Créations d'entreprises en Nord-Pas-de-Calais : quelles spécificités ?

De
Publié par

2003 et 2004 se sont caractérisées par une forte hausse du nombre des créations d'entreprises, la barre des 12 000 créations ayant même été franchie pour la première fois l'année dernière. Les secteurs de la construction et du commerce sont les principaux moteurs de cette croissance. Les premières années d'une nouvelle unité restent néanmoins délicates : en moyenne, un créateur sur deux fêtera le cinquième anniversaire de son entreprise. Les chances de réussite d'une nouvelle entité dépendent de facteurs liés aux caractéristiques de l'entreprise et au profil de l'entrepreneur. Ce document résulte d'une coopération entre la Direction régionale de l'Insee et le pôle d 'animation du programme «Je Crée en Nord-Pas-de-Calais", dont le site a pour objectif d'animer et coordonner les actions mises en place dans le cadre du Programme Régional de Création et Transmission d'Entreprises.Ce dernier a été créé par le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais,l'État,les Conseils généraux du Nord et du Pas-de-Calais et la Caisse de Dépôts et Consignations,avec l'appui de l'Agence Pour la Création d'Entreprises. En complément de l'étude, vous pouvez accéder aux tableaux par zone d'emploi pour 1993 et 2004 : Répartition des créations pures d'entreprises par secteur d'activité Taux de créations d'entreprises
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Créations d’entreprises
en Nord-Pas-de-Calais :
quelles spécificités ?
En 2004, plus de 12 000 créations d’entre-
prises ont été comptabilisées dans le
Nord-Pas-de-Calais. Parmi elles, 8 5002003 et 2004 se sont caractérisées par une forte
sont entièrement nouvelles, près de 1 900
correspondent à des reprises, les 1 600
hausse du nombre des créations d’entreprises, la restantes étant des réactivations.
Près des trois quarts des créations (71%)barre des 12 000 ayant même été
sont donc réalisées ex nihilo, ce qui place la
région cinq points au-dessus de la moyenne
franchie pour la première fois l’année dernière. des régions de province (régions de France
métropolitaine hors Île-de-France). Au cours
des deux dernières années, le nombre deLes secteurs de la construction et du commerce
créations pures a par ailleurs plus fortement
progressé dans la région que dans la
sont les principaux moteurs de cette croissance. moyenne des régions de province : +15% en
2003 et +17% en 2004 dans la région, +13%
en moyenne dans les régions de province.Les premières années d’une nouvelle unité
À l’inverse, selon la définition retenue, le
restent néanmoins délicates : en moyenne, un nombre de reprises a nettement diminué
entre 1993 et 2004 et ce malgré une légère
hausse en 2003 : -3,3% par an sur la périodecréateur sur deux fêtera le cinquième
dans le Nord-Pas-de-Calais contre -1,5% par
an en moyenne dans les régions de province.
anniversaire de son entreprise. Les chances de En 2004, les reprises ne représentent ainsi
plus que 15,5% du total régional des créations
d’entreprises, contre 26% onze ans plus tôt.réussite d’une nouvelle entité dépendent de
Concentration géographique desfacteurs liés aux caractéristiques de l’entreprise
créations
et au profil de l’entrepreneur. Près d’une entreprise sur deux est créée en
Île-de-France (région qui regroupe 23% du totalCe document résulte d’une coopération entre la Direction régionale de l’Insee et le pôle
d’animation du programme “Je Crée en Nord-Pas-de-Calais, dont le site a pour objectif France entière des créations d’entreprises),
d’animer et coordonner les actions mises en place dans le cadre du Programme Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur (11%) et
de Création et Transmission d’Entreprises. Ce dernier a été créé par le Conseil régional
Rhône-Alpes (10%) ; le Nord-Pas-de-CalaisNord-Pas-de-Calais, l’État, les Conseils généraux du Nord et du Pas-de-Calais et la Caisse
de Dépôts et Consignations, avec l’appui de l’Agence Pour la Création d’Entreprises. représentant moins de 4% du total national.
