Conjoncture 4ème trimestre 2005 : la Lorraine un ton en desous

De
Publié par

Le PIB français augmente de 0,4% au dernier trimestre 2005, tiré par la demande intérieure, notamment la consommation des ménages. En revanche, le ralentissement des exportations et la croissance des importations pénalisent fortement l’économie française. En 2005, la croissance du PIB est de 1,4%. L’activité économique devrait être plus soutenue en 2006, avec des prévisions de croissance annuelle de l’ordre de 2%. L’emploi salarié lorrain recule encore, mais plus modérément qu’au 3è trimestre 2005 (-0,1%). En revanche, la création d’entreprises en Lorraine se porte bien avec plus de 2 000 entreprises créées (données cvs). Le chômage lorrain suit la tendance nationale à la baisse, mais sur un rythme moins prononcé. C’est le chômage de très longue durée (3 ans et plus) qui reste tout particulièrement préoccupant, avec une hausse de 14%.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Tags :
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
° La Lorraine :50N un ton en dessous
Le PIB français augmente de 0,4% au dernier
trimestre 2005, tiré par la demande intérieure,
notamment la consommation des ménages. En revanche,
le ralentissement des exportations et la croissance
des importations pénalisent fortement l’économie française.
En 2005, la croissance du PIB est de 1,4%.
L’activité économique devrait être plus soutenue en 2006,
avec des prévisions de croissance annuelle de l’ordre de 2%.
L’emploi salarié lorrain recule encore,
è
mais plus modérément qu’au 3 trimestre 2005 (-0,1%).
En revanche, la création d’entreprises en Lorraine se porte bien
Année 2005 :
avec plus de 2 000 entreprises créées (données cvs). Le chômage1,4% de croissance
lorrain suit la tendance nationale à la baisse, mais sur un rythme
Commerce extérieur :
pénalisant moins prononcé. C’est le chômage de très longue durée (3anset
L’emploi lorrain : plus) qui reste tout particulièrement préoccupant, avec
quasi-stabilité
une hausse de 14%.
Le chômage lorrain :
Recul moins marqué de l'emploi lorrainsupérieur au national
Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 2000
110
108
106
104
France
102
100
Lorraine98
96
2002 20032000 2001 2004 2005
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement
par l'État.
Source : Insee - URSSAF
VConjoncture nationale et internationale :
2005, un millésime moyen
Au dernier trimestre 2005, le produit intérieur brut (PIB), aux prix
de 2000, augmente de 0,4%. Consommation des ménages et in-Allemagne
vestissement des entreprises continuent de contribuer positive-
ment à la croissance du PIB. En revanche, le commerce extérieurAu quatrième trimestre
2005, le produit intérieur ampute toujours unepartiedelacroissancedel’économiefran-
brut se stabilise. La
çaise. Au total, le PIB français a augmenté de 1,4% en 2005, ré-consommation des ména-
ges s’effondre (-0,6%). Les sultat inférieur à celui enregistré en 2004. L’activité économique
dépenses publiques dimi-
française devrait être mieux soutenue en 2006, du fait notam-nuent afin de respecter le
pactedestabilité de l’Union ment d’une reprise perceptible au sein de la zone euro.
européenne. Les exporta-
tions progressent, grâce
u quatrième trimestre 2005, le par les moteurs internes de la crois-notamment aux livraisons
exceptionnelles d’Airbus. Aproduit intérieur brut (PIB), aux sance que sont la consommation et l’in-
prix de 2000, augmente de 0,4%. vestissement. Au quatrième trimestreEn décembre 2005, en Alle-
Cette hausse est toutefois moins pro- 2005, les dépenses de consommationmagne, le taux de chômage
s’établit à 11,1% de la po- noncée qu’au trimestre précédent, des ménages augmentent de 0,6%,
pulation active. L’emploi sa- marqué par le rebond après le trou contribuant pour 0,3 point à l’évolution
larié national diminue de d’airdel’été.Autotal,lePIB français trimestrielle du PIB. Sur l’ensemble de
0,6% par rapport à sep-
a progressé de 1,4% en 2005, l’année, ces dépenses ont crû de 2,1%,
tembre 2004.
