Début 2009 : le marché du travail régional subit de plein fouet les effets de la crise

De
Publié par

Les effets de la crise économique nationale et internationale, qui semble avoir atteint son paroxysme fin 2008 - début 2009, se sont fait pleinement sentir sur le marché du travail en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Au premier trimestre, l'emploi salarié s'est orienté à la baisse, en lien avec le très net recul du nombre d'intérimaires. Le taux de chômage a augmenté dans des proportions historiques. Le nombre d'inscriptions à Pôle Emploi suite à un licenciement économique, une fin de CDD ou de mission d'intérim a fortement progressé sur un an. Le recours au chômage partiel s'est répandu. La détérioration a été forte dans l'industrie, en particulier dans la métallurgie et la fabrication de composants électriques et électroniques. Dans la construction, l'emploi salarié a reculé pour le deuxième trimestre consécutif, après cinq années de hausse. Dans le tertiaire, la baisse a été plus modérée qu'au niveau national. Sommaire Retournement à la baisse de l'emploi salarié au premier trimestre de 2009 Hausse historique du taux de chômage Poursuite de la dégradation dans l'industrie Construction : recul de l'emploi salarié, forte baisse des mises en chantier de logements Légère baisse de l'emploi salarié dans le tertiaire Perspectives nationales Retournement à la baisse de l'emploi salarié au premier trimestre de 2009 Hausse historique du taux de chômage Poursuite de la dégradation dans l'industrie Construction : recul de l'emploi salarié, forte baisse des mises en chantier de logements Légère baisse de l'emploi salarié dans le tertiaire Perspectives nationales
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
conjonctureN° 29 - juillet 2009
Début 2009 : le marché du travail
régional subit de plein fouet
les effets de la crise
Les effets de la crise économique nationale et internationale, qui semble avoir atteint
son paroxysme fin 2008 - début 2009, se sont fait pleinement sentir sur le marché du
travail en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Au premier trimestre, l’emploi salarié s’est
orienté à la baisse, en lien avec le très net recul du nombre d’intérimaires. Le taux de
chômage a augmenté dans des proportions historiques. Le nombre d’inscriptions à
PôleEmploisuiteàunlicenciementéconomique,unefindeCDDoudemissiond’inté-
rim a fortement progressé sur un an. Le recours au chômage partiel s’est répandu. La
détérioration a été forte dans l’industrie, en particulier dans la métallurgie et la fabri-
cationdecomposantsélectriquesetélectroniques.Danslaconstruction,l’emploisala-
rié a reculé pour le deuxième trimestre consécutif, après cinq années de hausse. Dans
le tertiaire, la baisse a été plus modérée qu’au niveau national.
Repères nationaux
Variations annuelles (%)
2008 2009
PIB (*) + 0,3 - 3,0
Dépenses de consommation des +0,9 +0,7ménages (*)
Prix à la consommation (**) +1,0 +0,6
(*) aux prix de l'année précédente chaînés
(**) glissements annuels
prévisions issues de la note de conjoncture nationale de l'Insee
Source : Insee
Contexte international
Moyennes annuelles
2008 2009
Taux de change euro-dollar 1,47 1,34
Cours du baril de pétrole (brent) 97,2 $ 55,1 $
Lecture : en moyenne sur 2008, 1 euro vaut 1,47 dollar.
prévisions issues de la note de conjoncture nationale de l'Insee
Source : Insee
commerce extérieur. Les économies émergentes ont aussi étéAprès un quatrième trimestre en fort repli
éprouvées par la forte contraction des débouchés,(- 1,5 %), l’activité française s’est de nou-
notamment les pays du Sud-Est asiatique et la Russie.veau nettement contractée au premier tri-
mestre de 2009 : la croissance du PIB
En France, la production manufacturière a reculé au premier
national s’est établie à - 1,2 %. Ce recul a été
trimestre de 2009, surtout dans les secteurs de l’automobile
cependant moins prononcé que dans l’en-
et des biens intermédiaires. L’activité s’est également repliée
semble des économies avancées (- 2,3 %).