Cependant, la concentration géographique
des créations ne fait que refléter le poids des
différentes régions dans le stock d’entre-
prises existant au niveau national. Pour
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00l’Île-de-France, elle est toutefois plus
nette si l’on ne considère que les créations Tableau 1 : Créations pures d’entreprises par secteur en 2004
pures : 26% du total France entière.
Unité : %
Part dans les créations Taux de création pureComme la plupart des régions du Nord et de
pures d’entreprises
l’Est de la France, le Nord-Pas-de-Calais
figure parmi les moins créatrices ; on y Nord- France de Nord- France de
dénombre en effet 21 créations pures Pas-de-Calais province Pas-de-Calais province
pour 10 000 habitants contre 35 pour
31,0 26,2 9,3 8,6Commerce10 000 habitants en moyenne en France.
Néanmoins, l’impact des nouvelles unités 19,7 19,7 12,4 12,7Services aux entreprises
sur le tissu productif local est important,
14,1 18,3 11,2 10,4notamment parce que les unités créées Construction
dans la région sont de plus grande taille.
12,4 13,2 5,9 6,6Services aux particuliersLa part des entreprises créées sans salarié
est inférieure à celle des régions de 9,5 8,6 4,7 5,2Éducation, santé, action sociale
province (respectivement 83% contre
3,8 5,4 14,3 16,0Activités immobilières86%) et la taille moyenne des entreprises
qui se créent avec au moins un salarié
2,9 2,3 6,4 6,1Transports
est légèrement supérieure à la moyenne
des régions de province : 2,5 emplois 2,1 2,2 8,9 6,9Industrie des biens de consommation
salariés contre 2,3 (cf. encadré 1).
1,4 1,6 4,1 4,6Industries des biens intermédiaires
Dans la région, les zones d’emploi de
1,8 1,2 4,8 3,2Industries agricoles et alimentaires
Lille et Roubaix-Tourcoing concentrent
43% des créations pures d’entreprises, 1,2 1,2 5,3 5,1Industries des biens d’équipement
soit légèrement plus que la part de ces
100 100 8,2 8,3Ensemblezones dans le stock d’entreprises (35%)
ou dans l’emploi régional (37%). Note : les secteurs de l’industrie de l’automobile et de l’énergie ne sont pas repris dans ce tableau du fait
d’effectifs trop faibles. Le taux de création pure d’entreprises rapporte pour chaque secteur le nombre de
ercréations pures observées en 2004 au stock d actives au 1 janvier 2004.
De fortes hausses des créations Source : Insee - Sirene
dans la construction et le tertiaire
Graphique 1 : Évolution des créations dans le Nord-Pas-de-Calais et en France entière
Entre 2003 et 2004, le nombre de créations
a particulièrement augmenté dans les
secteurs de la construction (+24% en un
an), du commerce (+17%) et du transport
(+14%). En se limitant aux seules créa-
tions pures, l’accélération concerne
également les services aux particuliers et
les industries agroalimentaires.
Le secteur des technologies de l’information
et de la communication n’est pas en reste.
En effet, le nombre de créations pures y
progresse de 39% dans la région contre
21% en moyenne nationale. Cette hausse
est essentiellement due aux activités
d’entretien et réparation de machines de
bureau et de matériel informatique, de
conseil en systèmes informatiques et
autres activités de réalisation de logiciels Source : Insee - Sirene
qui font un bond de plus de 50% en un an
(respectivement +84%, +67% et +51%).
