Conjoncture régionale au premier semestre 2005

De
Publié par

Après un début d'année difficile, sauf pour les IAA, l'industrie régionale a renoué avec la forme au deuxième trimestre 2005. Le bâtiment continue de bénéficier d'une conjoncture exceptionnelle, avec une forte progression des effectifs (+ 2,8 % sur un an). L'activité dans le commerce et les services a connu une hausse saisonnière au 2e trimestre, moins forte que l'année dernière, mais visible dans les chiffres de l'emploi. Fin juin, les effectifs permanents du champ concurrentiel étaient à la hausse sur un trimestre (+ 0,2 %), comme sur un an (+ 0,9 %), grâce au bâtiment et au tertiaire. La demande d'emploi et le taux de chômage (9,6 % fin juin) se sont accrus dans la région au cours du premier semestre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Conjoncture régionale au premier semestre 2005
Avec le printemps, l'activité reprend
repères
Après un début d’année difficile, sauf pour les IAA, l’industrie ré -gionale a renoué avec la forme au deuxième trimestre 2005.
Le bâtiment continue de bénéfi -cier d’une conjoncture ex -ceptionnelle, avec une forte pro -gression des effectifs (+ 2,8 % sur un an).
L’activité dans le commerce et les services a connu une hausse saisonnière au 2etrimestre, moins forte que l’année dernière, mais vi -sible dans les chiffres de l’emploi . Fin juin, les effectifs perma -nents du champ concurrentiel étaient à la hausse sur un tri -mestre (+ 0,2 %), comme sur un an (+ 0,9 %), grâce au bâtiment et au tertiaire. La demande d’emploi et le taux de chômage (9,6 % fin juin) se sont accrus dans la région au cours du premier semestre.
Après la reprise économique en-tamée l’année dernière, l'activité s'est tassée au premier trimestre, à l’exception notable de l’agroali -mentaire et de la construction. Toutefois, au deuxième trimestre, l’activité industrielle s’est accrue et a permis un frémissement à la hausse de l’emploi. Cette amélio -ration dans l’industrie, alliée à la poursuite des e m b a u c h e s dans le bâti-ment et aux recrutements saisonniers et permanents dansletertiaire, a contribué à stopper la progression du chômage, visible pen-dant la pre-mière moitié de l’année.
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 152
L'automobile redémarre, l’agroalimentaire en bonne forme
L’industrie automobile française s’est ressentie de la hausse des prix des matières premières et, depuis le début de l’année, de la
concurrence étrangère, tant sur le marché français que sur le marché mondial. En juin, sa production était en baisse d’environ 2 % par rapport à la fin de l’année 2004. La contraction est encore plus forte pour les équipementiers. Dans le secteurautomobileré-gional, cette tendance se confir -mait aussi au premier trimestre. Une majorité de chefs d’entreprise indiquaient en janvier et avril une production en recul et des carnets de commandes en baisse, la de -mande étrangère restant pour sa part stable. Le chiffre d’affaires des équipementiers carrossiers (données CVS) pointe une baisse de 1,5 % au premier trimestre. Mais au deuxième trimestre, les difficultés se sont atténuées. L’ac-tivité a connu un rebond à partir du mois de mai, pour se stabiliser à un niveau légèrement inférieur à celui de l’année dernière. Les chif-fres de l’emploi témoignent de la stabilité des effectifs permanents au long du premier semestre, avec un appel croissant à l’intérim (+ 8 % sur un an d’intervalle). L’industrieagroalimentairebas-nor-mande a été mieux orientée que l’automobile en cette première moitié d’année. L’industrie laitière régionale, en dépit de la faiblesse de la demande pour certains pro -duits (fromages à pâte molle), montre une croissance soutenue de son chiffre d’affaires (plus de 5 % au 1ersemestre 2005 par rap -port au 2esemestre 2004). La forte concurrence sur le marché des produits laitiers est com -pensée en amont par un cours du lait toujours à la baisse, qui mé -contente les éleveurs. Toujours à la lumière des chiffres d’affaires, la progression a été un peu moins forte dans l’industrie de la viande (+ 3,6 % d’un semestre sur l’autre), dans un contexte de tas -sement des prix à la production, après une année 2004 à la hausse. Cette bonne tenue de l’agroali -mentaire en région a même per -mis une légère hausse des effectifs permanents au 2etrimestre, sur-tout dans le secteur des viandes, avec un appel toujours plus impor -
