Des créations d'entreprises moins nombreuses en 2006, après quatre années de forte hausse

De
Publié par

En 2006, le nombre de créations d'entreprises recule de 2,3%, contre une progression de 1,7% en France métropolitaine. Néanmoins, de 2001 à 2006, la Franche-Comté enregistre une croissance de 26,3% du nombre d'entreprises créés, soit 7,2 points de plus qu'en métropole. Elle est exclusivement due à une hausse des créations pures, les reprises et réactivations s'établissant en léger repli. Les services immobiliers, la construction, les activités de conseil et d'assistance et les services personnels et domestiques sont les plus dynamiques en termes de créations d'entreprises. Malgré une croissance plus forte qu'en métropole, le taux de création s'établit à 11,2% en 2006, contre 11,9% en métropole. Les zones d'emploi de Dole, de Vesoul et de Pontarlier ont enregistré les plus fortes croissances du nombre de créations d'entreprises de la région.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

Nº 29 - Mars 2007
En 2006, le nombre de créations d’entreprises recule de 2,3%, contre une progression de 1,7% en France
métropolitaine. Néanmoins, de 2001 à 2006, la Franche-Comté enregistre une croissance de 26,3% du
nombre d’entreprises créées, soit 7,2 points de plus qu’en métropole. Elle est exclusivement due à une
hausse des créations pures, les reprises et réactivations s’établissant en léger repli. Les services immobiliers,
la construction, les activités de conseil et d’assistance et les services personnels et domestiques sont les plus
dynamiques en termes de créations d’entreprises. Malgré une croissance plus forte qu’en métropole, le taux
de création s’établit à 11,2% en 2006, contre 11,9% en métropole. Les zones d’emploi de Dole, de Vesoul
et de Pontarlier ont enregistré les plus fortes croissances du nombre de créations d’entreprises de la région.
En 2006, 4 300 créa- et des réactivations d’entre- nombre de créations d’en- commerces. 18% des en-
tions d’entreprise ont été en- prises approche 4%, alors treprises (– 0,4%). En France treprises créées travaillent
que les créations pures dimi- métropolitaine, les créa- dans la construction et un
registrées au niveau régio-
nal, en baisse de 2,3% sur nuent de 1,6%. La Franche- tions d’entreprises peu plus de 8%
Une création
un an. Le repli des reprises Comté présente l’évolution la progressent en dans l’industrie.
sur deux dans
moins favorable des régions moyenne de 1,7% Au niveau natio-
les services
de métropole. En dehors de à 322 270 unités. nal, le poids des
la Franche-Comté, la région Les créations pures augmen- créations d’entreprises de
PACA est la seule à avoir tent de 3,7%, tandis que les services est supérieur de
enregistré un léger recul du reprises et réactivations sont quatre points (53%) au ni-
en recul de 5,0%. veau régional. En revanche,
En 2006, près de la moitié la proportion de créations
des créations de la région d’entreprises dans l’indus-
concernent des entreprises trie et la construction est
de service et un quart des inférieure de deux points en info web
Nº 29 - Mars 2007
métropole par rapport au de 1,0%. Le même phéno- France (16,4%). Il s’agit
Une croissance plus
niveau régional. mène s’observe en France cependant, à l’exception
forte dans la région
Dans l’ensemble des sec- métropolitaine (respective- de l’Île-de-France, de ré-
qu’en moyenne
teurs d’activité, les créations ment +31,1% et – 4,6%). gions qui présentaient un
métropolitaine
d’entreprises ont été moins Si on compare avec les renouvellement de leur
depuis 2001
dynamiques dans la région autres régions métropoli- parc d’entreprises nette-
qu’en 2005. Dans l’indus- Néanmoins, ces évolu- taines, la Franche-Comté ment supérieur au niveau
e
trie, le nombre de créations tions font suite à quatre se place au 8 rang des métropolitain.