dans les services marchands et dans la construction. Les en-
Celles-ci ont en effet pâti de conditions de fi- treprises, confrontées à une importante sous-utilisation de
nancement plus difficiles et d’une forte dé- leurs capacités de production et à des perspectives de de-
gradation de leur marché du travail, qui ont mande dégradées, ont continué à freiner leurs investisse-
incité les ménages à réduire leurs dépenses. ments. De leur côté, les ménages ont réduit leur inves-
La chute du commerce mondial, d’une am- tissement en logement, devant faire face à la fois à une dété-
pleur sans précédent, a affecté tout particu- rioration de leur situation financière et au durcissement de
lièrement l’Allemagne et le Japon, dont les l’accès au crédit. Leur consommation s’est maintenue en
niveaux d’activité sont très dépendants du début d’année, grâce notamment à la baisse des prix.
© Insee 2009SUD INSEE N° 29 - juillet 2009
conjoncture
Emploi salarié, intérim, inscriptions à Pôle emploi et demandes de chômage partiel en Provence-Alpes-Côte d'Azur
Emploi salarié Intérim Inscriptions** à Pôle Emploi Chômage partiel
er er er(1 trimestre de 2009) (1 trimestre de 2009) (1 trimestre de 2009) (janvier à mai 2009)
Secteurs d'activité
Effectifs au Glissement Part (en %) Effectifs en Glissement Effectifs Glissement Nombre Part (en %)
31/03 annuel (en %) moyenne annuel (en %) trimestriels annuel (en %) d'heures
trimestrielle* autorisées
Industrie 151 590 - 1,8 12,2 6 510 - 23,8 5 380 9,2 1 632 000 60,8
Construction 121 220 0,0 9,8 8 200 - 21,9 5 370 21,1 158 000 5,9
Tertiaire 968 710 0,2 78,0 11 710 - 14,5 29 900 9,3 716 000 26,7
dont Commerce nd nd nd 2 680 - 20,8 7 480 6,9 152 000 5,7
Services nd nd nd 9 030 - 12,4 22 420 10,1 563 000 21,0
Autres*** 340 0,2 0,0 520 - 48,0 5 390 10,9 179 000 6,7
Ensemble 1 241 860 - 0,1 100,0 26 940 - 20,2 46 040 10,7 2 685 000 100,0
* en équivalents temps plein. ** inscriptions faisant suite à un licenciement économique, une fin de CDD ou de mission d'intérim. *** agriculture et non renseignés. nd : non disponible.
er erNote : l'évolution en glissement annuel rapporte les effectifs du 1 trimestre de 2009 aux effectifs du 1 trimestre de 2008.
Sources:PôleEmploi-Unedic(emploisalariéetintérim);StatistiquesduMarchéduTravail-Pôleemploi,Dares(inscriptions);DirecctePaca(chômagepartiel,donnéesprovisoires)
Sur le marché du travail, la forte contraction de l’activité fin en évolution annuelle (- 0,1 %). Ce recul a été nettement plus
2008 - début 2009 s’est traduite par une baisse de l’emploi et modéré qu’en moyenne nationale.
une hausse du taux de chômage, toutes deux d’ampleur histo-
Au sein de l’emploi salarié régional, c’est l’emploi intérimaire,rique. Dans la région, les évolutions ont été similaires, à l’ex-
dont la baisse s’est accentuée au premier trimestre (- 20,2 %,ception du secteur tertiaire qui a été relativement épargné.
soit 6 800 emplois de moins en équivalents temps plein, après
- 8,3 % au trimestre précédent), qui explique à lui seul cetteRetournement à la baisse de l’emploi salarié au
évolution négative. Hors intérim en effet, entre le premier tri-
premier trimestre de 2009
mestre de 2008 et le premier trimestre de 2009, l’emploi sala-
rié concurrentiel est resté bien orienté dans la région, alors qu’ilEn France métropolitaine, l’emploi salarié des secteurs concur-
s’est replié sur l’ensemble de la France.(1)rentiels hors agriculture , qui représente les deux tiers de l’em-
ploi total, a nettement diminué au premier trimestre de 2009.
