Créations et cessations d'entreprises : sous la stabilité, le renouvellement

De
Publié par

Entre 1989 et 1998, le nombre d'entreprises de l'industrie, du commerce et des services non financiers a peu varié, autour de 2 350 000. Cependant, chaque année plus du dixième des entreprises est renouvelé par le jeu des créations et cessations. Les petites entreprises sont les premières concernées par ces mouvements. Des secteurs comme les services aux entreprises ou les activités culturelles se développent ; d'autres régressent, en nombre d'entreprises, comme le petit commerce. La durée de vie des entreprises est étroitement liée au renouvellement. Elle dépend des secteurs et augmente généralement avec la taille des entreprises Toutefois, les petites entreprises des professions libérales réglementées durent aussi longtemps que les entreprises de plus grande taille des secteurs industriels.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 740 - OCTOBRE 2000
PRIX : 15 F (2,29€)
Créations et
cessations d’entreprises :
sous la stabilité, le renouvellement
Christian Cordellier, division Synthèse des statistiques d’entreprises, Insee
ntre 1989 et 1998, le nombre pures – on les qualifie de « ex nihilo » – sont
assimilables aux naissances. Les disparitionsd’entreprises de l’industrie, du
– ou cessations – s’apparentent aux décès.Ecommerce et des services non L’analogie s’arrête là. En effet, aux créations
financiers a peu varié, autour de pures s’ajoutent notamment les reprises,
« réincarnations » d’entreprises rachetées par2 350 000. Cependant, chaque année plus
un nouvel entrepreneur et bénéficiant d’un
du dixième des entreprises est renouvelé nouvel identifiant SIREN (cf. Pour comprendre
par le jeu des créations et cessations. Les ces résultats). On compte une reprise pour
quatre créations pures.petites entreprises sont les premières
concernées par ces mouvements.
Stabilité du nombre maisDes secteurs comme les services aux
renouvellement des entreprises
entreprises ou les activités culturelles se
développent ; d’autres régressent, en Entre 1989 et 1998, le nombre total d’entre-
prises actives de l’industrie, du commerce etnombre d’entreprises, comme le petit com-
des services a très peu varié d’une année à
merce. l’autre. Il baisse d’environ 0,7 % par an du
La durée de vie des entreprises est étroi- début de 1991 au début de 1994 (le creux
conjoncturel des années quatre-vingt-dix esttement liée au renouvellement. Elle dépend
atteint en 1993). Puis il augmente du début
des secteurs et augmente généralement de 1994 au début de 1998, de l’ordre de
avec la taille des entreprises. Toutefois, 0,7 % par an.
Le nombre total d’entreprises change donc peu,les petites entreprises des professions
mais la population des entreprises se renou-
libérales réglementées durent aussi velle d’une année à la suivante, par le jeu des
longtemps que les entreprises de plus créations et disparitions (cf. Pour comprendre
ces résultats). Entre 1989 et 1998, une entre-grande taille des secteurs industriels.
prise sur huit ou neuf disparaît chaque année
dans l’ensemble des secteurs de l’industrie, du
Entre les deux derniers recensements (1990 et commerce et des services. Les créations
1999), la population de la France a augmenté d’entreprises ont lieu au même rythme
de 3,6 %. Le nombre d’entreprises de (tableau 1). Numériquement les créations
l’industrie, du commerce et des services a pro- compensent donc les disparitions. Le tiers des
gressé à un taux voisin sur la même période. salariés de l’industrie, du commerce et des
Le vocabulaire de la démographie peut se services sont employés dans des entreprises
transposer aux entreprises : les créations de moins de dix ans.
Un renouvellement qui touche une entreprise sur dix
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Créations 316 000 303 000 275 000 265 000 266 000 286 000 276 000 261 000 258 000 253 000
Cessations 264 000 284 000 286 000 294 000 279 000 251 000 254 000 258 000 251 000 230 000
Nombre en début d’année
2 310 000 2 360 000 2 380 000 2 370 000 2 340 000 2 330 000 2 370 000 2 390 000 2 390 000 2 400 000
Champ : entreprises de l’industrie, du commerce et des services ayant été actives au moins un mois entre 1989 et 1998.
Source : Sirène
INSEE
PREMIERELes créations et cessations sont d’autant Expansion et régression démographique des secteurs d’activité de 1989 à 1998
plus fréquentes que les entreprises sont Taux d’évolution du nombre d’entreprises sur la période (%)
petites (tableau 2). La majorité des entre- Recherche et développement
Conseil et assistance
prises de petite taille créées chaque Eau gaz électricité
Éducationannée disparaît à brève échéance.
