Des activités très différenciées

De
Publié par

Le secteur des services tient une place importante dans l'économie locale. Il est surtout constitué de très petites entreprises aux activités différenciées. La moitié d'entre elles sont spécialisées dans des activités de service aux entreprises. Les deux autres grands domaines d'activité sont les services aux particuliers et les activités immobilières. Le niveau moyen des salaires et la richesse créée par les différents types d'entreprises sont aussi inégaux que les activités sont variées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

éco nomie
Les services
Des ac ti vi tés très différenciées
Le sec teur des ser vi ces tient une place im por tante dans Rémunération annuelle moyenne des
salariés selon les activités de servicel’éco nomie lo cale. Il est sur tout cons ti tué de très pe ti tes
en tre pri ses aux ac ti vi tés dif fé ren ciées. La moi tié d’entre el les
Télécommunications et courriers
sont spé cia li sées dans des ac ti vi tés de ser vices aux en tre pri ses. Administration d'entreprises
Promotion immobilièreLes deux au tres grands do mai nes d’ac ti vi té sont les ser vi ces aux
Publicités et études de marché
par ti cu liers et les ac ti vi tés im mo bi liè res. Le ni veau moyen des
Activités informatiques
sa lai res et la richesse créée par les différents types d’entreprises Location de biens immobiliers
Assainissement, voirie, gestion déchets sont aus si inégaux que les ac ti vi tés sont va riées.
Architecture, ingénierie, contrôles
Activités juridiques, comptables
Activités audiovisuelles
Agences de voyages
tem po raire, les ser vi ces de sé cu ri té et de’en quête de 1998 au près des en tre - Administration de biens immobiliers
net toyage ne réa li sent que 11 % de la Services diverspri ses de ser vices a per mis l’étude
Location de véhicules automobilesva leur ajoutée mais em ploient 24 % deLde plus de 4 000 entreprises. Ce
Hôtels et restaurantsl’ef fec tif sa la rié.sec teur tient une place im por tante et
Autres services personnelscrois sante dans l’éco nomie lo cale avec Se lon que l’on s’in té resse à la ri chesse Sélection et fourniture de personnelhuit mil liards de francs de chiffre d’af - créée ou à l’em ploi gé né ré on clas se ra Sécurité, nettoyage
fai res, cinq mil liards de va leur ajoutée et en deuxième po si tion les ac ti vi tés im mo - Location sans opérateurs, hors auto.
deux mil liards d’in ves tis se ments. Il em -
Coiffure et soins de beautébi liè res ou les ser vi ces aux par ti cu liers.
ployait 15 000 sa la riés à la fin de 1998 Ces der niers em ploient 27 % des sa la riés 0F 100 000F 200 000F aux quels il faut ajou ter près de 4 000 50 000F 150 000F -mais ne concen trent que 18 % de la va
tra vail leurs in dé pen dants ou di ri geants leur ajoutée to tale. L’ac ti vi té prin ci pale
Se lon les ac ti vi tés les ré mu né ra- non sa la riés. est celle de l’hô tel lerie-res tau ra tion qui tions va rient dans un rap port de
em ploie 23 % des sa la riés mais ne 1 à 3. Les meil leurs sa lai res sontDans leur grande ma jo ri té les en tre pri ses
concourt qu’à 11 % de la va leur ajoutée. ceux des ser vi ces aux en tre pri ses de ser vice sont de très pe ti tes en tre pri -
et des ac ti vi tés im mo bi liè res. Les L’im por tance des ser vi ces per son nelsses. Près de la moi tié d’entre el les n’ont
-plus fai bles sont ceux des ser vi (dont coif fure, soins de beau té, blan chis -au cun sa la rié, et près du tiers n’en ont ces per son nels.