ce secteur sont les commerces de détail Les reprises d’entreprises sont particuliè-
alimentaires et non alimentaires sur rement nombreuses dans le secteur des
Deux créations sur trois dans le
éventaires et marchés et les commerces services aux particuliers : 46% des reprises
commerce, les services aux
de détail divers en magasin spécialisé. régionales contre 43% pour les régions
particuliers et les
Près d’une entreprise sur cinq se crée de province. Avec près d’une reprise sur
aux entreprises
dans le secteur des services aux particu- trois, elles sont également conséquentes
liers, principalement la restauration, les dans le commerce. Il s’agit alors principa-
Trois secteurs concentrent en 2004 la cafés et la coiffure, et près d’une sur six lement de reprises de commerces de
majorité des créations d’entreprises tant au dans le secteur des services aux entre- détail de produits pharmaceutiques, de
niveau régional que national, à commencer prises, principalement le conseil pour les viandes ou encore de livres, journaux et
par le commerce qui regroupe 31% du total affaires et la gestion, l’administration papeterie et de reprises de commerces
des créations régionales et 27% en d’entreprises, l’ingénierie, études techniques d’alimentation générale.
moyenne dans les régions de province. et le conseil en systèmes informatiques.
Les principales activités concernées dansUn taux de création pure dans la
moyenne
Le taux de création, qui rapporte le nombre Carte 1 : Taux de création pure d'entreprises par région en 2004
d’entreprises créées au total des entreprises
actives, donne une indication sur le renou-
vellement du tissu productif. En 2004, il
s’établit à 11,5% dans le Nord-Pas-de-Calais
contre 12,6% en moyenne dans les régions
de province, soit une augmentation des
taux de création de respectivement 1,4 et
1,2 point depuis 1993. Ce sont les régions du
Sud de la France, caractérisées notamment
par un fort dynamisme démographique,
qui présentent les taux de création les plus
élevés.
Le taux de création pure atteint 8,2% en
2004 ce qui place la région au dixième
rang, loin derrière le Languedoc-Roussillon,
Provence-Alpes-Côte d’Azur ou l’Île-de-
France. Cependant, le Nord-Pas-de-Calais
rattrape une partie de son retard et se
situe aujourd’hui dans la moyenne des
régions de province ; en 1993, la région se
eplaçait au 14 rang avec un taux de création
pure de 5,9%.
Cinq zones d’emploi présentent des taux
de création supérieurs à la moyenne
régionale : Lille, Roubaix-Tourcoing, Lens-
Hénin, le Boulonnais et Berck-Montreuil.
Seules les zones de Roubaix-Tourcoing
(10,5%) et de Lille (9,9%) conservent ce Note : Entre parenthèses, figurent les nombres de créations pures d’entreprises comptabilisées en 2004.
Source : Insee - Répertoire Sirene 2004positionnement eu égard aux taux de
création pure.
Taux de création pure d'entreprises par zone d'emploi en 2004
Note : Entre parenthèses, figurent les nombres de créations pures d’entreprises comptabilisées en 2004.
Source : Insee - Répertoire Sirene 2004
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00Des secteurs plus dynamiques
Encadré 2 : Artisanat et créations - le Nord-Pas-de-Calais
qu’en moyenne nationale :
dans la moyenne des régions de province
commerce, construction
Parmi les 12 000 créations d’entreprises enregistrées dans la région en 2004, plus de 3 500 peuventet industrie
être qualifiées d’artisanales soit 29% du total, résultat comparable au niveau France. Si l’on ne
considère que les créations pures, la part des nouvelles entreprises artisanales est un peu plus
Ces deux dernières années, les taux de élevée dans la région qu’en France : respectivement 29% et 28%. Globalement, les presque 2 500
création pure les plus élevés concernent créations pures d’entreprises artisanales du Nord-Pas-de-Calais représente 4% du total France
entière.les activités immobilières (14,3% dans
la région, 16,0% en moyenne France de Les créateurs ayant la qualité d’artisan créent plutôt dans les secteurs de la construction (45% du
province), principalement des agences total des créations pures d’entreprises artisanales) - principalement travaux de maçonnerie
générale et d’installation électrique -, des services aux particuliers (15%) - principalement coiffure etimmobilières, les services aux entrepri-
soins de beauté - et du commerce (14%) - principalement commerce de détail de fleurs. Lesses (respectivement 12,4% et 12,7%)
repreneurs d’entreprises artisanales privilégient les mêmes secteurs : le commerce (28% du total
et la construction (respectivement
des reprises régionales) les services aux particuliers (24%) et la
11,2% et 10,4%). En 1993, les taux de construction (19%), auxquels viennent s’ajouter les industries agricoles et alimentaires (19%),
création pure les plus élevés se rencon- principalement des boulangeries et boulangeries-pâtisseries.