contre 2,1% en 2004. Cette crois- avec notamment une très forte crois-
En Rhénanie-Palatinat et en sance modérée a été entretenue par sance des dépenses affectées aux biens
Sarre, le taux de chômage
une demande intérieure forte ainsi d’équipement (+20,3% en 2005). Côté in-
atteint respectivement
que des investissements bien orien- vestissement, le ralentissement de la8,3% et 10% en décembre
tés. En revanche, le commerce exté- FBCF des entreprises au quatrième tri-2005.
rieur, très dynamique, n’a pas profité mestre (+1,2% contre +1,5% au trimestreEn un an, les effectifs sala-
à l’économie française. précédent) est en partie compensé parriés de ces deux régions ont
l’accélération de la FBCF des ménagesbaissé respectivement de
0,5% et de 1,8%, soit au (+0,6% après +0,4% au trimestre précé-La croissance soutenue
total la disparation de plus dent). En 2005, l’investissement despar les moteurs internesde 11 900 emplois. ménages et entreprises confondus aug-
Contrairement aux pays voisins, l’aug- mentedeplusde3%. L’investissement
mentation du PIB français est assurée productif des entreprises est davantage
Un commerce extérieur pénalisant
Croissance du PIB et contributions à son évolution
%
1,2
PIB (en %)
Dépenses de consommation (en point)
Sources internationales : FBCF (en point)
Commerce extérieur (en point)- Note de conjoncture
0,8
de l’Insee
- Service des études
et de la statistique
0,4
du ministère
de la région wallonne
- Service central
0,0
de la statistique
et des études économiques
du Luxembourg
-0,4
- Statistisches Landesamt
Saarland
- Landesamt
-0,8 e er e e e er e e eRheinland-Pfalz 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim.4 trim. 1 trim.
- Bulletin luxembourgeois 2003 2004 2005
de l’emploi Source : Insee - comptes nationaux trimestriels
2affecté aux biens (+5,8% en 2005) qu’aux repassé au-dessous pour se fixer à
services, notamment aux biens d’équipe- 9,6% en fin d’année. L’emploi total de-
Belgique
ment et à l’automobile. vrait continuer de croître en 2006, avec
près de 110 000 postes supplémentai-
res, dont une majorité seraient créés Au quatrième trimestreUne demande intérieure
dans le secteur non marchand sous la 2005, le produit intérieurgénératrice d’importations
brut belge progresse deforme d’emplois aidés. Face à une offre
0,6%. Il est en hausse deDans un contexte européen déprimé, le de travail sensiblement similaire à
1,3% sur un an. Le taux de
dynamismeintérieur dégradelesolde 2005, le taux de chômage devrait pour-
chômage (en données dé-
extérieur. Au quatrième trimestre suivre sa décrue pour toucher 9,2% de saisonnalisées) s’établit à
2005, tandis que les exportations ra- la population active en juin 2006. 8,4% de la population active
lentissent fortement (+1% contre +2,9% en décembre 2005. Le chô-
au troisième trimestre), les importations, mage touche plus durementPerspectives 2006 :
lesfemmes(9,6%)que lesstimulées par la demande intérieure, optimisme sous conditions hommes (7,5%). Entre dé-continuent d’augmenter (+2,3%). Le
cembre 2004 et décembre
solde extérieur contribue négativement Au premier semestre 2006, le PIB fran-
2005, le nombre de de-
àlacroissance(-0,4 point). Ce déséqui- çais augmenterait sur un rythme annuel mandeurs d’emploi a aug-