Activités récré. cultur. et sportives
Ind. compos. électriques et électro.Ainsi, la moitié des entreprises d’une
Activités immobilières
génération donnée cessent leur activité Santé action sociale
Services opérationnelsdans les cinq premières années. Cette
Édition imprimerie reproduction
Commerce de grosproportion n’a quasiment pas varié
Produc. de combust. et carburants
depuis 1985. Services perso. et domestiques
Transports
Les mouvements qui touchent les grandes Ind. pharma, parfumerie, entretien
Hôtels cafés restaurantsentreprises s'inscrivent dans des res-
Ind des équip.élect. et électron.
Const. navale, aéro. et ferroviairetructurations telles que les fusions-
Ind. des équipements mécaniques
acquisitions : ils impliquent plusieurs Indust. agricoles et alimentaires
Industrie automobileentreprises ou même tout un groupe
Commerce et réparation automobile
Ind. des équipements du foyerde sociétés. Il est exceptionnel que de
Ind. chimie caoutchouc plastique
grandes unités cessent d’exister. Et leurs Ind. des produits minéraux
Construction
créations ex nihilo sont très rares. En Commerce de détail réparation
Métallurgie et transf. des métauxrevanche, les grandes entreprises
Industrie textile
Ind. du bois et du papier taux d'évolutionrevendent ou ferment certains de leurs
Ind. habillement cuir
établissements, en rachètent ou en
-40 -30 -20 -100 10 2030 4050 60 70
créent d’autres. Lecture : entre 1989 et 1998, le nombre d’entreprises augmente de 68 % dans les activités de recherche-développement,
alors qu’il diminue de 36 % dans les industries de l’habillement et du cuir.
Champ : entreprises de l’industrie, du commerce et des services ayant été actives au moins un mois entre 1989 et 1998.
Recompositions Source : Sirène
La quasi-stabilité du nombre total (infirmières libérales), des services vement à celles qui sont organisées en
d’entreprises entre 1989 et 1998 recouvre d’éducation (formation professionnelle), entreprises individuelles. La part des
des compensations entre secteurs en des activités récréatives culturelles et SARL dans les créations d’entreprises
expansion et secteurs en déclin démo- sportives, de la recherche-développement croît, toutes catégories réunies, et il se
graphique. Dans le petit commerce, ou d’autres activités de services aux crée nettement plus de SARL qu’il n’en
concurrencé par la grande distribution, entreprises, en particulier l’intérim. disparaît. Toutefois, les entreprises
et dans certains secteurs industriels en Seuls quelques secteurs, comme la individuelles restent encore majoritaires
difficulté, le nombre d’entreprises pharmacie-parfumerie-entretien, les hôtels (tableau 3).
diminue chaque année (graphique 1). -cafés-restaurants, ou les industries des Les deux autres catégories juridiques,
À l’opposé, le nombre équipements électriques et électroniques, les sociétés anonymes et les sociétés
augmente dans d’autres activités : en comptent toujours sensiblement le de personnes sont beaucoup moins
raison de nouveaux besoins, de change- même nombre d’entreprises en 1989 et nombreuses. Les sociétés de personnes
ments technologiques, ou d’une réorgani- en 1998 (graphique 1). sont surtout des cabinets de professions
sation des entreprises en place et de leurs En même temps que les secteurs se libérales. Les sociétés anonymes
relations mutuelles. Il s’agit notamment dilatent ou se contractent, les entreprises regroupent presque toutes les moyen-
de l’industrie des composants électriques organisées en sociétés à responsabilité nes et grandes entreprises.
et électroniques, des services de santé limitée (SARL) se substituent progressi-
Répartition et renouvellement des entreprises selon leur taille entre 1989 Espérance de vie et
et 1998 renouvellement
Proportion
Taille de l’entreprise Répartition du L’espérance de vie des entreprises ren-Répartition de d’entreprises Âge moyen en
(nombre maximum de nombre
l’emploi de la tranche de 1998 seigne sur les conditions du renouvellement.