traient avant tout dans les services aux
Plus d’un artisan sur deux fêtera le cinquième anniversaire de son entreprise ; s’il s’agit d’une
entreprises (11,7% contre 11,1% en reprise d’entreprise artisanale, le taux passe alors à deux sur trois. Ces résultats sont globalement
moyenne France de province) et dans plus élevés que ceux obtenus pour l’ensemble des créations régionales mais inférieurs aux taux de
survie moyens des entreprises artisanales créées dans les régions de province (taux de surviel’industrie des biens de consommation
moyens dans les régions de province : 57% pour les entreprises artisanales créées ex nihilo et 70%(respectivement 8,5% et 6,8%). Bien
pour les reprises).
que ce secteur ne figure plus parmi les plus
créateurs, le Nord-Pas-de-Calais se
distingue toujours par des taux de création
pure dans l’industrie supérieurs à la se rencontraient déjà dans les services sements réalisées dans la région (43% si
moyenne nationale. aux particuliers (5,9% contre 5,7% en l’on raisonne en termes d’effectifs sala-
moyenne France de province). riés des nouveaux établissements). Les
Les taux de reprise les plus élevés 22% restant se décomposent de la façon
concernent avant tout les services aux suivante : 13% des créations d’établisse-Créations d’entreprises
particuliers avec 4,8% (4,9% en ments sont le fait d’entreprises régionaleset renouvellement du tissu productif
moyenne France de province) et les existantes (ces unités regroupant 22% des
industries agricoles et alimentaires avec effectifs salariés des nouveaux établisse-Les créations d’entreprises ne représentent
4,3% (4,6% en moyenne France de ments) et 9% d’entreprises existantesqu’une partie du renouvellement du tissu
province), essentiellement des boulan- implantées hors du Nord-Pas-de-Calaisproductif local. Ces dernières années, cesgeries et boulangeries-pâtisseries. En (soit 35% des effectifs salariés desmouvements correspondent en moyenne à1993, les taux de reprise les plus élevés nouveaux établissements).78% de l’ensemble des créations d’établis-
Graphique 3 : Taux de survie des créations pures et taux de création pure
Source : Insee - Sirene 1998 - Sine 2003Nord-Pas-de-Calais occupe une positionDes premières années difficiles
Encadré1:De petites structures quiintermédiaire avec des taux de création
se développentpure et des taux de survie à cinq ansUne entreprise est particulièrement fragile
Dans 80% des cas, une entreprise se crée sansproches des moyennes nationales.les premières années qui suivent sa créa-
autre emploi que celui de son créateur. Cettetion. Dans la région, 51% des créateurs du
proportion atteint 83% s’il s’agit de création
premier semestre 1998 ont fêté le Solidité financière, maturité pure et n’est que de 54% s’il s’agit d’une
cinquième anniversaire de leur entreprise, et accompagnement : reprise. Les entreprises qui se créent avec des
soit deux points de moins que la moyenne salariés sont en général de très petitesde sérieux atouts pour réussir
structures : 16,5% des créations pures etdes régions de province. Ce taux, qualifié de
43,0% des reprises emploient moins de 10taux de survie à cinq ans, est meilleur si l’en- Dans la région, les entreprises créées ex nihilo salariés au démarrage. Seules les entreprises
treprise est créée par reprise (60% en qui ont réalisé une étude financière préa- créées ex nihilo génèrent de nouveaux
Nord-Pas-de-Calais comme en moyenne lable à la création semblent plus pérennes. emplois, les reprises maintenant plutôt les
France de province). En revanche, il est emplois existants.En effet, leur taux de survie à cinq ans est
plus faible si l’entreprise est créée ex nihilo de 53%, soit 12 points de plus que les L’embauche de salariés se fait plus
