Conjoncture économique en Bourgogne : une croissance soutenue et plus équilibrée

De
Publié par

En Bourgogne comme en France, l'année 1997 se caractérise par l'accélération de la croissance démarrée au milieu de l'année 1996. Celle-ci a été particulièrement forte aux deuxième et troisième trimestres. La demande extérieure en a tout d'abord été le principal moteur, puis la demande interne a pris le relais en milieu d'année. Cette croissance, concentrée au début sur l'industrie manufacturière, s'est ensuite étendue au tertiaire et à la construction. L'amélioration de l'emploi a permis une stabilisation globale du chômage. Celui des plus jeunes a diminué.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE BOURGOGNE N° 50 - Janvier 1998 15F
Conjoncture économique en Bourgogne :
une croissance soutenue et plus équilibrée
En Bourgogne comme en France, l’année 1997 se caractérise par l’accélération
de la croissance démarrée au milieu de l’année 1996. Celle ci a été particulièrement
forte aux deuxième et troisième trimestres. La demande extérieure en a tout d’abord
été le principal moteur, puis la demande interne a pris le relais en milieu d’année.
Cette croissance, concentrée au début sur l’industrie manufacturière, s’est ensuite
étendue au tertiaire et à la construction. L’amélioration de l’emploi a permis
une stabilisation globale du chômage. Celui des plus jeunes a diminué.
a croissance de l’économie française démarrée auL milieu de l’année 1996 s’est consolidée en 1997. Selon
les dernières estimations, le Produit Intérieur Brut national Accélération de la production industrielle
(PIB) augmenterait sur l’ensemble de l’année de 2,5 %
contre 1,5 % en 1996. La reprise est allée en s’accélérant et
Solde en % des opinions positives et négatives des industriels
a été particulièrement forte aux deuxième et troisième tri sur leur production passée et leurs perspectives personnelles
France entière (hors IAA) - données CVS mensuellesmestres 1997 avec une augmentation du PIB de 1,1 % et
0,9 %. Jusqu’au milieu de 1997, cette croissance a été 30
fortement tirée par les exportations tandis que la demande
interne se montrait très modérée. Au troisième trimestre, 20 Perspectives
elle est devenue plus équilibrée avec la reprise de la personnelles
10consommation des ménages et des investissements.
L’industrie manufacturière, qui avait été le premier secteur
0à bénéficier de la reprise, a connu une forte accélération tout
au long de 1997. Ce dynamisme s’est ensuite propagé aux
-10
autres secteurs de l’économie. Dans le tertiaire, les services
Productiond’intérim ont été sollicités dès le premier semestre 1997, puis
-20 passée
ont été suivis par les autres services aux entreprises. Dans
la construction, l’activité s’est stabilisée après la dégradation -30
intervenue en 1996.
En Bourgogne, ces mêmes tendances générales sont -40
1992 1993 1994 1995 1996 1997observées. D’après les enquêtes de conjoncture menées par
la Banque de France, les industriels ont vu leur activité Source : INSEE - Enquête mensuelle dans l'industrie.
progresser sans discontinuer depuis la fin de 1996.
SOMMAIRE
Conjoncture économique en Bourgogne :
une croissance soutenue et plus équilibrée p. 1
La conjoncture p. 3
INSEE Infos Bourgogne p. 7
1INSEE BOURGOGNE N° 50 - Janvier1998 15F
Les carnets de commande se sont pro
Forte croissance des exportationsgressivement garnis, principalement
er
bourguignonnes au 1 semestre 1997du fait de la demande extérieure mais
aussi, à partir du printemps 1997,
Exportations de Bourgogne - données CVS trimestrielles
grâce à la demande interne. Les capa
Millions de francscités de production sont devenues lar
12 000
gement utilisées.
La croissance de l’activité a été par
11 000ticulièrement soutenue dans les biens
intermédiaires et les biens d’équipe
ment professionnel mais plus nuancée 10 000
dans les industries agro alimentaires
et le secteur automobile. On note par
9000
contre une stabilité dans le secteur des
biens de consommation malgré la
8 000bonne tenue des exportations.
Un environnement 7000
1992 1993 1994 1995 1996 1997
international
Sources : Douanes - INSEE.