années de croissance du
d’entreprises recule de 5,7%, régions de métropole se-
après une très bonne année nombre entreprises créées lon la croissance du nom- Fort dynamisme
2005. Le repli est également dans la région. De 2001 bre de créations d’en- de la construction
important dans le commerce à 2006, les créations ont treprises entre 2001 et
(– 3,9%). Il est plus modéré augmenté de 26,3% en 2006. Les régions les plus En cinq ans, la hausse du
Franche-Comté, contre
dans la construction et les dynamiques en termes de nombre de créations d’en-
services. une hausse de 19,1% au créations d’entreprises treprises a été forte au
niveau national. Cette sont Poitou-Charentes, la niveau régional dans la
progression s’est essen- Bourgogne et le Centre construction (+51,8%) et
tiellement concentrée en où la croissance dépasse le tertiaire (+28,7%). Elle
2003 et 2004 où elle at-
29% en cinq ans. Le Li- a été plus modérée dans
teignait 11% par an dans mousin et l’Alsace arrivent le commerce (+18,8%).
la région. juste derrière. En revan- Quant aux créations d’en-
En Franche-Comté, le dé- che, cinq régions présen- treprises industrielles,
veloppement de la créa- tent une progression net- elles sont restées stables
tion d’entreprises a été
tement plus faible que la en Franche-Comté, la
exclusivement le fait des moyenne métropolitaine. croissance des créations
créations pures, qui ont Il s’agit du Languedoc- dans les industries agroa-
progressé de 45,5% sur Roussillon (11,7%), de limentaires compensant
la période. Pendant ce PACA (13,0%), de l’Auver- le recul observé dans les
temps, les reprises et les
gne (15,4%), de la Corse autres secteurs industriels.
réactivations diminuaient (16,1%) et de l’Île-de- Dans tous les secteurs info web
Nº 29 - Mars 2007
(+41,8%). Les services aux
Dynamisme des créations
particuliers enregistrent
et renouvellement du parc d’entreprises
également une hausse im-
Le suivi des créations d’entreprises permet d’avoir des
portante du nombre d’en-
informations sur la capacité d’un territoire à amener
treprises créées (+25,7%).
de l’activité et à renouveler ses unités de production.
Celle-ci est portée par
Chaque année, des entreprises cessent leur activité, que
les services personnels et ce soit à la suite du départ à la retraite de l’entepreneur,
d’une liquidation judiciaire prononcée par un tribunal
domestiques (+52,9%) et
de commerce à la suite de difficultés économiques,
les activités récréatives,
d’un rachat ou tout simplement de la décision du chef
culturelles et sportives
d’entreprise d’arrêter son activité. Le dynamisme de
(+29,3%). À l’inverse, les la création d’entreprises qui est étudiée ici n’est qu’un
indicateur partiel de dynamisme économique. La
créations d’entreprises de
reprise ou le transfert partiel d’activité d’une entreprise
transport sont restées sta-
est comptabilisée comme une création. Par ailleurs, la
bles et celles dans l’édu-
plupart des entreprises créées comptent peu d’emplois
cation, la santé et l’action salariés et de nombreuses créations sont réalisées par des
demandeurs d’emploi. La création sert alors en premier
sociale augmentent fai-
lieu à assurer l’emploi de l’entrepreneur.
blement.
Les demandeurs d’emploi peuvent bénéficier de l’ACCRE
Les créations d’entrepri-
(aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise).