libre, créé entre autres par une de- supérieurà2%.Ceregaindecrois- mentéde0,3%. En
mande intérieure faible de nos sance proviendrait pour partie du main- Wallonie, le nombre de chô-
principaux partenaires commerciaux, tien à un niveau élevé de la croissance meurs est en hausse de
0,9% sur la période.obère d’un point la croissance française mondiale, notamment aux États-Unis et
en 2005. La reprise attendue et pres- en Asie. La récente dépréciation de la
sentie de l’économie allemande en monnaie européenne relativement au
2006 pourrait relancer les exportations dollar devrait favoriser les exportations
Luxembourg
françaises. vers ces zones dynamiques. Dans le
même temps, la croissance française
pourrait être tirée par la reprise de l’é- En décembreChômage :
conomie allemande, mais également par 2005, l’emploi salarié dutendance baissière
Luxembourg diminue deune évolution plus synchrone des écono-
0,7% par rapport au tri-Si l’année 2004 a été marquée par une mies de la zone euro. Restent les aléas
mestre précédent. L’emploi
quasi-stagnation de l’emploi, 2005 négatifs qui pèsent sur la croissance
frontalier, qui représente
renoue avec la création d’emploi. Au to- mondiale en général, et française en 38,3% de l’emploi total, di-
tal, l’économie française a créé 85 000 particulier : les prix des matières pre- minue quant à lui de 0,9%
emplois en 2005, dont près de 50 000 mières et la hausse des taux d’intérêt. sur la même période. Néan-
dans le secteur marchand. Cette aug- Jusqu’à présent, la hausse du prix du moins, il a progressé de
6,4% en un an.mentation de l’offre d’emploi, associée à baril ne semble pas avoir affecté la
une hausse modérée de l’offre de travail croissance. Quant aux taux d’intérêt, les
Le nombre de demandeurs
(+42 000 personnes), expliquelerecul du hausses effectuées ou annoncées par la d’emploi a augmenté de
taux de chômage. Après être passé BCE, si elles calment la frénésie immobi- 6,2% en trois mois. Le taux
au-dessus de la barre des 10% de la lière, ne semblent pas gripper l’activité de chômage s’établit à
4,4% de la population ac-population active en janvier 2005, il est économique générale.
tive.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de 2000
Évolution
2003 2004 2005
annuelle
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2004 2005
Produit Intérieur Brut 0,3 -0,3 1,0 0,4 0,6 0,7 0,1 0,6 0,3 0,1 0,7 0,4 2,1 1,4
Importations 0,5 0,4 0,2 1,8 0,6 3,6 1,6 1,0 0,9 1,5 2,6 2,3 6,1 6,5
Dépenses de consommation des ménages 0,1 0,2 0,9 0,3 0,7 0,8 -0,2 1,2 0,7 -0,1 0,7 0,6 2,3 2,1 de consommation des adminis-
trations publiques 0,2 0,4 0,8 0,9 0,7 0,9 0,0 0,6 0,0 0,2 1,3 0,3 2,7 1,5
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 1,1 1,0 1,2 1,0 -0,4 1,1 -0,4 1,2 1,6 0,0 1,1 1,0 2,1 3,4
dont : SNF-EI (sociétés) -0,1 0,3 1,4 1,2 -0,4 1,4 -0,8 1,6 2,0 -0,7 1,5 1,2 2,4 3,8
Ménages 1,7 1,0 0,4 0,7 0,5 1,7 0,5 0,8 0,7 1,1 0,4 0,6 3,1 3,2
APU (administrations publiques) 3,1 2,9 2,2 1,3 -0,1 0,5 -0,3 0,4 1,3 0,3 0,9 0,5 3,0 2,5
Exportations -1,9 -1,1 0,6 1,5 0,0 1,1 0,0 1,0 -0,4 1,1 2,9 1,0 2,2 3,2
Demande intérieure totale 1,0 0,1 0,9 0,5 0,7 1,5 0,5 0,6 0,7 0,2 0,7 0,8 3,1 2,4
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
arrêt de la baisse de l’emploi salarié ?