salariés atteint entre d’entreprises
salarié (%) taille créées sur (années) Si elle est inférieure à six ans comme1989 et 1998) (%)
la période* (%) pour les commerces de fruits et légumes,
0 ou 1 salarié 66,5 2,2 59 8,4 c’est que les entreprises se renouvellent
2 à 5 salariés 20,2 9,9 50 10,8
très rapidement par créations-disparitions ;6 à 9 salariés 5,9 7,9 41 12,6
10 à 19 salariés 4,0 10,0 38 14,3 les moyens mis en œuvre sont faibles. Si
20 à 49 salariés 2,2 13,9 29 16,8 elle dépasse 15 ou 20 ans comme dans
50 à 499 salariés 1,1 28,3 23 19,9
l’industrie pharmaceutique, c’est que les
> 499 salariés 0,1 27,8 17 21,0
créations et cessations sont particulière-
Ensemble industrie,
ment peu fréquentes : souvent, l’intensitécommerce et services 100 100 54 10,0
capitalistique et les compétences tech-
* Entre 1989 et 1998, les entreprises ayant 0 ou 1 salarié ont été renouvelées à hauteur de 59 % par les créations. La propor-
niques sont élevées. Dans ce cas, ce
tion d’entreprises cessées dans chaque tranche de taille est voisine de la proportion des entreprises créées.
n’est plus la population mais les entreprises,Champ : entreprises de l’industrie, du commerce et des services ayant été actives au moins un mois entre 1989 et 1998.
Source : Sirène
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREpérennes, qui se transforment (évolution Entre 1989 et 1998, les SARL se sont substituées aux entreprises
de leurs activités, restructurations, etc.). individuelles
L’intensité du renouvellement peut se
mesurer plus directement par un taux de Espérance de
Effectif salarié Répartition du nombre
mouvement. C’est le nombre annuel vie moyenne
par entreprise d’entreprises (en %)Catégories juridiques
(années)d’entreprises créées ou disparues au
1989-1998 1989 1998 1989-1998cours d’une période, rapporté au
Entreprises individuelles 0,7 68,7 59,1 7,7nombre moyen d’entreprises : calculés
Sociétés de personnes 3,8 4,3 5,9 11,6par secteur d’activité, les taux de mou-
Sociétés à responsabilité limitée 3,8 19,7 27,5 11,8
vement sont compris entre 8 % par an et Sociétés anonymes 35,8 6,6 6,6 *
40 % par an pour la période 1989-1998.
3,5 100 100 9,1Toutes catégories juridiques
Plus les entreprises sont parvenues à
Nombre d’entreprises en début d’année 2 310 000 2 400 000
une grande taille, plus elles cumulent les
La catégorie juridique “ autres ” est omise du tableau. Elle réunit moins de 1 % des entreprises.atouts pour durer longtemps (tableau 2).
* L’espérance de vie des sociétés anonymes dépasse 20 ans. Elle ne peut pas être calculée précisément, les sociétés
Les faibles taux de mouvement des secteurs anonymes créées au milieu des années quatre-vingt n’étant pas arrivées au bout de leur existence.
industriels, où la taille moyenne dépasse Champ : entreprises de l’industrie, du commerce et des services ayant été actives au moins un mois entre 1989 et 1998.
Source : Sirènesouvent 50 salariés par entreprise,
s’opposent aux forts taux de certains
les sociétés anonymes. Ces disparitéssecteurs du commerce ou des services, entreprises sont très petites, que dans
de mortalité en bas âge sont en partiecomposés d’entreprises très petites, qui d’autres activités où elles sont très grandes.
l’effet des différences de taille d’entrepri-comptent moins d’un salarié en C’est le cas des entreprises des profes-
ses entre catégories juridiques : lesmoyenne et nécessitent peu de capitaux sions libérales réglementées, que l’on ne
entreprises individuelles sont les plus(commerces de détail sur éventaires et peut pas créer sans le diplôme requis :
petites et les sociétés anonymes les plusmarchés, représentants de commerce, médecins, vétérinaires, infirmières libéra-
grandes.activités récréatives). Les grandes les, avocats, ou experts comptables.
Cependant, à taille et âge identiquesentreprises détiennent un pouvoir de Dans ces activités la durée de vie des
jusqu’à la cinquième année, les entrepri-marché sur leur secteur, qui constitue entreprises est souvent celle d’une carrière.
ses individuelles cessent leur activitésouvent une barrière à l’entrée de nou- La rotation des entreprises est aussi
plus fréquemment que les SARL etvelles entreprises. lente dans la pharmacie d’officines et
jusqu’à la treizième année ces dernièresle secteur des taxis, où le nombre
disparaissent plus souvent que lesd’entreprises est réglementé.Certaines entreprises de petite
sociétés anonymes.Elle l’est également dans certains secteurstaille durent autant que
Ces résultats surestiment toutefois laoù l'entrepreneur est amené à racheter le
les grandes fragilité des jeunes entreprises indivi-fonds de commerce du prédécesseur,
duelles. Certaines individuellesc’est-à-dire sa clientèle. Celle-ci est uneToutefois, la rotation des entreprises est
qui cessent précocement leur activitéclientèle de proximité, avec laquelleaussi lente dans certaines activités où les
passent par une suite de cessations etle commerçant entretient des liens pri- Les cessations précoces ou de réactivations, par exemple parce quevilégiés.