très porteur
Pendant tout le premier semestre
1997, les exportateurs français ont bé atteint pour la première fois le seuil des Les secteurs non industriels mon
néficié d’un environnement internatio 11 milliards de francs au deuxième tri trent aussi des signes de reprise cou
nal très porteur. La croissance a été mestre. Elles ont ensuite marqué un rant 1997 en Bourgogne. L’activité des
forte aux Etats Unis, l’activité s’est ac léger tassement au troisième trimestre. travaux publics qui avait connu une
célérée en Europe et les taux de Au total, elles ont augmenté de 11,6 % détérioration presque continue de
change sont restés favorables. La entre les neuf premiers mois de 1996 1993 au début 1997 semble se redres
croissance des exportations nationa et les mêmes mois de 1997. La quasi ser. Le montant des travaux réalisés
les s’est ainsi élevée à 5,3 % au totalité des secteurs a contribué à ce dans la région, proche de 1 milliard de
deuxième trimestre et à 2,4 % au troi résultat, en particulier les biens d’équi francs par trimestre en 1993, était pas
sième. pement professionnel (+ 12 %), les sé sous la barre des 800 millions de
Les exportations bourguignonnes pièces détachées et le matériel utili francs fin 1996. Une nette reprise des
se sont également accrues pendant la taire de transport (+ 15 %) et les biens travaux réalisés au deuxième trimestre
première moitié de 1997 et ont même de consommation (+ 16 %). 1997 ainsi que la progression des com
Principaux indicateurs nationaux
Évolution trimestrielle des ressources et emplois de biens et services aux prix de 1980 France entière (en %)
Prévisions *
1996 1997
1997 1998
er e e e er e e e er e1 tri. 2 tri. 3 tri. 4 tri. 1 tri. 2 tri. 3 tri. 4 tri. 1 tri 2 tri
Produit Intérieur Brut (PIB) + 1,3 0,1 + 0,8 + 0,3 + 0,3 + 1,1 + 0,9 + 0,8 + 0,7 + 0,7
Importations + 2,9 1,3 + 2,7 + 1,2 0,1 + 3,4 + 3,7 + 1,7 + 1,6 + 1,7
Consommation des ménages + 2,4 0,9 + 0,9 0,5 + 0,2 + 0,1 + 1,1 + 0,2 + 0,5 + 0,6
Investissement total 1,1 0,2 + 1,5 + 0,2 1,3 + 0,5 + 1,7 + 0,3 + 0,6 + 0,7
dont entreprises 1,2 + 0,2 + 2,3 0,0 1,9 + 0,4 + 1,9 + 0,1 + 0,7
Exportations + 4,8 1,9 + 3,3 + 2,0 + 2,2 + 5,3 + 2,4 + 2,4 + 1,8 + 1,7
* Prévisions réalisées en décembre 1997.
Remarque sur les effets de calendrier dans la mesure des taux de croissance du P les IB : évaluations des comptes
trimestriels ne sont pas corrigées pour jours ouvrables. Les effets du calendrier sont différents suivant les secteurs
économiques. Ils sont, pour cette raison, difficiles à évaluer avec précision. Ils peuvent cependant être importants et il faut en
tenir compte pour apprécier le profil de la croissance. Le premier trimestre de 1997 comporte ainsi moins de jours ouvrables
que le deuxième. L’ordre de grandeur des corrections à appliquer pour éliminer ces effets est le suivant : + 1/4 de point au
premier trimestre 1997 et 1/4 de point au deuxième. Le nombre de jours ouvrables n’a par contre pas d’effet sur l’évolution
du troisième trimestre 1997.
Source : INSEE.
2Conjoncture économique en BourgogneINSEE N° 50 - Janvier1998 15FBOURGOGNE
mandes reçues et l’amélioration de
Emploi : reprise grâce au tertiairel’opinion des entrepreneurs sont des
signes d’un possible changement de
tendance dans ce secteur. Effectifs salariés des établissements de toutes tailles en Bourgogne
Secteurs marchands non agricoles - données CVS trimestriellesLa reprise est également sensible
erdans le secteur du bâtiment. En Bour Indice base 100 au 1 trimestre 1992
gogne, les autorisations de construire 110
ont progressé de 6 % entre les 9 pre
miers mois de 1996 et les mêmes mois
Tertiaire105de 1997, avec une croissance un peu
plus forte pour les logements collectifs.
Le nombre de logements commencés 100
Ensemblea également augmenté de 11,5 % sur
la même période.
95
Moins de jeunes
Industrie90chômeurs
Construction
85L’amélioration de la conjoncture se
1992 1993 1994 1995 1996 1997
traduit par une reprise de l’emploi suc
Source : ASSEDIC.cédant à la détérioration constatée
courant 1996. En Bourgogne, les effec
tifs salariés de l’ensemble des établis
Dans un contexte d’augmentation moins de jeunes et davantage de per sements marchands non agricoles ont
de la population active, l’amélioration sonnes de 50 ans et plus. En effet, si
augmenté de 0,8 % du troisième tri
de l’emploi salarié a permis d’obtenir, le nombre des chômeurs de 25 à 49
mestre 1996 au troisième trimestre
sinon le recul du chômage, du moins ans (les deux tiers du total) est resté1997. Les effectifs du tertiaire ont for
sa stabilisation. En Bourgogne, au stable sur un an, celui des jeunes chô
tement progressé (+ 2,7 %) tandis que
delà d’évolutions mensuelles assez meurs (moins de 25 ans) a diminué deceux de l’industrie baissaient de 1,2 %
heurtées, le nombre des demandeurs 6,4 % tandis que celui des plus de 50et ceux de la construction de 3,1 %.
d’emploi fin octobre 1997 est quasi ans a augmenté de 10,6 %. Les chô
Ces évolutions sont conformes aux
ment identique à celui constaté un an meurs de longue durée (plus d’un an)tendances observées les années pré
auparavant ( 0,3 %). Il comprend sont également plus nombreux (+ 7,8 %)cédentes.
et particulièrement ceux dont la durée
de chômage est comprise entre un et
deux ans.