Au quatrième trimestre 2005, en Lorraine, l’emploi salarié du sec-
teur marchand (hors intérim) diminuede0,1%, soit uneperte d’en-
viron 370 emplois. Ce repli est toutefois moins marqué qu’au
trimestre précédent, où la baisse était de 0,4%. Sur la même pé-
riode, l’emploi progresse de 0,1% au niveau national. La baisse du
nombre de reprises d’entreprises n’entrave pas la dynamique de
è
créationsdanssonensemble (+2,6% par rapport au 3 trimestre).
emploi industriel continue de pressions de postes pratiquées à laL’décliner : la baisse atteint suited’unplansocialàla COMPAGNIE
En Alsace 0,8% au quatrième trimestre 2005, VOSGIENNE DE LA CHAUSSURE.Lesecteur
soit 1 200 emplois de moins qu’au troi- des équipements du foyer perd quant à
Au quatrième trimestre sième trimestre. Sur l’ensemble de la lui 80 emplois.
2005, l’emploi salarié du France, les effectifs de l’industrie ne di- Dans l’industrie automobile, l’emploi re-secteur marchand est
minuent que de 0,4%. trouve une certaine stabilité. Les effec-stable (données Insee-
Urssaf). Le taux de chô- tifs y sont en baisse de 0,3% (contre
mage au sens du BIT s’é- -1,7% au troisième trimestre), soit environToujours moins d’emplois
tablit à 8,6% de la 60 postes de moins en trois mois.dans la métallurgie
population active. Il di-
Les industries agricoles et alimentairesminuede0,1 pointpar Dans les industries des biens intermé-
enregistrent une progression de 0,6% etrapport au trimestre pré- diaires, les plus fortement touchées,
cédent et retrouve un ni- gagnent ainsi une centaine d’emplois fin
plus de 700 emplois disparaissent. Le
veau équivalent à celui 2005, malgré les difficultés actuelles du
secteur de la métallurgie, notamment,enregistré en décembre secteur de la bière, qui entraînent des
perd encore 500 postes, et l’industrie2004. suppressions d’emplois aux BRASSERIES
textile près de 200.
KRONENBOURG de Champigneulles.
Dans les industries des biens de
consommation, on dénombre 300 em-En Champagne- L’hôtellerie-restauration
plois de moins au dernier trimestreArdenne crée des emplois
2005. Les quelque 120 emplois perdus
dans le secteur de l’habillement et du Le secteur tertiaire compte 300 em-Au quatrième trimestre
cuir résultent essentiellement des sup-2005, en Champagne- plois supplémentaires au dernier tri-
Ardenne, l’emploi des sec-
teurs concurrentiels (en
données CVS) se stabilise Créations d'emplois dans le BTP
par rapport au trimestre
précédent. Évolution de l’emploi salarié lorrain Ensemble
Industrie%
1,2 BTP
CommerceLe taux de chômage s’éta-
Servicesblit à 10,2% de la popula-
0,8tion active, contre 9,5%
au niveau national. Le taux
de chômage des Ardennes 0,4
reste élevé (13,3%).
0,0
En Franche-Comté -0,4
-0,8En Franche-Comté, 8,6%
de la population active sont
des chômeurs. Ce taux est -1,2
en baisse de 0,2 point par
rapport au trimestre précé-
-1,6 er e e e er e e e er e e e
1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim.dent. Le département du
2003 2004 2005Jura conserve l’un des taux
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État.
les plus faibles (7,1%).