Hausse historique du taux de chômageAprès - 0,5 % au quatrième trimestre de 2008, il a reculé de
1,1 % début 2009, ce qui représente 175 000 salariés de
moins sur le trimestre. Une telle détérioration n’avait jamais été En France métropolitaine, le taux de chômage au sens du BIT
observée au cours des trente dernières années. Cette amplifica- s’est établi à 8,7 % de la population active en moyenne sur le
premier trimestre de 2009, soit + 1,1 point par rapport au tri-tion est imputable à tous les grands secteurs de l’économie (in-
dustrie, construction et tertiaire). Sur un an, le recul s’est établi mestre précédent. C’est la plus forte hausse trimestrielle enre-
à-1,8%.Lenombred’intérimaires, quireprésenteenviron gistrée au cours des vingt-cinq dernières années.
3 % de l’ensemble des salariés, s’est fortement replié au pre-
(2)Dans la région, l’évolution du taux de chômage localisé aétémier trimestre (- 30 % en évolution annuelle). Cette baisse s’est
du même ordre : + 1,2 point par rapport au trimestre précé-poursuivie au mois d’avril.
dent. Au premier trimestre de 2009, il s’est ainsi établi à
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’emploi salarié dans son en- 10,3 %. Sur un an, la hausse du taux de chômage régional a at-
semble s’est orienté à la baisse au premier trimestre de 2009, teint + 1,5 point (comme en moyenne nationale), en lien avec
la légère baisse de l’emploi salarié concurrentiel et la hausse duaprès avoir résisté au second semestre de 2008. La dégradation
a été cependant plus modérée qu’en moyenne nationale nombre d’inscriptions à Pôle Emploi. Parmi ces inscriptions, le
(- 0,3 %, soit 4 000 pertes nettes, après + 0,1 % au trimestre d’entrées faisant suite à un licenciement économique,
unefinde contratàduréedéterminéeouune findemissionprécédent). Fin mars, le nombre d’emplois salariés s’est ainsi
établi à 1 242 000 (champ Unedic). Pour la première fois de- d’intérim, a augmenté de 10,7 % en évolution annuelle sur le
puis douze ans, l’emploi salarié régional s’est légèrement replié trimestre, soit 4 500 personnes supplémentaires.
(2) Suite aux changements méthodologiques intervenus au niveau national, les sé-
ries des taux de chômage ont été entièrement révisées depuis 1982. Pour les taux
régionaux et départementaux, on mesure un taux de chômage "localisé", cohérent
(1) Champ Unedic. L’emploi des secteurs concurrentiels comprend l’emploi de tous avec le taux de au sens du BIT national, mais calculé selon une méthode
lessecteursd’activitééconomique,àl’exceptiondel’emploipublicdanslessecteurs différente. Il s’agit par ailleurs de taux en moyenne sur le trimestre, et non en fin de
non marchands (administration, éducation, santé et action sociale). trimestre comme auparavant.
© Insee 2009SUD INSEEN° 29 - juillet 2009
conjoncture
En France métropolitaine, au cours des mois d’avril et de mai, que ce secteur représente 4 % à peine de l’emploi salarié in-
(3)le nombre de demandeurs d’emploi inscrits àPôleEmploi dustriel. La mauvaise conjoncture a aussi tout particulièrement
s’est à nouveau fortement accru (respectivement + 2,6 % et affecté la métallurgie et les industries des composants électri-
+ 1,5 %, soit 145 000 demandeurs d’emploi supplémentaires ques et électroniques. Dans ces deux secteurs, qui représen-
sur la période). Dans la région, la dégradation du marché du tent 15 % de l’emploi salarié industriel, 1,1 million d’heures de
travail s’est également poursuivie (+ 1,7 % en avril et + 1,4 % chômage partiel ont été demandées entre janvier et mai 2009,
en mai, soit 9 100 inscrits de plus). Elle a en partie été amortie soit les deux tiers du volume d’heures demandées dans
(4) l’industrie et 40 % de l’ensemble tous secteurs confondus.par le dispositif de chômage partiel : entre janvier et mai
2009, près de 2,7 millions d'heures demandées par les établis-
Au niveau national, les industriels interrogés en juin ont estimésements de la région ont fait l’objet d’une autorisation adminis-
que la baisse de leur production s’est poursuivie à un rythmetrative. Ce nombre, en très forte hausse par rapport à la même
plus modéré au deuxième trimestre de 2009 et que la dégrada-
période de 2008, témoigne de l’altération de l’activité écono-
tion va continuer de s’atténuer au cours des prochains mois.mique régionale.
