Conjoncture économique bourguignonne en 2005 :des signes positifs

De
Publié par

En 2005, soutenue par la consommation et l'investissement des ménages et par l'investissement des entreprises, la croissance française s'établirait à 1,6 %. En Bourgogne, le chômage baisse, mais l'emploi salarié peine à reprendre. L'activité reste forte dans les travaux publics. La création d'entreprises et les exportations progressent, tout comme la fréquentation touristique, les permis de construire ou encore les immatriculations de voitures. De plus, l'année est globalement satisfaisante pour l'agriculture. En revanche , selon les les entreprises bourguignonnes interrogées par la Banque de France, l'activité industrielle se replie. De même, les difficultés persistent dans le transport routier de marchandises.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 2
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE N°127-Décembre2005-2,20eurosBOURGOGNE
Conjoncture économique bourguignonne en 2005 :
des signes positifs
En 2005, soutenue par la consommation et l’investissement des ménages et
par l’investissement des entreprises, la croissance française s’établirait à 1,6 %.
En Bourgogne, le chômage baisse mais l’emploi salarié peine à reprendre.
L’activité reste forte dans les travaux publics. La création d’entreprises
et les exportations progressent, tout comme la fréquentation touristique,
les permis de construire ou encore les immatriculations de voitures.
De plus, l’année est globalement satisfaisante pour l’agriculture. Mais l’activité industrielle
se replie et les difficultés persistent dans le transport routier de marchandises.
u sein d’un environnement interna- gétique s’alourdit, l’économie française, (+ 3,3 %), notamment en biens d’équi-Ational dynamique, le Produit Inté- comme celle de nombreux pays indus- pement et dans la construction.
rieur Brut (PIB) de la zone euro trialisés, n’est que modérément affectée En revanche, le solde commercial
progresserait de 1,4 % en 2005. Après par le choc pétrolier. continue de se dégrader. Les expor-
quatre trimestres consécutifs plutôt La consommation des ménages, tations de produits manufacturés, en
ermoyens, la croissance augmente de soutenue par la ponction sur l’épargne volume, diminuent au 1 semestre puis
e
0,6 % au 3 trimestre. et le crédit à la consommation, augmen- se redressent, grâce aux ventes de
terait de 2 % en 2005, en ligne avec biens d’équipement. Mais les importa-
l’évolution du pouvoir d’achat (+ 1,9 %). tions, après avoir nettement ralentiCroissance française sou-
Par ailleurs, l’investissement des ména- début 2005, reprennent de la vigueur
etenue par la consommation ges, notamment dans l’immobilier, reste dès le 2 trimestre, en réponse à une
et les investissements dynamique tout au long de l’année demande accrue des entreprises et des
(+ 3,2 %), porté par des taux à long ménages.
En France, le PIB progresserait de terme historiquement bas. L’investisse- L’emploi total augmenterait de
1,6 % en 2005. Même si la facture éner- ment des entreprises progresse aussi 120 000 personnes en 2005 (+ 0,5 %)
1,6 % de croissance en France en 2005
Évolutions trimestrielles et annuelles des ressources et emplois de biens et services en volume (%)
France - données CVS-CJO, aux prix de 2000
Prévisions
2004 2005
2005
Moyenne er e e e Moyenne
1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim.annuelle annuelle
Produit Intérieur Brut (PIB) (100 %) + 2,1 + 0,3 + 0,1 + 0,7 + 0,5 + 1,6
Importations (28 %) + 6,1 + 0,7 + 1,4 + 2,3 + 1,3 + 6,1
Dépenses de consommation des ménages (54 %) + 2,3 + 0,7 - 0,1 + 0,7 + 0,3 + 2,0 de des administrations publiques (24 %) + 2,7 + 0,1 0,0 + 1,1 + 0,4 + 1,5
Formation Brute de Capital Fixe* totale (19 %) + 2,1 + 1,5 - 0,1 + 0,9 + 0,8 + 3,1
dont entreprises non financières (11 %) + 2,3 + 1,9 - 0,9 + 1,1 + 0,9 + 3,3
Exportations (29 %) + 2,1 - 0,2 + 1,0 + 3,1 + 1,4 + 3,5
* Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) = investissements.
Source : Insee - note de conjoncture nationale du 15 décembre 2005.INSEE N°127-Décembre2005-2,20eurosBOURGOGNE
sous l’effet d’une reprise modérée de L’emploi peine à reprendre
l’emploi salarié marchand, des emplois
Emploi salarié hors agriculture, services domestiques, éducation et administrationcréés par la montée en charge du “Plan
Bourgogne - données brutes - évolutions trimestrielles (%)
de cohésion sociale” et de la hausse
régulière des emplois non marchands 2004 2005
non aidés. Ainsi, le taux de chômage,
er e e e er e (p) e (p)1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim.qui recule progressivement depuis juin
2005, s’établirait à 9,5 % fin 2005.