Source : Insee - URSSAF
4mestre 2005, grâce à la bonne fortes baisses concernent trois régions
tenue de l’emploi dans les activités de du nord-est de la France : la Lorraine
services. Les effectifs augmentent (-5,1%), la Franche-Comté (-6,4%) et
notamment de 1,1% dans l’hôtel- l’Alsace (-7,1%). Cette baisse reflète le
lerie-restauration, de 0,6% dans les recul de l’emploi industriel, principal utili-
transports, et de 0,4% dans les ser- sateur de ce type de contrat. Sur l’en-
vices opérationnels. Mais le com- semble de la France, l’emploi intérimaire
merce vient tempérer ces résultats, augmentedeprèsde3%.
avec une baisse de 0,2%, soit 150
emplois de moins qu’au trimestre pré- Forte hausse de la création
cédent. d’entreprises en fin d’année
Dans le secteur de la construction,
Au quatrième trimestre 2005, en Lor-l’emploi poursuit la progression en-
raine, 2 004 entreprises (données CVS)tamée fin 2004. Il augmente au qua-
ont été créées. Malgré une baisse destrième trimestre 2005 de 0,6%, ce
reprises (-1,0%), le nombre de créationsqui représente environ 300 postes
a progressé de 2,6% par rapport ausupplémentaires.
troisième trimestre 2005. Cette évolu-
tion est plus forte que pour l’ensemble
Activité en légère progression
de la France (+1,7%).
dans l’industrie
En Lorraine, deux des secteurs les plus
Selon l’enquête nationale de conjoncture créateurs sont en baisse : -7% pour le
dans l’industrie de janvier 2006, et commerce et -1,9% pour les services
compte tenu de la structure du secteur aux particuliers. A l’inverse, des sec-
en Lorraine, l’activité industrielle a légè- teurs traditionnellement moins créa-
rement progressé au quatrième tri- teurs tels que l’immobilier (+43%),
mestre 2005. Les industriels sont plus l’industrie hors IAA (+16%) ou le trans-
réservés sur les perspectives de pro- port (+13%) ont connu de fortes haus-
duction des prochains mois. Malgré une ses. La création dans les services aux
demande étrangère en baisse, la de- entreprises se porte bien également
mande globale est restée stable. Les avec près de 15% d’augmentation par
stocks de produits finis sont toujours ju- rapport au trimestre précédent.
géstrèssupérieursà la normale.
Nouvelle baisse
Baisse de l’emploi intérimaire des exportations
lorrain
Au quatrième trimestre 2005, les ex-
La Lorraine figure parmi les régions où portations lorraines s’élèvent à 4 526
l’emploi intérimaire a le plus diminué millions d’euros, en diminution de 5,5%
entre fin 2004 et fin 2005. Les plus par rapport au quatrième trimestre
Activité en légère progression dans l'industrie
Évolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine
solde d’opinions
30
1,0 %
0,8
20
0,6 L’automobile
0,4
10
0,2 Au quatrième trimestre
2005, les effectifs sala-
0,0 0
riés de l’industrie automo-
-0,2 bile ont diminué de 0,3%
-10-0,4 en Lorraine. Sur l’en-
semble de la France, la
-0,6
baisse est de 0,6%.-20
-0,8
-1,0 Les exportations de pro-
Emploi (échelle de gauche) -30
duits de la construction
-1,2 Production passée (échelle de droite)
automobile et des équipe-Tendance prévue de la production (échelle de droite)
-1,4 -40 ments automobiles dimi-
2002 2003 2004 2005 2006
nuent respectivement de
8,2% et de 1,3%.Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et Epure (URSSAF)
52004. Une partie de cette baisse est opinion sur l’activité est partagée à la
due à la modification de la comptabilisa- fois dans le «gros œuvre» et dans le
tion des échanges de gaz naturel et d’é- «second œuvre». Pour le premier tri-
lectricité intervenue début 2005. Le mestre 2006, les perspectives d’activité
reste s’explique par la baisse des expor- sont bien orientées. Selon ces mêmes
tations dans les secteurs de l’automo- chefs d’entreprises, les effectifs se sont