Concernant la région, l’opinion des chefs d’entreprise interro-
(5)gés par la Banque de France en mai suggérait également unPoursuite de la dégradation dans l’industrie
recul moins marqué au printemps dans l’industrie.
En France, la baisse de l’emploi salarié industriel s’est ac- Construction : recul de l’emploi salarié, forte
centuée au premier trimestre de 2009. Après - 0,9 % au qua-
baisse des mises en chantier de logementstrième trimestre de 2008, elle a atteint - 1,5 % (soit 48 800
salariés de moins). Sur un an, le recul s’est établi à - 3,2 %. Les
En France, après trois années de forte hausse, l’emploi salariéintérimaires, qui représentent environ 5 % des effectifs salariés
dans la construction a ralenti au second semestre de 2008du secteur, ont vu leur nombre brutalement diminuer au pre-
avant de s’orienter à la baisse début 2009 (- 0,1 % au premiermier trimestre de 2009 (- 45,5 % sur un an, soit 122 000 em-
trimestre, soit 1 300 emplois de moins). En évolution annuelle,plois de moins en équivalents temps plein).
la tendance reste favorable (+ 0,8 %), bien que le nombre
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le mouvement de fort repli de d’intérimaires (7 % des salariés du secteur) ait fortement reculé
l’emploi salarié industriel (12 % des effectifs) s’est poursuivi au (- 25,4 % sur un an, soit 31 000 emplois de moins en
premier trimestre (- 1,0 % après - 1,2 % au trimestre précé- équivalents temps plein).
dent). Le recul s’est amplifié pour les effectifs intérimaires qui
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’emploi salarié dans la cons-affichent - 23,8 % en évolution annuelle, soit 2 000 intérimai-
truction (10 % des effectifs) s’est retourné fin 2008, soit un tri-res de moins après - 590 au trimestre précédent. La baisse est
mestre plus tôt qu’en France, après cinq années de progressionnotamment forte dans la métallurgie et les équipements méca-
(- 0,4 % au premier trimestre, après - 0,6 % au trimestre précé-niques (respectivement - 430 et - 380).
dent). Les effectifs intérimaires se sont quant à eux nettement
Autre signe de dégradation du marché du travail dans l’in- repliés (- 21,9 % en évolution annuelle, soit 2 300 intérimaires
dustrie, 450 inscriptions de plus que l’année précédente ont de moins). Près de 5 400 inscriptions à Pôle Emploi ont ainsi
été enregistrées à Pôle Emploi au premier trimestre par suite été dénombrées dans le secteur suite à un licenciement écono-
d’un licenciement économique, d’une fin de CDD ou de mis- mique, une fin de CDD ou de mission d’intérim, soit 940 de
sion d’intérim (soit + 9,2 % sur un an). Près du tiers de cette plus sur un an (+ 21,1 %).
hausse est concentrée dans l’industrie pharmaceutique, alors
Début 2009, en France comme dans la région, les mises en
chantier de logements ont poursuivi leur baisse initiée en 2007.
Au niveau national, les données relatives au premier trimestre
indiquent un recul très marqué (- 34 %). En Provence-Alpes-
Côte d’Azur, les mises en chantier des mois de janvier et février
(3) Inscrits en catégories A,B&C, catégories qui regroupent l’ensemble des inscrits
tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi.
