommes de moins de 25 ans
mandeurs d’emploi en fin de mois de ca-
tégorie 1 s’élève à 87 160 (données 110
CVS). Leurs effectifs ont augmenté de
0,4% au quatrième trimestre alors que 105 Ensemble des
demandeurs d'emploile nombre de demandeurs d’emploi en
France baisse pour le deuxième tri- Femmes de moins de 25 ans100
mestre consécutif (-0,1%). Sur un an, la
dégradation du marché du travail s’est 95
traduite dans la région par une augmen- déc mars juin sept déc mars juin sept déc
tation du nombre de demandeurs d’em- 2003 2004
ploi de 2,8% (-0,1% en France).
Source : ANPE
Les hommes et les femmes sont tou-
chés de manière égale par la hausse du Le taux de chômage lorrain converge
chômage en ce dernier trimestre de vers le niveau national
l’année 2004. Par rapport au trimestre
Taux de chômage au sens du BIT (%)précédent, le nombre de femmes à la 10
recherche d’un emploi augmente de
9,8
France0,1%, contre 0,2% pour les hommes.
9,6
Augmentation du chômage
9,4
des jeunes femmes
9,2
Lorraine
Ce sont toujours les jeunes, et en parti-
9culier les jeunes femmes, qui paient le
plus lourd tribut à la dégradation du 8,8
marché du travail. Leurs effectifs ont en
8,6effet grossi de 3% alors que ceux des
jeunes hommes sont stables sur le tri-
2003 2004
mestre.Danslemêmetemps,le
Source : Insee
nombre desfemmesdeplusde50 ans
diminue, ainsi que celui des demandeu- nombre des personnes inscrites depuis au
ses âgées de25à50ans.Aussilaten- moins deux ans progresse encore plus for-
dance à la hausse enregistrée tout au tement (+11%), ce sont leshommesles
long de l’année se traduit-elle par une plus touchés.
augmentation annuelle du nombre de En décembre 2004, 6 650 offres d’em-
femmes de moins de 25 ans à la re- ploi ont été enregistrées par l’ANPE,
cherche d’un emploi de 9,3% contre portant le nombre d’offres cumulées sur
3% pour leurs homologues masculins. l’année 2004 à un peu moins de
Ensemble, leur progression s’élève à 105 000, soit l’équivalent de l’année
6,1% sur un an (+2,2% en France). 2003 sur la même période.
Au final, le chômage des jeunes pèse de
L’apparente stabilité de l’offre collectée
plus en plus dans la demande d’emploi
masque cependant des disparités en fonc-
totale en Lorraine. Fin décembre 2004,
tion de la nature des contrats proposés :
un quart des chômeurs a moins de 25
on observe en effet une contraction sen-
ans (un cinquième en France).
sible (-6% entre fin 2003 et fin 2004)de
l’offre d’emploi durable (CDI et CDD de plus de
Forte progression du chômage
6mois), qui ne constitue plus que 41% de
de longue durée l’ensemble des offres collectées sur l’année
contre 44% un an plus tôt. Cette baisseFin décembre 2004, en données brutes, la
est compensée par la progression simul-Lorrainecompteprèsde23830 deman-
Yann KUBIAK
tanée du nombre d’offres d’emplois tempo-deurs d’emploi de longue durée, soit 5,9%
Barbara CAUDRONraires (contrats de 1à6mois:+5%)etde hausse annuelle (+3%auniveaunational).
d’offres occasionnelles (contrats de moins deLe chômage de longue durée représente Benjamin MÉREAU
1mois:+7%). Ces dernières représententun peu moins de 27% de la demande
Sylvie PETITun peu plus de 10% des offres totales cu-d’emploi totale (contre 26% un an plus tôt).