bile (-6,5%), des biens intermédiaires légèrement renforcés au quatrième tri-
(-4,5%) et des biens d’équipement mestre. Les recrutements dans le sec-
(-4,3%). teur pourraient encore augmenter au
premier trimestre 2006.La Lorraine exporte moins vers les pays
Sidérurgie ou zones limitrophes (-7,3% vers l’Alle-
magne et -25,1% vers le Bénélux). En re- Chômage : la Meuse passe
Au quatrième trimestre vanche, les exportations lorraines à sous les 10%2005, l’emploi se dégrade destination de l’Espagne (+6,4%)etdu
à nouveau dans le secteur
Royaume-Uni (+3,2%) ont augmenté. Au quatrième trimestre 2005, le chô-de la métallurgie et de la
transformation des mé- mage touche 9,8% de la population active
taux (-1,9%). En France, lorraine, contre 9,9% au trimestre précé-Bâtiment : les constructions
l’emploi dans ce secteur dent, en données corrigés des variationsrepartent de plus belle
diminuede3,8%. saisonnières. Ce recul modéré du chô-
Au quatrième trimestre 2005, en Lor- mage en Lorraine creuse l’écart avec lePar rapport au quatrième
raine, 3 282 constructions de loge- taux national qui s’établit à 9,5%. Le tauxtrimestre 2004, l’en-
ments ont été mises en chantier. Par de chômage lorrain, longtemps inférieursemble de la production
rapport au quatrième trimestre 2004,du secteur s’inscrit à la au taux national, surpasse ce dernier de-
baisse en Lorraine comme le nombre de logements commencés a puis mars 2005.
en France. Cependant, la ainsi augmenté de 10,7% en Lorraine
baisse reste toujours tandis qu’il progressait de 19,9% au ni- Au quatrième trimestre 2005, la Meuse
beaucoup plus marquée en veau national. C’est le logement collectif est le département lorrain qui enregistre
Lorraine. Ainsi, la produc-
(+17,1%) qui est le moteur de cette évo- la plus grande décrue du chômage, ettion d’acier brut a diminué
lution. passe ainsi en dessous de la barre desde 16,4% (-3,9% en
10% de la population active sans emploiFrance) et celle des pro- Avec 4 000 autorisations, l’avenir de la
duits laminés de 12% (9,9%).
construction en Lorraine est très encou-
(-3,5% en France). La pro-
rageant. En glissement annuel, les auto-duction régionale de fonte Les trois autres départements lorrains
risations de construire sont en haussebrute est en baisse de bénéficient dans une moindre mesure du
4,5%, alors qu’elle aug- de 19,3% en Lorraine (contre 9,7% en
reflux du chômage. La Meurthe-et-Moselle
mentede3,1%pour l’en- France). Comme avec les mises en chan-
est le département le plus épargné avecsemble de la France. tier, c’est le logement collectif (+48,4%)
un taux de chômage de 9,3%, soit une
qui soutient l’activité (-5,3% pour les loge-
Les exportations des pro- baisse de 0,1 point par rapport au tri-
ments individuels).duits sidérurgiques et de mestre précédent. En Moselle, le taux de
transformation des mé- Selon l’enquête de conjoncture dans le chômage fin décembre 2005 est de
taux diminuent de 2,5% BTP de janvier 2006, l’activité du sec- 9,8%.Lechômage,dansles Vosges,re-
par rapport au même tri-
teur au dernier trimestre 2005 a été cule de 0,1 point. Néanmoins, avec
mestre de l’année précé-
jugée bonne par la majorité des chefs 10,4% de sa population active au chô-dente.
d’entreprises lorrains répondants. Cette mage, les Vosges restent le seul départe-
Logements autorisés en Lorraine Tendance de l’activité du bâtiment en Lorraine
Soldes des réponses des entreprises lorraines du bâtiment en % (CVS)
2005
40
2004
2003
30
Données brutes Activité future4 000
20 Activité passée
10
3 000
0
2 000 -10
-20
1 000
-30
-400
er ème ème ème
1 trim 2 trim 3 trim 4 trim 2001 2002 2003 2004 2005
Source : InseeSource : DRE - Sitadel
6ment lorrain dont le taux de chômage Résistance du chômage des 50 ans et plus
excède les 10%.