Industrie - 0,9 0,0 - 0,7 - 1,0 - 0,9 + 0,1 - 1,6
Construction + 1,3 + 0,7 + 0,7 + 0,1 + 0,4 + 1,7 + 0,5
En Bourgogne,
Commerce - 1,2 + 1,6 + 0,3 - 0,5 - 1,0 + 1,6 + 0,8
baisse du chômage
Services + 0,5 + 3,4 + 0,9 - 2,5 - 0,1 + 2,9 + 1,6
Total - 0,1 + 1,9 + 0,3 - 1,5 - 0,5 + 1,8 + 0,5
Fin octobre 2005, la Bourgogne
compte 53 900 demandeurs d’emploi (p) Données provisoires.
de catégorie 1*. Depuis le début de Source : Insee - Urssaf.
l’année, le chômage a diminué de 2,4 %
en données corrigées des variations
L’emploi salarié La création d’entreprisessaisonnières (- 3,3 % au niveau natio-
nal). La demande d’emploi augmente peine à reprendre se porte bien
entre décembre 2004 et avril 2005
(+ 2,4 %) mais elle se réduit entre mai L’emploi salarié de la région hors Durant les neuf premiers mois de
et octobre (- 4,7 %). agriculture, services domestiques, édu- l’année 2005, 4 550 entreprises sont
Sur les dix premiers mois de l’année cation et administration progresserait créées en Bourgogne, soit 2 % de plus
2005, le chômage baisse davantage de 1,9 % au cours des trois premiers que sur la même période de 2004. C’est
pour les hommes (- 2,8 %) que pour trimestres de 2005 contre + 2,1 % sur mieux qu’au niveau national, où le
les femmes (- 2,0 %). Les jeunes sont la même période de 2004. nombre d’entreprises créées recule.
les premiers bénéficiaires de cette Dans l’industrie, la baisse des effec- La hausse des créations régionales
amélioration (- 5,6 %). Chez les plus tifs se poursuit (- 2,4 % contre - 1,6 % concerne exclusivement les créations
de 50 ans, une demande d’emploi glo- en 2004). L’emploi augmente de 4,4 % pures (+ 5 %) et se concentre sur les
balement stable cache une nette dispa- dans les services, soit un peu moins secteurs de la construction (+ 10 %) et
rité entre hommes (- 2,8 %) et femmes qu’il y a un an (+ 4,9 %). du commerce (+ 8 %). Corrigées des
(+ 2,6 %). Dans la construction, l’emploi pro- variations saisonnières, les créations
er
Depuis début 2005, le chômage de gresse au même rythme que l’an der- restent stables au cours du 1 trimestre
e
longue durée (de plus d’un an) a aug- nier (+ 2,6 % après + 2,7 % sur 2004). 2005 mais progressent au 2
e
menté pour les anciennetés supé- Seul le commerce gagne davantage (+ 2 %) et surtout au 3 trimestre (+ 5 %).
rieures à trois ans (+ 20 %) alors d’emplois (+ 1,4 % après + 0,7 % en
qu’entre un an et trois ans, la situation 2004). Campagne agricole
s’est améliorée. plutôt satisfaisante
Dans la région, les conditions clima-
Baisse du chômage depuis juin 2005 tiques chaotiques de 2005 (neige en
Demandes d’emploi en fin de mois (catégorie 1*) - données CVS mensuelles février-mars, pluies d’avril, chaleur en
juin puis sécheresse estivale) pertur-
Indice base 100 au 31 décembre 1999 bent le semis et la croissance des cultu-
110
res. Néanmoins, les récoltes d’orge
d’hiver, de colza, de tournesol et de bet-
100 teraves sucrières sont satisfaisantes.France
Les rendements en blé d’hiver sont
légèrement inférieurs à la moyenne.90
Bourgogne Ceux enregistrés pour le maïs et l’orge
de printemps sont décevants. Les ven-
80
danges se déroulent dans d’excellentes
conditions climatiques et la récolte viti-
70 cole est de bonne qualité. Dans les
2000 2001 2002 2003 2004 2005
prairies, l’herbe est devenue rare durant
Source : DRTEFP - ANPE.