serie) est bien moindre avec seu le mentqu’un ou deux. Quel ques di zai nes d’en -
7 % des sa la riés et 3 % de la va leurtre pri ses se dis tin guent ce pen dant par
ajoutée. De son côté le sec teur im mo bi -une taille plus im por tante. On dé nombre On peut, en gé n é ral, consi dé rer que le
lier n’emploie que 10 % des sa la riésau to tal 37 en tre pri ses de 50 sa la riés ou ni veau de la ré mu né ra tion d’un sec teurmais con tribue à la créa tion de 28 % deplus dont 11 em ploient plus de 100 per - re flète le ni veau de qua li fi ca tion de la
la va leur ajoutée glo bale et gé nère 68 %son nes. Le do maine des ser vi ces opé ra - main d’oeuvre employée. Ain si, les
des in ves tis se ments di rects du sec teurtion nels, no tam ment les en trepr ises de 1 100 en tre pri ses de conseil et d’as sis -
des ser vi ces. sé cu ri té, de net toyage, de tra vail tem po - tance qui re cru tent des sa la riés ayant fait
raire et de lo ca tion de ma té riel, compte à des étu des su pé rieu res spé cia li sées (in -Les en tre pri ses de ser vi ces de l’île verselui seul 20 en tre pri ses de plus de 50 sa - for ma tique, comp ta bi li té, in gé nierie...)1,5 mil liards de francs de sa laire à leurs
la riés. Le sec teur de l’im mo bi lier et ce - ont un sa laire an nuel moyen de 150 000em ployés, ce to tal re pré sente 32 % de la
lui de l’hô tel lerie compte éga le ment francs. Les en tre pri ses opé rant dans le-va leur ajoutée de l’en semble de ces en
quel ques gran des en tre pri ses. sec teur de l’im mo bi lier ont des sa lai restre pri ses et 40 % si on fait ex cep tion des
du même ni veau.ac ti vi tés im mo bi liè res et du sec teur des
Do mi nance des ac ti vi tés -té lé com mu ni ca tions et cour riers, sec Les 2 900 en tre pri ses re le vant des ser vi -
teurs où les au tres ty pes de charge re pré -de ser vice aux ces opé ra tion nels ou des ser vi ces aux
sen tent une part élevée.en tre pri ses par ti cu liers sont moins exi gean tes quant
au ni veau de qua li fi ca tion de leur mainLa ré mu né ra tion par sa la rié est très iné -
d’oeuvre et ne ver sent en moyenne queLes ser vi ces four nis aux en tre pri ses sont gale dans les dif fé rents sec teurs a p par te -
90 000 francs à leurs sa la riés. Cer tains-l’ac ti vi té prin ci pale du sec teur. Les en nant à la fa mille des ser vi ces. Elle va de
-tre pri ses qui s’y consa crent réa li sent sous-sec teurs, comme les ac ti vi tés au 62 100 francs par an et par sa la rié pour
dio vi suel les ou les agen ces de voya ges,54 % de la va leur ajoutée et em ploient le sec teur de la coif fure et des soins de
échap pent néan moins à cette ana lyse57 % des sa la riés. Au sein de ce sec teur, beau té à 196 100 francs dans le sec teur
les ser vi ces de conseil et as sis tance pè avec des de grès de qua li fi ca tion et des- des té lé com mu ni ca tions et du cour rier,
sent pour 27 % de la va leur ajoutée glo - sa lai res moyens su pé rieurs à ce lui desoit un rap port de un à trois. La moyenne
bale et les ac ti vi tés ju ri di ques et comp ta - leur sec teur d’appartenance. Les en tre --an nuelle est de 112 300 francs pour l’en
bles en re pré sen tent 13 %. Le tra vail pri ses d’assainissement, de voirie et desem bles des en tre pri ses du sec teur.
11éco nomie
Prin ci pa les don nées concer nant le sec teur des ser vi ces en 1998Le champ de l’en quête
L’en quête a été réa lisée au près des Ré mu né - Chif fres Inves tis -
Nombre Effec tif ra tions d'af fai res se mentsen tre pri ses des ser vi ces mar chands -d'en tre sa la rié par sa la - hors taxe di rectsayant leur siège à La Réu nion. Sont pri ses au 31/12
rié (KF)- (MF) (MF)ex clus les ac ti vi tés fi nan ciè res, les
ser vi ces mar chands de san té et Acti vi tés im mo bi liè res 288 1 422 150,1 2 097,7 1 356,2
d’en sei gne ment, la Poste, la
Pro mo tion im mo bi lière 78 299 182,7 1 018,8 397,7
re cherche et dé ve lop pe ment et les Lo ca tion de biens im mo bi liers 91 834 148,3 899,5 955,0
ac ti vi tés ré créa ti ves, cul tu rel les et de Admi nis tra tion de biens im mo bi liers, 119 289 122,2 179,3 3,5
spec tacle au tres que au dio vi suel les . agen ces
Ser vi ces aux en tre pri ses 2 169 8 499 118,8 4 126,8 549,2
Té lé com mu ni ca tions et cour riers 9 111 196,1 337,6 41,6
L’au teur
Con seils et as sis tance 1 097 3 785 150,7 2 149,0 98,7
dont :Ana tole NEF est vo lon taire de l’aide
Acti vi tés in for ma ti ques 96 438 149,3 326,8 6,8tech nique à la di rec tion ré gio nale de
Acti vi tés ju ri di ques, comp ta bles 347 1 598 142,6 852,1 19,5l’INSEE.
Admi nis tra tion d'en tre pri ses 156 388 194,6 252,3 43,1
Pu bli ci tés et étu des de mar chés 148 355 154,9 201,7 6,1
Archi tec ture, in gé nierie, con trô les 350 1 006 146,8 516,1 23,2
Ser vi ces opé ra tion nels 1 063 4 603 90,9 1 640,3 408,8
ges tion de dé chets se dis tin guent éga le - dont :
524 342 66,8 367,3 173,0ment avec un sa laire moyen an nuel de Lo ca tion sans opé ra teurs, hors au -
to mo bi les147 000 F.