tant à la main d’œuvre intérimaire (+ 7 % sur un an d’intervalle). D’autres secteurs remontent aussi L’activité du sec-teur desbiens de consommation, sur des marchés très concurrentiels, s’est poursuivie à des niveaux cor -rects sur les six premiers mois de 2005. L’habillement et le cuir ré -sistent relativement bien grâce au créneau de luxe et la pharmacie se maintient. En revanche, l’édition ainsi que les meubles et les objets en bois sont en retrait. Les impri-meurs sont en effet confrontés à une concurrence de proximité très vive, alors que l’industrie des meu-bles, comme le textile, subissent une concurrence étrangère vigou-reuse. Les effectifs du secteur tex-tile se sont encore réduits, avec la fermeture deHD Confectionà Cani-sy, comme ceux du meuble, avec la restructuration deBuronomicde Honfleur et la liquidation desMeu-bles de St Hilaire. Le secteur desbiens d’équipe-menta bénéficié d’un regain d’ac -tivité au 2etrimestre, avec un net retournement à la hausse des commandes pour les équipements mécaniques, dans un contexte na -tional en expansion au 2e trimestre. Les ef-fectifs des équipe-ments mécaniques et électriques-élec-troniques demeu-rent stables sur les deux trimestres, mais sont en re-trait par rapport à leur niveau un an plus tôt. La cons-truction navale a bénéficié de com-mandes militaires importantes, ce qui a mobilisé du personnel supplé-
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 152
mentaire au 2etrimestre, perma-nent et sous-traitant. Au cours des six premiers mois de l’année, le secteur desbiens in-termédiairesa connu dans l’en-semble en Basse-Normandie une évolution positive, alors que la production nationale était en re-cul. C’est la branche des compo-sants électroniques qui a maintenu le tonus du secteur en région, avec des capacités pleine-ment sollicitées et même une pe-tite hausse des effectifs au deuxième trimestre. L’activité dans le bois et le papier-carton s’est maintenu, la demande pour les pièces techniques plastiques a bondi au printemps du fait de l’a -mélioration du secteur automo -bile, dont a bénéficié aussi la métallurgie. Les effectifs du secteur des biens intermédiaires ont toutefois conti -nué de diminuer (d’environ 2 % sur un an), dans la métallurgie et
dans le travail des métaux en par -ticulier, comme l’illustre la ferme -ture en mars des sites de Carpiquet et de Honfleur du groupeSameto.
La construction a le vent en poupe
Lebâtimentpoursuit sa tendance ascendante, avec un niveau d’acti-vité au deuxième trimestre qui progresse par rapport au trimestre précédent et sur un an d’intervalle (+ 9 % de chiffre d’affaires), no-tamment grâce au dynamisme de la demande de gros œuvre. La construction de logements neufs a été très soutenue en cette pre -mière moitié d’année. D’une part, le nombre de logements indivi -duels mis en chantier au deuxième trimestre est de 16 % supérieur à celui réalisé il y a un an. D’autre part, au cours de ce même tri -mestre le nombre de logements collectifs démarrés a triplé par
rapport au trimestre précédent pour atteindre un niveau record. A court terme, la demande de lo-gements neufs est toujours très vive : 5 100 logements ont été au-torisés à la construction au pre-mier semestre, soit 48 % de plus que la moyenne des cinq dernières années. La bonne tenue du secteur et les perspectives de court et moyen terme se reflètent également sur le plan des effectifs, qui s’accroissent de 1 % au deuxième trimestre (2,8 % sur 1 an). L’appel à l’intérim est de nouveau à la hausse (9 % sur un an d’intervalle). Activité stable dans le commerce, les services bénéficient de l’embellie estivale Dans lecommerce de détail, les chiffres d’affaires sont restés sta -
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 152
bles en cette première moitié d’année. Les hypermarchés et su -permarchés, malgré la modération de leurs prix, se ressentent de la concurrence des hard-discounteurs. Malgré l’augmentation saisonnière visible en région à l’approche de l’été, le chiffre d’affaires des gran-des surfaces traditionnelles ne pro-gresse pas sur un an, tout comme pour la France entière.
Dans cette conjoncture molle, seuls les pharmacies, les magasins de bricolage et de matériaux de construction et les commerces au-tomobile enregistrent des chiffres d’affaires plus élevés qu’il y a un an. L’immatriculation neuve d’au-tomobiles s’est nettement re -lancée depuis la fin 2004, pour atteindre 9 700 unités au 2etri-mestre, soit 14,5 % de plus que l’année dernière à la même période.