l’été et les éleveurs doivent puiser dans
les stocks fourragers. Les cours des* Personnes disponibles, à la recherche d’un emploi à temps plein et à durée indéterminée et ayant travaillé
moins de 78 h dans le mois. bovins destinés à l’engraissement
© Insee Bourgogne - 2005 - Conjoncture économique en Bourgogne en 2005 2INSEE N°127-Décembre2005-2,20eurosBOURGOGNE
progressent comparés à 2004. Les Créations d’entreprises en hausse
tarifs des bovins de boucherie sont eux
Séries trimestrielles de créations d’entreprises - données CVSaussi supérieurs à ceux de l’an dernier,
bien qu’ils reculent sensiblement à la fin
Indice base 100 au 1er trimestre 1993de l’été, principalement en vaches lai- 140
tières. 130
France120
Activité industrielle
110
en repli Bourgogne100
90Selon les industriels bourguignons
80interrogés par la Banque de France,
l’activité industrielle des onze premiers 70
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005mois de 2005 est globalement infé-
Source : Insee - Répertoire des entreprises et établissements -rieure à celle des onze premiers mois Champ ICS (secteurs marchands de l'industrie, de la construction, du commerce et des services à l’exclusion des activités financières).
de 2004. Les secteurs les plus dure-
ment touchés sont l’agroalimentaire
et les biens de consommation. En re- 36 % par rapport aux dix premiers mois respecter au mieux les délais. L’activité
vanche, la production de biens d’équi- de 2004 (+ 12 % au niveau national). reste très forte durant l’été et au début
pement reste soutenue par les exporta- Parallèlement, 6 290 logements ordi- de l’automne mais des incertitudes sur
tions. La quasi-totalité des carnets de naires sont mis en chantier, soit 4 % de les commandes à venir, en partie liées
commandes se dégarnit progressive- moins que sur la même période de 2004 au retour de la période hivernale, ramè-
ment et le taux d’utilisation de l’outil (+ 10 % en France). nent les chefs d’entreprises à davan-
productif demeure en deçà de celui de tage de prudence en fin d’année.
l’an dernier. Les prix des matières pre-
Activité forte dans les TPmières et de l’énergie augmentent Transports routiers :
beaucoup mais le contexte fortement er
Au 1 trimestre 2005, l’activité dans difficultés persistantesconcurrentiel limite les revalorisations
les travaux publics ralentit à la suite
de tarifs et les marges s’érodent. Les
notamment des intempéries et du retard En 2005, le marché bourguignon duprogrammes d’investissements restent
pris par certaines collectivités dans le transport routier de marchandisesaxés sur les gains de productivité.
lancement de leurs appels d’offres. souffre encore d’une demande irrégu-
Mais au printemps, avec le retour de lière et peu soutenue. Les entreprises
Bond des permis conditions météorologiques plus clé- doivent faire face à des coûts élevés,
de construire mentes et l’étoffement des carnets de notamment du fait de la hausse du prix
commandes, l’activité se redresse net- du pétrole. De nombreux profession-
Dans le bâtiment, durant les dix pre- tement. Le retard pris en début d’année nels se reportent sur le transport inté-
miers mois de l’année 2005, 8 490 loge- quant à l’exécution des chantiers en- rieur, supposé plus rémunérateur, ce
ments ordinaires sont autorisés à la traîne d’ailleurs dès la mi-mars une qui accentue la concurrence sur le mar-
construction, soit une progression de forte augmentation de l’intérim afin de ché national. Beaucoup réduisent aussi
le nombre de véhicules en circulation
afin de dégager de la trésorerie. L’acti-Exportations bourguignonnes : bon début d’année 2005
vité ferroviaire, quant à elle, baisse au
er tous biens hors matériel militaire et produits énergétiques 1 semestre puis se stabilise, grâce à
de bons courants d’expéditions ; le défi-données CVS trimestrielles en valeur
cit d’activité par rapport à 2004 semble
Indice base 100 au 1er trimestre 2000
120 contenu. Enfin, le trafic fluvial sur la
Saône progresse de 10 % sur les dix
115 France premiers mois de 2005 par rapport à
2004.
110
105 Hausse des exportations
100
La Bourgogne exporte entre janvierBourgogne
et septembre 2005 pour 5,9 milliards95
d’euros de biens hors matériel militaire
90 et produits énergétiques.
2000 2001 2002 2003 2004 2005
Durant ces neufs mois, les ventes
Source : Douanes - Insee.
à l’étranger progressent en valeur
© Insee Bourgogne - 2005 - Conjoncture économique en Bourgogne en 2005 3INSEE N°127-Décembre2005-2,20eurosBOURGOGNE
(données corrigées des variations sai- Fréquentation hôtelière bourguignonne : 2005 mieux que 2004
sonnières) de 2,4 % ; ce résultat reste Nombre mensuel de nuitées dans l’hôtellerie de tourisme - Bourgogne - données brutes
inférieur à celui enregistré au niveau
national (+ 4,3 %). Comparées aux trois 700 000
Nuitées françaisespremiers trimestres de 2004, les expor-
Nuitées étrangères
600 000tations de biens d’équipement sont
celles qui progressent le plus (+ 19 %). 500 000
Les ventes de produits automobiles
400 000
s’améliorent aussi (+ 9 %). Les biens
intermédiaires, qui concentrent 48 % 300 000
des exportations régionales, augmen-
200 000
tent de 2 %. En revanche, les produits
100 000agroalimentaires et les biens de con-
sommation restent en repli (- 9 et - 12 %).