tardives distinguent les entreprises leur activité est saisonnière. Par ailleurs,D’une manière générale les rachats de
individuelles les entreprises individuelles les plusfonds de commerce réduisent les risques
Probabilité de cessation parmi les entreprises d'un âge donné (%)
25 grandes et les plus viables se transformentde disparition précoce d’entreprise. Mais
Entrep. indiv. assez souvent en sociétés.dès qu’elles ont pris quelques années,
Soc. personnes
Pour les entreprises qui ont survécu auxles entreprises reprises par rachat ces-Sarl
20
Société anonyme toutes premières années, le rythme dessent plus fréquemment que les autres,
cessations d’activité s’abaisse lesune partie étant reprise par un nouvel
15 années suivantes puis se stabilise aprèsexploitant.
la dixième année. Les entreprises les
moins viables ont alors disparu. CellesSurmortalité des entreprises10
qui subsistent ont gagné en compétitivité,individuelles récemment créées
et l’éventualité de disparaître ne dépend
5 quasiment plus de l’âge atteint. Toutefois,Pour une entreprise, les premières
les entreprises individuelles et les sociétésannées d’existence sont les plus risquées
Âge des entreprises
de personnes cessent, au moins juridi-(graphique 2) : c’est alors que la sélec-0
0 5 10 15 20 25 30 quement, quand leurs exploitants prennenttion est la plus forte. C’est particulièrement
Lecture : 24,4 % des entreprises individuelles cessent dans leur retraite.C’est pourquoi les cessationsvrai pour les entreprises individuelles
leur première année d’activité.
recommencent à augmenter parmi les(cf. encadré). Toutes tailles réunies,Parmi celles qui survivent, 17,4 % cessent l’année suivante.
La probabilité de survie à l’issue de la seconde année est de entreprises survivantes à partir de 20 ans.46 % des entreprises individuelles d’une
(1 - 0,244) x (1 - 0,174) = 0,63. Rien de tel ne se produit parmi les sociétésgénération ne dépassent pas trois ans ;
Toutes catégories juridiques réunies, la probabilité de
de capitaux, qui peuvent survivre à leursce taux est de 25 % pour les sociétés desurvie est de 0,49 à l’issue de la cinquième année.
Source : Sirène gérants ou dirigeants.personnes ou les SARL, et de 15 % pour
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREnuels du répertoire d’entreprises Sirène, des difficultés (départ à la retraite) ; les ces-Pour comprendre
nommés « Reper » ; ils renseignent sur sations d’activité dues à des difficultésces résultats
l’histoire récente de chaque entreprise. Il mais sans défaillance, c’est-à-dire, sans
s’agit dans le cas présent des fichiers que l’entreprise ait fait l’objet d’une procé-
Cet article s’attache à l’étude du renouvel- Reper de 1989 à 2000. La plupart des dure de redressement judiciaire ; et les ces-
lement de la population des entreprises par cessations étant connues avec un certain sations qui découlent d’une défaillance.
le jeu des créations-cessations. Simultané- retard, l’étude ne peut aller au-delà de 1998. L’âge de l’entreprise est l’âge depuis la
ment, les entreprises sont soumises à de Les créations étudiées comprennent les création si l’entreprise n’a jamais été
nombreuses modifications : lorsqu’elles créations de nouvelles entreprises, les re- cessée puis réactivée. Sinon, c’est l’âge
changent de taille, d’activité, adoptent de prises d’entreprises à un autre exploitant et depuis la dernière réactivation. Les entre-
nouvelles technologies, etc. Ces modifica- les réactivations d’entreprises en sommeil. prises ayant une activité saisonnière, par
tions ne sont pas abordées dans cet article. Les fonds de commerce repris deux fois de exemple, sont ainsi créées/réactivées et
La source de l’étude est une base longitudi- suite ne sont pas traités. Les cessations cessées/désactivées plusieurs fois entre
nale d’entreprises, constituée par tirage –ou disparitions – sont de trois types : les 1989 et 1998.