Stabilisation du chômage La consommation
redémarre
Demandes d'emploi en fin de mois (catégorie 1) e
Données CVS mensuelles au 3 trimestre
Indice base 100 en janvier 1992
125 L’amélioration de l’emploi et la sta
bilisation du chômage constatées aus
Bourgogne
si au niveau national ont contribué à120
améliorer l’opinion des ménages sur
leur niveau de vie et sur l’opportunité115
d’acheter à partir du milieu de l’année
France 1997. Malgré une augmentation du pou
110
voir d’achat estimée à 2,3 % pour l’an
née 1997, la consommation nationale
105 des ménages n’a en effet redémarré
qu’au troisième trimestre. La stagna
100 tion de la consommation au premier
1992 1993 1994 1995 1996 1997 semestre a tenu en grande partie à la
Source : DRTEFP. contraction des achats d’automobiles
suite à la suppression de la prime "qualité"
9Conjoncture économique en BourgogneINSEE N° 50 - Janvier1998 15FBOURGOGNE
en octobre 1996. Mais pour bon nom
Un quart d'immatriculations
bre de produits et notamment les pro de moins en 1997
duits innovants d’équipement du foyer
(téléphonie mobile, micro-informati- Immatriculations de véhicules neufs en Bourgogne
Données CVS mensuellesque), la consommation a en fait pro
gressé tout au long de l’année 1997. 7000
"prime"prime à fineffet "potAu troisième trimestre, la consomma qualité"la casse"catalytique"
tion globale a pu augmenter de 1,3 % fin
6 000
avec en particulier un redémarrage des
débutventes d’automobiles. Elle est alors de-
venue l’un des moteurs de la croissance. 5 000
En France, la reprise des investisse
ments s’était dessinée au deuxième
4000
trimestre (+ 0,4 % pour les entreprises)
et s’est affirmée au troisième (+ 1,9 %).
débutD’après les anticipations des indus 3000
triels, elle devrait se poursuivre au pre
mier semestre 1998.
2 000Grâce au dynamisme de toutes les 1992 1993 1994 1995 1996 1997
composantes de la demande, l’année
Sources : Ministère de l'Équipement - INSEE.
1997 se termine donc dans un contexte
de croissance soutenue, mais avec Les immatriculations de véhicules neufs ont fortement chuté
après l'arrêt de la prime "qualité" en octobre 1996. Le niveaudes inquiétudes provenant en particu
des des 11 premiers mois de 1997 est
lier de la crise sévissant actuellement
inférieur d'un quart à celui des mêmes mois de 1996.
en Asie. Cette crise pourrait diminuer L'amélioration constatée au troisième trimestre 1997 (+ 16 %
par rapport au deuxième trimestre) n'a pas eu de suite enla progression des exportations fran
octobre et novembre.
çaises de 3 points et celle du PIB d’un
demi point. Après avoir atteint un
rythme maximum de croissance au
deuxième semestre 1997 (près de 3,5 %
en chiffre annualisé), le PIB devrait
Thème du prochain numéro :
continuer à augmenter au premier se
mestre 1998, mais à un rythme infé
Les zones rurales aidéesrieur, proche de 3 % l’an.
par l’Union Européenne
Anne Marie Dussol
Rédaction achevée le 23 décembre 1997.
POUR EN SAVOIR PLUS
INSEE BOURGOGNEBOURGOGNE
- Note mensuelle de conjonctur INSEE Bourgogne.e 2 bis, rue Hoche 21000 Dijon
- L’année 1996 en Bourgogne INSEE Bourgogne Dimensions dossier n° 18 - juin 1997
Tél : 03 80 40 67 67
- Informations Travail Emploi Direction Régionale du Travail, de l’Emploi et de la Fax : 03 80 40 67 40
Formation Professionnelle.
Directeur de la publication : Alain Ravet
- Lettre mensuelle régionale Banque de France.
Rédacteur en chef : Lionel Espinasse
- Les résultats de la construction neuve Direction Régionale de l’Équipement. Assistante de rédaction : Martine Molet
- Bulletin trimestriel Direction Régionale des Douanes et des Droits Indirects. Maquette PAO : Marie Hélène Chavet,
Maryvonne Poisot
FRANCE
Abonnement :
- Notes de conjoncture INSEE Notes de synthèse détaillées et points conjoncturels.
11 numéros par an + Bilan économique
Dernière parution : 19 décembre 1997.
et social annuel : 150 F.
- Point de conjoncture internationale Direction de la prévision. 15 F. le numéro
Impression : Imprimerie 21- Informations rapides - INSEE - 350 numéros par an sur les principaux indices, les comptes
trimestriels et les opinions des chefs d’entreprise et des ménages. Dépôt légal : Août 1993
ISSN 1246 483 X
- Tableau de bord hebdomadaire - INSEE Panorama complet et actualisé de la conjonc
Code Sage D985016ture économique française et internationale.
10Conjoncture économique en Bourgogne

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.