L’ACCRE est accessible aux demandeurs d’emploi,
hors industrie, l’évolution créations d’entreprises ses jouent un rôle majeur
indemnisés ou non indemnisés, et inscrits depuis plus de
dans le renouvellement du
du nombre de créations progressent vivement dans
six mois à l’ANPE, aux bénéficiaires du RMI, aux salariés
tissu productif. La Fran-
d’entreprises est plus fa- le secteur de l’immobilier
repreneurs de leur entreprise en redressement ou en
vorable dans la région (+95,6%). La che-Comté
liquidation judiciaire, ainsi qu’aux jeunes de moins de
Taux de création
fait partie des 26 ans éligibles aux « emplois-jeunes ». Par application
qu’au niveau national. En croissance est
d’entreprises :
de l’article 37 de la loi pour l’initiative économique
moyenne en métropole, un peu plus régions où
er
l’écart se réduit
du 1 août 2003, l’ACCRE est également ouverte aux
les entrepri-
la construction est éga- faible dans
bénéficiaires d’un contrat d’appui au projet d’entreprise
avec la métropole
ses sont en
lement le secteur le plus les services
depuis septembre 2004.
er er
Du 1 janvier 2001 au 1 janvier 2005, le nombre
dynamique (+34,4%). Les aux entreprises, avec une moyenne plus pérennes
d’entreprises présentes en Franche-Comté est passé de
qu’en métropole. 60,1%
créations d’entreprises in- augmentation d’un tiers,
26 410 à 26 913. Les données définitives au niveau infra-
dustrielles augmentent de grâce au dynamisme des des entreprises créées en
er
régional ne sont pas encore disponibles au 1 janvier
1998 sont encore en ac-
1,3% au niveau national. créations d’entreprises
2006. C’est pourquoi l’étude du renouvellement par zone
tivité cinq ans après leur d’emploi porte sur l’année 2005.
Au sein du tertiaire, les de conseil et d’assistance zz
info web
Nº 29 - Mars 2007
Sources
création, soit 4,3 points
de plus que la moyenne
Créations d’entreprises : les statistiques proviennent du répertoire des entreprises et
métropolitaine. La région
des établissements (Sirene) géré par l’INSEE. Il enregistre les mouvements économiques et
e
légaux affectant ces unités, en particulier les créations.
se place ainsi au 3 rang
Les statistiques concernant le sexe du créateur ne sont connues que pour les créateurs
des régions de métropole
d’entreprises individuelles.
par la survie de ses entre-
Champ : cette étude porte sur les créations d’entreprises du champ ICS (industrie,
prises derrière le Limousin
commerce, services) construction comprise hors agriculture et activités financières. Elle ne
comporte aucune donnée sur les créations d’établissements d’entreprises déjà existantes.
et les Pays-de-la-Loire.
Enquête Sine (système d’information sur les nouvelles entreprises) : système
En revanche, la Franche-
permanent d’observation d’une génération de nouvelles entreprises tous les quatre
Comté est traditionnel-
ans. Les entreprises créées en 1998 ont été enquêtées en 2001, puis 2003. Elles
lement une région où le
appartiennent au champ ICS.
taux de création d’entre-
Définitions
prises (nombre de créa-

tions rapportées au stock
Créations d’entreprises : les créations d’entreprises sont classées en trois catégories :
d’entreprises présent en
créations pures, créations par reprise et réactivation.
Toute entreprise personne morale ou personne physique n’ayant pas eu antérieurement
début d’année) est infé-
d’activité non salariée est inscrite au répertoire lors de sa déclaration de démarrage
rieur à la moyenne natio-
d’activité et reçoit alors un numéro d’identification. Elle est comptabilisée dans la statistique
nale. Néanmoins, depuis
de créations, à partir de sa date de début d’activité économique :
2001, l’écart tend à se ré-
- en création pure si l’activité exercée ne constitue pas la poursuite d’une activité de
même type exercée antérieurement au même endroit par une autre entreprise. On
duire. De 2001 à 2006, le
parle aussi de création « ex nihilo » ;
taux de création d’entre- tropole selon le taux de On observe également
- en création par reprise dans les cas contraires (reprise de tout ou partie des moyens
prises est passé de 9,4% à création d’entreprises, une forte attractivité de
de production d’une autre entreprise, rachat d’un fonds de commerce...). En revanche
11,0% en Franche-Comté, devant la Picardie, Cham- ces régions en termes de
les reprises liées à une nouvelle répartition du capital de l’entreprise suite à des rachats
de parts sociales ne sont pas prises en compte, par exemple en cas de transmission.
alors que dans le même pagne-Ardenne, le Li- migrations de population.