Demandeurs d'emploi en fin de mois catégorie 1 en Lorraine120
Base 100 en juin 2003
Les «seniors»
115
à la traîne
110En décembre 2005, le nombre de de-
mandeurs d’emploi en fin de mois de ca-
105
tégorie 1 s’élève à 85 180 (données
CVS), contre 86 380 au trimestre pré-
100
cédent, soit une baisse trimestrielle de
Ensemble femmesEnsemble hommes Ens. Lorraine1,4%. Au quatrième trimestre, la
95 Hommes -25 ans Femmes -25 ans
Meuse est le département qui enre- 50 ans et + 50 ans et +
gistre la baisse la plus forte du nombre
90
juin déc. déc.de demandeurs d’emploi (-4,1%), suivie juin juin déc.
2004 20052003desVosges(-1,8%), de la Moselle
Source : Ministère du Travail - ANPE(-1,4%) et de la Meurthe-et-Moselle
(-0,4%).
Lorraine-national : l'écart se creuse
Sur un an, le nombre de demandeurs
d’emploi a diminué de 2,3%. 10,5 Taux de chômage au sens du BIT (%)
Au quatrième trimestre 2005, les ca-
10,0
tégories de demandeurs d’emploi ayant
France
le plus bénéficié de l’embellie sur le
9,5
marché du travail sont les jeunes âgés
Lorraine
de moinsde25ans,qu’ilssoientde 9,0
sexe masculin ou féminin. Ainsi, le
8,5nombre de jeunes demandeurs d’em-
ploi a diminué de 3% (respectivement
8,0
-3,5% pour les hommes et -2,5% pour les
femmes).
7,5
Les demandeurs d’emploi de 25 à 49
ans bénéficient également quoique plus 2001 2002 2003 2004 2005
modérément de cette relative em-
Source : Insee
bellie:labaisse estdeprèsde1%
pour les demandeurs dans cette
comprise entre un et deux ans. Le
tranched’âge.Enfin,les demandeurs
nombre de chômeurs de très longue
de 50 ans et plus ne bénéficient pas
durée (3 ans et plus) augmente très for-
de la tendance baissière du chômage,
tement (+14% en un an).
leur nombre ayant augmenté de 0,7%
Concernant les offres d’emplois, en dé-au quatrième trimestre 2005. La sé-
cembre 2005, l’ANPE aenregistréprèslectivité du marché du travail s’exerce
de 7 500 offres, soit 11,8% de plusdonc sur les demandeurs d’emploi
qu’un an auparavant. Près de la moitié«âgés», principalement les femmes
de ces offres (44%) sont des contrats(+1% de demandeuses d’emploi contre
durables (d’une durée supérieure à 6+0,2% de demandeurs).
mois). Les contrats durables connais-
sent une évolution annuelle remar-
Ombre au tableau : quable (+25,3%) tandis que, sur la
le chômage de longue durée même période, les emplois occasion-
nels, d’une durée inférieure à 1 mois,
Bien que le taux de chômage diminue,
semblent marquer le pas (+2,1%).
le nombre de chômeurs de longue
duréecontinued’augmenter.Fin dé-
cembre 2005, en données brutes,
24 392 chômeurs sont demandeurs Barbara CAUDRON
d’emploi depuis plus d’un an, soit plus
Yann KUBIAK
d’un chômeur lorrain sur quatre. En un
Benjamin MÉREAUan,lenombredechômeursdelongue
duréeadonc augmentéde2,4%. Brigitte VIENNEAUX
Près de 65% de ces demandeurs
connaissent une période de chômage
7
juin
déc.
juin
déc.
juin
déc.
juin
déc.