80 261 109,9 352,1 197,4Lo ca tion de vé hi cu les au to mo bi les
9 1 468 86,2 196,2 1,2Sé lec tion et four ni ture de per son nel
Des secteurs plus ou moins Sé cu ri té, net toyage 128 1 572 77,6 223,2 6,0
309 635 113,7 290,8 15,6Ser vi ces di versperformants 13 325 147,1 210,6 15,7Assai nis se ment, voirie et ges tion
sdes dé chet
Les forts chif fres d’af fai res par en tre -
Ser vi ces aux par ti cu liers 1 791 5 031 89,8 2 011,0 99,0-prise sont des in di ca teurs de la concen
Hô tels et res tau rants 1 070 3 364 88,5 1 274,2 69,7tra tion d’un sec teur. Trois sec teurs se
Agen ces de voya ges 35 234 126,5 258,7 1,3
dé mar quent et dé pas sent le seuil des 15 34 371 128,5 235,9 17,3Acti vi tés au dio vi suel les
mil lions de chiffre d’af fai res par en tre -
Ser vi ces per son nels 652 1 062 68,2 242,3 11,1prise : le sec teur des té lé com mu ni ca tions
dont :et cour riers avec 37,5 mil lions de francs
Coif fure et soins de beau té 570 817 62,1 175,7 6,2par en tre prise, le sec teur du tra vail tem - Au tres ser vi ces per son nels 82 245 88,0 66,7 4,9
po raire avec près de 22 mil lions de
Ensemble 4 248 14 952 112,3 8 236 2 005francs (les 2/3 du chiffre d’af fai res étant
consa crés à la ré mu né ra tion des in té ri -
Source : INSEE REUNION - EAE SERVICES - EXERCICE 1998mai res) et le sec teur de l’as sai nis se ment,
de la voirie et de la ges tion des dé chets.
Les deux pre miers sec teurs ne comp tent
que 9 en tre pri ses à La Réu nion contre 13 ac ti vi tés in for ma ti ques (coût du ma té riel Les en tre pri ses re le vant de l’ac ti vi té im -
pour le der nier. in for ma tique, hard ware ou soft ware) mo bi lière réa lise la ma jeure partie des
ain si que pour les sec teurs re le vant de la in ves tis se ments du sec teur des ser vi cesD’au tres sec teurs ont des chif fres d’af -
voirie et de la ges tion des dé chets et de avec près de 68 % de l’in ves tis se ment-fai res su pé rieurs à la moyenne de l’en
la pro mo tion im mo bi lière. to tal. Le sec teur de la lo ca tion de bienssemble des en tre pri ses de ser vi ces mais
im mo bi liers en réa lise la plus grosse part il s’agit alors moins d’un in di ca teur de Le ra tio qui il lustre le mieux la con tri bu - en achats de biens im mo bi liers en vue de concen tra tion de ces sec teurs que d’un tion de chaque agent au sein d’une en tre -
leur lo ca tion. L’autre sec teur qui in ves tit in di ca teur de leur bonne san té et de leur prise est la va leur ajoutée par per sonne
est ce lui de la lo ca tion sans opé ra teursdy na misme, comme dans le cas des ac ti - oc cupée car elle fait abs trac tion des
qui, avec 370 mil lions de francs in ves tis, vi tés in for ma ti ques (avec 3,4 mil lions de consom ma tions in ter mé diai res (ser vi ces
concentre 18 % de l’in ves tis se ment glo -francs) ou de la lo ca tion de vé hi cu les au - ou biens créés à l’ex té rieur de l’en tre -
bal du sec teur (achats de ma té riel en vue to mo bi les (avec 4,4 mil lions de francs). prise et pour les quels elle ne sert que
de sa lo ca tion). Si on consi dère l’in ves -d’in ter mé diaire). Ain si, on peut ob ser ver En ce qui concerne la va leur ajoutée, les tis se ment par en tre prise trois au tres sec -que ce ra tio est le plus éle vé dans lesmême sec teurs se dis tin guent avec des -teurs res sor tent du lot à cause de leur be sec teurs qui ont un de gré de tech ni ci téor dres de gran deur bien in fé rieurs pour soin en ma té riel in dis pen sable à leur
éle vé (in for ma tique, comp ta bi li té, in gé -les sec teurs où les consom ma tions in ter - fonc tion ne ment, les sec teurs des té lé -nierie...) ain si que pour d’au tres sec teurs mé diai res sont im por tan tes comme pour com mu ni ca tions et cour riers, de l’as sai -spé ci fi ques (ac ti vi tés im mo bi liè res, as -le sec teur des agen ces de voya ges (in ter - nis se ment de la voirie et des dé chets etsai nis se ment, voirie et ges tion des dé -mé diai res entre les com pa gnies de trans - ce lui des ac ti vi tés au dio vi suel les. nchets...), ce qui cor ro bore l’ana lyse faiteport et d’hô tel lerie et leur clien tèle), les
sur les sa lai res. Ana tole NEF
12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.