aléatoire (taux ½) à partir des fichiers an- cessations d’activité qui ne sont pas dues à Dans le répertoire Sirène, les entreprises
individuelles sont assimilées à leur exploi-
tant, qui garde le même identifiant SIREN
toute sa vie. L’entreprise individuelle
Les créations et cessations diminuent entre 1989 et 1998
cesse pour le répertoire quand l’exploitant
Les créations d’entreprises diminuent créations induit celle des disparitions, arrête son activité. Elle est réactivée s’il la
d'une manière quasi-continue au cours compte tenu du nombre important d’en-
reprend. La création et la cessation des
des années quatre-vingt-dix. Pourtant les treprises individuelles.
sociétés sont définies par la création et la
aides publiques à la création d’entrepri- De la sorte, le taux de mouvement passe
cessation des entités juridiques que sont
ses par les chômeurs (ACCRE) ont favori- de 20,9 % en 1989 à 17,2 % en 1998 pour
les sociétés et l’attribution d’un numéro
sé les créations, notamment en 1994, de l’ensemble des entreprises de l’industrie,
SIREN. Ces créations et cessations peuventmême que l’amélioration conjoncturelle du commerce et des services. Il n’aug-
aussi s’inscrire dans un processus deen fin de période. mente que dans les secteurs en forte
restructuration.Les créations baissent dans toutes les ca- expansion démographique où les créa-
tégories juridiques, sauf parmi les SARL tions sont très fréquentes, comme la
où elles sont à peu près stables depuis réalisation de logiciels. Tous secteurs
1991. En fait, les créations de SARL dimi- réunis, le taux reste à peu près constant
nuent dans les secteurs en déclin démo- parmi les SARL et diminue dans les Pour en savoir plus
graphique, tandis que les créations autres catégories juridiques.
d’entreprises individuelles augmentent Entre 1989 et 1998, la population des
« Créations d’entreprises : les facteursdans les secteurs en expansion compo- entreprises gagne en maturité (SARL et
de survie », Insee première, n° 703,sés de petites entreprises. sociétés de personnes) ou vieillit (entre-
mars 2000.
Le nombre des cessations d’entreprises prises individuelles) corrélativement à la
Création et devenir des entreprises de
individuelles suit, avec deux ans de re- baisse des créations (tableau).
1987 à 1995, Insee Résultats, série Sys-
tard, celui des créations en raison de la L’année 1998 est remarquable : l’amélio-
tème productif, n° 125-126-127, 1997.
forte mortalité pendant les premières ration conjoncturelle se traduit par une « Les repreneurs d’entreprises », Insee
années d’activité. Ce retard varie avec la baisse forte des cessations et non par une première, n° 509, février 1997.
conjoncture. La baisse tendancielle des hausse des créations. « Les cessations depuis
1989 », Insee première, n° 463, juin
1996.La population des entreprises vieillit
« Recul des défaillances d’entreprises
Entreprises Sociétésde Sociétés Toutes en 1994 », Insee première, n° 416, dé-SARL
individuelles personnes anonymes entreprises cembre 1995.
âge moyen en 1989 9 ans et 3 mois 7 ans et 11 mois 6 ans et 10 mois 13 ans 9 ans « Le devenir des entreprises créées en
1987 », Insee première, n° 312, avrilâge moyen en 1998 10 ans et 4 mois 8 ans et 7 mois 8 ans et 1 mois 16 ans et 3 mois 10 ans
1994.
Le vieillissement des entreprises résulte mécaniquement de la réduction des créations, sauf pour les SARL. The Dynamics of Industrial Competition,
Les SARL vieillissent car leurs créations plafonnent depuis 1991 après avoir augmenté de 1980 à 1991.
a North American Perspective,J.R.
Champ : entreprises de l’industrie, du commerce et des services ayant été actives au moins un mois entre 1989 et 1998.
Baldwin, Cambridge university press,
Source : Sirène
1998.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14A RETOURNER A : INSEE-CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
Directeur de la publication :
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2000
Paul Champsaur
1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde) Rédacteur en chef :
Daniel Temam80,80€ 101,07€ 126,08€
Rédacteurs : J.-W. Angel,
Nom ou raison sociale : _____________________ Activité : ____________________________ C. Dulon, A.-C. Morin,
B. OuvréAdresse : ________________________________________________________________
Maquette : C. Kohler
___________________________________ Tél : _______________________________
Code Sage IP00740
Ci-joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : F.
ISSN 0997 - 3192
Date : _______________________________ Signature © INSEE 2000
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.