juin
déc.Le taux de chômage en baisse
dans la majorité des zones d'emploi lorraines
- Note de conjoncture de l’Insee -
9,9
Mars 2006 Longwy Thionville
9,7
Meuse du Nord Briey- Cahiers lorrains de l’emploi - Le Bassin
-Houiller9,9 10,2marché du travail en décembre
Taux de chômage 9,0 Sarreguemines
è 11,82005 - DRTEFP de Lorraine - Janvier au 4 trimestre 2005
8,9Metz
2006
9,8 Commercy
Sarrebourg
Bar-le-Duc Toul11,0
7,7- Site internet : www.insee.fr
Évolution 8,29,2
Nancydu taux de chômage
Lunéville
par rapport au trimestre 9,0 11,0
précédent (en point)
plus 0,5 Saint-Dié
Vosges de l'Ouest Épinalde 0,3 à 0,5
12,59,4de 0 à 0,3
10,7
0 Remiremont-
Ministère de l’Économie, Gérardmer
de 0 à -0,3
8,7des Finances et de l’Industrie
de -0,3 à -0,5
Insee moins de -0,5 Source : Insee
Institut National de la Statistique
Au quatrième trimestre 2005, dans la plupart des zones d’em-et des Études Économiques
Direction Régionale de Lorraine ploi lorraines, le taux de chômage (au sens du BIT) est inchangé
15, rue du Général Hulot ou en recul par rapport au trimestre précédent.
CS 54229
Dans la zone d’emploi de Saint-Dié, le taux de chômage se stabi-
54042 NANCY CEDEX
lise, après la forte baisse du troisième trimestre, mais demeureTél :03 83 91 85 85
néanmoinsleplusfortdela région(12,5%). Lesbaissesles plusFax :03 83 40 45 61
www.insee.fr/lorraine fortes sont enregistrées dans les zones de Bar-le-Duc (-0,6 point)
et de Metz (-0,5 point). Dans la zone de Sarrebourg, le taux de
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
chômage, le plus bas de la région, diminue de 0,1 point et re-
Jean-Paul FRANÇOIS
présente 7,7% de la population active. A l’inverse, il a augmentéDirecteur régional de l’Insee
dans les zones de Lunéville, Sarreguemines, Toul et des Vos-
COORDINATION RÉDACTIONNELLE ges-de-l’Ouest. Cette dernière détient toujours la plus forte
Christian CALZADA
baisse du taux de chômage en Lorraine sur une année (-1 point),
malgré la forte hausse de ce trimestre (+0,8 point).RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
RELATIONS MÉDIAS
Jacqueline FINEL
RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN
Les séries d’évolution de l’emploi sont obtenues à partir des données re-
cueillies par les URSSAF auprès des employeurs. Les données régionalesSECRÉTARIAT DE FABRICATION
MISE EN PAGE - COMPOSITION concernent tous les secteurs hormis l’agriculture, les entreprises apparte-
Marie-Thérèse CAMPISTROUS nant majoritairement à l’État, l’intérim, l’administration et l’éducation, la san-
Marie-Odile LAFONTAINE té, l’action sociale. Elles portent sur toutes les tailles d’établissements. Ces
données sont provisoires pour les deux derniers trimestres connus.
N° à la CPPAP AD 176
ISSN : 0293-9657
© INSEE 2006 L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entre-
prises du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’ac-
tivité dans l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond
aux réponses nationales corrigées des effets de structure. Les séries
sont présentées corrigées des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
e e e
4 3 4
trimestre trimestre trimestre
2005 2005 2004
-0,3% -0,4% -0,1%Évolution de l’emploi salarié (Insee - URSSAF) CVS
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 9,8% 9,9% 9,9%
Demandes d’emploienfindemois,catégorie1-DEFM1(ANPE-DRTEFP)CVS 85 180 86 380 87 200
22,0% 22,3% 22,5% d’emploienfindemois,partdes moins de 25 ans (ANPE - DRTEFP) CVS
2 004 1 954 1 919Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS
Nombre de logements commencés (DRE Sitadel) 3 282 2 954 2 965
Nombre de logements autorisés (DRE Sitadel) 4 000 3 125 3 352
8
6
©I N - INSEE 200
G

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.