Lecommerce de grosn’a pas en-registré de progression notable au premier semestre. Du fait d’une
Conjoncture régionale au premier semestre 2005
teurs. A un an d’intervalle, les effectifs d’intéri-maires, en termes d ’ é q u i v a l e n t s temps complet, s’accroissent de 3,5 %, fortement sollicités par les entreprises du bâ-timent, de l’agroa-limentaire et du secteur des biens d’équipement. Letransportter-restre de mar-chandises a été, consommation ralentie, le com - quant à lui, pénalisé par l’atonie de merce de produits alimentaires la demande. Les entreprises de frais a diminué, même au 2etri- transport, sur un marché très mestre. A contrario, les transac- concurrentiel, ne parviennent pas tions d’équipements industriels dans ce contexte à répercuter la ont augmenté. Les effectifs du hausse des prix des carburants. Le commerce de gros se sont tout de chiffre d’affaires des transporteurs même renforcés au 2etrimestre. routiers de marchandises a légère-ment reculé au 2etrimestre, mais Dans l’ensemble desservicesapparaît toutefois en progression marchands (+ 3 %). Les effectifs to- sur un an, l’activité a progressé au 2e du secteur des transportstrimestre, mais il s’agit prin- taux cipalement d’une hausse saison- s’inscrivent aussi en hausse sur un nière tirée par les services aux an (+ 2 %). particuliers. L’hôtellerie et la res-tauration ont augmenté leurs ef-fectifs d’environ 15 % au 2eL’emploi en hausse sur trimestre, mais les chiffres de fré-emiers mois ... quentation hôtelière n’ont pasles six pr égalé les records enregistrés Sur un an, l’ee sec-l’année dernière grâce aux com - teur concurrentmiepllso’eiend-atsdnuarclcs mémorations du Débarquement. viron 0,9 % (seulement + 0,1 % pour la France entière), en géné -Les effectifs desservices aux en-rant près de 3 000 emplois nou -treprises veaux. - Une fois de plus, la haussen’ont pas progressé si gnificativement, à l’exception des s effectifs du tert ns ser -agencesdintérimquiontprofitévdiecesauxpersonnesianiroeta(mdament)et de l’embellie dans plusieurs sec - de la construction a compensé les quelque 1 300 des-tructions d’emplois industriels (dans la métallurgie et les équipements mé-caniques surtout). Au deuxième tri-mestre, l’emploi du champ concur-rentiel, en don-nées CVS, s’est accru d’un peu plus de 0,2 % par rapport au pre-mier. Cette crois-sance s’explique
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 152
par la progression des effectifs du commerce (+ 0,5 %) et de la cons -truction (+ 1,0 %). Dans les servi -ces, en revanche, les gains d’effectifs habituels au 2etri-mestre ont été inférieurs à ceux des années passées à la même pé -riode. De ce fait, l’emploi dans les services a baissé de 0,1 % en don -nées corrigées des variations sai -sonnières. Toujours en données CVS, l’emploi industriel s’accroît légèrement au 2etrimestre (+ 0,2 %), grâce à la bonne tenue des secteurs phares de l’industrie régionale et du ralentissement des procédures de licenciement éco -nomique par rapport à la deuxième partie de l’année 2004. ... mais le chômage aussi En dépit de l’accroissement de l’emploi régional au premier et au deuxième trimestre, le taux de chômage aua enregistré un bond cours des six premiers mois de l’année en passant de 9,4 % fin 2004 à 9,6 % fin juin 2005. Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie 1 était en hausse fin mars ainsi que fin juin, de + 2,6% et respectivement 1,8 % à un an d’intervalle. Les chômeurs hom-mes de longue et de très longue durée sont les plus touchés par cette progression. Cette situation semble intégrer la baisse de l’emploi industriel dans la deuxième partie de l’année der -nière et le recul des emplois aidés sur les six premiers mois de 2005. La transmission décalée de l’amé -lioration de l’emploi au 2e tri -mestre et la politique active en faveur de l’emploi engagée depuis quelques mois par le gouverne -ment fait apparaître fin août une décrue de la demande d’emploi et du taux de chômage, qui est re -descendu à 9,4 %.