(un peu plus de 48% en Nord-Pas-de-Calais particulièrement au cours des trois premièresentreprises créées sans étude financière
et en France contre 50% en moyenne de années d’existence. Dans les entreprisespréalable. De même, la survie des entre-
nouvellement créées en 1998 enprovince). On estime que sur les 52% prises qui ont recours aux emprunts
Nord-Pas-de-Calais et toujours actives end’entreprises créées ex nihilo en 1998 qui bancaires atteint 63% alors qu’elle n’est 2001, les effectifs salariés ont presque triplé
ne sont plus en activité au terme des cinq que de 41% dans le cas inverse. De façon passant de 1,5 salarié par entreprise en
ans, 38% ont cessé suite à des difficultés générale, l’importance des moyens financiers moyenne à 4,2 salariés. Au cours des deux
économiques. Les 14% restant correspon- années suivantes, la situation de l’emploi s’estengagés au démarrage influence la péren-
dent à des entreprises qui ont cessé pour stabilisée autour de 4,5 salariés par entreprisenité de l’entreprise : plus ils sont élevés,
pérenne. Moins d’une entreprise sur deuxd’autres raisons : problème de santé de plus les chances de réussite sont grandes.
(43%) n’emploie toujours aucun salarié aprèsl’entrepreneur, départ en retraite, prise Ainsi, les projets démarrant avec plus de cinq ans d’existence.
d’un poste salarié, immatriculation pure- 7 500 € affichent des taux de survie d’environ
Globalement, près de 2 000 emplois salariésment administrative, etc. 54% contre 40% en moyenne pour les ont ainsi été générés en l’espace de cinq ans
projets d’un montant inférieur. par les entreprises créées ex nihilo au premier
La plupart des régions où les taux de créa- semestre 1998 et qui ont survécu. Par ailleurs,
tion pure sont inférieurs à la moyenne 1 400 emplois salariés issus de la création exEn 1998, une nouvelle entreprise sur cinq
nationale affichent des taux de survie nihilo d’entreprises au premier semestre 1998a bénéficié d’exonérations liées à l’Aide
et qui ont cessé avant leur cinquièmeélevés. Il en est ainsi pour l’Auvergne ou le aux chômeurs créateurs ou repreneurs
anniversaire n’ont pas été pérennisés.Limousin. À l’inverse, des régions telles que d’entreprises (ACCRE). Ces entreprises
Provence-Alpes-Côte d’Azur, Île-de-France aidées présentent un taux de survie de 8
l’ACCRE sont en règle générale « accom-ou Languedoc-Roussillon, caractérisées points supérieur aux entreprises non
pagnés » ce qui contribue probablement àpar un fort renouvellement du tissu productif, bénéficiaires. Les projets bénéficiant de
augmenter leur chance de réussite.enregistrent de faibles taux de survie. Le
Graphique 2 : Évolution de l'emploi salarié au démarrage et après cinq années d'activité
Source : Insee - Sine
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00Certaines caractéristiques du créateur plus jeunes n’atteint que 38%. Avoir créées par ce type d’entrepreneurs est
peuvent concourir à la réussite d’un conservé des liens étroits avec le marché alors de plus de 53% alors que celui des
projet. Les entreprises créées par des du travail est également un facteur favo- entreprises mises en place par des
personnes de plus de 30 ans paraissent rable. Ainsi, être en activité au moment chômeurs depuis plus d’un an ou des
plus solides : leur taux de survie à cinq de la création ou au chômage depuis personnes sans activité préalablement à
ans dépasse les 50% alors que celui des moins d’un an augmente les chances de la création est inférieur à 38%.
entreprises créées par des entrepreneurs réussir. Le taux de survie des entreprises
POUR COMPRENDRE CES RÉSULTATS
Les statistiques annuelles de créations sont établies à partir du répertoire des entreprises et des établissements (Sirene). Celui-ci
enregistre tous les mouvements économiques et légaux affectant les unités de production, parmi lesquels les créations.