Une personne physique, ayant eu par le passé une activité non salariée quelle qu’elle
temps il a gagné 0,9 point mousin et l’Auvergne. Les La forte croissance de la
soit et reprenant une activité non salariée, retrouve le numéro d’identification qui lui avait
en France métropolitaine régions qui présentent les population induite par ces
été précédemment attribué. L’opération est alors comptabilisée, dans tous les cas, en
à 11,9%. plus forts taux de création apports migratoires amè-
création par réactivation.
En 2006, la Franche- d’entreprises sont situées ne un surcroît d’activité
Taux de création d’entreprises : rapport entre le nombre de créations observées une
e
Comté se place au 18 le long des littoraux mé- qui dynamise la création
année et le nombre d’entreprises au premier janvier de cette même année.
rang des régions de mé- ditérannéen et atlantique. d’entreprises.?
info web
Nº 29 - Mars 2007
Les zones d’emploi de Belfort (– 4,3%) et de
www.insee.fr
insee-contact@insee.fr
les plus rurales Montbéliard (– 9,6%).
0 825 889 452 (0,15€/mn)
peinent à attirer Si la progression des
des entreprises créations d’entreprises a
INSEE Franche-Comté « le Major »
été inférieure à la moyen-
83, rue de Dole - BP 1997
Dans les zones d’em- ne régionale, les zones
25020 BESANÇON Cedex
Tél : 03 81 41 61 61
ploi de Dole, Pontarlier d’emploi de Belfort et de
Fax : 03 81 41 61 99
et Vesoul, le nombre de Montbéliard enregistrent
Directeur de la publication :
Didier Blaizeau
créations d’entreprises un fort renouvellement
Rédacteur en chef :
Patrice Perron
progresse fortement. Les de leur parc d’entrepri-
Mise en page : Maurice Boguet, Yves Naulin
zones d’emploi de Be- ses. Ainsi, en 2005, ces
© INSEE 2007 - dépôt légal : mars 2007
sançon, de Belfort et deux zones se plaçaient
de Montbéliard, qui ac- aux deux premières places
cueillent à elles trois près selon le taux de créations
Des aides locales à la
de la moitié des créations d’entreprises, juste devant
création d’entreprises
d’entreprises franc-com- Pontarlier, Gray et Vesoul.
Depuis 1997, le Conseil
toises, ne sont cependant Au sein de ces cinq zones,
régional de Franche-Comté
pas les plus dynamiques il était supérieur au taux
aide la création-reprise
d’entreprises, sous forme
de Franche-Comté depuis métropolitain (12,0%).
d’avances remboursables,
2001. Ces trois zones sont En général, les zones
par l’intermédiaire de
avec Gray, Morteau et le d’emploi les plus rurales
l’Association Régionale
pour le Développement de
Revermont celles qui ont peinent à attirer des en-
l’Artisanat franc-comtois
enregistré la plus faible treprises sur leur territoire.
(ARDEA). Sur la période
croissance en cinq ans. Le taux de création d’en-
2001-2006, 1 425 créateurs
d’entreprises et 1 121
Cette situation est, en par- treprises se situait sous
repreneurs d’entreprises ont
tie, liée à un recul plus la barre des 10% dans la
été soutenus pour un montant
important qu’au niveau zone d’emploi de Mor-
total de 22,6 millions d’euros.
Chaque projet aidé bénéficie
régional des créations teau, du Revermont et de
d’un suivi post-création
d’entreprises, en 2006, Champagnole.
pendant 3 ans.
dans les zones d’emploi Patrice PERRON

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.