Rédaction achevée le 22 novembre 2005
Dragos IOAN
Valeur
9,6 % 55 133
1 358
1 924
9 065 2 510
Conjoncture régionale au premier semestre 2005
Le tableau de bord du deuxième trimestre 2005 au 30 juin 2005 Basse-Normandie France Évolution en % sur Evolution en % sur Valeur - 0,1 point 0,1 point 10,1 % - 1,5 - 0,2 2 448 900 0,0 + 0,2
0,4 point 0 point 1,4 0,2 0,9 0,2 - 1,6 + 0,2 + 2,8 + 0,9 + 1,3 + 0,5 1,8 +
+ 7,1 + 8,0 + 1,6
- 4,8
+ 1,8 + 0,3 0,0
+ 1,9
+ 1,6 + 18,3
+ 14,5 + 4,8 + 6,9 0,8 +
TAUX DE CHÔMAGE BIT (CVS) DEFM cat.1 (CVS) Source : DRTEFP EMPLOI SALARIÉ (CVS) Secteur marchand hors agriculture Source : Insee - Urssaf Industrie Construction Commerce Services CHIFFRE D'AFFAIRES (CVS) Source : Insee - DGI Industrie du lait Industrie des viandes Équipementiers de l'industrie automobile ENCAISSEMENTS (CVS) Source : Insee - DGI CRÉATIONS D'ENTREPRISES (CVS) Source : Insee LOGEMENTS COMMENCÉS (CVS) Source : Insee - DRE dont individuels LOCAUX PROFESSIONNELS COMMENCÉS (CVS) Source : Insee - DRE
IMMATRICULATIONS NEUVES (CVS) Source : SES Véhicules légers Véhicules utilitaires
DéfinitionsQUELQUES REPÈRES NATIONAUX AU 30 juin 2005 BIT: Bureau international du travail. DEFM(cat 1) : demandeurs d'emploiPRODUCTION INDUSTRIELLE CVS en fin de mois pour un emploi à duréeIndustrie hors énergie et IAA intéterminée. Nouvelle définition horsIndustrie hors BTP activités réduites.COMMERCE EXTÉRIEUR CVS Emploi salarié: pour la région, lesExportations FAB (millions d'euros) variations sont calculées d'après lesImportations CAF (millions d'euros) effectifs des URSSAF. L'emploiINDICE DE SALAIRE HORAIRE BRUT national est estimé trimestriellement par l'Insee.OUVRIER CVS: corrigé des variationsTAUX D'ÉPARGNE DES MÉNAGES saisonnièresen % du revenu disponible brut (valeur e FAB: franco à bordTseAmUeXstDriEellB)ASE BANCAIRE CAF: coût assurance frêt.(en janvier 2005)
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 151
- 0,6 + 1,0 0,0 + 0,2
- 0,9 - 1,4 + 1,6
+ 4,3
+ 3,3
+ 5,5
+ 4,7 + 4,1
- 2,4 + 2,7 - 0,1 + 1,0
- 1,1 + 1,5 - 0,1
0,0
80 879
+ 5,2 56 833
- 3,5 9 121
+ 7,1 541 775 + 6,1 123 560
Évolution en % sur Moyenne un trimestre un an trimestrielle + 0,1 - 0,4 100,4 - 0,5 - 0,5 101,1 + 1,7 + 2,8 87 468 + 2,2 + 8,5 95 493 + 0,6 + 3,0 125,5
15,5 %
6,6 %
DIRECTION REGIONALE DE L'INSEE DE BASSE-NORMANDIE
93, rue de Geôle 14052 CAEN CEDEX 4 Tél. : 02.31.15.11.00 Fax : 02.31.15.11.80 www.insee.fr/basse-normandie Directeur de la publication : Jean-Louis BORKOWSKI Service études et diffusion : Sophie DESTANDAU
Rédacteur en Chef : Pascal CAPITAINE Secrétaire de Rédaction : Nadine GAUTIER
Composition PAO : Françoise LEROND Impression : Nii Colombelles - 02.31.70.88.10 Crédit photos : Comité régional du tourisme ; Chambre régio -nale d'agriculture ; CDT Manche Attaché de presse : Philippe LEMARCHAND 02.31.15.11.14
Prix : 2,20Abonnement un an (12 numéros) France : 20Etranger : 23.
Le tableau de bord des zones d'emploi
zDoénpearteetmentsDEFMcat.1ÉvolutioncThaôumxdee s d'emploi nouvell def. brut en % ag e 49 847 + 1,8 9,6 % Calvados 25 458 + 3,1 10,3 % Manche 15 325 + 2,9 8,8 % Orne 9 064 - 3,2 9,2 % 19498 + 2,1 10,5 % 4429 + 3,9 10,5 % Vire 1512 + 6,9 7,8 % Cherbourg 7886 + 4,8 11,1 % Saint-Lô 2483 + 2,9 6,9 % 2835 - 3,1 7,1 % Coutances 1720 + 5,7 8,0 % Flers 3281 + 4,4 8,4 % Alençon-Argentan 3680 - 3,3 9,9 % L'Aigle-Mortagne 2396 - 9,4 9,0 % Sources : Insee, DRTEFP au 30 juin 2005
OOM
Les évolutions des chiffres d'affaires et des encaissements sont calcu -lées à partir des déclarations de TVA des entreprises monorégionales implantées en Basse-Normandie.
ISSN 1267-2769 - Dépôt légal : novembre 2005 - Code SAGE : Cent 15270 © Insee 2005
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.