(4)Unétablissementqui,enraisondelaconjonctureéconomiqueoud’unautreévé-
nementconsidéréparticulier,subituneréductionoulasuspensiontemporairedeson
activité, peut solliciter les pouvoirs publics afin de faire bénéficier à tout ou partie de
ses salariés d’une indemnisation au titre du chômage partiel. (5) Cf. l’enquête mensuelle Banque de France de mai sur la conjoncture régionale.
© Insee 2009SUD INSEE N° 29 - juillet 2009
conjoncture
ont atteint des niveaux historiquement bas. 1 430 maisons et l’emploi salarié du tertiaire, 236 000 heures de chômage par-
1 030 appartements ont en effet été commencés en deux mois, tiel ont été autorisées entre janvier et mai 2009, soit le tiers du
soit respectivement 480 et 1 910 constructions de moins sur un volume total d’heures autorisées dans le tertiaire.
an. Au vu de la forte baisse du nombre de permis de construire
Au deuxième trimestre de 2009 en France, selon les enquêtesdélivrés en début d’année (- 29,1 %), ce recul devrait avoir per-
de conjoncture du mois de juin, les entrepreneurs du com-duré pour les maisons au printemps. Il aurait en revanche cessé
merce de détail et des services ont estimé que l’activité a conti-pour les appartements (+ 7,5 %).
nué de reculer mais que la détérioration devrait s’estomper au
Dans ce contexte défavorable pour la construction, les ventes cours des prochains mois.
régionales de logements neufs se sont nettement redressées en
Lenouveaustatutd’auto-entrepreneurdopelescréationsd’entreprise
début d’année : 3 400 transactions ont eu lieu au premier tri-
Début 2009, la création du statut d’auto-entrepreneur a eu un fort impact à la
mestre, soit 660 de plus qu’un an auparavant (+ 24,1 %). Ce
hausse sur les créations d’entreprises françaises. Ce nouveau statut, entré en vi-
ermouvement a fait suite à cinq trimestres de forte dégradation. Il gueur le 1 janvier 2009, permet d’exercer une activité commerciale ou artisanale
en parallèle d’une activité principale, c’est-à-dire en complément d’un autre statuts’inscrit à contre-courant de la tendance nationale, les ventes
(salarié, demandeur d’emploi, retraité, étudiant…).
ayantcontinuédesecontracter surl’ensembledelaFrance
Au premier trimestre de 2009 dans la région, le nombre total de créations a atteint
(- 4,9 %). Toutefois, les prix d’achat des maisons et des apparte- 14500 unités, soit 5700 créations de plus qu’au trimestre précédent. L’impact à la
hausse du statut d’auto-entrepreneur est d’amplitude analogue à celui observé au ni-ments neufs sont restés orientés à la baisse au premier trimestre
veau national et perceptible dans tous les grands secteurs. En particulier, dans le ter-
de 2009. C’est également le cas dans le logement ancien.
tiaire,11640entreprisesnouvellesontétécréées,soit4700créationsdeplussurun
an.Danslaconstruction,2250créationsonteulieu,soit700unitéssupplémentaires.
Les entrepreneurs du bâtiment interrogés en Provence- Avant cela, fin 2008, le nombre de défaillances d’entreprise (en date de jugement
d’ouverturedelaprocédure)avaitnettementaugmentédanslarégion(+14,7%auAlpes-Côte d’Azur ont indiqué une amplification de la contrac-
quatrième trimestre en évolution annuelle, soit 190 dépôts de bilan de plus).tion de l’activité au premier trimestre. Ils jugent les niveaux de
production exceptionnellement faibles.