Le dispositif Sine (Système d’information sur les nouvelles entreprises) permet de suivre les entreprises créées ou reprises au premier
semestre d’une même année par le biais de trois enquêtes :
• la première intervient dans les mois qui suivent la création ;
• la deuxième est réalisée au cours de la troisième année d’existence ;
• la dernière est conduite après cinq années d’existence.
Les entreprises enquêtées appartiennent au secteur marchand du champ ICS (industrie, commerce, construction et services).
L’entreprise est une unité économique, juridiquement autonome, organisée pour produire des biens ou des services sur le marché.
L’établissement est une unité de production, géographiquement individualisée, juridiquement dépendante de l’entreprise.
Les créations d’entreprises sont classées en trois catégories : les créations pures, les créations par reprise et les réactivations. Toute
entreprise n’ayant pas eu antérieurement d’activité non salariée est inscrite au répertoire Sirene lors de sa déclaration de démarrage
d’activité et reçoit alors un numéro d’identification. Elle est comptabilisée dans la statistique de créations à partir de sa date de début économique en :
• création pure ou ex nihilo si l’activité exercée ne constitue pas la poursuite d’une activité de même type exercée antérieure-
ment au même endroit par une autre entreprise ;
• création par reprise dans les cas contraires (reprise de tout ou partie des moyens de production d’une autre entreprise, rachat
d’un fonds de commerce, etc.). Néanmoins, le terme de reprise recouvre de très nombreuses situations. Seules sont comptabi-
lisées ici les formes de reprises astreintes à un passage au centre de formalités des entreprises. D’autres formes de reprises
telles que les cessions de parts sociales ou actions par exemple ne sont pas prises en compte.
Dans le cas d’une personne physique ayant déjà eu une activité non salariée et reprenant une activité non salariée, cette personne
retrouve le numéro d’identification précédemment attribué. L’opération est alors comptabilisée en création par réactivation.
er
Le taux de création d’entreprises rapporte le nombre de créations observées l’année n au stock d’entreprises actives au 1 janvier de
cette même année.
Le taux de survie à cinq ans correspond à la proportion d’entreprises créées ou reprises à une date donnée qui ont atteint leur
cinquième anniversaire. Dans le dispositif Sine, les nouvelles entreprises retenues dans l’échantillon qui ont fait l’objet d’une reprise
avant la troisième vague d’interrogation sont considérées comme cessées.
Pour en savoir plus
• La hausse des créations d’entreprises se poursuit en 2004 - Insee - Insee Première n° 1002, janvier 2005.
• Créations et créateurs d - Enquête Sine de 2003, la génération 1998 cinq ans après - Insee - Insee Résultats, série Éco-
nomie n° 19, décembre 2004.
• L’impact sur l’emploi des créations d’entreprises - Insee - Insee Première n° 917, août 2003.
• Créations d’entreprises, territoires et emploi - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais n° 10, octobre 2002.
Sites Internet :
• Agence pour la création d’entreprises (APCE), rubrique de l’Observatoire de la création : http://www.apce.com
• Je crée en Nord-Pas-de-Calais, rubrique Actualités, dossiers/statistiques : http:// www.jecree.com
Directeur de la publication : Jean-Jacques MALPOT - Service Administration des Ressources : Brigitte RABIN -
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service statistique : Karim MOUSSALLAM - Rédacteur en chef :
Jean-Luc VAN GHELUWE - Maquettistes : Fabrice CARLIER, Annick CEUGNIEZ, Laurent DELESALLE -
Responsable de fabrication : Christian DE RUYCK - Vente : Bureau de vente - 130, avenue J.F. Kennedy -
BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - CPPAD en cours - ISSN en cours - Dépôt légal mars 2005 -
© Insee 2005 - Code Sage PRO050320 - LA MONSOISE Tél : 03 20 61 98 44
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.