mulées depuis le début de l’année.Parmi les chômeurs de longue durée, le Brigitte VIENNEAUX
7
déc
mars
juin
sept
déc
mars
juin
sept
décForte disparité du taux de chômage
des zones d'emploi lorraines
- Note de conjoncture de l’Insee -
9,210,1
Mars 2005
Longwy Thionville
9,29,5
- Cahiers lorrains de l’emploi - Meuse du Nord Briey
Bassin
Le marché du travail en Décembre -Houiller9,29,6 9,29,4
Sarreguemines9,29,02004 - DRTEFP Lorraine -
19,22,4
Metz 9,29,0Février 2005
Commercy
Sarrebourg
- Site internet : ToulBar-le-duc 19,20,2 9,27,8
www.insee.fr/lorraine 9,2 9,28,09,1
Nancy
Lunéville
Taux de chômage 9,29,1 9,211,0
è
au 4 trimestre 2004
Vosges de l'OuestMinistère de l’Économie, 12,4 Saint-DiéÉpinal
des Finances et de l’Industrie 19,22,2
11,1 10,2
9,2Insee 10,7 Remiremont-
Gérardmer10Institut National de la Statistique
9
9,28,5et des Études Économiques Source : Insee
Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot Au quatrième trimestre 2004, les zones d’emploi de Saint-Dié et
CS 54229 du Bassin Houiller enregistrent les taux de chômage (au sens du BIT)
54042 NANCY CEDEX
les plus élevés de Lorraine. Avec 0,7 point de plus qu’au trimestre
Tél :03 83 91 85 85
précédent, le taux de chômage du Bassin Houiller franchit le capFax :03 83 40 45 61
www.insee.fr/lorraine des 12%. Celui de la zone de Saint-Dié est stable ce trimestre
mais a augmenté de 0,7 point sur l’année. La plus forte progres-
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
sion du taux de chômage, entre le troisième et le quatrième tri-
Jean-Paul FRANÇOIS
mestre 2004, se situe dans la zone des Vosges de l’Ouest (+1,0Directeur régional de l’Insee
point). En revanche, les zones d’emploi de Remiremont-Gerardmer
COORDINATION RÉDACTIONNELLE et Metz ont connu une diminution du taux de chômage (-0,4 point).
Valérie GUILLEMET En 2004, seule la zone d’emploi de Longwy a vu son taux de chô-
mage diminuer. Les autres zones ont connu des augmentationsRESPONSABLE ÉDITORIAL ET
plus ou moins fortes, atteignant 1,0 point dans le Bassin-Houiller.RELATIONS MÉDIAS
Jacqueline FINEL
RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
Les séries d’évolution de l’emploi sont obtenues à partir des données re-
MISE EN PAGE - COMPOSITION
cueillies par les URSSAF auprès des employeurs. Les données régionalesMarie-Thérèse CAMPISTROUS
concernent tous les secteurs hormis l’agriculture, les entreprises apparte-Marie-Odile LAFONTAINE
nant majoritairement à l’État, l’intérim, l’administration et l’éducation, la san-
ABONNEMENTS té, l’action sociale. Elles portent sur toutes les tailles d’établissements. Ces
Myriam PUJOL données sont provisoires pour les deux derniers trimestres connus.
Code SAGE : EL052540
N° à la CPPAP AD 176
ISSN : 0293-9657 L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entre-
© INSEE 2005 prises du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’ac-
tivité dans l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond
aux réponses nationales corrigées des effets de structure. Les séries
sont présentées corrigées des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
e e e
4 3 4
trimestre trimestre trimestre
2004 2004 2003
-0,3% -0,5% 0,0%Évolution de l’emploi salarié (Insee - URSSAF ) CVS
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 9,8% 9,7% 9,5%
87 160 86 780 84 800Demandes d’emploienfindemoisDEFM1(ANPE-DRTEFP)CVS
22,4% 22,2% 21,7% d’emploienfindemois,partdes moins de 25 ans (ANPE - DRTEFP) CVS
1 918 1 998 1 845Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS
Nombre de logements commencés (DRE Sitadel) 2 952 3 039 3 117
Nombre de logements autorisés (DRE Sitadel) 3 302 3 777 3 420
8
©IGN - INSEE 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.