Perspectives nationales
Au deuxième trimestre en France, selon l’enquête mensuelle
sur le bâtiment de juin, les chefs d’entreprise ont observé un Sur le reste de 2009, le taux de chômage au sens du BIT en
nouveau renforcement de la baisse et estiment que la détério- France poursuivrait sa hausse rapide, pour atteindre 10,1 % en
ration va continuer. moyenne au quatrième trimestre (+ 2,5 points sur un an). Les
importantes pertes d’activité enregistrées jusque-là auraient
Légèrebaissedel’emploisalariédansletertiaire des effets retardés sur l’emploi : celui-ci se replierait de
590 000 postes en 2009, après une diminution de 90 000 pos-
Au plan national, l’emploi salarié du secteur tertiaire (services tes en 2008. Cependant, la baisse des revenus d’activité serait
plus que compensée par le repli des prix à la consommation,et commerce) a fortement reculé au premier trimestre de 2009
les mesures du plan de relance visant à soutenir le revenu des(- 1,1 % après - 0,4 %), contribuant pour près des trois quarts à
la diminution de l’emploi salarié total. Sur un an, le recul a at- ménages et la revalorisation des prestations sociales. Le pouvoir
d’achat des ménages serait en hausse et la consommation pro-teint - 1,7 %, soit 200 000 pertes d’emplois. Au sein des effec-
gresserait modérément tout au long de 2009. Dans les services,tifs du tertiaire, le nombre d’intérimaires (1,5 % des effectifs
salariés du secteur) a fortement diminué au premier trimestre la contraction de l’activité s’atténuerait peu à peu. En moyenne
sur 2009, l’investissement des entreprises baisserait de 8,9 %.(- 21,5 % sur un an, soit 42 900 emplois de moins en
Une amélioration ne serait perceptible qu’à partir du secondéquivalents temps plein).
semestre, le climat des affaires, bien que toujours dégradé, s’é-
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, après avoir résisté jusqu’en fin tant récemment amélioré dans la plupart des secteurs. Enfin,
d’année 2008, l’emploi salarié dans le tertiaire (78 % des effec- dans un contexte de modération du repli du commerce mon-
tifs) a légèrement reculé au premier trimestre de 2009 (- 0,2 % dial, la baisse des exportations françaises s’atténuerait. Au to-
après + 0,4 % au trimestre précédent). Dans les services, tal, le PIB ne reculerait plus que de 0,6 % au deuxième
1 280 emplois intérimaires ont été supprimés. En particulier, la trimestre de 2009, de 0,2 % au troisième et se stabiliserait au
baisse s’est établie à 560 dans les transports et 370 dans les ser- quatrième trimestre. Sur l’ensemble de l’année, l’activité bais-
vices opérationnels (location, nettoyage, sécurité, etc.). Dans le serait de 3,0 % (après + 0,3 % en 2008).
commerce, la diminution a également été sensible (700
En raison du caractère exceptionnel de la situation actuelle, cesemplois de moins).
prévisions sont entourées de forts aléas. Le pays est en effet si-
Par ailleurs, dans le secteur, 29 900 inscriptions à Pôle Emploi multanément affecté par une crise financière et une récession
faisant suite à un licenciement économique, une fin de CDD mondiale. Les précédents historiques montrent que sortir de
ou de mission d’intérim, ont été enregistrées régionalement au cette double situation est en général un processus lent. Cepen-
premier trimestre de 2009, soit 2 540 de plus qu’au premier dant, ils ne permettent pas non plus d’exclure un scénario de
trimestre de 2008 (+ 9,3 %). L’hébergement et la restauration, redémarrage de la croissance plus précoce qu’attendu.
les services personnels (coiffure et soins de beauté notam-
ment), ainsi que les transports, ont été particulièrement tou- Sylvain Adaoust
chés. Dans ce dernier secteur, qui concentre seulement 6 % de Virginie Meyer
Pour en savoir plus, retrouvezla note de conjoncture nationale de juin 2009.
Institut National de la Statistique et des Études Économiques© Insee 2009
Provence-Alpes-Côte d'AzurDépôtlégal:juillet2009
17, rue MenpentiN° ISSN : 1287-2946 Directeur de la publication : Renan Duthion
13387 Marseille Cedex 10
Réf. : COJ092932 Chef du service Études et Diffusion : Valérie Roux
Téléphone : 04 91 17 57 57
Rédacteurenchef:DavidLevy Fax : 04 91 17 59 60
SUD INSEE conjoncture figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee/fr onglet régions (rubrique "Les publications")
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d'information électronique : onglet ( "À votre service")

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.