0
J04J05 M04 M05 M04 M05 J04 J05 S04S05 N04 D04Les exportations vers l’Europe (74 %
F04F05 A04A05 J04 J05 A04 A05 O04 O05
du total) diminuent un peu (- 1,6 %) mais Source : Insee - Comité Régional du Tourisme.
celles vers l’Amérique et l’Asie se déve-
loppent (+ 22 et + 11 %).
En France, la consommation, sou-Les immatriculations
Hôtels et campings tenue par la hausse du pouvoir d’achat,augmentent ercontinuerait de progresser au 1 se-davantage fréquentés
mestre, autorisant une croissance du
Sur les onze premiers mois de
PIB sur un rythme annualisé un peuL’hôtellerie de tourisme, sur les dix
l’année 2005, la Bourgogne dénombre
supérieure à 2 %. La hausse des expor-premiers mois de l’année 2005, dé-
48 800 immatriculations de voitures
tations serait plus marquée qu’en 2005nombre 4 285 500 nuitées. La fréquen-
neuves particulières, soit 8 % de plus
mais les importations resteraient soute-tation progresse ainsi de 4 % par
que sur la même période de 2004
nues. Avec une progression encorerapport à la même période de 2004. Le
(+ 3 % au niveau national). Après la
modérée des effectifs salariés privésnombre de nuitées augmente tous les hausse continue enregistrée en 2004 et
(+ 30 000 sur le semestre), une moin-mois (sauf en avril, privé de week-end début 2005, les immatriculations régio-
dre augmentation de la populationde Pâques cette année). Globalement, nales semblent se stabiliser en milieu
active et une poursuite des effets de lala fréquentation française s’accroît de d’année.
politique d’emplois aidés, le taux de8 %. Pour la clientèle étrangère, le
chômage continuerait de reculer (9,2 %nombre de nuitées baisse de 3 %
Début 2006 : une crois- fin juin).(contre - 7 % l’an dernier), malgré une
Mélanie Bouriezamélioration en mars, août et octobre. sance autour de 2 %
L’hôtellerie de plein air, lors de la saison
er Rédigé le 23 décembre 20052005 (mai à septembre), compte pour Au 1 semestre 2006, la croissance
sa part 1 330 000 nuitées. La fréquen- en zone euro progresserait de 0,4 %
tation progresse de 7 % comparée à par trimestre. Elle resterait limitée par la
modestie de la demande intérieure de2004, tant pour la clientèle étrangère
certains pays.que la clientèle française. INSEE - BOURGOGNE
2, rue Hoche - BP 1509
Sources : données communiquées par les Directions Régionales : du Travail, de l’Emploi 21035 Dijon Cedex
et de la Formation Professionnelle, de l’Agriculture et de la Forêt, des Douanes et Droits Tél : 03 80 40 67 67
Indirects, de l’Équipement ; la Direction des Affaires Économiques et Internationales Fax : 03 80 40 68 00
(Ministère de l’Équipement), la Banque de France, la Fédération Régionale des Travaux Directeur de la publication : Jean-Louis Coster
Publics ; note de conjoncture nationale de l’Insee du 15 décembre 2005. Chef du Service Études et Diffusion :
Christian Bonsacquet
Rédactrice en chef : Christine Ricci
POUR EN SAVOIR PLUS
Maquette PAO : Patricia Lallemand, Sylvie Renaud
Abonnement :
- Note de conjoncture - Insee - décembre 2005.
8 numéros par an + Bilan économique
- La conjoncture en Bourgogne - Insee Bourgogne Dimensions - mensuel. et social annuel : 22 euros abonnement France
27 euros abonnement étranger- Informations Travail Emploi - DRTEFP - mensuel.
2,20 euros le numéro- Tendances régionales - Banque de France - mensuel.
Impression : AZ Média - Chenôve
- Conjoncture hôtellerie - Dépôt légal : à parution
ISSN 1246-483 X
Les Insee Première, les Insee Bourgogne Dimensions et les Notes de conjoncture Code Sage D0512716
© INSEE 2005figurent dès parution sur le site Internet de l’Insee : www.insee.fr
© Insee Bourgogne - 2005 - Conjoncture économique en Bourgogne en 2005 4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.